B. Fischesser et le paysagisme d’aménagement (1974-2003)

Le paysagisme d’aménagement (1974-2003)

Une recherche appliquée du CEMAGREF de Grenoble

 

Les travaux de recherche appliquée en matière de paysagisme d’aménagement (ou encore Grand Paysage) conduits de 1973 à 2003 au groupement du Cemagref de Grenoble (devenu IRSTEA) ont été essentiellement le fait de Bernard Fischesser, Marie-France Dupuis-Tate (cf biblio) et Hugues Lambert.

Hugues Lambert (diplômé de l’Ecole de Versailles et qui a suivi les enseignements du CNERP) a travaillé au Cemagref de 1973 à 1985 (ou 1987 ?). Il a, par la suite, conduit l’insertion paysagère de l’autoroute de Maurienne et réalisé des terrains de golf exemplaires ( Corrençon, col Bayard,….)

Ont également participé à ces travaux : Jean Mounier (ingénieur paysagiste), P. Charretton (IGREF), Marie-Pierre Bazan et Anne-Lyse Comparet, B. Gadrat (tous les trois paysagistes DPLG diplômés de Versailles).

Sortant volontairement des bureaux, la recherche, conduite par notre équipe, s’est appuyée sur le traitement de cas concrets exemplairesfaisant office de laboratoires de terrain et de supports d’action de sensibilisation et de médiation grandeur nature. Elle a permis de développer un éventail de méthodologies originales d’analyse des caractéristiques d’ambiances des paysages. Ces méthodologies ont été enseignées dans des pays étrangers ( Grande-Bretagne, Allemagne, Belgique …)

Ce sont plus de 120 exemples qui ont été traités à des échelles diverses et dans des contextes géographiques et sociaux très divers. Et cela va du plan intercommunal de paysage à la charte des parcs naturels régionaux, de la valorisation de sites d’exception à l’amélioration du paysage quotidien, de la prise en compte des valeurs paysagères en gestion forestière à l’aménagement de la montagne et à la réhabilitation des rivières. Ces exemples ont été traités en France comme à l’étranger (Suisse, Belgique,…). Les chercheurs sont revenus sur place une dizaine d’années après pour constater l’évolution du paysage à la suite de leur intervention.

Cette recherche-expérimentation a été mise au service d’une meilleure prise en compte des données qualitatives dans l’aménagement du territoire en souhaitant une gestion volontaire de l’espace-cadre de vie pour en éviter la banalisation et pour promouvoir des paysages de qualité dans une modernité respectueuse de leur identité territoriale.

L’équipe a notamment développé des approches globales associant des données écologiques à des données perceptives. Elle a ajusté une méthodologie de médiationsociale pour l’ajustement de projets collectifs de gestion de l’espace utilisant des simulations visuelles (scénarios d’évolution probable), des estimations économiques de la valeur paysagère (économétrie). Elle travaillé avec des équipes françaises et étrangères sur l’étude  des mécanismes de la perception visuelle (oculométrie,….)…..

Meylan,le 22/04/2019                                               

Bernard Fischesser

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *