Biographies de paysagistes H. Martinet

Henri Martinet (1867-1936)

Né le 9 février 1877, diplômé de l’ENH de Versailles (1883-86), H. Martinet  est architecte paysagiste ” de la Direction du ministère de l’agriculture” en 1903. Il exerce son métier en France et à l’étranger. Il a été directeur de deux revues Le Jardin (depuis 1894), puis Le Petit Jardin Illustré et en 1921 rédacteur adjoint de la Revue horticole.

Il est dessinateur chez l’architecte paysagiste E. André en 1888, et son secrétaire de 1889 à 1890. De 1897 à 1920, il est professeur à l’ENH en horticulture industrielle et commerciale.

Il est membre au titre de la SNHF de l’organisation de l’exposition universelle de 1900. De 1910 et 1911, il est vice président de la SNHF. En France, il a conçu et réalisé le parc public de la Rhônelle à Valenciennes, le parc Beaumont à Pau et des jardins privés et publics à Biarritz, Aix-les-Bains, Hendaye, Le Touquet, Chatellerault, Montreuil, Loudun, Pontoise … Il fonde en 1906 une société immobilière pour l’aménagement de la plage d’Hendaye et créé avec l’architecte E. Durandeau un lotissement balnéaire.

À l’étranger, il a dessiné les plans des jardins de Shinjuku Gyoen à Tokyo, et réalisé des parcs à Monte-Carlo, Euxinograd, Montevidéo, Albazzia en Autriche, Luxembourg, Ostende en Belgique …

P. Donadieu 15 mars 2019

(D’après le site du comité des parcs et jardins de France, 2019,  Alain Durnerin, in Créateurs de jardins et de paysages, ENSP/Acte Sud, 2002 et les archives de l’ENH en 2019.

 

L'archivage en 10 questions

Retour

L’archivage à l’ENSP en dix questions
Quelques conseils aux services de l’ENSP pour archiver
Comment trier un fonds d’enseignant / de paysagiste
Conseils aux utilisateurs des archives de l’ENSP



L’archivage à l’ENSP en dix questions

Version du 12 octobre

Télécharger le PDF

Ce document s’adresse à tous ceux qui veulent ou doivent déposer des archives à l’ENSP. Il résume d’abord les réponses à dix questions posées par l’archivage, puis précise des conseils à trois catégories de personnes :

– le personnel de l’ENSP
– les paysagistes et les enseignants de l’ENSP.
– les utilisateurs des archives

  1. Que sont les archives  ?

C’est l’ « Ensemble de documents, numériques ou non, produits ou reçus par une personne physique ou morale, publique ou privée dans l’exercice de son activité »1 et qui a vocation à être conservé pour des raisons d’intérêt public (besoins de la gestion et de la justification des droits, recherche historique, …). Cela comprend les documents papier (manuscrit, plans, cartes, dessins,…), les données électroniques (documents bureautiques, applications informatiques,…), documents photographiques (diapo, tirage, plaque de verre,…), les maquettes et panneaux.

  1. Que sont les archives publiques ?

Tout document produit ou reçu par un établissement public (l’ENSP) doit, légalement, être conservé. Un établissement public national relève des Archives nationales. Les archives de l’ENSP sont conservées aux Archives départementales des Yvelines (ADY) par dérogation au régime général.

Au terme de son utilité (administrative, pédagogique …), le document doit être soit versé dans un dépôt d’archives public (défini par le code du patrimoine), soit éliminé selon les textes législatifs et réglementaires en vigueur (au bout de 5, 10, 50, 100 ans).

A contrario, les archives privées sont l’ensemble des documents qui n’entrent pas dans la définition d’archives publiques. Un fonds d’agence de paysagiste par exemple n’est pas soumis aux règles publiques. En revanche, les archives privées peuvent entrer dans un service d’archives public (comme les ADY) par don, legs, achat ou préemption en vente publique. Cas des archives de J. Sgard, préalablement inventoriées.

  1. Qu’est-ce qu’un fonds d’archives ?

C’est l’ensemble des documents de toute nature qu’une personne physique ou morale a produit ou reçu durant son activité. Tout document appartient à un fonds et doit rester classé dans ce fonds. À la différence d’une bibliothèque ou d’un service de documentation. Exemple : le fonds André déposé aux ADY ou le fonds de P. Dauvergne déposé aux archives de l’ENSP (salle 5).

  1. Dépôt, versement : quelles différences ?

Un versement d’archives est un transfert de dossiers publics à un service d’archives par un même service administratif en une seule fois à une date donnée (La Mémoire en poche, ADY, p. 23). On parle aussi de versements lorsqu’il existe un service d’archives constitué au sein d’un établissement et les services administratifs de ce dernier.

Un dépôt d’archives est réservé aux documents entrants dans un service public d’archives et reste la propriété du déposant.

  1. Qui peut (ou doit) déposer des documents au service d’archives de l’ENSP ?

– Obligatoire : Tout membre du personnel de l’ENSP qui produit et reçoit des documents d’intérêt général dans l’exercice de son activité, quand leur utilité cesse.

– Facultatif : Tout ancien élève de l’ENSP ou de la section du paysage et de l’art des jardins de l’ENSH, au titre de son activité de paysagiste

  1. Quelles règles le versement doit-il respecter ?

Il ne comporte que des documents, papier ou numériques, produits ou reçus en relation avec les activités d’administration, d’enseignement et de recherche propres aux différents services de l‘ENSP. Les documents, conditionnés dans des cartons, sont décrits dans un bordereau de versement (fichier Excel).

