VTP3 Sortie

Retour

Troisième séminaire “Ville, territoire, paysage”

Sortie sur la Plaine de Versailles

13 juin 2019

Photographies de Marta Ortolani

Télécharger la carte au format PDF

Sortie préparée par Luc Vilan, Éric Chauvier et Roland Vidal

      

Commentée par Sophie Bonin et Manuel Pluvinage


Arrêt n° 1 : Saint-Cyr-l’École, dans l’axe du château, sur le chantier du futur métro


Arrêt n° 2 : gare de Noisy-le-Roi


Arrêt n° 3 : Rennemoulin

Le “Reméandrage” du ru de Gally


Arrêt n° 4 : Fontenay-le-Fleury

Participants VTP3

Retour

Participants au troisième séminaire “Ville, territoire, paysage”

 

Nom Prénom Établissement
Abi Hayla Joe ENSP Versailles
Attali Jean ENSA Paris-Malaquais
Blanchon Bernadette ENSP Versailles
Bonin Sophie ENSP Versailles
Borghi Roberta ENSA Versailles
Bossé Anne ENSA Paris-Malaquais
Bourigault Morgane Mairie d’Angers
Bruel Anne-Sylvie ENSA Versailles
Brunfaut Victor Université libre de Bruxelles
Calvagna Simona Università di Catania
Chauvier Éric ENSA Versailles
Cirillo Letizia Università Statale di Milano
Davodeau Hervé AgroCampus Ouest
de Courtois Stéphanie ENSA Versailles
Delinger Frédéric ENSA Nantes
Denche Imen Université de Constantine
Donadieu Pierre ENSP Versailles
Field Alexandre ENSA Marseille
Goncalves Jessica ENSA Versailles
Guerrouche Kheir-Eddine ENSP Versailles
Guignard Mireille DRAC Île-de-France
Guillot Xavier ENSAP Bordeaux
Guth Sabine ENSA Nantes
Hanna Chérif ENSA Nantes
Helms Karin ENSP Versailles
Henry Patrick ENSA Paris-Malaquais
Hoffert Yannick ENSA Montpellier
Keravel Sonia ENSP Versailles
Kitsou Stella ENSA Versailles
Klouche Djamel ENSA Versailles
Lipsky Florence ENSA Marne-la-Vallée
Loze Marie-Hélène ENSP Versailles
Mamou Khedidja ENSA Montpellier
Marguc Petra ENSA Nantes
Mattoug Cécile ENSP Versailles
Moquay Patrick ENSP Versailles
Nicolas Amélie ENSA Paris-Malaquais
Ortolani Marta ENSA Versailles
Parin Claire ENSAP Bordeaux
Petit-Berghem Yves ENSP Versailles
Phalippon-Robert Isabelle Ministère de la Culture
Piveteau Vincent ENSP Versailles
Pluvinage Manuel Versailles Grand Parc
Pommier Juliette ENSAP Lille
Potié Philippe ENSA Versailles
Quinton Jean-Christophe ENSA Versailles
Salles Sylvie ENSP Versailles
Talevi Francesca ENSA Versailles
Tiry-Ono Corinne Ministère de la Culture
Vega Valentina Paris IV Sorbonne
Vidal Roland ENSP Versailles
Vilan Luc ENSA Versailles
Wathier Valérie Ministère de la Culture
Wilson Ariane ENSA Paris-Malaquais
Zhioua Imène ISTEUB Tunis

Le CNERP de Zsuzsa Cros

Retour

Zsuzsa CROS

souvenirs d’une ancienne élève du Centre national d’étude et de recherche du paysage de Trappes

Zsuza Cros, paysagiste hongroise, ancienne élève du CNERP (1972-79), raconte sa carrière en France et en Hongrie.

Le bâtiment du CNERP à Trappes (78), dans les locaux d’une école d’architecture parisienne, archives ENSP Versailles.

Novembre 1972 était le début d’une grande aventure pour moi, jeune diplômée en 1970 en architecture des jardins et du paysage à Budapest1.

Déjà, sortir de la Hongrie barricadée à cette époque derrière le rideau de fer était une épreuve difficile. Comment ne pas être impressionnée quand on ne maîtrise pas encore bien la langue du pays d’accueil, de se retrouver face aux fondateurs et enseignants émérites et aux stagiaires français sélectionnés parmi les meilleurs de l’Ecole de Versailles ou d’autres disciplines : agronome, géologue, architecte, juriste, économiste, sociologue…

Cette formation post graduée a débuté dans les locaux de la rue de Lisbonne à Paris par des exposés des membres fondateurs et d’autres intervenants ponctuels de l’Association Paysage (Rémi PERELMAN, Jacques SGARD, Bernard LASSUS, Charles ROSSETTI, Jean CHALLET, Pierre DAUVERGNE…). Ils ont été rapidement suivis par les études de terrain avec 3 équipes constituées.

L’équipe qui a travaillé en Bretagne dans le secteur du Faou comportait 3 paysagistes et 3 stagiaires venant d’autres disciplines :

Alain Levavasseur : Paysagiste

Jean Pierre Saurin : Paysagiste

Zsuzsa Cros : Paysagiste hongroise

Pierre Poupinet : Géologue-biologiste

Christiane Tournier : Sociologue

Alain Sandoz : Juriste – économiste

Après les années d’études en Hongrie, le changement de pays, l’étude du Faou était pour moi la première investigation dans le domaine du paysage en France.

Plusieurs séjours sur le terrain et les débats entre nous ont permis des échanges, des confrontations, un travail d’équipe matérialisé par des rapports d’études que j’ai retrouvés au grenier parmi mes archives. Trois fascicules photocopiés au format A4 permettent d’évoquer cette expérience de nos débuts au CNERP, il y a presque 50 ans.

2 annexes témoignent des efforts des stagiaires pour avoir une bonne connaissance du terrain :

– une approche plutôt scientifique de la géomorphologie et des composants du milieu qui donnent la structure du paysage « naturel » représenté par une cartographie et des schémas détaillés.

– une approche sensible basée sur la perception du paysage de bocage qui constitue le liant et des éléments forts comme les rias, l’Aulne, la forêt de Cranou, la lande, le Menez-Hom, les Monts d’Arrée qui attribuent au paysage des valeurs particulières. C’est dans cette partie de l’étude que j’ai pu m’investir le plus avec une sensibilité probablement différente des autres stagiaires.

Pour moi la Bretagne était un terrain totalement inconnu, toutefois j’avais l’impression de trouver quelques similitudes avec ma région natale. En effet dans les deux cas il s’agissait d’un lieu éloigné, assez isolé du reste du pays, avec une situation péninsulaire qui donne l’impression de se trouver au bout du monde. Alors que dans le Finistère ce sont les données de la géographie naturelle et d’une histoire ancestrale qui déterminent les caractéristiques du site et du paysage, dans le cas de ma ville natale c’est l’histoire récente au 20ème siècle qui a radicalement transformé notre cadre de vie. La ville de Sopron est située aux confins ouest de la Hongrie, c’était le siège du « Burgenland » petite région qui à la fin de la première guerre mondiale fut rattachée à l’Autriche. Mais suite à un référendum en 1921 les habitants de Sopron ont voté pour rester hongrois. La ville a obtenu le titre glorieux de « Civitas fidelissima » mais elle se retrouvait comme une pointe, une poche isolée de son ancien territoire. À la fin de la deuxième guerre mondiale, l’installation du rideau de fer a conduit à une coupure totale non seulement avec les pays de l’Ouest, mais aussi avec le reste de la Hongrie car il fallait une autorisation pour séjourner ou se rendre dans cette zone frontalière. C’est dans ce milieu fermé, protégé, isolé du monde extérieur que j’ai grandi. À 5 km de la ville dans un vieux moulin à eau au milieu d’un grand jardin et d’un paysage romantique où se retrouvait chaque été notre famille avec les amis : mon père géographe et biologiste, mes oncles, l’un botaniste célèbre, l’autre architecte et peintre ont sûrement éveillé mon intérêt pour la nature et le paysage.

Mais revenant à notre terrain d’étude, le rapport final rédigé par les stagiaires en septembre 1973 à l’issue des analyses de terrain montre qu’il y a eu un vrai travail d’équipe dans lequel nous avions tous apporté notre propre expérience, notre vécu malgré nos approches différentes du paysage. Nous devions répondre aux préoccupations des demandeurs dans le cadre du Plan d’occupation du sol, du Parc Naturel Régional d’Armorique permettant d’orienter l’évolution future du paysage en évitant sa banalisation. Mais nous sommes arrivés à la conclusion que la notion du paysage est du domaine du sensible et est difficile à exprimer en matière d’aménagement.

Nous avons toutefois donné quelques recommandations :

  • Apprendre le paysage par la connaissance du terrain et les attentes des habitants, des usagers du paysage.

  • Quelques réactions des usagers après enquêtes spontanées sur le terrain

  • Raisonner paysage en tenant compte de ses composants, de ses caractéristiques, de ses possibilités d’évolution pour éviter la banalisation.

Paysage caractérisé par le liant homogène constitué par le relief, le bocage, les habitations et les éléments particuliers comme la rade, l’Aulne, le Menez Hom, la Forêt de Cranou, la lande, les vallées, les Monts d’Arrée

  • Les paysagistes sont des acteurs du paysage parmi d’autres, comme les élus, techniciens, agriculteurs, industriels, habitants, touristes…

Il est regrettable que les résultats de cette étude pionnière de paysage n’aient pas été publiés mais soit restés sous forme de petits fascicules photocopiés en noir et blanc qui ne mettent pas en valeur le contenu, les illustrations : montages de photos, cartes, schémas, dessins… des outils de visualisation indispensables pour sensibiliser au paysage.

Dans ce travail d’équipe, ce qui était intéressant, c’est que nous avions tous apporté notre propre expérience, notre vécu, donc une approche différente du paysage. Il fallait donc trouver un terrain d’entente, malgré les confrontations, les avis divergents, bref apprendre à travailler en équipe.

Unités de paysages du secteur du Faou et propositions d’aménagement : 1 Bocage, 2 Espaces semi déserts 3 Vallées, 4 La Vallée de l’Aulne, 5 Amphithéâtre du Faou

À la suite de ces 2 années expérimentales de formation j’ai été retenue comme chargée d’étude au CNERP où j’ai pu participer à la réalisation de plusieurs études de paysage dans différentes régions tout en continuant à travailler en équipe. Quelques exemples :

L’étude paysagère de la Vallée de la Seine, réalisée en 1974, pose la problématique commune aux vallées fluviales qui sont des lieux privilégiés pour l’établissement humain. Le tronçon étudié en Seine et Marne, entre Morsang-sur-Seine et Moret-sur-Loing, est soumis aussi à la pression urbaine de la région parisienne. Il est intéressant de revoir avec recul la démarche utilisée pour l’analyse des paysages de la vallée mettant l’accent sur la structure du paysage issue d’une approche essentiellement visuelle. L’étude traite aussi du problème des sablières et de leur réaménagement.

