Autres travaux


Cette rubrique regroupe des travaux de recherche, publiés ou non, sélectionnés par les chercheurs du LAREP, d’anciens textes actualisés publiés sur Topia avant 2015, ou les liens avec d’autres réseaux d’informations.

Prépublication de Un paysage du renversement, d’Alexis Pernet et Clémence Bardaine, à paraître aux Éditions du Commun.
S’appuyant sur des regards paysagistes, ce texte croise deux témoignages sous forme de récits ethnographiques, d’une «Université aux champs» organisée en novembre 2016 par un groupe d’agriculteurs réunis sous la bannière de l’agriculture de conservation des sols (ACS). Les principes de l’ACS, formalisés en agronomie dans le courant des années 1930 aux Etats-Unis, s’appuient sur des techniques culturales simplifiées, évitant le labour au profit de semis directs sous couverts végétaux. Diffusés dans les pays soumis à des phénomènes d’érosion importants en relation avec l’expansion de leurs surfaces cultivées, l’ACS connait en France un intérêt croissant dans le contexte de montée en charge de l’agroécologie. La première université aux champs de l’ACS s’inscrit dans ce mouvement, au terme d’un projet porté par un collectif de treize agriculteurs situés sur les marges du Marais poitevin, territoire de controverses environnementales. Au travers de notre témoignage, nous cherchons à mettre en évidence le dispositif de médiation proposé par ces agriculteurs, confrontés à la nécessité de révéler une composante essentielle mais invisible du paysage : le sol. Au-delà du récit, et à travers une mise en perspective historique, ce texte évoque un ensemble de renversements qui jalonnent les pratiques agricoles actuelles, préfigurant peut-être de nouvelles opportunités d’évolution du rapport entre agriculture, société et environnement.
Télécharger le PDF

19-03-19


 

Parution de l’ouvrage Les espaces ruraux en France, sous la direction de Daniel Ricard et Raymond Woessner, Coll. « Clés concours », éd. Atlande. Avec la participation d’Yves Petit-Berghem.

Traitant du sujet 2019 et 2020 de Géographie des territoires des agrégations d’Histoire et de Géographie ainsi que du Capes, cet ouvrage interroge la notion de ruralité en France.
Comme tous les « clefs-concours », l’ouvrage est structuré en trois parties :
– Repères : le contexte historique
– Thèmes : comprendre les enjeux du programme
– Outils : pour retrouver rapidement une définition, une date, un chiffre, une référence.
Avec la participation de: Claire Aragau, Adrien Baysse-Lainé, Jérémie Brun, Jean-Claude Cavard, Françoise Cognard, Sabrina Dahache, René-Paul Desse, Simon Edelblutte, Julie Gobert, David Goeury, Iwan Le Clec’h, Daniel Le Couédic, Guillaume Letourneur, Alexandre Monot, Linsey Monpelat, Yves Petit-Berghem, Nicolas Rouget, Florence Rudolf, Pascal Saffache, Philippe Sierra, Gret Tommasi, Dominique Vollet.

15-02-19


Analyse de la thèse d’Adrien Baysse-Lainé, Gestions alternatives du foncier agricole et relocalisation alimentaire, par Pierre Donadieu.

Soutenue en géographie à l’Université Lumière Lyon 2 en novembre 2018, la thèse de doctorat d’Adrien Baysse-Lainé est une recherche sur l’évolution de l’accès au foncier agricole face à la demande croissante de terres pour l’alimentation urbaine. À partir d’une approche comparative de trois terrains, de l’analyse de la bibliographie internationale, des actions collectives (des collectivités publiques et de l’association Terre de Liens) et individuelles de 108 exploitations agricoles, la thèse éclaire un sujet peu connu en France : l’accès au foncier agricole alimentaire […]
Télécharger le texte completLe consulter sur le site de l’Académie d’agriculture
La thèse d’Adrien Baysse-Lainé n’est pas encore en ligne, mais ses publications sont consultables ici.

05-02-19



Pierre Donadieu : “La médiation photographique, un outil de la gouvernance territoriale des paysages”
Dans cet article, l’auteur montre quels sont les rôles d’un observatoire photographique du paysage en s’appuyant sur le cas du parc naturel régional du golfe du Morbihan.

“En 2000, j’écrivais que « L’observatoire photographique national du paysage peut devenir un outil indispensable à la construction sociale et spatiale dirigée d’un territoire. Mais à condition de le rendre plus efficace et fiable en tant que source documentaire, et plus ambitieux en tant que source du renouvellement du regard sur le territoire français ». Dix-huit ans après le colloque de Rochefort, comment ont évolué les politiques publiques de paysage en France, dont fait partie celle de l’observatoire photographique national de paysage ? Les observatoires qui ont été mis en place ont-ils mis à disposition des habitants et des acteurs publics et privés de nouveaux regards partagés ? Les évolutions des territoires ont elles ainsi été modifiées ? Quels rôles ont joué les professionnels du paysage en tant que médiateurs de cette politique publique ?”
Télécharger l’article complet

31-01-19



Élisabeth Rémy, Marine Canavese, Nathalie Berthier et Yves Petit-Berghem : “Le parc des Docks à Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis). Entre passé industriel et écologisation du site : quel héritage humain et pédologique ?”.
In Situ, Revue des patrimoines, n° 31, 2018.