– Tout autre document produit hors de l’ENSP (ouvrages, revues, articles de revues, études, recherches …) aura vocation à être dirigé vers la documentation de l’ENSP, à y être intégré ou à être éliminé s’il existe déjà. Sauf s’il fait partie intégrante de la documentation pédagogique qui a été nécessaire à l’enseignant.

  1. Où est localisé le service d’archives de l’ENSP ?

Dans sept salles du sous-sol du bâtiment Le Normand :

– 1 Le fonds d’ouvrages anciens (ENSH/ENSP)
– 2 Les fonds anciens et la réserve des revues, mémoires de DPLG et d’ateliers pédagogiques régionaux dépendant du centre de documentation
– 3 et 4 : Les archives administratives et financières (en cours)
– 5 La réserve des ouvrages et études du centre de documentation
– 6-7 Les archives pédagogiques et de la recherche

D’autres lieux (la Figuerie, les bureaux des enseignants, les secrétariats …) contiennent également des archives en attente de dépôt.

  1. Comment consulter les archives ?

– L’ensemble des archives de la Section du paysage et de l’art des jardins de l’ENH, celles de l’ENSH et quelques fonds de paysagistes sont localisées aux ADY, et consultables par tous (contacter Anthony Rigault). Notamment les Fonds Edouard et René-Edouard André, le fonds Jean Challet, le fonds Jean Camand, les fonds d’anciens élèves.

– Les archives administratives, pédagogiques et de recherche de l’ENSP et du CNERP sont localisées principalement aux services d’archives et de documentation de l’ENSP (cf. 7). Leur inventaire est en cours par V. Fernandes. Mais la consultation publique n’est pas encore possible, sauf cas particulier. Elle devrait le devenir.

  1. Que deviennent les archives conservées par l’ENSP ?

– Les archives administratives, comptables, pédagogiques et de recherche sont régulièrement recollées (inventoriées) sur un tableau Excel et conservées dans les salles d’archives appropriées (3, 4, 6, 7). Cas des fonds Rumelhart et Bouillon (en cours) ou des archives des secrétariats d’enseignements ou des services généraux.

– Les fonds d’enseignants sont triés (s’ils ne l’ont pas été) et les documents répartis entre les archives pédagogiques et de recherche d’une part (pour inventaire et classement), et le service de documentation pour intégration ou élimination. Si le fonds présente une cohérence pédagogique originale, il restera complet dans les archives pédagogiques. Ex : le fonds Fleury partiellement localisé à la documentation (1er cas) ou (2ème cas) le fonds Rumelhart (localisé en totalité aux archives pédagogiques).

– Les fonds de paysagiste sont recollés et conservés à l’ENSP en vue de leur transfert à terme aux ADY. Cas du fonds Provost en cours ou du fonds Corajoud

  1. Quelles perspectives de développement pour le service des archives de l’ENSP ?

– La réunion de la plupart des archives de l’école dans les sept salles du bâtiment Le Normand et l’étiquetage des portes. L’aménagement des salles devra respecter des conditions de conservation satisfaisantes (T° et H° notamment).
– Le nettoyage complet et la sécurisation des sept salles après évacuation des pilons.
– La fin du récolement des archives pédagogiques et de recherche.
– Le don, l’intégration aux fonds anciens ou la destruction du reliquat d’archives de l’ENSH (revues anciennes).
– Le tri, récolement et classement des archives d’enseignants (Dauvergne, Bouillon, Rumelhart, Donadieu).
– Le stockage des dépôts en attente d’inventaires.
– La valorisation des archives existantes par des expositions (avec les ADY) et des publications sur Topia. Le prochain chapitre de Histoire et Mémoire sera consacré au CNERP.

P. Donadieu, 12 octobre 2018
Texte revu par A. Rigault (ADY)



^

Quelques conseils aux services de l’ENSP pour archiver

Compléments de L’archivage en 10 questions

Version du 12 octobre

Télécharger le PDF

  1. Pourquoi archiver ?

Quand un document produit ou reçu dans le cadre de l’ENSP n’est plus utile au service, il doit être déposé, systématiquement, aux archives de l’école (voir L’archivage en 10 questions).

  1. Quoi archiver ?

Tout document, quelle que soit sa nature, qui n’a plus d’utilité dans la salle où il est exploité.

  1. Quelles règles de dépôt ?

Tous les dépôts de documents doivent être identifiés par une date (ex : 2001 ou bien 2001-2004), et si possible le nom d’un producteur d’archives. Ces documents doivent être classés par ordre chronologique et thématique et, lorsque cela est possible, dans des dossiers d’archives. Les documents numériques doivent suivre les mêmes règles en étant déposés dans des mémoires « CLOUD ».

  1. Quand effectuer un dépôt ?

À tout moment de l’année, de manière régulière si possible (sans attendre l’encombrement)

  1. A qui s’adresser ?

À Véronique Fernandes, bâtiment Le Nôtre, responsable du service d’archives de l’ENSP

  1. Qui décide de l’archivage ?

Toute personne qui a la responsabilité d’un service de l’ENSP

  1. Où sont les archives de l’ENSP ?

Dans les salles du sous-sol du bâtiment Le Normand

  1. Peut-on accéder aux archives déposées ?

Oui, en le demandant à V. Fernandes, notamment si on y a déposé quelque chose. Le public n’est pas encore admis. Les chercheurs peuvent l’être, car le prêt n’est pas envisagé, mais risque d’inconfort …

  1. Que deviennent les archives déposées ?

Elles sont inventoriées élément par élément (boite par boite) dans un tableau excel et localisées sur les étagères des salles d’archives d’une part (salles 1, 3, 4, 6, 7), et dans les salles partagées avec le centre de documentation (salle 2 et 5) et, pour une partie, versées au centre de documentation du bâtiment Saint-Louis, d’autre part.