L’étude paysagère de Fontevrault réalisée en 1975 à la demande de la Caisse des Monuments historiques, avait comme objectif la reconversion et la mise en valeur de l’ensemble abbatial et son environnement fortement dégradés à la suite de l’utilisation en centre pénitentiaire. L’aspect peu accueillant du village, les bâtiments historiques en mauvais état, les jardins en friche, l’isolement du site par les camps militaires étaient loin d’être gratifiants à cette époque pour un patrimoine historique exceptionnel. Aujourd’hui on ne peut que se réjouir en visitant l’abbaye devenu un centre culturel de portée internationale entouré d’un village accueillant. L’étude du CNERP était peut-être un premier pas vers la revalorisation de Fontevrault.

L’impact du reboisement sur le paysage des Ardennes. La préoccupation des demandeurs d’étude était le problème du reboisement en résineux sur le paysage de cette région frontalière qui a beaucoup souffert non seulement de de la première guerre mondiale mais du déclin industriel et agricole récents. Comme la forêt mitraillée avait peu de valeur comme bois d’œuvre pour l’industrie du bois, l’ONF a opté pour les coupes à blanc des massifs de feuillus truffés de projectiles et a mis au point une technique de reboisement en lignes. Les coteaux se trouvaient peignés de lignes régulières de résineux inappropriées dans le paysage légendaire de la Vallée de la Meuse sans parler des conséquences écologiques. Le reboisement en résineux s’est développé aussi dans les clairières des zones agricoles sous forme de timbres-poste. L’équipe du CNERP a réalisé un survol de la région en avion de tourisme pour sensibiliser avec les vues aériennes forestiers et agriculteurs au mitage du paysage.


Boucle de la Meuse à Monthermé Reboisement en bandes dans les Ardennes

L’étude du PAR de l’Argonne s’est finalisé par un document de sensibilisation graphique peu habituel, présenté à la manière de bandes dessinées grâce au coup de crayon de Jean-Pierre Boyer graphiste talentueux intégré à l’équipe. Après enquêtes et études sur le terrain les caractéristiques du paysage existant et futur sont représentées sous forme de scénographie fictive et ludique (modèle de villages avec les noms rebaptisées: Argonnay, Argonette) mais leur description s’inspire de la réalité du terrain, du cadre de vie des habitants. Une publication en anglais dans la revue Landscape planning No3/1980 révèle les résultats de cette étude.

J’ai été frappée dans ce paysage par le contraste entre la vallée de l’Aire, bucolique, et les forêts sombres qui ont connu des combats terribles pendant la Première Guerre Mondiale. On y voit encore les tranchées et les cratères des obus. Nous avons étudié les formes des villages dont de nombreux ont été bombardés, mais qui sont souvent des villages-rue, avec les usoirs, espaces collectifs où les habitants entassent le bois de chauffage et le fumier. Les maisons sont souvent en longueur, avec des pièces aveugles, sans fenêtres. Nous avons tenté de redonner aux habitants une meilleure image de leur paysage marqué profondément par cette guerre, en leur montrant que ce paysage avait des atouts et des valeurs indéniables.

Paysage bucolique de l’Argonne : la vallée de l’Aire Modèle de village schématisé en Argonne

Après avoir quitté le CNERP j’ai continué à exercer comme chargée d’études dans le domaine du paysage :

De 1980 à 1987 auprès de Jacques SGARD à l’Atelier d’Urbanisme et du Paysage, en contribuant à la réalisation d’études et projets de paysage, d’études d’impact des grandes infrastructures, notamment pour l’implantation des lignes électriques THT de 400 000 volts. Ces études ont exigé une analyse approfondie du terrain, afin de pouvoir proposer les tracés ayant le moindre impact sur l’environnement et le paysage. L’EDF assurait l’impression des documents en offset en couleurs. Cela a permis une meilleur qualité du rendu d’étude et d’ utiliser des techniques de représentation visuelle plus attrayantes aux niveaux graphique, cartographique, photographique.

Détail du tracé retenu pour l’implantation de la ligne Argoeuves-Penly dans la Somme

Recherche de tracé sur la presqu’ile de la Hague et photomontages avec emplacement des pylônes

De 1987 à 1993 à la SEGESA – Société d’études géographiques, économiques et sociologiques appliquées où j’ai contribué au développement de l’activité dans le domaine du paysage. J’ai participé à l’élaboration de plusieurs études dans différentes régions à différentes échelles ainsi que dans le cadre de la recherche méthodologique avec Yves Luginbühl lui aussi ancien du CNERP. A titre d’exemple je cite ici quelques études réalisées à la SEGESA sous la direction de Jean-Claude Bontron.

L’étude sur les paysages de la vallée de la Loire a consisté à réaliser un inventaire des paysages riverains de la Loire dans la partie Pays de la Loire et à en faire une évaluation permettant d’établir un ordre de priorité d’intervention pour le Conservatoire des rives de la Loire et de ses affluents afin de garantir la qualité de ces espaces. Une approche nouvelle basée sur les enquêtes nous a permis de connaître les représentations du paysage des riverains et la valeur qui lui est attribué par les différents usagers. Cette méthode fut utilisée par la suite pour établir une méthodologie commune pour les Atlas de Paysages permettant de couvrir tout le territoire français. Cette étude a permis de rassembler les avis des communes par une enquête auprès des maires ou des secrétaires de mairie des communes riveraines de la Loire, soit 100 communes ; nous avons obtenu 80% de réponse et avons pu cartographier les paysages appréciés ou non par les habitants, les évolutions des paysages et les projets d’aménagement ; nous avions envoyé aux mairies une carte de la commune avec une légende. Le résultat a été présenté devant le Président du Conseil Régional des Pays de la Loire, Olivier Guichard et les maires. L’étude a été réalisée en parallèle avec une méthodologie d’identification et de caractérisation des paysages pour le Bureau des Paysages du ministère de l’environnement. Elle a ensuite permis d’aboutir à la première méthode des Atlas de paysages, publiée en 1994.

Iconographie et textes littéraires sur la Vallée de la Loire

Les enquêtes sont devenues des outils incontournables pour mieux connaître les attentes des utilisateurs vis à vis du paysage.

L’étude sur les paysages de la baie du Mont-Saint-Michel comprend deux parties. L’une basée sur l’analyse géographique et paysagiste visant à identifier les caractéristiques, la structure et les dynamiques des paysages de la baie, l’autre basée sur les enquêtes permettant de saisir les représentations que les acteurs de la baie, résidents permanents ou temporaires, touristes ou acteurs institutionnels se font du Mont-Saint-Michel et de sa baie. La stratégie des décideurs devait se nourrir de ces représentations pour mieux ancrer les projets d’aménagement dans le milieu social de la baie. Les entretiens réalisés ont permis de constater une évolution des représentations sociales des paysages chez les personnes interrogées qui ont évoqué en plus de la vue, les odeurs, celles des lisiers ou de la mer, les sons, comme les chants des oiseaux, le toucher, comme par exemple la marche sur la tangue, c’est-à-dire la plage. C’était la première fois que tous les sens humains apparaissaient ouvertement dans la perception du paysage par les habitants.

Acteurs enquêtés : agriculteurs, ostréiculteurs, pécheurs, chasseurs, résidents, résidents secondaire, touristes, institutionnels

Avec Mairie-Conseils2 nous avons organisé des ateliers pour la mise en place de communautés de communes. Les élus et les techniciens des différentes communes devaient réaliser les cartes thématiques avec l’aide des paysagistes, interpréter ensemble les résultats, faire une visite collective sur le terrain où chaque maire présentait les caractéristiques de sa propre commune et les projets souhaités. Cette méthode participative a permis de faciliter les échanges, de trouver un bon terrain d’entente pour travailler ensemble dans le cadre d’une nouvelle organisation intercommunale.

Cette méthode participative a été aussi exploitée dans le cadre du Plan Paysage de la vallée de la Dordogne pour EPIDOR avec la participation de 289 communes riveraines. Mais j’ai dû interrompre cette étude à cause de mon départ pour la Hongrie.

Entre 1993-2003 je suis retournée avec ma famille en Hongrie où mon mari a travaillé pour plusieurs sociétés franco-hongroises. Pour moi ces 10 années étaient des retrouvailles avec mon pays tout en gardant le contact avec la France et mes collègues français.

Je donnais des cours à l’Institut de Gestion de l’Environnement de l’Université d’Agriculture à Gödöllö et à l’Ecole du Paysage de Budapest. L’exposition présentée à Budapest au siège des Monuments Historiques ayant comme titre « Paysage culturel – Protection au niveau local » était l’occasion de montrer un petit coin bucolique de la Hongrie menacé par l’évolution récente de la ville au détriment de son environnement naturel.

Iconographie d’époques différentes représentant le village et le moulin d’eau près de Sopron en Hongrie

Pendant mon séjour en Hongrie j’ai participé au programme européen INTERREG sur les Paysages Viticoles, Patrimoine Mondial de l’UNESCO sur 7 sites européens dont le Tokaj. L’évolution de la région viticole de Tokajhegyalja et la renaissance du célèbre vin de Tokaj a été étudiée pendant plusieurs années par une équipe française (Nicole Mathieu, Françoise Plet, Yves Luginbuhl, Aline Brochot…dont je faisais partie en facilitant les échanges entre les chercheurs français et les acteurs hongrois). Les nombreuses visites effectuées dans la région, les enquêtes réalisées auprès des viticulteurs (œnologues, investisseurs étrangers, viticulteurs hongrois) des institutionnels, des habitants…ont donné une riche matière à exploiter. Plusieurs publications en français et en hongrois relatent les résultats de ce travail.

Nous avons aussi monté une coopération scientifique PICS dirigée par Françoise Plet, entre le LADYSS3, l’Académie des Sciences de Budapest (Victoria Szirmai) et celle de Varsovie où nous avons travaillé ensemble sur les jardins familiaux. Cf. : Yves Luginbuhl : Jardins de tous les désirs d’Europe centrale. In Les carnets du paysage – Acte sud n° 9&10 – pp. 229-255.