Le territoire des Docks à Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis) est historiquement lié à son passé industriel. Les activités passées du site étaient principalement liées à la production de piles et de stockage d’hydrocarbures. Aujourd’hui, un des enjeux majeurs est le renouvellement urbain des anciennes emprises industrielles. Fin 2013, un éco-quartier reliant le centre-ville à la Seine a eu pour objectif de donner au site un nouvel avenir tenant compte de son héritage historique. Ce projet s’est concrétisé par la création d’un parc de 12 ha en bordure de la Seine ; d’anciennes friches ont été réhabilitées en zones de circulation douce, espaces de rencontre et de culture, mais aussi lieux de pratiques éducatives et de partage liées au jardinage. L’activité de jardinage au sein du parc, nommé « l’île des partages », prend appui sur d’anciens jardins ouvriers hérités du passé industriel et sur des formes plus récentes de jardin partagé confiées à des associations diverses, des établissements publics, et surtout à de nombreux jardiniers sur des parcelles collectives de quelques m2. L’enjeu principal est de faire cohabiter divers types d’activités de jardinage dans un lieu chargé d’histoire où resurgit la question de la pollution du sol, diversement appréhendée par les divers acteurs en présence. Se pose aussi la question de l’implication des acteurs face à l’émergence de nouveaux projets portés par la collectivité soucieuse de faire de ces jardins un bien commun ouvert à tous. Face aux stratégies de repli et parfois de non-partage, la municipalité s’efforce d’accompagner l’appropriation citoyenne de la nature en ville, encourage la gestion collective d’espaces publics et valorise les savoir-faire liés à l’histoire des lieux. À quelles conditions parvenir à la reconnaissance patrimoniale de ces différents jardins ? Quel héritage prendre en compte ? Ces jardins peuvent-ils constituer un bien commun transmissible aux générations futures ? Tels seront les questions et les enjeux que cet article se propose d’analyser.
Lire sur le site de la revue

11-01-19


– 

Deux doctorants du LAREP publient dans le dernier numéro d’Anthos :

Joris Masafont, Christian de Carné Carnavalet et Jean-Pierre Clarac : “L’agrivoltaïsme comme outil d’urbanisme pour reconquérir les paysages agricoles”. Télécharger sur le site d’Anthos.

Clémence Bardaine et Roland Vidal : “Le goût des paysages agricoles”. Télécharger le document de travail.

12-12-18


– 

Article d’Yves Petit-Nerghem, Guy Lempérière et Nicolas Robinet : “Du dessin d’art figuratif à la cartographie numérique : inventer de nouveaux outils au service de la démarche de projet de paysage”. CFC ( N° 229-230 Septembre – Décembre 2016). Consultable sur le site du Comité français de cartographie (CFC).

Traditionnellement, les paysagistes utilisent un certain nombre de représentations graphiques qui leur permettent de tester différents projets d’aménagement ou de gestion d’un espace, voire de communiquer sur un projet plus avancé. Le dessin est un outil d’analyse intéressant mais il oblige à aller à l’essentiel et nécessite de faire des choix très personnels. Très utilisés dans les atlas de paysage, les blocs diagrammes résultent d’un croisement de techniques entre la carte, les coupes et le dessin perspectif. Si cet outil de communication et de médiation a fait ses preuves, son utilisation est conditionnée à l’emploi d’une échelle particulière qui ne permet pas de formaliser et de quantifier tous les constituants du paysage dans leur diversité matérielle […]. Lire l’article complet.

10-12-18


– 

Denis Chartier, Estienne Rodary (dir.), Manifeste pour une géographie environnementale. Géographie, écologie et politique. Note de lecture d’Yves Petit-Berghem. Télécharger.

10-12-18

 

 


 

Article de Maud Chalmandrier, Marine Canavèse, Yves Petit-Berghem et Élisabeth Rémy : “L’agriculture urbaine, entre concept scientifique et modèle d’action. Une notion mise à l’épreuve par le jardinage et les sols urbains”. Géographie et cultures, n° 101, printemps 2017, pp. 110-129.

La notion d’«agriculture urbaine» renvoie à des pratiques, des rapports à la production végétale et au sol urbain multiformes, portés par des acteurs divers. Son absence de stabilité scientifique est concomitante à son utilisation politique et experte croissante en tant qu’outil d’aménagement. À l’aide d’études de cas s’intéressant à l’analyse de l’action publique et des rapports des jardiniers au sol urbain, nous tenterons de démontrer que l’avènement de la notion d’«agriculture urbaine» lisse les tensions propres à son objet d’étude, en vue de promouvoir son développement en tant que catégorie de l’action. Ce constat soulève deux questionnements. Le premier pointe une tendance à minimiser les différences de sens que les acteurs portent au sujet de leurs pratiques culturales. Le suivant relègue au second plan la question pourtant cruciale de la qualité des sols urbains et de leur aptitude à recevoir (ou non) des cultures à vocation alimentaire. Consulter sur le site de la revue.