Certains fonds (de paysagistes ou d’enseignants notamment) ont vocation à être versés ultérieurement aux ADY.

  1. Que faut-il éviter ?

– De déposer des archives non triées et non classées (surcroit de travail pour l’archiviste).

– D’oublier d’archiver trop longtemps (encombrement garanti).

– De ne pas consulter V. Fernandes en cas de problème de tri et de classement.

V. Fernandes et P. Donadieu, 10 octobre 2018



^

Comment trier un fonds d’enseignant/de paysagiste ?

Télécharger le PDF

Version du 12 octobre 2018

Le fonds peut être trié avant ou après dépôt dans le service des archives de l’ENSP. Il ne peut être démembré ensuite dans le recollement. Toutefois, la localisation géographique peut être différente entre les archives pédagogiques et de recherche (salle 6 et 7) et le centre de documentation et ses réserves.

Etape 1 : Trier

– En éliminant tout document qui n’a pas été produit dans le cadre de l’ENSP et que l’on peut trouver dans d’autres services de documentation (exemple : les revues, les livres), sauf s’ils ont un rapport direct avec les thèmes abordés dans la recherche historique et la formation des paysagistes (exemple : certains tirés à part de revues).

– En retenant tous ceux qui ont été produits ou reçus dans le cadre de l’ENSP sauf s’ils sont en de multiples exemplaires ou s’ils existent dans d’autres services documentaires (revues, TAP).

On veillera à ne pas éliminer les documents qui ont servi directement à élaborer l’enseignement ou les articles ou rapports de recherche s’y rapportant.

Etape 2 : Séparer les documents retenus en deux catégories

Ceux qui seront inventoriés et mis à la disposition du public par la documentation de l’école. Certains seront éliminés s’ils sont en plus de deux exemplaires.

Ceux qui seront inventoriés et mis à disposition des chercheurs par les services des archives dans la rubrique archives pédagogiques et de recherche.

On veillera à ne pas séparer les documents qui ont servi directement à élaborer l’enseignement ou les articles ou rapports de recherche en les conservant dans « Archives pédagogiques et de recherches »

Etape 3 : Classer les documents dans chaque catégorie par ordre chronologique (pour être consultés plus facilement)

En veillant à ce que le nom du ou des auteurs soit indiqué sur le document.

Etape 4 : Déposer le fonds trié (inventorié ou non) dans l’une des sept salles du services des archives.

Selon les indications de V. Fernandez qui se chargera du recollement.

P. Donadieu 12 octobre 2018



^

Conseils aux utilisateurs des archives de l’ENSP

P. Donadieu 13 octobre 2018

Télécharger le PDF


1 – Où sont les archives et que contiennent-elles ?
Aux archives départementales des Yvelines à Saint-Quentin-en-Yvelines. Elles contiennent les archives de l’ENSH depuis 1874 dont celles de la section du paysage de l’ENSH de 1946 à 1974, et des dépôts de fonds de paysagistes des deux derniers siècles (les André, Jean Camand …)

– À l’ENSP au Potager du roi à Versailles. Elles contiennent les fonds anciens transmis par l’ENSH (ouvrages, revues de 1800 à 1970), les archives administratives, financières, pédagogiques et de recherche de l’ENSP (après 1974), et quelques fonds de paysagistes (M. et C. Corajoud, A. Provost, P. Dauvergne) ou d’enseignants non paysagistes (Rumelhart, Bouillon, Donadieu).

S’y ajoute le fonds documentaire de l’ENSP (ouvrages, études et revues après 1950).


2 – Quelles sont les conditions d’accès au public ?

– Les archives départementales des Yvelines sont accessibles au public aux heures ouvrables (consultez Anthony Rigault).

– Le centre de documentation de l’ENSP est accessible au public aux heures ouvrables (consulter Isabelle Sauvé).

– Le service d’archives de l’ENSP n’est pas encore accessible au public, sauf consultation de Chiara Santini pour les fonds anciens et V. Fernandes pour les fonds contemporains.


3 – Comment sont gérées les archives ?
Par V. Fernandes avec un tableau de gestion qui précise les procédures de conservation, de tri et d’élimination.

Après tri, les archives déposées sont inventoriées (recollées) sur un tableau Excel, boite par boite, numérotées et installées sur des étagères elles-mêmes porteuses de numéros. Les contenus sont décrits succinctement (nature, années) sur chaque boite.


4 – Comment consulter les archives de l’ENSP ?

Il est nécessaire de savoir avec le plus de précision possible ce que l’on cherche (au moins un nom et des années).

Il est alors possible de retrouver une boite ou un document en interrogeant les bases de données avec des mots clés.

Consulter V. Fernandes qui pourra faire la recherche car la base de données des fonds contemporains n’est pas accessible en ligne, ou C. Santini pour les fonds anciens.

Cette recherche ne sera possible que si le recollement des dépôts a été fait. Au 10 octobre 2018, il est fait en partie pour les fonds anciens, en totalité pour les archives administratives et financières et en partie pour les archives pédagogiques et de recherche. Il commence pour les fonds des enseignants et des paysagistes.