Par la suite j’ai travaillé avec Gabor Onodi et une équipe constituée avec les étudiants de l’Institut de Gestion de l’Environnement de Gödöllö sur la transformation des jardins ouvriers et familiaux en Hongrie en comparaison avec les tendances d’évolution dans d’autres pays européens. Un livre fut édité en hongrois ; Cf. :Cros Karpati Zsuzsa – Gubicza Csilla – Onodi Gàbor : Kertségek és kertmüvelök urbanizàcio vagy vidékfejlesztés ? MGK 2004. (Jardins et jardiniers, urbanisation ou développement rural ?)

Revenue en France, de 2003 à 2007, j’ai travaillé comme chercheur associé au LADYSS/CNRS sur la méthodologie des Atlas du Paysage. Nous avons contribué au lancement du Système d’Information sur la Nature et les Paysages (SINP) pour le Bureau des Paysages dirigé par Jean-François Seguin avec son adjointe Elise Soufflet. À partir de la méthodologie des Atlas de Paysage que nous avions élaborée en 1994 nous avons développé de nombreux aspects des atlas de paysage et engendré l’actualisation de la méthode à niveau national. Malheureusement, au départ à la retraite de Jean-François Seguin, ses successeurs n’ont pas continué et seule la nouvelle méthode a été publiée en 2015. En effet, la nouvelle méthode des Atlas de paysages a été rédigée par cette équipe du laboratoire LADYSS et elle a été publiée en 2015. Elle permet d’actualiser l’ancienne méthode ; la décision de réaliser un atlas de paysages tous les 10 ans a été prise par le Bureau des Paysages du ministère de l’environnement.

Couverture de la méthode des Atlas de paysages publiée en 2015.

Dans la perspective de notre retraite nous avons acheté en 2004 une vieille maison en face du Château de Villandry qui est devenue notre résidence principale. Après toutes ces années consacrées aux paysages c’était le retour aux jardins ; d’abord la création de mon propre jardin, puis en 2008 du réseau « Guest & Garden-Hôte et Jardin-G&G » pour valoriser le tourisme de jardins dans la Vallée de la Loire dont font partie nos chambres d’hôtes au jardin nommées « Petit Villandry ». J’ai également lancé l’association « L’embellie de Villandry » dont le but est de contribuer avec la participation active de la population du village de Villandry à l’embellissement floral et paysager de la commune. Je peux ainsi partager ma passion des jardins et des paysages avec des hôtes venant des quatre coins du monde.

Rémi Perelman et son épouse nous y ont retrouvés il y a 2 ans et nous avons naturellement remémoré nos souvenirs de l’époque du CNERP, parlé du paysage et de la possibilité de retrouvailles entre anciens « Cnerpiens ». Il nous reste à trouver le lieu et le moment !!! Pourquoi pas à Villandry ?

Les jardins de Villandry – Aquarelle de Florence d’Ersu

En guise de conclusion

Que pourrais-je dire de cette longue expérience au service des paysages français mais aussi au-delà de l’hexagone ? Le CNERP était sans doute le point de départ vers une autre façon d’aborder le paysage où l’approche visuel des paysagistes a été élargie par l’apport des autres disciplines scientifiques et sociologiques. Durant ce presque demi-siècle nous avons pu assister à l’évolution non seulement de la méthodologie mais aussi à celle des outils employés. L’étude du terrain permettant l’inventaire des composants du paysage, la compréhension de sa structure, de ses tendances d’évolution a été complétée par les enquêtes effectuées auprès des acteurs du paysage.

Il est intéressant de rappeler à quel point les outils employés ont changé pendant notre parcours professionnel avec l’apparition et le progrès de l’informatique ! Les cartes IGN indispensables lors du repérage sur le terrain étaient relayées par la géolocalisation, la cartographie manuelle par les cartes numériques, les photos argentiques par les photos numériques, les textes manuscrits ou tapés à la machine par l’ordinateur, la présentation orale des résultats de l’étude par la projection de diaporamas, de vidéos. Les seuls outils qui semblent immuables pour les paysagistes restent les dessins manuels sous forme de croquis, schémas, vol d’oiseau, blocs-diagramme.

Nous avons attribué beaucoup d’importance lors de nos études à l’iconographie ancienne pour sensibiliser à l’histoire des paysages et leur évolution dans le temps. Il est probable que nous, « anciens cnerpiens », avons pu y laisser aussi nos empreintes pour les générations futures.

Zsuzsa Cros, Mai 2019


Bibliographie

https://topia.fr/2018/11/30/les-debuts-de-lenseignement-a-lensp-2/


Notes

1 La formation de paysagistes (Landscape and Garden Engineer) a débuté dans les années 60 en Hongrie au sein de l’Institut d’Horticulture et de Viticulture avec un recrutement sur concours après le Bac, elle durait 9 semestres. Après 2 ans de formation générale de botanique, dendrologie, horticulture, pathologie végétale, biochimie…on pouvait choisir une discipline spécifique. Je faisais partie de la deuxième promotion de paysagistes qui comptait 10 élèves entre 1965 et 70. Depuis 1987, l’institut est devenu l’Université d’horticulture et d’industrie alimentaire avec des effectifs beaucoup plus élevés : actuellement, le nombre de personnes pouvant être inscrites à une formation spécialisée comme architecte-paysagiste ou paysagiste d’aménagement varie entre 25 et 140 en raison du besoin de spécialistes.

2 Groupe Caisse des dépôts et consignations

3 Laboratoire Dynamiques Sociales et Recomposition des Espaces

Synthèse VTP3

Retour

3e séminaire « Ville, territoire, paysage »

Les écoles dans leur territoire

Les conclusions de Pierre Donadieu

 

Le séminaire cherchait à répondre aux questions suivantes :

– Quelles relations les enseignants et les chercheurs des écoles d’architecture et de paysage entretiennent-ils avec leur territoire d’enseignement ?

– Quelles pédagogies sont utilisées pour élaborer les projets spatiaux, d’architecture, de ville et de paysage ?

– Quelles idées de territoire et de paysage émergent aujourd’hui dans la formation des architectes et des paysagistes ?

13 interventions et 18 posters ont été présentés dans les deux écoles avec un public variant de 30 à 60 personnes, et une excursion dans le territoire de la plaine de Versailles a été organisée avec le concours de Manuel Pluvinage, directeur des services généraux de la communauté d’agglomération de Versailles Grand Parc. Sept écoles d’architecture (Versailles, Paris-Malaquais, Nantes, Montpellier, Marseille, Grenoble) et trois écoles de paysage (Versailles, Angers, Lille) étaient représentées.

Faites par des enseignants d’écoles de concepteurs d’espaces, les interventions présentent des points communs classiques. Elles se distinguent néanmoins par des choix différents de pédagogie du projet d’espace et des variations du sens des principaux éléments  de langage utilisés.

Les points communs

D’abord une évidence pour tous (ou presque) : il est nécessaire, sinon essentiel, de connaitre les territoires, et d’en reconnaitre les caractères morphologiques, sociaux et économiques, pour fonder des projets d’espace qui s’y inscrivent, qu’ils soient d’architecture ou de paysage. Les pédagogies ont intérêt à tirer parti autant de la forme des paysages que des dynamiques sociales et économiques des espaces où s’ancrent les projets ; des identités sociales locales que des jeux d’acteurs (élus, habitants, associations …) sur lesquels elles peuvent s’appuyer.

La pluridisciplinarité semble de plus en plus s’imposer pour diversifier et enrichir la lecture des sites et l’imagination des projets dans les ateliers. Sont mobilisées, non seulement la géographie physique et sociale (notions d’échelles spatiales et d’acteurs sociaux multiples), mais également l’histoire locale, la sociologie et l’anthropologie sociale et culturelle.

Les mêmes outils de projets (plans, maquettes, dessins, coupes, cartes, photographies…) utilisés par les architectes et les paysagistes inscrivent enseignants et étudiants dans des communautés professionnelles voisines de praticiens de projets. Les compétences sont cependant distinctes et en général complémentaires.

Dans les interventions, le problème commun de la distinction entre démarches de projets de paysage et de projets d’architecture est abordé de deux façons différentes. Soit en associant dans les ateliers explicitement sur un site les compétences qui permettent la construction des objets architecturaux et celle des relations sensibles entre les objets (mise en paysage des sites). Un exemple est celui des paysages de l’eau à Dunkerque. Soit en admettant une porosité des notions de paysage, d’architecture, d’urbanisme et de patrimoine pour imaginer un projet inscrit dans un territoire réel ou imaginaire. Dans ce cas, on peut assimiler la notion de territoire, plus à un concept de milieu (au sens de la mésologie de A. Berque), qu’à une notion administrative ou sociogéographique (appartenance), par exemple dans le cas des workshops de l’estuaire de la Loire

En bref, soit on clarifie en distinguant et associant (les deux compétences architecturales et paysagistes sont alors identifiées), soit on redéfinit les idées de territoire et de paysage en tant que milieux de vie humaine et sociale à reconnaitre (de nouvelles compétences hybrides de projet situé émergent).

Les points de différence pédagogique

Nombreux, ils peuvent être néanmoins réunis en cinq polarités. Chacune peut se retrouver avec des dosages variables dans la plupart des exercices pédagogiques

Le pôle de l’arpentage topographique du site de projet apparait clairement dans les ateliers de l’ENSP de Versailles ; Il fonde également la production de l’atlas métropolitain de Marseille. La lecture du site de projet ou du territoire mobilise les outils de la description et de l’analyse critique (croquis, coupes, cartes, photographies…) pour fonder un parti personnel ou collectif de projet en fonction de ce qui est compris des enjeux locaux (habitat, logement, patrimoine, mobilité, création, réhabilitation…).

Le pôle de la construction d’un récit inspirant le projet est soit explicite soit subliminal. C’est le cas des travaux recherchant l’imaginaire culturel des objets ordinaires nomades (le peigne, le balai) et fondant des projets d’architecture (ENSA Paris Malaquais). Mais il est possible également de mobiliser les étudiants sur le devenir d’un bâti (un mas abandonné) en s’appuyant sur les acteurs locaux concernés. Le récit utopique situé fonde alors « une programmation générative » du territoire (ENSA Montpellier).

Le pôle de l’enquête pour le projet s’appuie sur les méthodes de l’anthropologie sociale et culturelle, et de la sociologie. Cette approche expérimentale conjuguée à celle du projet d’architecture permet de reconnaitre les situations sociales difficiles telles qu’elles sont dites par les habitants, notamment dans les territoires péri-métropolitains des villes moyennes de Nevers et Dieppe, ou le long de l’estuaire de la Loire (ENSA Paris Malaquais et Nantes). L’acte de projet d’architecte est alors décentré du « je » vers les intérêts des habitants enquêtés.

