Quelles gouvernances pour les paysages agricoles ?

D’abord un petit rappel de vocabulaire pour deux mots polysémiques.
Gouvernance : tout mode de décision et d’évaluation, public et/ou privé, qui associe toutes les parties prenantes de ce qui est à décider et à évaluer.
Paysage : Partie de territoire, telle que perçue par les populations, et dont le caractère résulte de l’actions de facteurs naturels et/ou humains, et de leurs interrelations (article 1 de la Convention européenne du paysage de Florence, 2000).

Ces deux définitions signifient que la production des paysages agricoles par les agriculteurs dépend à la fois des conditions naturelles de leurs terroirs (notamment du climat et du sol), des conditions techniques, sociales et économiques des exploitations agricoles, ainsi que de leur cadre politique (la politique agricole commune européenne en particulier). Comme ces paysages sont également ceux des publics qui les perçoivent, ces derniers sont loin d’être indifférents à leur nature.
En résulte l’idée que la liberté de produire des paysages agricoles a des limites. Elle doit tenir compte des jugements de goût et de valeur des habitants des territoires autant que de leurs visiteurs. Depuis environ un siècle en France, il existe en effet des politiques publiques de paysage, qui visent autant la conservation de la nature, des monuments et des sites, que l’accompagnement de la production des paysages ordinaires par les services de l’Etat.
En France, les paysages sont administrés par l’application des codes de l’urbanisme, rural,  du patrimoine et de l’environnement. Comme les paysages agricoles concernent la moitié de la surface du territoire national, et que les modes de production de l’agriculture conventionnelle peuvent être remis en cause pour des raisons de santé publique et environnementale, les restrictions apportées à la liberté des agriculteurs d’entreprendre doivent être éclairées.
De manière plus positive, comment “écologiser” les modes intensifs de production agricole ? Par exemple en diminuant les quantités de pesticides sans diminuer la rentabilité de l’exploitation.
La première méthode, la plus courante, est de légiférer et de faire appliquer les normes prévues par la loi. Ce qui ne suffit pas, si l’on en juge par la persistance des proliférations d’algues vertes sur les rivages bretons, par la pollution chronique de nombreux cours d’eau et nappes phréatiques, due aux pesticides, par le drainage des zones humides, par la destruction des réseaux de haies et la régression continue de la biodiversité dans les espaces agricoles. En bref par la réduction de la diversité des paysages cultivés au profit de modèles intensifs spécialisés dans quelques productions.
En sont en partie responsables les incitations financières de la PAC qui privilégie le premier pilier (soutien aux marchés et aux revenus des agriculteurs), aux dépens du second (environnemental).
Dans ce contexte, l’inflexion des exploitations vers les chemins de l’agroécologie apparaît difficile si les incitations de la PAC ne changent pas radicalement. Les injonctions législatives récentes (lois Grenelles et Biodiversité) ne suffiront pas.

La seconde méthode consiste à renoncer à la seule administration descendante (top down) de l’agriculture par l’Etat, surtout si elle est fondée sur des normes non négociées avec le monde agricole concerné, ou si aucune évaluation de l’action publique n’est prévue ou possible.
En revanche, si dans chaque territoire (commune ou groupe de communes), il est possible de réunir des représentants de toutes les parties prenantes de la transformation des paysages (agriculteurs, propriétaires fonciers, acteurs publics, associations locales …), une gouvernance multiacteurs des paysages peut se mettre en place. Elle aura pour objectif de décider en parlant des paysages souhaitables, des modes de production les plus appropriés à la société locale. Les tensions et les conflits seront inévitables. Ils emprunteront des chemins juridiques (mobilisation d’un principe de précaution ou de prévention ?). Ils modifieront surtout la conscience locale des questions environnementales lorsque seront adoptés des indicateurs de processus de transformation des paysages agricoles.
Par exemple : le taux de boisement et de linéaires de haies de la commune, la surface de milieux favorables à la biodiversité ou à la réduction des GES, ou bien le retour de populations animales choisies localement ou encore le nombre d’espèces cultivées dans les assolements. Ces débats poseront également le problème local de la proximité et de la qualité des produits agroalimentaires surtout dans les régions urbaines.
Pour y parvenir, il faudra des professionnels du paysage pour organiser la médiation locale, car les élus ruraux n’en ont pas en général la capacité. Malheureusement, ces professionnels sont rares, et il faudra les former.
Pour approfondir le fond théorique de cette alternative : le pragmatisme démocratique du philosophe américain John Dewey,  l’ouvrage de Joëlle Zask (Introduction à John Dewey, Paris, La Découverte, coll. « Repères », 2015, 128 p.) est conseillé.