 
 
 

D’après La mémoire en poche, ADY, Somogy, Paris, 2003-2009, p. 10 et le code du patrimoine.

Chroniques d’archivistes

Chroniques d’archivistes

 

Dans cette chronique sont indiqués les travaux réalisés dans les archives de l’ENSP de Versailles-Marseille par les membres du groupe Histoire et Mémoire de l’école.

Créé en mars 2018, ce groupe réunit (par ordre alphabétique) B. Blanchon, P. Donadieu, V. Fernandes, A. Jacobsohn, V. Piveteau et C. Santini.

Publiée sur Topia, la chronique est actualisée tous les deux à quatre mois (P. Donadieu).

Les travaux concernent :

– la localisation des archives dans et hors de l’ENSP,

-le récolement (inventaire) des documents entreposés dans les différents lieux de conservation de l’école,

– l’élimination régulière (tous les cinq à 90 ans) des archives « périmées »,

– l’équipement des salles d’archives (étagères),

– la relocalisation des archives à l’intérieur de l’école,

– la valorisation des archives par les documentalistes et les chercheurs,

  • Consultation par le public et les chercheurs (salle dédiée ?)
  • Expositions (salle dédiée ?)
  • Publications d’articles historiques sur le site Topia ou ailleurs
  • Restauration d’ouvrages ou de tableaux.

 

Travaux récents

2009 : Récolement (inventaire) des archives administratives et financières (Figuerie) et pilonnage (destruction) par l’archiviste Hélène Bonamy selon le plan de gestion des archives de l’école établi avec A. Rigault (archives des Yvelines)

2011 : Récolement des archives pédagogiques (Bâtiment Le Normand), sans pilonnage ni versement aux archives départementales, par l’archiviste Justine Luong

2000-2017: Stockage à l’ENSP (sous-sol du Le Normand et autres salles), sans récolement :

 – des archives des enseignants (D. Bouillon, M. Rumelhart, P. Donadieu, M. Corajoud, A. Fleury, P. Dauvergne …) : Le Normand, Le Nôtre, Figuerie, Saint-Louis, Suisses 

– des services de l’ENSP (direction des études, départements d’enseignement, LAREP, formation continue, documentation, concours …)

2018 : mars : Création du groupe Histoire et Mémoire (de l’ENSP) et de la rubrique homonyme sur Topia.


 

Début de la chronique

2018

Mars-avril

– Essai d’échantillonnage des archives du concours (40 ans), très encombrantes et poussiéreuses (P. Donadieu et V. Piveteau). On a peut-être trouvé une règle d’élimination des dossiers de candidature (une année sur 10 ?).

-Mise en place d’une rubrique « Histoire et Mémoire » dans « Travaux des chercheurs » du site Topia (R. Vidal).

– Tri et mise au pilon des archives périmées (2009-2017) dans les deux salles des combles de la Figuerie (V. Fernandes), un travail de bénédictin(e)… dans la poussière et la solitude …

– Publication des localisations des archives à l’ENSP et aux Archives départementales (P. Donadieu, V. PIveteau et A. Rigault). On sait enfin où est une partie des archives de la Section du paysage, hélas mélangées avec celles de l’ENSH. Il faudra chercher encore … On a retrouvé les comptes rendus des conseils d’enseignants de 1947 à 1967 (liasse 1433 du récolement de 2011 à l’ENSP).

– Publication sur Topia de deux articles sur le premier projet d’Institut du paysage (1970-72) de la commission Harvois et sur les diplômes de paysagiste depuis 1945 (P. Donadieu et R. Vidal). Un troisième est en préparation sur les débuts du fonctionnement de la Section (1946-1956).

22 mai 2018
Comment trouver, dans les archives des Yvelines, un document relatif à l’histoire de l’ENSP et de la Section ? En principe c’est simple. Vous identifiez sa cote et vous demandez au personnel des archives de vous l’apporter. Ainsi en est-il des dépôts, sous la rubrique École d’horticulture, avec les cotes 106J, 141J, 144J, 145J … concernant les archives des paysagistes versaillais (E.et R.-E André, J. Camand, J. Challet …). En pratique c’est moins évident. Je cherche les procès-verbaux des conseils des enseignants de l’ENH pour savoir quelle place y tenaient les décisions concernant l’enseignement de la chaire d’architecture des jardins et d’urbanisme, et celui de la section du paysage et de l’art des jardins. Sur le fichier qui inventorie les archives de l’ENH versées en 2009, je repère les boites 238 (VI-1) et 386-387 (VI-36) indiquant “Conseil des professeurs, PV 1929-1957”.  Après presque une demi heure de recherche, la “présidente” de la salle de lecture parvient à repérer la cote réelle des boites (1W-dépôt 238) qui réunit les PV des conseils d’administrations de l’ENH de 1936 à 1961, mais pas ceux des conseils des professeurs.
Nouvelle recherche du préposé dans les réserves. Il remonte une boite anonyme trouvée sur les étagères à côté des précédentes. Miracle ! Dans cette boite verte, je trouve les deux cahiers manuscrits des conseils d’enseignants de l’ENH de 1929 à 1957. On m’explique que le reclassement du fond versé en 2009 n’est pas terminé, ce qui explique cette boite anonyme. Désormais elle a retrouvé une cote : 1W dépôt 117-VI-36 (si j’ai bien compris). Je pourrai ainsi continuer ma lecture et comparer les activités pédagogiques de l’ENH et celles  de la Section entre 1940 et 1957. Car j’ai retrouvé les PV du conseil des professeurs de la Section de 1947 à 1964 dans la salle des archives pédagogiques de l’ENSP à la cote de récolement 1433 …
13 juin 2018

Depuis le 1er juin jusqu’en juillet prochain,  un stagiaire  Sovannara Mey ( d’origine Khmer) aide Véronique Fernandès. Il termine son cursus de Master 1 (Gestion de l’archivage) à l’université de Saint-Quentin-en-Yvelines.