Le pôle de la participation sociale permet dans les ateliers d’aller jusqu’à des décisions et des réalisations effectives. L’étudiant, le stagiaire deviennent partie prenante d’un projet abouti. Par exemple en réalisant avec les agriculteurs un jardin vernaculaire dans les chinampas menacés de Mexico. Ou avec les habitants du quartier de Belle-Beille à Angers, en contribuant aux décisions collectives de renouvellement urbain (Agrocampus ouest).

Le dernier pôle est celui d’une connaissance universitaire des processus éducatifs de projet (thèses de doctorat). Pour l’architecture en rendant compte des modèles successifs de l’enseignement des pratiques constructives (les Grands ateliers de l’Isle d’Abeau), et pour le paysage des vertus didactiques de l’iconographie des atlas de paysage du Grand Est. Ces derniers ont été réalisés davantage pour des professionnels et des experts du projet de paysage que pour des étudiants et des scolaires.

Dans la réalité des pratiques pédagogiques, l’importance explicite donnée au contexte des projets d’architecture et de paysage amène à ne pas privilégier une seule méthode d’enseignement car c’est l’étudiant qui décide de la démarche qui lui convient. C’est pourquoi, dans les territoires choisis par les workshops, arpentages méthodiques, lectures critiques, enquêtes, productions de récits et pratiques participatives s’entremêlent pour aboutir à un parti attendu de projet de paysage ou d’architecture.

Conclusions

Si l’on s’en tient aux expériences pédagogiques d’enseignement du projet présentées, on peut constater que certaines relèvent d’une tradition pédagogique d’école (l’arpentage méthodique du site et du territoire chez les paysagistes), et que d’autres sont expérimentales (la participation habitante, l’enquête anthropologique). Dans les deux cas, il s’agit bien de renouveler les réponses à la question de la prise en compte des contextes dans l’acte intuitif/déductif de projet spatial. Intention qui hésite en général à se prononcer comme projet social et politique.

Ces pédagogies portent, selon les finalités enseignantes/étudiantes, soit sur l’espace physique (les caractères matériels perceptibles), soit sur les représentations sociales de l’espace, parfois, et plus rarement sur les deux à la fois. Dans les trois cas émergent une pédagogie du projet de territoire à toute échelle spatiale et de temps (en principe chez les paysagistes) et plus locale voire ponctuelle dans le cas des architectes. Pourtant l’idée de l’apprentissage de la gouvernance des projets de territoires n’apparait pas, même avec l’idée de patrimoine et de biens communs à transmettre.

On peut s’étonner également que des choix pédagogiques qui privilégient les contextes territoriaux soient décrits sans référence aux problèmes de transitions climatiques, énergétiques et de biodiversité du XXIe siècle. S’agit-il d’un non-dit, qui n’est sans doute pas un déni ?

Le point essentiel à retenir, qui est confirmé par les expositions de la biennale architecture et paysage de l’Ile-de-France à Versailles, est la disparition des éléments de langage de l’urbanisme, notamment du projet urbain. Est-ce que, dans les formations, la pensée de l’urbanisme de projet est absorbée par celles de l’architecte et du paysagiste concepteur ?

Est-ce que l’on peut encore dire avec le manifeste international de l’urbanisme paysagiste (C. Waldheim et J. Corner, 2006) que « la ville doit être construite non par l’architecture mais par le paysage » ?

Ou bien devrait-on le remplacer par : « le territoire habité (la région urbaine notamment) se construit à la fois par l’architecture, le patrimoine et le paysage » ? Ce qu’a théorisé la société des territorialistes italiens (A. Magnaghi, 2014) en s’adossant à la philosophie du biorégionalisme (Berg, 1977).

Avec ce seul échantillon, il est prématuré de conclure …

Ajoutons qu’en réponse aux questions posées au début, on peut constater des expériences pédagogiques différentes dans les territoires où les formations de concepteurs de projets s’implantent. Celles-ci semblent évoluer de pédagogies de la forme centrées sur le faire, vers des configurations privilégiant les rencontres avec ceux et celles que les formes et les actes constructifs concernent. Le sens des notions clés de territoire et de paysage, peu ou pas définies en général, semble cependant converger vers celui de milieu habité, tel que le définit « mésologiquement » le géographe et philosophe A. Berque.

P. Donadieu, 18 juin 2019

VTP3 Posters

Retour

Posters

Présentés par ordre d’arrivée  – Cliquer sur l’image pour l’agrandir

Consignes pour la réalisation des posters


Atelier de master
Architectures & paysages de l’eau
Juliette Pommier & Annie Tardivon
Ensap, Lille

Télécharger le PDF (6,1 Mo)

 


Les Grands Ateliers de l’Isle d’Abeau
du désert au milieu éducatif
Florence Lipsky & Philippe Potié
ENSA Marne-la-Vallée / Ensa Versailles

Télécharger le PDF (1,1 Mo)

 


Comment Versailles façonne l’enseignement du projet à l’ENSP ?
Retour sur l’atelier « Créer un lieu dans la ville. Versailles. » (1999-2018)
Sonia Keravel, Marie-Hélène Loze & Sylvie Salles
Ensp Versailles-Marseille – Larep

Télécharger le PDF (9,5 Mo)


Le quartier de Belle-Beille à Angers
plateforme dʼéchanges pédagogiques
Hervé Davodeau & Morgane Bourigault
Agrocampus Ouest / Mairie d’Angers, maison du projet de Belle-Beille

Télécharger le PDF (17,6 Mo)

 


Stratégies de développement
pour le territoire transfrontalier du Grand Genève
Julie Martin & Frédéric Dellinger
Architecte, laboratoire Aecc EnsaG / Paysagiste, VT Ensa Grenoble

Télécharger le PDF (6 Mo)


Architecture, Archéologie, Agriculture : Le paysage comme outil de projet
Une expérience pédagogique sur les pentes de l’Etna
Simona Calvagna & Pierre Donadieu
Dicar Università degli Studi di Catania / Ensp Versailles

Télécharger le PDF (9,9 Mo)


La réinterprétation des chinampas de Xochimilco
Intervenir sur un patrimoine vivant
Valentina Vega
Université Paris-Sorbonne – Paris IV

 

Télécharger le PDF (54 Mo)


L’Autre Ville
Enquête et projets dans les villes dites moyennes
Patrick Henry & Amélie Nicolas
Ensa Paris-Malaquais

 

Télécharger le PDF (6,4 Mo)


Archi-écritures et Pay[S]ages en pro-jet
Recherche et Ateliers d’Architecture et de Paysage
Rita Occhiuto, Marc Goossens, Paul Hautecler, Bénédicte Henry, Anne-Michèle Janssen, Elisa Baldin, Karel Wuytack & Aurélie Peeters
LabVTP Laboratoire Ville-Territoire-Paysage, Faculté d’Architecture – Uliege (BE) 

Télécharger le PDF (6,3 Mo)


Tétouan, ville linéaire
Une réflexion à l’échelle du territoire, entre description et projet
Victor Brunfaut & Bertrand Terlinden (en collaboration avec Hakim Cherkaoui)
Université Libre de Bruxelles / École nationale d’architecture de Tétouan

Télécharger le PDF (6,4 Mo)


L’iconographie des atlas de paysages
Un outil pédagogique pour la transmission de la connaissance paysagère ?
Joe Abi Hayla, Jean-Pierre Husson & Yves Petit-Berghem
AgroParisTech, Cnrs-Liban / Université de Lorraine / Ensp Versailles-Marseille

Télécharger le PDF (6,4 Mo)


Un urbanisme de contact
apprendre à Doulon-Gohards
Sabine Guth & Petra Marguc
Master Villes & Territoires : ENSA Nantes + Faculté de droit et sciences politiques
+ IGARUN Institut de géographie et aménagement

Télécharger le PDF (6,4 Mo)


La revitalisation des valeurs patrimoniales
un facteur clé dans le développement socio-spatial durable. Cas de la cité nouvelle Tafilelt dans la vallée du M’Zab.
Imen Denche, Samira Debache & Antonio Fede
Université Salah Boubnider, Constantine 3 / Université de Reggio de Calabre

Télécharger le PDF (1,2 Mo)


Estuaire (s)
Expérimentations dans le suburbain, situations, outils et postures
Éric Chauvier & Chérif Hanna
Ensa Versailles / Ensa Nantes

Télécharger le PDF (8,3 Mo)

 


Lecture critique paysagiste in situ
Le Valibout (Plaisir, 78), entre histoire et projet, proximité et mise en perspective .
Bernadette Blanchon & Cécile Mattoug
Ensp Versailles-Marseille / Larep

Télécharger le PDF (7,2 Mo)


Explorer des dynamiques à l’œuvre comme processus de projet
Atelier mixte architecture et paysage – expériences européennes du projet de territoire
Armelle Varcin & Jean-Marie Choquelle
Ensap Lille

Télécharger le PDF (20,4 Mo)


CROISEMENTS
Cultures matérielles et diasporas
Anne Bossé & Ariane Wilson
Ensa Paris-Malaquais

Télécharger le PDF (30,7 Mo)

 


Magny-en-Vexin, une petite ville sous influence métropolitaine
à la recherche de son territoire perdu
Roland Vidal & Luc Vilan
ENSP / ENSAV, Versailles

Télécharger le PDF (2,9 Mo)

 

Inscription VTP3

Retour

 

Inscription

L’inscription au séminaire “Ville, territoire, paysage” est gratuite pour tous les intervenants et auteurs de poster.

Pour les autres, les tarifs sont les suivants :

• Participation aux deux journées de séminaire, sans les repas  : 30 €

• Participation aux deux journées de séminaire, avec les 2 repas de midi : 50 €

• Étudiant*, sans les repas : 20 €

• Étudiant*, avec les 2 repas de midi : 30 €*

*Les personnes sans emploi peuvent demander à bénéficier du tarif étudiant. Pour les uns et les autres, joindre un justificatif.

Les modalités de règlement sont précisées dans le formulaire.

Télécharger le formulaire d’inscription

 

Le paysage, les paysagistes et le CEMAGREF de Grenoble

Chapitre 11 – Retour

Chapitre 12

Le paysage, les paysagistes et le CEMAGREF de Grenoble (1974- 2003)

Pierre Donadieu et Bernard Fischesser racontent l’histoire du paysagisme d’aménagement au Centre d’études du machinisme agricole, du génie rural et des eaux et forêts de Grenoble.

