POPSU Revue AVF

Retour

Bulletin de l’Association des Amis du Vexin Français


Extraits

Périllon Yves : “Une visite à Magny”. N° 62 (2009)

Périllon Yves : “Magny-en(core?)-Vexin”. N° 69 (2013)

Cavard Jean-Claude et de Magnitot Étienne : “Agriculteurs et agricultures en Vexin. N° 70 (2014)

Cavard Jean-Claude : «La question du logement en Vexin. “Le logement, une priorité pour le Vexin français”». N° 70 (2014)

Cavard Jean-Claude : “Tourisme en Vexin”. N° 70 (2014)

de Magnitot Étienne : “Mobilisation” [à propos de la Demi-Lune]. N° 71 (2015)

Amiot Daniel (pour le bureau) : Halte à la défiguration des entrées de villes… Magny-en-Vexin par la RD 983″ [à propos de l’extension de la Demi-Lune]. N° 72 (2016)

Cavard Jean-Claude : “Les relations Vexin français Cergy-Pontoise (1970-2016)”. N° 72 (2016)

Deroudille Régis et Guéhéneuc de Lano Françoise : “L’église de Magny-en-Vexin en danger !”. N° 73 (2017)

Cavard Jean-Claude : “Le département de Seine-et-Oise, urbanisation et politique départementale d’aménagement de 1950 à 1965”. N° 73 (2017)

Cavard Jean-Claude : Dossier sur Bertrand Warnier, architecte-urbaniste, initiateur du PNRVF. N° 74 (2019)

Boulanger Marie-Claude : “Comment la CDAC contribuera à sauver les centres-villes”. N° 74 (2019)

Coll. : “Eglise de Mgny-en-Vexin, de l’espoir à l’expectative. N° 74 (2019)

Cavard Jean-Claude : “Être petite ville en Île-de-France”. N° 74 (2019)

De Lano Françoise : “Notre-Dame de la nativité de Magny-en-Vexin. Restauration : rapport d’étape”. N° 75 (2020)


Sommaires des numéros en ligne sur le site des AVF

Numéro 65 (2010)

Numéro 67 (2012)

Numéro 68 (2013)

Numéro 69 (2013)

Numéro 70 (2014)

Numéro 71 (2015)


Numéros adressés en version papier par l’AAVF
me demander les articles qui vous intéressent

Numéro 73 (2017)

Numéro 74 (2019)

Numéro 75 (2020)

Biographie de Alain Durnerin

Biographie en forme de curriculum vitae

 

Alain DURNERIN

 

Né le 10 mai 1942 à Viroflay (Yvelines),

Ingénieur en chef du génie rural et des eaux et forêts (ICGREF), en retraite,

Courriel: alain.durnerin@orange.fr

Diplômes:

 

Baccalauréat 1ère partie, série A’ (Latin, grec, mathématiques, allemand).

Baccalauréat 2ème partie: série mathématiques élémentaires et série philosophie,

Ingénieur horticole diplômé de l’École nationale supérieure d’horticulture de Versailles (ENSH),

Ingénieur d’Agronomie diplômé de l’École nationale supérieure des sciences agronomiques appliquées, (ENSSAA), à Dijon,

Brevets de fédérations sportives:

Brevets des 1er et 2ème degré de la Fédération française des sports équestres (FFSE), d’accompagnateur de tourisme équestre, (ATE), de guide de tourisme équestre (GTE)*, de l’Association nationale de tourisme équestre et d’équitation de loisirs (ANTE), 1er degré d’attelage de la Fédération française d‘attelage (FFA).

Principales étapes de la carrière administrative:

 

-octobre 1964 à juin 1967: élève de l’ École nationale supérieure d’horticulture (ENSH) à Versailles,

-octobre 1967 à juin 1969 ingénieur-élève (élève fonctionnaire) de l’ENSSAA (Ecole nationale supérieure des sciences agronomiques appliquées) à Dijon,

-juillet 1969 à novembre 1970: Service national au titre de la Coopération, Volontaire de l’assistance technique (VAT) en République centrafricaine (RCA), chef par intérim de la station expérimentale de cultures légumières de Bouar, relevant de l’Institut de recherche agronomique tropical (IRAT), puis chef du service Agronomie-Poivre de la station expérimentale IRAT à Boukoko, et chef par intérim du service Café de l’Institut français du café et du cacao (IFCC), à Boukoko en RCA,

-novembre 1970 à septembre 1972: ingénieur-professeur au Lycée agricole de Coutances (Manche) en classes de Baccalauréat option D’ et  de Technicien Agricole option Générale (BTAG),

-septembre 1972 à janvier 1976, ingénieur au bureau des Formations scolaires à la Direction générale de l’enseignement et de la recherche (DGER) au Ministère chargé de l’Agriculture, rédaction de programmes de l’enseignement technique agricole en horticulture, pisciculture, industrie agro-alimentaire…

-janvier 1976 à janvier 1981, responsable des domaines affectés à l’ENSH: le Potager du roi à Versailles et le domaine de la Jonction à Saint Germain en Laye,