10-12-18


– 

Article d’Yves Petit-Berghem : “Forêts refuges et paysages en projet”, in Hoyat M., Dereix C., Gresser P. et Lormant F., Forêt refuge. L’Harmattan, 2018.

Les forestiers sont aujourd’hui sensibilisés à la question paysagère et travaillent de concert avec les professionnels du paysage pour mener leurs actions d’aménagement. La vocation multifonctionnelle des forêts et les multiples services qu’elles rendent à la société impliquent une approche pluridisciplinaire afin d’intégrer de nombreux paramètres que les forestiers croisent et synthétisent dans les plans d’aménagement. Si les facteurs contrôlant le fonctionnement et la productivité de l’écosystème sont de mieux en mieux connus, il n’en est pas de même de ceux abordant la relation complexe que le public entretient avec la forêt. Or, le paysage forestier est un construit social qui conditionne les pratiques spatiales et l’évolution des usages de la sylve. Les manières de percevoir et de se représenter les milieux forestiers varient avec les usagers. Par exemple, certains promeneurs, visiteurs ou touristes, sont à la recherche de quiétude, de sensations visuelles et olfactives : ils recherchent un cadre idéel pour se détendre, se ressourcer. La recherche de ce cadre a transformé certains espaces forestiers en espaces de « nature artialisée, jardinée ». Ainsi mise en spectacle, la forêt véhicule un ensemble de valeurs qui influencent alors en partie la gestion forestière. Aujourd’hui cette gestion n’est plus seulement technique et économique, elle est aussi liée à l’évolution du contexte sociologique ; la physionomie des forêts est de ce fait tributaire des attentes et des demandes sociales. Télécharger l’article complet

10-12-18


 

Yves Petit-Berghem et Tiphaine Deheul (TDPP 2016) publient : «Le paysage sous-marin existe-t-il ? De la connaissance à la reconnaissance d’un concept émergent»

Le milieu sous-marin n’est exploré que depuis très récemment et la question de son paysage est une notion qui fait encore débat. Le paysage sous-marin soulève des enjeux tenant à son accessibilité et à sa mise en valeur. Il interpelle le scientifique soucieux d’investiguer un sujet qu’il connaît mal et présente un intérêt pour les géographes et les enseignants pour peu qu’il fasse l’objet d’une méthodologie transdisciplinaire permettant de l’appréhender.
À lire dans Géoconfluences, ressource de géographie de l’ENS de Lyon.
Sur ce sujet, on relira avec intérêt le mémoire de Tiphaine Deheul, en ligne sur Topia.

08-12-18


Olivier Gonin : “Cypripédien pieds agiles”. Article paru dans le n° 69 de la revue La Grande Oreille, la revue des arts de la parole.

Cypripédien n’a pas les deux pieds dans le même sabot, son agilité de cabri est connu de tous là où il vit. Et lorsqu’il ne vogue pas à travers prairies et bosquets avec le troupeau du village, il aime à se promener, seul, sur les hauteurs des monts ceinturant son pays. Ce jeune berger imberbe aux cheveux lisses a la réputation de connaître toutes les plantes poussant sur ces collines par leur prénom […]
Télécharger l’article. Télécharger la version longue (non publiée).

12-09-17


La chaire Paysage-Énergie a publié un article, « Energy landscape plans », dans la revue Landscape Architecture (Chine) – édition spéciale « Energy landscape » de novembre 2016. Télécharger.

30-05-17


Frédéric Rossi-Liegibel : «Création et politique : le cas du design et des territoires». Télécharger.

13-02-16


Pierre Donadieu : Les paysagistes, des professions nécessaires mais méconnues
Article à publier en 2015.
Ce texte analyse les raisons d’une faible visibilité des paysagistes au ministère de l’Agriculture et l’évolution de leurs formations. Il précise leurs compétences nécessaires dans le cadre des gouvernances territoriales et de la réglementation actuelle.
Télécharger

18-03-16


Pierre Donadieu : Vers des communs agriurbains territoriaux démocratiques
Texte et images de conférences réalisées en France et en Italie en 2015
Télécharger

15-04-15


Pierre Donadieu (édit.) : Les paysagistes dans le monde
Publié en mai 2014 sur Topia.
Actualisé en mars 2015, ce texte écrit avec des paysagistes de 12 pays de plusieurs continents, fait état de la situation des architectes paysagistes dans ces pays, de leurs compétences et de leurs formations.
Télécharger

30-03-15


 Pierre Donadieu : «Comment produire un commun équitable ? »
Article à publier à l’occasion de l’année internationale des sols (2015)
Cet article mobilise les idées exposées dans Paysages en commun, Presses universitaires de Valenciennes, et Sciences du paysage (Lavoisier, 2012).
Télécharger

10-02-15


Nouveaux travaux de l’Académie d’Agriculture de France.
Accessible par la lettre électronique Agrisalon depuis 2014 (taper AAF dans la zone recherche en haut à droite)
http://www.agrisalon.com/