Version du 18 mai 2019

Après le schisme du paysagisme d’aménagement à l’ENSH de Versailles (Section du paysage et de l’art des jardins) en 1968, et l’étape pionnière du Centre national d’étude et de recherche du paysage (CNERP, 1972-1979), les travaux du CEMAGREF de Grenoble ont poursuivi pendant 30 ans les recherches sur les nouvelles pratiques paysagères d’aménagement rural. Bien qu’oubliés aujourd’hui, les nombreux travaux publiés ont marqué les praticiens de cette époque. Une partie du savoir-faire paysagiste contemporain leur est pourtant due.

Le paysage : un problème nouveau pour le ministère de l’Agriculture

Au début des années 1970, la question du bouleversement des paysages français fut posée au ministère de l’Agriculture et de la Forêt comme au jeune ministère de l’Environnement. Le premier y répondit de trois façons. D’abord en sollicitant l’INRA SEI (service d’expérimentation et d’information) de Versailles et Dijon, et l’ENSSAA de Dijon, avec notamment un groupe de chercheurs animé par le géoagronome Jean-Pierre Deffontaines, travaux qui aboutiront à la publication en 1977 du célèbre ouvrage collectif Pays, paysans paysages dans les Vosges du Sud1, toujours réédité plus de quarante après.

La montagne et la forêt apparaissant comme les régions les plus concernées, le ministère sollicita également deux départements du Centre d’étude du machinisme agricole, du génie rural, des eaux et des forêts (CTEGREF puis CEMAGREF) l’un à Nogent-sur-Vernisson près de Montargis, l’autre à Grenoble.

Deux équipes d’ingénieurs chercheurs furent mises en place. À Nogent la question des paysages forestiers fut analysée par l’ingénieur paysagiste d’origine hollandaise, Peter Breman dans le cadre de la cellule Paysage de la Division Chasse à la demande de l’Office national des forêts et de la direction de l’Espace rural et de la forêt du ministère. À Grenoble c’est la division Aménagement et Protection du milieu naturel qui fut sollicitée pour aborder la question de la forêt de montagne et du paysage forestier, notamment dans le cas des parcs nationaux.

Deux ingénieurs furent affectés à ce nouveau programme d’études : Bernard Fischesser et Hugues Lambert.

Né en 1938, Bernard Fischesser, élève de l’Institut national agronomique de Paris, diplômé de l’École des Eaux et Forêts de Nancy, a débuté sa carrière dans les Alpes du sud (service de Restauration des Terrains en Montagne (RTM) puis il a été attaché à la Direction des Forêts à Paris et a rejoint, en 1968, le groupement du CEMAGREF2 de Grenoble, dans l’ancien corps des ingénieurs du Génie Rural et des Eaux-et-Forêts, aujourd’hui corps des Ponts-et-des-Forêts. De 1965 à 1972, il est associé à la mise en œuvre d’une politique française de l’Environnement, notamment auprès du Conseil de l’Europe. Il a été membre du comité scientifique national « Écologie et Gestion du patrimoine naturel », et des comités scientifiques du Parc national des Écrins et du parc naturel régional du Queyras. Puis, après une formation au CNERP (1973) de Trappes, il prend en charge, avec l’ingénieur paysagiste Hugues Lambert, les études paysagères du CEMAGREF de Grenoble et les poursuivra jusqu’en 2003. Il se consacre parallèlement à l’édition d’une douzaine d’ouvrages de vulgarisation consacrée à l’écologie, aux forêts, aux rivières et aux paysages montagnards.

Né en 1946, Hugues Lambert a obtenu le diplôme d’ingénieur horticole de l’ENSH de Versailles en 1969, puis de paysagiste DPLG de la section du paysage et de l’art des jardins de cette même école. Ayant suivi, lui aussi, la formation du CNERP au milieu des années 1970, il est recruté, après une expérience africaine, par l’équipe de B. Fischesser jusqu’en 1986. Les rejoindra, en 1972, Marie-France Dupuis-Tate, écologue spécialiste des milieux humides et ingénieure de recherches attachée à la Division environnement naturel et pay¬sage du CEMAGREF.

Ont également participé à ces travaux, Jean Mounier, ingénieur diplômé de l’Ecole nationale des ingénieurs des travaux horticoles et du paysage d’Angers, Philippe Charreton (IGREF), ainsi que les paysagistes Marie-Pierre Bazan, Anne-Lyse Comparet et Bruno Gadrat, tous issus de l’ENSH/ENSP de Versailles.

Pendant les premières années, de 1972 à 1977, cette équipe va repenser l’héritage de la pensée du CNERP pour en faire une doctrine d’action à usage des ingénieurs du ministère de l’Agriculture. Leur approche n’est pas celle, scientifique, ethnologique et socio-agronomique, des chercheurs du « groupe dijonnais ». Elle se présente comme une pensée de l’action, voire comme un contre-pouvoir. B. Fischesser écrira en 1987, après quinze ans de pratiques : «Nos expertises paysagères sont sans cesse confrontées et affrontées à des décisions qu’elles contrarient ou essaient de modifier. Non seulement nous ne sommes pas porte-parole de l’État ou des pouvoirs locaux, mais souvent nous les gênons et tentons de modifier leurs comportements (POS puis PLU, loi cadre montagne, remembrement, assainissements, permis de construire)3.

L’expertise paysagère du CEMAGREF en 1977

Outre le ministère de l’Agriculture, les études paysagères qui sont entreprises sont financées de deux façons, par une subvention annuelle du ministère de l’Environnement , pendant quelques années, et par des commandes des collectivités publiques. Ce qui permettra de pérenniser les études de cas exemplaires et les publications pendant plus de trente ans.

En 1977, l’ouvrage fondateur de la pensée du groupe, Le Paysage de montagne4, est publié. Sa préparation est accompagnée depuis 1975 par des études paysagères, par exemple sur les cas des vallées de Cervières (Hautes Alpes), et du Gaschney (Vosges), l’insertion paysagère des refuges du parc national des Ecrins5, l’avenir du massif du Puigmal dans les Pyrénées-Orientales et celui de la vallée de Haute-Luce (Haute-Savoie), ou encore les réflexions sur la conduite des forêts d’Ardennes avec le CNERP de Trappes et la collaboration de l’ingénieur du Génie rural et des eaux et forêts Hébert Suffrin (un document audiovisuel de 1977). Il faut également citer les études paysagères des contrats de rivière Rhins –Trambouze (Rhône, Loire) et de l’opération Ardèche Claire (Ardèche) qui sont à l’origine des contrats de rivières en France. Ainsi que l’étude de la Haute vallée de la Loue (Doubs) qui déclencha un très important financement de la part de la Communauté Européenne pour aider les communes dans leur nouvelle politique de gestion de l’espace (cf un audio visuel de 1993).

Dans un article paru en 1987 dans la revue Paysage et Aménagement, B. Fischesser résume l’expérience de son équipe. Il fait du paysagisme (d’aménagement) une démarche pragmatique de planification et d’aménagement qualitatif de l’espace rural.

Le mot paysage réunit dans son esprit plusieurs finalités héritées en partie de la mouvance d’idées du CNERP, des expériences du paysagiste urbaniste J. Sgard, du plasticien B. Lassus, et de l’écologue J. Montégut.

Dans le domaine forestier, notamment là où le tourisme hivernal se développe et où la ville s’étend, il faudra « conjuguer les impératifs économiques et écologiques avec des préoccupations paysagères » (p. 18). Ne serait-ce qu’en raison des implantations touristiques que le CEMAGREF étudie à la demande de la Direction des forêts. Dans le cas des reboisements de résineux, « durcissant et assombrissant le paysage, (et qui) choquaient l’opinion », et dans celui du passage des lignes à haute tension sur les reliefs et dans les forêts qui était ressenti comme « agressif ou banalisant», il recommande au forestier de montagne : « de diversifier les lisières, d’intégrer les pistes de ski et de préférer un sentier à la forme ondulée plutôt que rigide ». À cette préoccupation esthétique, il ajoute des recommandations écologiques qui s’appuient sur les méthodes des forestiers britanniques. « Mélanger feuillus et résineux selon l’altitude … en allant dans le sens du naturel » (p. 19) ; s’appuyer sur les règles de l’écologie (p. 29), préférer l’enrésinement par plages plutôt qu’en bandes … » (p. 20).

Bernard Fischesser réalisa deux documents audio-visuels avec Yves Luginbühl lors de leur séjour au CNERP, l’un sur les paysages de montagne et l’autre sur les paysages forestiers.

Extrait de B. Fichesser et M.-F. Dupuis, « Les valeurs du paysage », Forêt Méditerranéenne, t. XV, n° 3, 1994.

Cette démarche de naturalisation écologique et paysagère fut étendue à tout l’espace rural montagnard. Pour préserver l’attractivité des paysages, en évitant leur « défiguration, leur dénaturation et leur banalisation » (ibid.), B. Fischesser construit une doctrine en même temps qu’une méthodologie. Car l’empirisme des premières études du CNERP ou de l’API, tenait plus de « l’étude d’impact avant l’heure que de l’expertise paysagère ». Ces travaux montraient cependant l’importance de la représentation graphique synthétique des blocs diagrammes de paysage et des scénarii d’évolution et de leurs rôles possibles comme outils de concertation (p. 21). In fine, l’idée de « conduire à une stratégie de site matérialisée par un plan de paysage » – une pratique que J. Sgard et P. Dauvergne avaient enseignée au CNERP – s’imposa au groupe grenoblois.

Mais, écrit B. Fischesser, il fallait s’appuyer sur des données objectives pour « dialoguer avec les décideurs et les aménageurs épris de réalisme et de sciences exactes » (23). Il fallait une assise scientifique pour ne pas se fonder seulement sur l’intuition et les appréciations personnelles des « experts ». C’est pourquoi dans les tomes 1 et 4 des publications de 1977, il va organiser son expertise paysagère selon trois temps.

1. Celui du repérage objectif des structures paysagères et des principales logiques d’organisation, de fonctionnement et d’évolution d’un paysage. Démarche pluridisciplinaire interpellant le géologue, le géographe, l’historien (dont la toponymie), l’agronome, le forestier, l’écologue, le sociologue, l’économiste (économétrie) …. Pour en dégager des implications au niveau de l’étude paysagère.

2. Celui du repérage et de la hiérarchisation progressive de critères d’ambiance (organisation spatiale, lignes de force, limites visuelles , couleurs et textures, axes visuels et points d’appel visuels, rythmes, lisibilité, identité, typicité, équilibre visuel, vulnérabilité …etc…. conférant son identité sensorielle au paysage et permettant de mieux la mettre en valeur. Cette approche, multi-sensorielle, s’appuie sur des travaux scientifiques essentiellement anglo-saxons (oculométrie…). Elle s’effectue selon 3 échelles : petite échelle , par survol en hélicoptère permettant de repérer l’enchainement d’unités d’ambiance paysagère ; moyenne échelle, selon des séquences de parcours motorisés ; grande échelle, par le crayon et la photo.

