Page personnelle d’Eugénie Denarnaud

Retour

Co-direction

Vincent Piveteau – Directeur ENSP, IGPEF, Dr en Sciences économiques (Paris I), HDR en Géographie et aménagement (École Normale Supérieure de Lyon) – LAREP

Romain Simenel -Anthropologue, Dr en Ethnologie (Paris X) – PALOC Patrimoines Locaux et Gouvernance, IRD MNHN

 

Titre

JARDIN PIRATE, lieu d’affirmation d’humanités dans le contexte de la métropolisation de Tanger, Maroc

 

Première inscription

2016-2017

 

Résumé

L’hypothèse de départ est de décrire à travers les jardins pirates un phénomène né dans une filiation d’un grand nombre de chercheurs, ou de théoricien qui abordent le jardin comme un lieu d’expérience alternative et sensible. Le jardin comme lieu de réinvention du monde, est abordé comme lieu de germination d’une pensée alternative. Les figures archétypales de la piraterie apportent une donnée nouvelle sur ces espaces de flous dans la ville, de délaissés, de dérive (Careri 2013), sans affectations: hétérotopies (Foucault 2009): d’abord un changement de rapport à la figure programmatique de la ville : ensuite un rapport à l’espace et au temps dans une nouvelle acception du terme u-topie, qui n’est pas un rêve mais prends corps de manière tangible dans une temporalité donnée. Le jardin pirate n’est pas seulement une métaphore. Il porte en lui la matière d’une contestation.

Je les ai rencontrés, à Tanger, au Maroc lors d’un voyage en 2008. Dans un contexte de développement économique sans précédent, dû à l’ouverture de la plateforme portuaire TangerMed, la ville a entamé une mutation spectaculaire. Les nouvelles zones industrielles accueillant les industries délocalisée d’Europe, fait vivre à la ville, depuis le début du XXIème siècle, un basculement.

C’est de cette observation, que va naître ma réflexion sur la figure du jardin comme lieu de réinvention du monde et de résilience, dans le contexte de la globalisation économique et des grandes transitions urbaines qui en découlent. Mon travail de recherche consiste à décrire les jardins pirates, et en quoi sont ils des « signaux faibles » (Heurgon 2005) dans la prospective des transitions urbaines.

Le propos est de développer une approche intégrative de la nature et des relations avec les êtres vivants. Bnadem de ben : fils et de adam : Adam, signifie « être humain » en arabe dialectal et les habitants utilisent ce mot pour décrire le nécessaire lien à la terre, dans la ville globalisée. « A force de nous abstraire de la terre, on va finir par perdre pied » dit Augustin Berque à propos de la relation dualiste à notre milieu, dont la figure étudiée ici, serait comme une des antidotes. Une approche ethnographique basée sur des éléments hétérogènes, délivrés par la lecture du paysage, vont nous permettre de revoir cette notion à l’aune des approche inter-relationnelles en réseau émanent du vivant, ainsi que de l’anthropologie de la nature, par le biais factuel et concret d’une dimension intégrative et sensible.

 

Thèmes de recherche

Sciences du paysage ;

Relation à la terre dans les métropoles globalisées;

Anthropologie de la nature ;

Développement et écologie ;

 

 

 

Mots clefs : paysage, ethnobotanique, perception de l’espace, jardin pirate, lien à la terre, Tanger métropole, Maroc, société vernaculaire, photographie, herbier

 

Terrains

Maroc nord, région de Tanger, confédération des Jbalas, Rif occidental, détroit de Gibraltar, Andalousie

 

Principales publications

ARTICLES

Exsiccata ou la rhétorique de l’herbier, revue PlastiK n°4, CNRS & département d’art Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, 2014.

La vie sous presse, article co-écrit avec Marc Rumelhart, Carnet du paysage n°26 Inventer des plantes,éditions Actes Sud & ENSP, 2014.

Être à la table du paysage Parabole sur le commensalisme, avec Sébastien Argant, Carnet du Paysage n°25 Nourritures, éditions Actes Sud & ENSP, 2014.

CONTRIBUTION À DES OUVRAGES COLLECTIFS

« Aux confins du territoire urbain et du paysage vernaculaire du détroit de Gibraltar, conditions et origines de l’émergence du jardin pirate », in Actes du colloque « Autour de Gilles Clément », éditions Hermann, Paris, 2018.

« Jardin Pirate, premières intention » in Actes du colloque Nourritures jardinières dans les sociétés urbanisées, éditions Hermann, Paris, 2016.

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.