-Janvier 1981 à janvier 1994, élu aux fonctions de Directeur-adjoint, Directeur des Études de l’ENSH par le Conseil général de l’ENSH-ENSP (Ecole nationale supérieure d’horticulture – École nationale supérieure du paysage),

-janvier 1994 au 3 janvier 2006, détaché dans un emploi d’inspecteur principal de l’enseignement agricole en Sciences et techniques de l’horticulture et aménagement de l’espace, domaine couvrant au départ, les champs disciplinaires de l’horticulture de production (arboriculture fruitière, productions légumières, floriculture et pépinières), de la forêt, de la protection de la nature, et de l’aménagement paysager, de la gestion et maîtrise de l’eau, sur l’ensemble de la France métropolitaine et des départements et territoires d’Outre-mer. Ce trop vaste champ de compétences s’est progressivement recentré, sur l’aménagement paysager -principalement-, la gestion et protection de la nature, et la forêt) et secondairement sur l’horticulture. Présidence de divers jurys, de groupes de travail rédigeant les sujets de concours de recrutement de Professeurs, d’examens, notamment du Brevet d’Etudes Profesionnelles (BEPA), du Brevet de Technicien Supérieur (BTSA) option Aménagement Paysager. Inspection d’établissements publics et privés, plus de 500 visites-conseil et inspections d’enseignants en Aménagement Paysager, Gestion et Protection de la Nature, Horticulture, Gestion forestière, en France Métropolitaine, à la Martinique et à l’île de la Réunion…

 

Activités complémentaires à celles exercées au titre du Ministère chargé de l’Agriculture :

 

-Membre du Conseil national des parcs et jardins au ministère chargé de la Culture en qualité d’expert, de 2010 à 2013,

-Membre du comité de rédaction de Polia, Revue de l’art des jardins,

-Représentant le directeur de l’École nationale supérieure d’horticulture (ENSH) et de l’École nationale supérieure du paysage (ENSP) au Ministère chargé de la Culture, puis membre titulaire de la Commission supérieure des Monuments Historiques, 6ème section, Parcs et jardins: deux mandats de quatre ans de 1994 à 1998 et de 1998 à 2002,

-Nommé par M. Le Préfet des Yvelines, sur suggestion de Monsieur Jacques Montégut, professeur à l’ENSH: Personne qualifiée pour les problèmes de protection de la nature (PQPN) dans plusieurs opérations de remembrement agricole et remembrement-aménagement dans le département des Yvelines, (TGV Atlantique, Auffargis, Hargeville…) de 1979 à 1995,

-membre de l’équipe du programme de recherche: Le végétal dans les grands jardins européens à l’époque moderne,élaboration de la base bibliographique Hortus, Centre de recherches du château de Versailles.

-membre de l’Association Les Mordus de la Poire, association chargée par la SOPEXA de la promotion de la poire d’automne et d’hiver.

Publications accessibles sur Internet:

 

-Jardins de France, n°648, Société Nationale d’Horticulture de France (SNHF), p.16-19. : Maurice Bernier (1922-2016), Une figure méconnue du Potager du Roihttps://www.jardinsdefrance.org/auteurs/alain-durnerin

Jardins de France, n°648, Société Nationale d’Horticulture de France (SNHF) Autour d’Alphand p.33-37. Jean Darcel ; l’ingénieur des embellissements de Paris. L’enseignement de l’horticulture au temps d’Alphand. 2017. https://www.jardinsdefrance.org/jean-darcel-lingenieur.

-Jardins de France, n°640, mars-avril 2016: Le Potager du roi à Versailles.

Le potager du Roi à Versailles

-Jardins de France, n°637-Autour des Vilmorin. 2015, Une visite d’étudiants de l’ENH au Cap d’Antibes en 1908.

-Jardins de France, n°626 Arbres d’alignement à vos rangs! (SNHF), Les palmiers en alignement sur la Côte d’Azur, un aperçu historique 2013. Sur Internet : www.jardinsdefrance.org./

-Ministère de la Culture et de la communication. 2e Cahier du Conseil national des parcs et jardins. Journée dans le cadre des Rendez-vous aux jardins 2008. 6 février 2008. Les grandes expéditions botaniques du XVIIe au XIXe siècle et le transport des plantes. www.culture.gouv.fr/…/2/…/Acte_RdvJardins_2008_voyageDesPlantes.