3. Celui d’une médiation sociale engagée avec les acteurs locaux selon une méthodologie ajustée dans les années 1980-90.

Ainsi leur fut-il possible de proposer un ensemble de règles pour infléchir la production des paysages de montagne dans les procédures administratives (plan d’occupation des sols, zonage agriculture-forêt, remembrements, schémas de cohérence territoriale (SCOT …). Ils interprétaient ainsi la demande du CEMAGREF : prévoir les évolutions, améliorer la lisibilité des paysages transformés, diversifier les formes perçues, intégrer de nouveaux équipements aux paysages existants, et créer des outils de médiation en cas de conflits entre aménageurs, visiteurs et habitants.

« Valorisé, le nouvel équipement générera un nouvel état d’équilibre visuel du paysage, soit son insertion dans ce paysage de sorte qu’il n’en modifie pas l’ambiance dominante » (p. 28). Il insiste sur « l’estimation de la capacité d’absorption de ce paysage, notion qui associe préoccupations écologiques, socioéconomiques et esthétiques ».

Extrait de B. Fichesser et M.-F. Dupuis, Les valeurs du paysage, Forêt Méditerranéenne, t. XV, n° 3, 1994.

Cette doctrine synthétique et transversale inspira les études faites au CEMAGREF et le monde de l’ingénierie écologique, paysagiste et forestière pendant des décennies, et l’inspire encore. Dans celui des paysagistes concepteurs et de leurs agences libérales, l’accueil fut plus réservé. Sans doute en raison de l’investissement en temps et en déplacements que la méthode impose.

Un accueil mitigé des paysagistes

Normatives, ces pratiques de paysagisme furent observées avec perplexité sinon avec méfiance par le milieu des paysagistes maitres d’œuvre issus de la Section du paysage et de l’art des jardins de l’ENSH. B. Fischesser le savait en 1977 au moment où s’ouvrait à Versailles la nouvelle École nationale supérieure du paysage. Il écrit : « La liberté de création du paysagiste est, en milieu rural, beaucoup plus réduite qu’en milieu urbain. Pour ces valorisations paysagères d’aménagements touristiques ou de grands sites, il sera de plus en plus fait appel aux techniques de génie écologique ou d’ingénierie écologique6. L’aménagement touristique dans le sens du naturel, d’étangs communaux ou de golfs d’altitude, connait actuellement une vogue croissante » (p. 29). Il disait ainsi que la sensibilité écologique des usagers des paysages allait sans doute largement inspirer les pratiques des aménageurs. Et que la créativité revendiquée par les paysagistes versaillais n’était pas nécessairement adaptée à la fragilité et à la singularité du milieu montagnard.

B. Fischesser intervint peu à l’ENSP de Versailles, mais plus régulièrement dans les enseignements des écoles d’Angers, de Blois et de Saint-Ismier (Isère). Mais, au moment de la grève des étudiants de l’école au printemps 1985, et de l’échec du projet d’Institut français du paysage, le ministère de l’Agriculture se souvint de son expertise et lui commanda un rapport sur la formation donnée par l’établissement encore dépendant de l’ENSH7. Il soutint fermement la singularité de la formation de l’ENSP, atypique au ministère. Il contribua probablement, entre autres raisons, à la décision ministérielle de relocaliser l’ENSH à Angers en 1993.

Pourtant la distance entre le paysagiste DPLG et le paysagiste d’aménagement n’était pas aussi grande que l’on pourrait le penser à cette époque. N’oublions pas que la culture de la plupart des formateurs du CNERP était celle du projet (de jardin, de paysage, d’architecture, de ville). Cette sensibilité réapparut en 1994 dans un texte de B. Fischesser et M.-F. Dupuis-Tate8.

Extrait de B. Fichesser et M.-F. Dupuis, Les valeurs du paysage, Forêt Méditerranéenne, t. XV, n° 3, 1994.

Ils écrivaient : « Pour notre équipe, seule l’existence d’un projet sur l’espace et une volonté collective justifient l’engagement d’études et de recherches de paysagis¬me d’aménagement ». Leur pensée avait évolué depuis le début des années 1970. Cinq principes directeurs étaient énoncés « pour étayer des propositions de gestion minimale des paysages : respecter l’échelle du paysage, exalter les critères de dominance, encourager une diversité maitrisée, affirmer la cohérence des ambiances et valoriser l’esprit du lieu ».

Ces principes étaient proches de ceux des démarches des paysagistes DPLG. D’autant plus que le CEMAGREF distinguait son approche du paysage par une entrée « milieu » de celle d’autres équipes (le groupe de Dijon et les géographes) ayant travaillé par une entrée “acteurs-utili¬sateurs de l’espace”.

Extrait de B. Fichesser et M.-F. Dupuis, Les valeurs du paysage, Forêt Méditerranéenne, t. XV, n° 3, 1994.

Dans le même temps, la démarche devenait plus scientifique et s’appuyait sur l’oculométrie (étude des mouvements de l’œil). Elle ne parlait plus d’esthétique : « Il n’est plus ici question de beauté ou de laideur mais de confort et d’inconfort visuels ».

Partagée entre des approches sensibles et subjectives, des explications scientifiques et des postures de projet, la pensée de B. Fischesser et de son groupe accompagna la nouvelle politique du paysage qui était lancée par Ségolène Royale ministre de l’Environnement en 1993. En 2003, B. Fischesser prend sa retraite, le relais sera passé à une nouvelle équipe de chercheurs dans le centre CEMAGREF de Bordeaux (dirigée par l’ingénieur du Génie rural et des eaux et forêts Daniel Terrasson) en relation avec une nouvelle commande de recherches du Ministère de l’Environnement au CNRS (Georges Bertrand et Yves Luginbühl). Ce programme sera lancé par le séminaire d’Albi en 2000 et aboutira à l’ouvrage L’évaluation du paysage, une utopie nécessaire, à la recherche d’indicateurs/marqueurs pluridisciplinaires (sous la direction de Daniel Puech et Anne-Rivière Honegger) en 2004.

Qu’en ont retenu les paysagistes d’aujourd’hui ?

Yves Luginbühl concluait l’ouvrage de 2004 en insistant sur le changement de paradigme de la recherche sur les questions de paysage : « Il ressort de la démarche de recherche d’indicateurs/marqueurs pluridisciplinaires une posture de chercheurs-experts plutôt orientée vers une “coconstruction des représentations spatiales“ que vers l’emploi de méthodes clés en mains.

Qu’ont retenu, de leur côté, les paysagistes des travaux du CEMAGREF de Grenoble ? Il faudrait le demander à Jacques Sgard qui a fondé, avec d’autres (les paysagistes M. Viollet, P. Dauvergne en particulier), le domaine professionnel du « Grand Paysage et du Paysagisme d’aménagement ». Et surtout l’a enseigné au CNERP de Trappes puis à l’ENSP de Versailles en encadrant de nombreux ateliers pédagogiques régionaux de quatrième année pendant trente ans. Car ces ateliers répondaient à des commandes de collectivités publiques qui relevaient surtout du conseil de la maîtrise d’ouvrage, et donc de la pensée du paysagisme d’aménagement.

Ce qui est certain est que les paysagistes libéraux n’en ont pas retenu « une méthode clés en main ». Chacun a souhaité s’emparer de la commande publique pour y répondre librement en fonction de sa sensibilité et de ses compétences.

Retenons les points communs qui font aujourd’hui partie du capital culturel des paysagistes maîtres d’œuvre et conseillers de la maîtrise d’ouvrage : les notions de « projet sur l’espace », d’ « esprit (ou de génie) des lieux », de conservation ou de création d’ « ambiances », de réunion des données objectives et subjectives, de diversification des structures des paysages, de visualisation des données, d’analyse des dynamiques paysagères, de lisibilité et de cohérence des paysages perçus, de potentialités des paysages, et surtout de médiation des conflits sociaux … Les deux démarches, issues du CNERP et de l’ENSP d’une part, du CEMAGREF d’autre part semblent très proches.

Pourtant, les paysagistes concepteurs (surtout à Versailles, et beaucoup moins à Angers ou Blois) n’ont pas ou peu retenu la démarche du CEMAGREF. Elle concernait la qualification des perceptions par l’organisation spatiale : le nombre de plans, les visions longues et courtes, les rapports d’échelle ; par les indices visuels (lignes de force, effets de cadrage, couleurs et textures) ; par les critères de dominance (points d’appels, axes visuels, rythmes, contrastes et transitions) ; par les composantes d’ambiance (lisibilité, identité, vulnérabilité…). La démarche développait également les méthodes d’intégration visuelle des équipements ou l’idée de « capacité d’absorption » d’un paysage.

Ou plus exactement les paysagistes n’ont pas formulé leurs projets avec ce vocabulaire explicite des études visuelles. Le langage de l’écologie est apparu beaucoup plus tardivement (et très timidement), notamment avec les injonctions réglementaires sur la biodiversité et les risques environnementaux incluses dans la commande publique à partir des années 1990, et surtout des lois issues du « Grenelle de l’environnement » de 2008 et 2010.

L’influence des démarches du paysagisme d’aménagement apparait aujourd’hui dans les règles ministérielles d’attribution du titre de paysagiste concepteur depuis 20179. Elles ne se limitent plus à l’exercice de la conception de projets d’aménagements paysagers et de la maîtrise d’œuvre. Elles demandent de « savoir concevoir le paysage par une démarche de projet de paysage (…) d’ être capable d’interpréter spatialement une problématique d’aménagement et de territoire en questionnant et en hiérarchisant les éléments d’un diagnostic ; et d’être capable de concevoir le maintien, l’amélioration, l’évolution, l’adaptation ou la transformation des paysages ».

S’y ajoutent « la capacité de faire preuve de capacités projectuelles à toutes les échelles (…), de mobiliser et d’articuler des connaissances générales liées au paysage et à leurs caractéristiques historiques et actuelles (agriculture, parcs et jardins, arts plastiques, architecture, art urbain, urbanisme, planification) ainsi que des connaissances scientifiques et techniques en lien avec les paysages (géomorphologie, hydrographie -avec le concept fondamental de « bassin versant » qui implique une appréhension globale-, agronomie, horticulture, écologie, géographie naturelle et humaine…) et certains principes de l’ingénierie intéressant le paysage (assainissement pluvial, traitement des sols, soutènements, terrassements, plantations) (…), d’ anticiper l’évolution d’un paysage, (…) et d’assumer plusieurs situations professionnelles ».