V.  Fernandès raconte les dernières opérations : “Nous avons procédé à un premier bordereau d’élimination  (BX VISA N° 1) et avons soumis la demande d’élimination d’archives (récolement 2011 + 2018) ainsi que le tableau EXCEL des éléments, à Vincent Piveteau aujourd’hui même. Celui-ci concerne uniquement les archives des salles 71 et 72 et représente 82 mètres linéaires. Dès que le bordereau sera signé, nous adresserons par courrier, les documents pour le visa des Archives départementales des Yvelines.
En effet, lors de sa dernière visite, Antony Rigault nous a demandé de fractionner les bordereaux, eu égard à la quantité de documents à vérifier avant pilonnage. Dans ces salles, il nous reste encore quelques cartons et boîtes à analyser.
Les plans et calques, qui feront l’objet d’un versement (BV) aux AD 78, sont pratiquement tous récolés (nous arrivons à un peu plus de 80 plans).”

11 juillet 2018
Véronique  Fernandez fait le point sur les travaux accomplis avec Sovannara Mey.
Salles 71 et 72
Les documents et les plans des salles 71 et 72 sont pratiquement tous inventoriés. L’analyse des boîtes non recollées des salles 71 et 72 est terminée. Un premier bordereau d’élimination a été soumis à l’approbation du Directeur de l’ENSP et adressé au ADY78.  Des réserves, concernant certains documents, ont été émises par les ADY78. Les documents concernés, (principalement les feuilles de paie ENSP et MAP) ont été extraits de la montagne du pilon (environ 50 boîtes).

Le pilon s’agrandit (entre 110 et 120 mètres linéaires) mais, de fait, eu égard aux analyses et au tableau de gestion qui indique un sort final de conservation : il commence à diminuer.
Les plans et calques, qui feront l’objet d’un versement aux AD 78, sont recollés et conditionnés.  Le bordereau de versement aux ADY78 est prêt et il sera soumis à l’approbation du directeur de l’ENSP.  Un deuxième bordereau d’élimination est prêt pour une seconde opération Pilon. Un troisième viendra prochainement.

Les dossiers de personnels rémunérés, par famille : fonctionnaires retraités, vacataires, ARE, AUD, étudiants, stagiaires, personnels occasionnels, sont classées autant que possible par ordre alphabétique. Il y a eu un très gros travail de reclassement et de conditionnement sur ce point.  En effet, nous avons trouvé un grand nombre de dossiers en vrac, peu identifiés ou de manière disparate. Certains dossiers sont organisés par services ou par date, d’autres sans classement précis. Il y a des dossiers d’une même personne qui se trouvent dans différentes boîtes en fonction de l’emploi occupé, sans forcement être des doublons… Enfin, nous retrouvons régulièrement des pièces administratives en vrac qui peuvent être importantes pour la carrière des personnels et que nous devons ou devrions intégrer dans leurs dossiers (IRCANTEC, ASSEDIC, notifications administratives, documents d’arrêt de travail…). En conséquence, il faudrait plus tard, lors de l’aménagement des nouvelles salles destinées aux archives administratives, faire un gros travail de fusion desdits dossiers.

Les archives de la FFP (archives privées de fait, mais certaines probablement très liées à l’école) sont conséquentes en salle 71 et au bâtiment Le Normand.
Elles pourraient être conditionnées en cartons de déménagement,
pour tout ce qui est en relation avec l’école et la pédagogie. Nous éliminerons les pièces comptables, totalement obsolètes et les documents irrécupérables. Ce sera probablement fait à la rentrée prochaine.

Les archives de l’ IFLA ont été toutes conditionnées et recollées (25 boîtes)
 Salle 20 – bâtiment Le Normand.
Les étagères sont pratiquement toutes purgées des dossiers à retirer avant mise au pilon. Les boites à éliminer sont temporairement placées dans le couloir desservant les réserves du sous-sol (20 mètres linéaires). Il reste un très gros travail d’analyse à réaliser dans cette salle, encore très encombrée.
Le meuble à plans cédé par les ADY78 est désormais placé, comme prévu, au sous-sol du bâtiment Le Normand, dans la réserve n° 2.. Un rendez-vous est fixé en juillet avec Véronique Laulier pour faire le point sur les archives de la Formation Continue, celles notamment qui sont très dégradées et posées sur le sol en salle 20.
22 09 2018
Depuis la rentrée, le travail d’archivage et de valorisation des archives de l’ENSP a considérablement avancé :

Salle 72 du bâtiment de la Figuerie

  • L’analyse des archives administratives et financièresest terminée, à l’exception de la série récente 2012 à 2015.
  • L’analyse des archives de la SFP(Société Française des Paysagistes DPLG) et de la FFP (Fédération Française du Paysage) est en cours de recollement et de reconditionnement (beaucoup de vrac et des boîtes très endommagées).
  • Les plans et calques ont été versés aux archives des Yvelines et les doublons conservés dans le meuble à plans (réserve 2 du sous-sol du Bâtiment Lenormand) qui a été donné par les ADY pour cet usage.
  • L’élimination des dossiers (pilonnage) et le transfert des archives des salles 71 et 70dans le sous-sol du bâtiment Lenormand sont prévus en octobre.