N’est-il pas naïf cependant de croire qu’il sera possible pour un médiateur du débat public de faire décider un public local partagé entre des logiques contradictoires, y compris avec des experts ? Pour une entreprise agricole  par exemple de maintenir son revenu en utilisant des pesticides sans polluer l’environnement. Cette incertitude ralentit considérablement la transition agroécologique.

Deux possibilités complémentaires existent pourtant pour  rendre compatible ce qui est contradictoire. L’on se souvient de la démonstration de la métaphore du chat d’Erwin Schrödinger : l’électron peut être simultanément dans deux états distincts de même que le chat dans la boite ou un danger le menace peut être à la fois mort et vivant pour l’observateur, même si c’est contre intuitif.  

De la même manière, l’on pourrait affirmer qu’une production agricole intensive aurait la possibilité d’être à la fois sous deux états : polluante et non polluante.  Mais il faudrait prouver scientifiquement comme Schrödinger l’avait montré avec la mécanique ondulatoire pour l’électron que deux états de l’exploitation agricole sont possibles en même temps : l’état polluant (les pesticides altèrent l’environnement) et l’état non polluant.

Pour y parvenir, il est possible de faire appel aux méthodes sophistiquées de l’agriculture raisonnée et de montrer que moins de pesticides, mieux utilisés, ne compromettent pas les revenus bruts de l’exploitation. Ce qui est constaté statistiquement par une enquête récente (Lechenet et al., Nature Plants, mars 2017) indiquant que “l’on peut réduire de 42 % en moyenne les pesticides sans effets économiques négatifs dans 59 % des  fermes sans label AB enquêtées en France)”.

Généralisons la perception de ces résultats. Pour les uns (des environnementalistes et des habitants exigeants), la diminution des pesticides ne sera pas suffisante (principe de précaution). Il n’en faut aucun ou des produits compatibles avec un label AB.  À leurs yeux, la production reste polluante et dangereuse pour la vie humaine et non humaine.

Pour les autres (les agriculteurs concernés par exemple), les normes environnementales locales prescrites (la qualité de l’eau des nappes de surface par exemple)  sont respectées et la production n’est pas polluante et dangereuse pour la santé humaine à leurs yeux. Ils dégagent leur responsabilité en cas de plaintes en la reportant sur les services de l’Etat qui définissent les normes.

De fait, les deux états contradictoires des exploitations agricoles (à la fois polluant et non polluant) se superposent, comme les états des électrons de Shrödinger. On pourrait penser que l’histoire de l’agriculture française sort ainsi de la trajectoire linéaire de la rationalisation qui respecte le principe de non contradiction : l’état non polluant souhaité doit éliminer l’état polluant. Ainsi interprété, le réel qui était simplifié devient multiple et avec lui l’incertitude réapparaît comme actrice légitime de la décision publique.

Le choix de la gouvernance paysagère s’en trouve alors modifié. Soit les décisions s’appuient sur des paysages agricoles univoques dépendant seulement des marchés et d’injonctions de l’Etat (leur sens est seulement économique comme aujourd’hui), soit sur des paysages plurivoques, multifonctionnels et multiusages (leurs sens -économique, écologique, social, culturel – seraient multiples, même en étant contradictoires dans la réalité). Dans ce dernier cas, celui des chemins agroécologiques à prendre, pourraient émerger de manière dialectique de véritables communs paysagers, construits collectivement dans les territoires. Lire de P. Donadieu, Paysages en communs, pour une éthique des mondes vécus, Presses Universitaires de Valenciennes, 2014)

 

Pierre Donadieu, 24 mars 2017

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.