Une grande partie de la pensée du paysagisme d’aménagement (une demande du ministère de l’Environnement à l’origine) se retrouve sous forme normative dans les pratiques d’une profession désormais réglementée, comme celle d’architecte ou de médecin. Les méthodes expérimentées par le CEMAGREF de Grenoble dans plus de 120 situations différentes pendant trente ans10 ont inspiré la boite à outils des praticiens. Les uns comme le plan de paysage font désormais partie des documents réglementaires d’urbanisme, les autres (l’atlas de paysage, la charte de paysage, l’observatoire photographique de paysage) restent d’usage facultatif, à disposition des projets territoriaux des élus et des aménageurs.

La compétence paysagiste, élargie à l’échelle territoriale, a été de fait transférée en quarante ans des services de l’État (au départ avec la Mission du paysage, l’INRA et le CEMAGREF) aux collectivités publiques (Agence d’urbanisme, CAUE, parcs naturels régionaux et nationaux …), aux agences libérales et aux bureaux d’études privées. Ce qui a permis à l’État11de disposer d’experts pour proposer et mettre en œuvre des solutions locales aux problèmes paysagers d’hier (déprise agricole, mise en place d’infrastructures routières, protection des sites, urbanisation non maitrisée …) ; mais aussi d’aujourd’hui (infrastructures énergétiques, qualification de l’espace public, étalement urbain, biodiversification, risques climatiques, agricultures urbaines…).

Pierre Donadieu avec l’aimable concours de Bernard Fischesser et Y. Luginbühl.

Version du 18 mai 2019


Bibliographie

B. Fischesser. « Le paysagisme d’aménagement au service de la gestion des cours d’eau, l’exemple de l’opération Ardèche Claire », 1985, Aménagement et Nature, p.18-22.

B. Fischesser, « L’expérience du Cemagref en matière de paysagisme d’aménagement », juin 1987, Paysage et Aménagement p.18-30.

B. Fischesser, « Le plaisir du paysage » sept 1987, Revue d’urbanisme n°221 p.115-126 .Introduction à un colloque national tenu à Paris sous la présidence de Mme Simone Weil.

B. Fischesser, 1991-1993.Dans la revue « Pour la Montagne » on trouvera une rubrique « Etude paysagère » dans les n° 22 à 29 rédigée et illustrée présentant différentes études paysagères du Cemagref en milieu montagnard (Ubaye, Haut Beaujolais, Gresse-en Vercors.

B. Fischesser, « Le paysagisme d’aménagement au service d’une valorisation de la montagne », Pour la Montagne, n°22, janvier, 1991.

P. Charreton, Marie-France Dupuis et Bernard Fischesser, « L’analyse paysagère dans la gestion des territoires », Ingénierie-EAT, n° 1, 15, pp. 31-40.

B. Fischesser, « Des études au service de la promotion économique des paysages montagnards de qualité, cas de la Vallée de l’Ubaye (Alpes de Haute-Provence) » in Montagnes Méditerranéennes, n°4 , 1996, p.23-32.

B.Fischesser, M.-F. Dupuis-Tate ,Le guide illustré de l’écologie, éditions Delachaux et Niestlé, 2017, Paris

B. Fischesser, La vie de la forêt, Paris, éditions de La Martinière, 2009. On y trouvera un chapitre illustré consacré à la valorisation paysagère de la forêt (p. 190-198).

B. Fischesser et M.-F Dupuis-Tate, Rivières et Paysages, éditions de La Martinière, 2003.
« Un chapitre p. 290 à 324, y est consacré à notre approche sur le terrain. Dans ce même ouvrage un chapitre présente notre analyse imagée de l’évolution d’un paysage de rivière de la préhistoire à aujourd’hui (un travail sans équivalent semble-t-il sur l’évolution d’un paysage français) (p. 42 à 76). Et aux pp.136-141 on trouvera notre conception (originale pour l’époque) en matière de blocs-diagrammes de paysage. Voir aussi les illustrations pp. 99-202 et 219-222 et aussi 212-215. Au fond tout cet ouvrage veut situer notre approche en matière d’aménagement de Grand Paysage qui veut allier sensibilités, sciences et médiation des propositions » (B. Fischesser, avril 2019).

L’essentiel des études paysagères réalisées par l’équipe est stocké à la bibliothèque du Groupement de Grenoble de l’Irstea( 2 ,rue de la papeterie, Campus universitaire de Saint Martin d’Hères (Isère)


Notes

1 Jean-Henri Teissier , Marc Roux , André Brun , Jacques Brossier, Joseph Bonnemaire Pays, paysans paysages dans les Vosges du Sud, les pratiques agricoles et la transformation de l’espace, Paris, INRA-ENSSA, 1977, 172 p.

2 Aujourd’hui Institut de recherche pour l’ingénierie de l’agriculture et de l’environnement (IRSTEA).

3 P. Donadieu, « Quinze ans de paysagisme au service de l’aménagement de la forêt et de la montagne », in P&A n° 11, 1987, p. 15.

4 Le paysage de montagne, recherches fondamentales en quatre fascicules (n° 116, 420 p., 1977) Tome 1 : L’étude paysagère, l’analyse des perceptions, T. 2 la forêt de montagne, T.3 : les autres composantes du milieu montagnard, T. 4 La perception de l’espace montagnard ;

5 Avec la coopérative d’architectes, d’ingénieurs et de paysagistes (API) fondée par le paysagiste M. Viollet

6 B. Fischesser, M.-F. Dupuis-Tate, Le guide illustré de l’écologie, éd. Delachaux et Niestlé, 2017, Paris. Se reporter aux chapitres ‘L’écologie du paysage’ et ‘le génie écologique’ p. 292 à 329.

7 B. Fischesser, L’avenir de l’Ecole Nationale supérieure du Paysage (ENSP), rapport, oct 1985. 92 p.

8 B.Fischesser, M.-F. Dupuis-Tate, « Les valeurs du paysage », Forêt Méditerranéenne, t .XV, n°3, 1994.

10  Notamment le bloc diagramme et les scénarii de paysage.

11 Confortée par la convention européenne de Florence (2000) ratifiée par la France en 2006.

VTP3 CS et CO

Retour

3e séminaire du Réseau « Ville, Territoire, Paysage »

École nationale supérieure d’architecture de Versailles

École nationale supérieure de paysage de Versailles

13-14 juin 2019

Comité scientifique

Jean Attali, professeur émérite ENSA Paris-Malaquais, chercheur associé de l’UMR AUSser / MCC / CNRS

Roberta Borghi, maître de conférence ENSA Versailles, chercheur au LéaV

Éric Chauvier, maître de conférence ENSA Versailles, chercheur au LéaV

Elena Cogato-Lanza, maître d’enseignement et de recherche, EPFL ENAC LAB-U (CH.)

Jean-François Coulais, professeur ENSA Paris-Malaquais, chercheur à l’IPRAUS

Stéphanie de Courtois, maître de conférence ENSA Versailles, chercheur au LéaV

Hervé Davodeau, Maître de conférence, ENITHP, Angers

Denis Delbaere, professeur ENSAP Lille, resp. de l’axe Territoire du LACTH

Xavier Guillot, professeur ENSAP Bordeaux, chercheur, UMR Passages

Emeric Lambert, maître de conférence ENSA Versailles, chercheur Chôros (EPFL, CH.)

Claire Parin, professeur émérite ENSAP Bordeaux, chercheur UMR Passages

Alexis Pernet, maître de conférence ENSP, chercheur au LAREP

Yves Petit-Berghem, professeur à l’ENSP, chercheur au LAREP

Roland Vidal, ingénieur de recherche et enseignant à l’ENSP de Versailles

Luc Vilan, maître de conférence ENSA Versailles, chercheur au LéaV


Comité d’organisation

Roberta Borghi, maître de conférence ENSA Versailles, chercheur au LéaV

Stéphanie de Courtois, maître de conférence ENSA Versailles, chercheur au LéaV

Roland Vidal, ingénieur de recherche et enseignant à l’ENSP de Versailles

Luc Vilan, maître de conférence ENSA Versailles, chercheur au LéaV

Sophie Bonin, maître de conférence ENSP, chercheur au LAREP

Appel à communication VTP3

Retour

Appel à communications

3e séminaire du Réseau « Ville, Territoire, Paysage »

École nationale supérieure d’architecture de Versailles

École nationale supérieure de paysage de Versailles

13-14 juin 2019

Les écoles dans leurs territoires.

Expériences pédagogiques et enjeux de recherche du domaine Ville, Territoire et Paysage.

Télécharger au format PDF


Contexte institutionnelThème du séminaireAxes pour les propositionsAttendus scientifiquesInformations pratiques


A. Contexte institutionnel

3e édition des séminaires VT/P, en lien avec la Première Biennale d’architecture et de paysage de la région Ile-de-France, (3 mai – 13 juillet 2019).

Depuis quatre ans, le réseau « Ville, Territoire, Paysage » organise des séminaires interdisciplinaires qui ont pour objectif d’interroger les savoirs et les pratiques portés par les enseignements du champ VTP.

La dynamique de travail collégial activée par ces séminaires est motivée à la fois par un besoin de partage des réflexions et des pratiques et par la volonté de constituer une force de proposition dans le processus de renouvellement de ce champ disciplinaire.

Le 3e séminaire VTP fait suite à celui des Grands Ateliers de l’Isle-d’Abeau, de mars 2015, et à celui organisé à l’ENSAP de Lille en novembre 2016. Le premier, « Ville, Territoire, Paysage : vers un réseau de pratiques et de savoirs », a représenté le lancement du réseau VTP et a permis d’esquisser un premier bilan sur les expériences d’enseignement du projet aux échelles urbaine, territoriale et paysagère.

Avec le 2e séminaire, « Recherche & Projet : productions spécifiques et apports croisés dans les domaines Ville, Territoire et Paysage », le réseau a ouvert une table de discussion sur la question du rapport entre recherche et projet, en explorant notamment la manière dont le projet peut générer de nouvelles démarches de recherche.

Ces deux années passées depuis le dernier séminaire ont permis au réseau VTP de restituer et valoriser les résultats des rencontres précédentes, d’élargir son comité scientifique à de nouveaux membres.

L’organisation de la première Biennale d’architecture et de paysage de la région Ile-de-France à Versailles, de mai à juillet 2019, avec une participation importante des deux écoles organisatrices a motivé le réseau VTP à choisir Versailles comme hôte de son 3e séminaire. Les sites des deux écoles, ouverts à tous publics et en liens avec les deux laboratoires de recherche (LéaV à l’ENSA-V et Larep à l’ENSP) accueilleront ce 3e séminaire.