Salle 20 du sous-sol du bâtiment Lenormand

  • Les archives dites pédagogiques sont en cours de tri(avec pilonnage selon les règles administratives) ; celles de la documentation et d’une partie des archives de la Direction des Études et fonctions communes ont été recollées.

Il reste cependant un très gros travail d’analyse à réaliser dans cette salle, très encombrée. Il concerne notamment les archives du concours, des ateliers pédagogiques régionaux et du LAREP.

  • Les principes de classement des archives de la formation continue (dont CESP et VAE), en relation avec V. Laullier, ont été précisés. Le tri pourra commencer. A terme, il faudra intégrer les archives (2004 – 2018) qui sont actuellement conservées dans de bonnes conditions au sous-sol du bâtiment Saint-Louis. Elles seront ensuite traitées et versées en salle 20, après réorganisation de cette salle, faute de place pour le moment.

La localisation actuelle de toutes les archives de l’école (une dizaine de lieux) semble désormais exhaustive.

– Archives des Yvelines

  • La localisation des archives de la Section du paysage et de l’art des Jardins de l’ENSH est désormais connue grâce au travail de A. Rigaud. Ces archives ne sont pas encore en accès direct pour le public, sinon par son intermédiaire.
  • Quelques archives documentaires de l’ENSH restées dans les réserves 1 et 2 du sous-sol du bâtiment Lenormand auraient vocation à rejoindre les ADY (toutes les archives de l’ENSH, après un voyage à Angers -Agrocampus ouest- y sont désormais localisées).

Valorisation

  • A partir des archives de la Section, P. Donadieu a écrit un texte sur les dernières années de la Section (1968-74) qui sera publié sur Topia.
  • Un groupe « archives des formations paysagistes» a été constitué avec d’anciens enseignants de l’école : Pierre Dauvergne, Yves Luginbühl et J. Sgard, notamment, pour écrire des textes sur l’histoire du CNERP et sur celle des ateliers pédagogiques régionaux de l’ENSP (vue par J. Sgard qui en a encadrés régulièrement depuis le début). Les archives du CNERP, institution interministérielle à la vie brève (1972-75-79), déposées aux Archives nationales ne sont toujours pas localisées.
  • Donadieu pense qu’un répertoire des enseignants et chercheurs de l’école depuis 1873 serait très utile. Il a fait une proposition en ce sens. Il faudrait en faire un travail collectif.

 

Travaux envisagés en 2018:

– Mise au pilon (dans le couloir) des archives périmées de la salle des archives pédagogiques (SAP), selon le fichier de gestion de 2011 (manque fichier des boites 2500 à 3100)

– Récolement des archives « Documentation » (SAP) : V. Fernandes + stagiaire

– Terminer le récolement des archives du concours (échantillonnage)

– Préciser (réunion du groupe Histoire et Mémoire) les règles de tri des archives des enseignants (récolement partiel ou total)

– Étiqueter de manière visible les dix portes du sous-sol du bâtiment Le Normand

– Mise à la benne des archives à pilonner de la Figuerie et du Le Normand

– Rédaction d’articles sur les enseignements de la Section du paysage et de l’art des jardins (1946-1974)

– Contact avec Y. Périllon (legs possible d’une exposition ancienne sur l’art des jardins…)

10 mars 2019

 

 

Tableau des activités possibles et proposition de nouveaux noms des salles d’archives de l’école (les anciens directeurs de l’école depuis la fondation)

Salle Nom proposé/lieux Programme 2019 Remarques
n° 1 (Fonds ancien, collections, Jardin français) Salle Auguste Hardy (1874-1891)

 

Le fondateur de l’ENH

Mise sur étagères et indexation des revues ENSH <1900

Classement du fonds du jardin français déplacé en 2018 depuis la salle 2

 

Responsable C. Santini

Pb des revues et ouvrages agricoles et horticoles : la moitié du fonds (les garder ?)

N° 2 (Réserve documentaire n° 1 revues, mémoires DPLG) Salle Jules Nanot (1892-1924)

 

Il a rehaussé la Figuerie et travaillé avec E. André

Mise sur étagères et indexation des revues stockées en caisses Mise sur étagères et indexation dans les placards salle Duprat des revues ENSH>1900 (Annexe de la salle 2)
N° 3 (Fonds enseignants et autres) Salle Joseph Pinelle (1925-1940)

 

Il a construit le foyer coopératif des élèves en 1928

Evacuation du matériel

Peinture sol

Montage des étagères métalliques (ou achats)

Mise sur étagères et récolement

Fonds Dauvergne, Bouillon, Mazas, Rumelhart, P+A, Pages Paysages, F. Marot, FFP … (actuellement salle 5)
N° 4 (Archives administratives et financières) Salle Fernand Fauh (1940-1944)

Les temps de guerre

Poursuite gestion ordinaire Transfert du fonds en   2018 depuis la Figuerie
N° 5 (Salle de transit et de consultation des archives, réserve documentaire n° 2) Salle Jean Lenfant (1945-1959)

 

Il a créé la section du paysage et de l’art des jardins

Desherbage et indexation ouvrages

Récolement A. Provost

Tri fonds Ecologie (herbiers) (Rumelhart)

Peinture sol souhaitable

Problème des diapositives (des milliers …)

Transfert du meuble diapos dans la salle 3

N° 6 (Archives pédagogiques et de recherches) Salle Etienne Le Guélinel (1959-1974)

La fin de la section et

La mission Harvois (premier projet d’institut du paysage)

 

Gestion ordinaire

Intégration dépôts LAREP, Bouillon, ateliers, concours d’entrée …

Tri et étiquetage important à faire (place limité).