Celui-ci se propose de bénéficier de la dynamique de la Biennale. Tout en conservant l’optique de permettre un retour et des échanges sur la pédagogie sur les Villes, Territoires et Paysages, il s’articule donc entre séances de terrain et échanges en séances plénières.

Ce séminaire sera aussi l’occasion de réfléchir à la stabilisation du réseau pédagogique et scientifique VTP auprès du Bureau des enseignements et du Bureau de la recherche architecturale, urbaine et paysagère – Ministère de la culture-Direction générale des patrimoines-Service de l’architecture-Sous-direction de l’enseignement supérieur et de la recherche en architecture.


Contexte institutionnelThème du séminaireAxes pour les propositionsAttendus scientifiquesInformations pratiques


 


B. Thème du séminaire

La Biennale 2019 présente une réflexion transversale sur le rapport entre la ville et la nature à partir de deux propositions : « Le goût du paysage », côté ENSP (commissaire A. Chemetoff), enquête sur le potentiel nourricier du paysage ; « Augures. Immersion et perspectives dans la métropole climatique qui vient », côté ENSA-V (commissaire D. Klouche), retrace les signes de nouvelles manières de lire et écrire la métropole à travers trois entrées principales : le climat, l’accélération et la décélération, et le commun. Ouvrant pour un moment l’horizon des deux écoles très au-delà de leurs limites physiques, ces propositions offriront de nombreuses contributions et installations de professionnels et d’artistes.

Dans ce contexte, le séminaire VTP3 souhaite explorer le rapport que les écoles d’architecture et de paysage développent et entretiennent avec leur territoire. Ce questionnement de la relation au territoire des écoles pourrait se synthétiser et s’articuler en deux volets :

1) l’influence de la singularité des territoires sur les contenus et les modalités des enseignements

2) Le rôle / l’apport des écoles aux dynamiques de projet de ces territoires.

Nous souhaitons permettre de réelles découvertes des territoires et des modalités pédagogiques de leur exploration à travers des visites que nous organiserons dans la plaine de Versailles. Seront mis en avant des démarches développant un échange actif entre expérience pédagogique et acteurs du territoire ainsi que des expériences de projet développant un axe spécifique de recherche sur le territoire.


Contexte institutionnelThème du séminaireAxes pour les propositionsAttendus scientifiquesInformations pratiques


 

C. Axes pour les propositions

Nombreuses sont les acceptions du mot « territoire », et variées sont les lignes que les usages du mot dessinent entre les aspects physiques, administratifs et humains. Avec la notion de « territoire » viennent celles de « frontière », de « limite », de « propriété », de « revendication », d’« enracinement », de « topographie » et de « climat » mais aussi celles d’une communauté de destins, d’outils, de ressources. Concrètement, l’analyse des territoires renvoie aussi aux questions de centralité et de périphéries, de réseaux et de mobilités. Autant de paramètres et phénomènes que l’enseignement du projet en architecture ou en paysage doit aborder pour permettre d’intervenir dans les territoires urbains, péri-urbains ou ruraux.

Nous proposons trois entrées principales pour cette exploration du rapport des écoles de projet à leur territoire :

Territoire et patrimoine(s) (rapport à l’histoire, à la société, à l’identité, à la conscience du lieu; le territoire comme bien commun; tourisme et valorisation territoriale (marketing ?), etc.).

Territoire comme écosystème (rapport au vivant, climat, qualité des sols, gestion des ressources – notamment agricoles -, biodiversité, métabolisme territorial, écologie territoriale, ingénierie du vivant, trames vertes et bleues, etc.)

– Territoire et gouvernance (les thèmes : la gestion des mobilités, les frontières et les modalités de prise de décision dans les territoires, / les acteurs institutionnels de la gouvernance locale, les acteurs non institutionnels et les tactiques habitantes).

Une des questions qui traversera cette exploration concernera le rôle que la pédagogie se donne sur ces territoires. Sera examiné comment les enseignants-chercheurs se positionnent comme des acteurs légitimes, en tant que formateurs de futurs spécialistes du projet spatial, mais aussi en tant que contributeurs ou facilitateurs à l’animation de ces territoires.

Dynamisés par l’organisation bicéphale de ce séminaire, les échanges nourriront également une mise en perspective des manières dont la notion de « territoire » est mobilisée respectivement dans le projet architectural et le projet de paysage.

Des contributions pourront enfin s’attacher à développer plus particulièrement des courants de recherche et des notions théoriques qui sous-tendent les pédagogies ou les alimentent. La diffusion des théories et des actions développées par l’école territorialiste (A. Magnaghi et Société des territorialistes), par exemple. Ou encore, les études sur les notions de métabolisme urbain et territorial (S. Barles, 2002), ou d’anthropocène (P. Crutzen, 2000 ; J.-B. Fressoz- C. Bonneuil, 2013, B. Latour, 2015), ou de mésologie (A. Berque, 2000, 2014), ou de palimpseste (A. Corboz, 1983 ; S. Marot, 2010). Mais aussi le rapport au sol et au vivant comme moteur de projet (B. Secchi, 1986 ; P. Viganò- P. Mantziaras, 2016 ; M. Chalmandrier et al., 2017 ; P. Donadieu et E. Remy, 2016 ; Y. Petit-Berghem, 2016) et la question du climat dans sa relation au projet de territoire (G. Escourrou, 1991 ; B. Latour, 2015), les dynamiques engagées sur le territoire par les nouvelles pratiques touristiques (M. Gravari-Barbas, E. Fagnoni, 2013), les questions de l’analyse sociale et de la projétation dans les territoires suburbains.


Contexte institutionnelThème du séminaireAxes pour les propositionsAttendus scientifiquesInformations pratiques


D. Attendus scientifiques, critères de sélection

L’appel à contribution est ouvert à tout enseignant ou chercheur, individuellement ou en équipe, dans les ENSA(P) françaises ou autres institutions d’enseignement supérieur de l’architecture, urbanisme et paysage des pays voisins, tous champs confondus (TPCAU, SHS, etc.). Il est également ouvert à d’autres disciplines universitaires (géographie, écologie, sciences de l’éducation, psychologie cognitive, etc.). La langue de communication principale sera le français, des communications pouvant également être proposées en anglais.

Attendus scientifiques

– l’explicitation détaillée de chaque projet pédagogique ; la comparaison des dispositifs, des hypothèses, des corpus, des formes de résultats, des apports à la pédagogie, aux territoires eux-mêmes et aux savoirs.

– la réflexion critique sur les catégories, les visées, les méthodes déjà élaborées dans d’autres champs proches

– le questionnement du rapport au “projet”, et à son enseignement

– la contribution à la réflexion sur les aspects théoriques, méthodologiques et épistémologiques

Envoi et sélection des propositions de communications

Les propositions de communication seront présentées sous la forme d’un résumé long de 2 pages (environ 3000 signes). Ce texte sera accompagné de références bibliographiques (5 maximum) et d’une biographie synthétique de l’auteur (ou des auteurs) de 400 signes. Il sera précisé dans quel axe de réflexion se situe la proposition.

Les propositions seront transmises pour le 22 avril 2019 à l’adresse suivante :

Vtp3versailles@gmail.com

Le comité scientifique informera les auteurs des propositions retenues pour le 1er mai 2019.

Valorisation

Les auteurs dont les propositions ont été retenues enverront pour le 1er juin 2019, un poster (format A0 vertical) selon des consignes qui seront adressées le 1er mai. Il affichera le cas présenté en expliquant la problématique, la méthode de travail adoptée, une synthèse des résultats. Les posters resteront affichés à l’École d’architecture et à l’École de paysage jusqu’à la fin de la Biennale.

Ils seront disponibles au-delà sur les sites des laboratoires de recherche de l’ENSP et de l’ENSA-V, en attendant la publication d’actes sous forme électronique, espérée en 2020.


Contexte institutionnelThème du séminaireAxes pour les propositionsAttendus scientifiquesInformations pratiques


 

E. Informations pratiques

Organisation

Lieu : ENSA-V et ENSP, Versailles et sites de visites dans les environs de Versailles.

Date : 13 et 14 juin 2019

Dates – clés

– Envoi de l’appel à contributions le 20 février 2019

– Date limite de réception des propositions : le 22 avril 2019

– Date de notification de l’acceptation : le 1er mai 2019

Comité scientifique

Jean Attali, professeur émérite ENSA Paris-Malaquais, chercheur associé de l’UMR AUSser / MCC / CNRS

Roberta Borghi, maître de conférence ENSA Versailles, chercheur au LéaV

Éric Chauvier, maître de conférence ENSA Versailles, chercheur au LéaV

Elena Cogato-Lanza, maître d’enseignement et de recherche, EPFL ENAC LAB-U (CH.)

Jean-François Coulais, professeur ENSA Paris-Malaquais, chercheur à l’IPRAUS

Stéphanie de Courtois, maître de conférence ENSA Versailles, chercheur au LéaV

Hervé Davodeau, Maître de conférence, ENITHP, Angers

Denis Delbaere, professeur ENSAP Lille, resp. de l’axe Territoire du LACTH

Xavier Guillot, professeur ENSAP Bordeaux, chercheur, UMR Passages

Emeric Lambert, maître de conférence ENSA Versailles, chercheur Chôros (EPFL, CH.)

Claire Parin, professeur émérite ENSAP Bordeaux, chercheur UMR Passages

Alexis Pernet, maître de conférence ENSP, chercheur au LAREP

Yves Petit-Berghem, professeur à l’ENSP, chercheur au LAREP

Roland Vidal, ingénieur de recherche et enseignant à l’ENSP de Versailles

Luc Vilan, maître de conférence ENSA Versailles, chercheur au LéaV

Comité d’organisation

Roberta Borghi, maître de conférence ENSA Versailles, chercheur au LéaV

Stéphanie de Courtois, maître de conférence ENSA Versailles, chercheur au LéaV

Roland Vidal, ingénieur de recherche et enseignant à l’ENSP de Versailles

Luc Vilan, maître de conférence ENSA Versailles, chercheur au LéaV

Sophie Bonin, maître de conférence ENSP, chercheur au LAREP

– Contact pour les aspects pratiques : Vtp3versailles@gmail.com

Pour les contributeurs retenus, le logement à Versailles sera pris en charge pour la nuit du jeudi au vendredi, de même que les repas des 2 journées du séminaire.


Contexte institutionnelThème du séminaireAxes pour les propositionsAttendus scientifiquesInformations pratiques