On peut aussi inverser les noms avec la 7

N° 7 (soupente escalier est) Salle Raymond Chaux (1974-1990)

 

Fondateur de l’ ENSP

Tri et indexation du Fonds Donadieu Pb des diapositives
N° 8   4 rue Hardy (appartement) Salles Fonds de l’Agence M. Corajoud

Refondateur de la pédagogie des ateliers de projet

Récolement en Cours Avec Hannah Sturza (agence Chémétoff)
Autres dépôts Centre de documentation

Bat Le Nôtre

 

Département d’écologie

 

 

Bureaux d’enseignants

J. Cabanel, A. Fleury

 

Les Carnets du paysage

 

Fonds Rumelhart/Chauvel

 

Fonds Blanchon, Toublanc, Vidal, quatriéme année, APR, techniques, ateliers…

Indexés ?

 

A récoler et transférer

 

 

A récoler et transférer

 

Transferts prévisibles > 2019

Archives départementale des Yvelines Ville de saint Quentin-en-Yvelines Fonds ENSH (1874-1995)

 

 

Fonds ENSP > 1975

Fonds paysagistes (Camand, André, Challet …)

 

Dont la section du Paysage et de l’art des jardins (1946-1974)

A préciser

J. Sgard en cours en 2018

Couloir du sous-sol du bâtiment Lenormand Bâtiment Lenormand sous-sol Evacuation des cartons, des étagères métalliques et des palettes. Fauteuil dans la salle 5. Nettoyage et peinture du sol jusqu’aux entrées

Affichage des portraits des 7 directeurs

Règles d’affectation et d’usage des 5 clés actuelles.

 

 

 

1-Les noms proposés sont ceux des directeurs ENSH/ENSP décédés.

2-Le tri des dépôts (s’il n’est pas fait) est fait en fonction de deux destinations :1/ ce qui peut être consulté au centre de doc à condition de ne pas apparaitre comme un quatrième exemplaire (sinon don aux étudiants ou  destruction) 2/ ce qui est destiné à être utilisé par les chercheurs, et à ce titre est conservé (salle 6) au titre des archives pédagogiques et de recherche de l’ ENSP, notamment en tant que fonds d’enseignants (salle 3) et de paysagistes (priorité à ceux qui ont enseigné à l’école).

 

3- La valorisation des archives pour le public et les visiteurs (expositions) est à envisager rapidement dans les anciens ateliers de maintenance de l’école (bâtiments des Suisses), ou bien dans le sous-sol du bâtiment Saint-Louis.

 

4- La publication des travaux de recherche à partir des archives ENSP est faite par le site Topia (R. Vidal et P. Donadieu), rubrique Histoire et mémoire (travaux des chercheurs). Un groupe CNERP est en cours de constitution. Plusieurs textes, biographiques ou non, de Y. Luginbühl et P. Dauvergne ont été publiés début 2019.

 

5- L’accès aux archives pour les chercheurs est rudimentaire, quoique possible si un archiviste de l’école est présent. Le professeur américain Malcom Woolen Sewell travaille actuellement sur le fonds Corajoud en vue de la publication d’un ouvrage.

 

6- L’arrivée de dépôts d’archives internes et externes va s’accélérer dans les années à venir (ne pas envisager de « dépôts sauvages » au sous-sol …). Tous les dépôts internes et externes devront être triés et V. Fernandes consultée au cas par cas.

 

7- Nécessité d’un emploi supplémentaire pendant au moins un an pour mettre en ordre de marche le service des archives fin 2020 (actuellement V. Fernandes à temps plein depuis 10 mois, et P. Donadieu comme bénévole de manière intermittente).

 

8- Nécessité de créer en 2019 un conseil des archives pour décider des orientations majeures et des réponses à des problèmes ponctuels, par exemple avec V. Piveteau, C. Santini, B. Blanchon, A. Jacobsohn, S. de Courtois et la responsable du centre de documentation.

9- Nécessité d’un budget minimum (achat étagères, boite à archives, petit matériel, aspirateur …) pour le service des archives.

Ces propositions relèvent depuis le 1er mars 2019 de Sophie Jaeghle, nouvelle responsable  du services Documentation, archives, collections

Pierre Donadieu 22 février 2019

21 Mars 2019

Après visite des archives du département d’écologie avec Sophie et Véronique et Pauline, Marc convient des premiers principes de tri et de délocalisation.

“Voici ce que j’ai retenu de mon bref passage aux archives hier après-midi.

(NB Pour rappel, sont intégrés au fonds documentaire (RdC du bâtiment St-Louis) les ex-rayons ET (études, rapports, plaquettes hors classement thématique) et TH (thèses, mémoires…) de la documentation spécialisée d’écologie : y figurent quelques biens personnels qu’il vaudrait mieux que je retire avant indexation.)

Certains linéaires de rayonnages d’archives sont en fait des morceaux de l’ex-documentation spécialisée d’écologie (DSE).

Ils ont été estivalement versés au centre de documentation et/ou aux archives avant que j’aie pu y opérer le tri (retrait des ouvrages perso et ouvrages « des maîtres ») que j’avais appliqué aux ex-rayons plus classiques* issus de la même salle (actuel bureau de doctorants).

Il s’agit d’une documentation « grise » (= à édition limitée, brochures, études, articles…), acquise à titre gracieux via mes réseaux scientifiques et professionnels, et qui n’avait fait l’objet que très partiellement d’une indexation Kentika (pour laquelle le thesaurus était ici particulièrement défaillant, lacunaire).

Chaque élément y était (et y reste) toutefois doté d’une cote (lettre du rayon de la DSE + numéro d’ordre).

Les entrées des années 1970 et 1980 (parfois plus tardives aussi) avaient fait l’objet de fiches documentairesdescriptives « bristol » – dont le fichier existe encore au département d’écologie.

Beaucoup incluaient en outre des « fantômes » (fiche d’emprunt).

– ex-rayons (E)D à (E)L : études (incluant tirés-à-part techniques) à classement thématique (zones humides, gestion des espaces découverts, etc.).Olivier Gonin m’a confirmé hier soir que les boîtes manquantes [(E)A à (E)C] sont restées au CDI (St-Louis).

Il n’y a aucune raison pour que ce fonds reste scindé en deux – la césure** étant le fait du hasard.

ex-rayon « Catalogues de pépinières » : ces catalogues n’ont plus de valeur d’usage. En revanche, certains d’entre eux (peu nombreux) peuvent avoir une réelle valeur documentaire et/ou historique. Beaucoup méritent destruction, mais les jeter tous sans tri serait une faute.

ex-rayon TAP (tirés-à-part d’écologie, parmi lesquels figurent aussi quelques biens personnels).

Je n’ai pas visité la salle dédiée aux revues, où Pierre me dit que les T-à-P ont été versés.

Après tri, ce sont potentiellement des documents actifs, consultables comme n’importe quel ouvrage.

Les premiers cités (boîtes thématiques (E)A à (E)L), en particulier, n’ont rien à faire en archives à proprement parler.

Même si c’est évidemment au CDI de décider quand et sous quelle forme ils rejoignent le reste du fonds documentaire.

1-S’agissant des herbiers***, nous nous sommes mis d’accord sur une méthode.

Je vais proposer quelques dates pas trop lointaines.

Nous retiendrons la première qui conviendra à Pauline, Sophie, Pierre et Véronique, si possible aussi à Oliver.

J’irai pendant deux heures opérer, sur un échantillon aléatoire, une proposition de sélection en trois catégories :

– à détruire (en particulier si l’état de conservation pose pb),

– à remonter au département décologie pour valeur d’exemple (cf. courriel de Sophie Jaegle), et

– à conserver au titre d’archive, notamment aux fins de recherches sur l’histoire de la pédagogie du projet de paysage (mais aussi sur les productions des paysagistes).

Nous déciderons collectivement des ajustements de protocole.

Ensuite j’annoncerai une série de dates auxquelles je pourrai poursuivre et achever le tri sur la base du protocole ainsi concerté.

Le tri se matérialisera par des pastilles collantes (si collage suffisamment fiable).

  1. J’ai été surpris du volume très réduit occupé par les cartons « écologie » de boîtes à archives de la dernière salle, au regard du souvenir que j’en avais lors de ma dernière visite.

Il semble que des cartons aient été vidés et leurs boîtes à archives dispersées sur les rayonnages.

Mais ce que j’en ai vu ne comble pas ce manque ressenti.

En tout état de cause, il y aurait utilité à ce que j’y opère un tri, et que j’y confirme ou infirme les mentions « attribué à Marc R. ».

Je souhaite à cet effet disposer du récolement (fichier Excel) disponible, puisque les boîtes sont numérotées.

J’en complèterai les lignes vides (il y en aurait beaucoup…) pour les documents dont l’archivage sera confirmé.

Mais le temps pour cela risque de manquer dans les mois qui viennent…

Cordialement,

Marc

* Ex-rayons A, B, D, ECO, FA, FF, FR, SPE, TEC, V.

** Générée par l’encombrement des cartons de transport…

*** Il vaudrait mieux les appeler (de leur nom !) « travaux personnels d’écologie » (TPE) car ils comprennent des dossiers photographiques et dessinés, sans exsiccata. Les archives d’évaluation pédagogique en contiennent, si l’on veut, un « inventaire », mais qui n’a jamais été récolé.

(A suivre)

 

 

 

Les paysagistes concepteurs

Retour

Les paysagistes concepteurs

Dans cette rubrique sont publiés les textes de chercheurs relatifs aux paysagistes ayant travaillé en France, issus des formations versaillaises ou non. Les publications de référence dans ce domaine seront mentionnées sous forme de bibliographies, associées ou non aux articles.

– “René André (1867-1942), du jardin à l’urbanisme : La redécouverte des projets d’un architecte paysagiste”. Article de Stéphanie de Courtois, in Colonnes n° 27, mai 2011. Télécharger l’article.

– “Pratiques paysagistes, quelles archives?”. Article de Bernadette Blanchon, in Colonnes n° 27, mai 2011. Télécharger l’article.

Histoire et mémoire

Histoire et mémoire

Dans cette rubrique interactive sont publiés les documents de recherche élaborés dans le cadre de la mission «Archives et fonds ancien» initiée en mars 2018 à l’ENSP de Versailles-Marseille, répartis en trois sous-rubriques :

Pour savoir comment archiver ou consulter les archives, voir “L’archivage en dix questions“.
Vous êtes invités à laisser vos commentaires dans le formulaire ci-dessous.