-Revue Champs culturels (Revue sous l’égide des Ministères chargés de la Culture et de l‘Agriculture) : De l’enseignement de l’architecture des jardins à celui de l’aménagement paysager, ENFA (Ecole nationale de formation agronomique), Toulouse, 2004,

escales.enfa.fr/wp-content/uploads/sites/7/2011/durnerin/pdf

Lecture d’œuvres par un botaniste : Alain Durnerin ingénieur horticole. Exposition : Nature et idéal-Galeries nationales du Grand Palais (Paris) : le paysage à Rome, 1600-1650, 5 avril 2011, Réunion des Musées Nationaux-Grand Palais RMN

www.grandpalais/…/lecture-doeuvres-par-un-botaniste-alain-durnerin-ingenieur

https://video-streaming.orange.fr/culture-art-creation/lecture-d-oeuvres-par-un-botaniste-alain-durnerin-ingenieur

Autres publications :

 

Secret Garden at Recherche Bay- 1792,  F.K.Jouffroy-Gauja, J.P.Beaulieu, J.C.Donatowicz.p.71 (The following paragraphs have been written in collaboration with Alain Durnerin…), Ancient art of the South Seas. First edition February 2016. ISBN 978-2-9535635-5-9,

-Jean Lefèvre, Charles Baltet, un génie de l’horticulture, rédaction : De la Champagne à l’Ecole nationale d’horticulture de Versailles, Albert Morot, élève de la première promotion, p. 160-164, édition de la Maison du Boulanger, Troyes, 2010,

– Parr-chemin, Bulletin de l’association Patrimoine et avenir de Rambouillet et de sa Région, P.A.R.R. Rambouillet, 2009, Quelques fleurs rares au temps de Julie d’Angennes (1607-1671),

-Polia, Revue de l’art des jardins, rédaction de l’éditorial du n°9, printemps 2008,

-Alain Durnerin, Françoise Stuber, Office municipal de tourisme de Rambouillet, 2003: Rambouillet et les arbres du Nouveau Monde- Les arbres d’hier et d’aujourd’hui- Promenades dans les jardins du parc du château,

-Collectif, Promenade dans l’histoire de l’art des jardins, 2ème édition, rédaction de six fiches sur l’histoire des plantes, Direction du patrimoine, Ministère de la Culture et de la Communication, 2003, ouvrage destiné à la formation du personnel de ce ministère.

-Cahiers du Conseil Général du Génie Rural, des Eaux et des Forêts, numéro 64, janvier 2003, Claude Devaux, Alain Durnerin, ingénieurs en chef du Génie rural et des eaux et forêts (ICGREF) à l’Inspection de l’Enseignement agricole au ministère chargé de l‘Agriculture: Des ingénieurs du GREF dans les formations techniques aux métiers de l’aménagement et de la gestion forestière,

-Collectif, Créateurs de jardins et de paysages en France du XIXe siècle au XXIe siècle, p.92-100. Actes Sud/Ecole Nationale Supérieure du Paysage, mai 2002, : Architectes-Paysagistes, horticulteurs et jardiniers à l’Ecole nationale d’horticulture de Versailles de 1874 à 1914

-Rapport de l’Inspection de l’enseignement agricole, Direction générale de l’enseignement et de la recherche au ministère chargé de l‘Agriculture p.77-89, chapitre rédigé par Claude Devaux et Alain Durnerin, inspecteurs principaux. Educagri éditions, mars 2002 : Le secteur de l’aménagement au sein de l’enseignement agricole, un état des lieux,

-Collectif Edouard André (1840-1911) Un paysagiste sur les chemins du monde, Paris, Editions de l’Imprimeur 2001 p. 287-298 : L’enseignement de l’horticulture et de l’architecture des jardins en France au XIXe siècle et la création de l’Ecole nationale d’horticulture de Versailles, p.302-309 Quelques figures d’anciens élèves de l’Ecole nationale d’horticulture de Versailles.

-Patrimoine et paysages culturels. Actes du colloque international de Saint-Emilion, sous l’égide de l’UNESCO, 30 mai-1er juin 2001, Coll. « Des lieux et des liens », éditions confluences, Renaissance des cités d’Europe, Bordeaux, octobre 2001, p.233-241.: De la formation à l’architecture des jardins à la sensibilisation au paysage: 140 ans d’histoire de l’enseignement agricole .

– Bulletin n.77, novembre 2000 de la Société historique et archéologique de Rambouillet et de l’Yveline (SHARY),  p. 24-33 : Voyage des plantes, horticulture et architecture de jardins au XIXe siècle,

-Collectif : Les enjeux de la formation des acteurs de l’agriculture 1760-1945, Actes du Colloque national de l‘Ecole nationale supérieure agronomique de Dijon, (ENESAD) 19-21 janvier 1999, Educagri éditions, Dijon, 2000, p. 383-393 : L’enseignement de l’horticulture et de l’architecture des jardins en France au XIXe siècle et la création de l’Ecole nationale d’horticulture de Versailles,

-Collectif, Revue trimestrielle du Conservatoire français des collections végétales spécialisées (CCVS) Hommes et Plantes, numéro 29, printemps 1999 rédaction de: Le palmier dans la culture des peuples du Moyen-Orient et de la Méditerranée,

-Société des Amis de la Région de Rambouillet et de sa Forêt, (S.A.R.R.A.F), N°13, mars 1999 :

L’École Nationale d’Horticulture de Versailles, et l’architecture des jardins au siècle dernier,

-Nicole Boshung et Michèle Giraud Le jardin parfumé, rédaction, Bordas/Guerlain, Paris 1999

p. 15-18 : De belles étrangères,

-Collectif, L’Empire de Flore. Histoire et représentation des fleurs en Europe du XVIe siècle au XIXe siècle, La Renaissance du Livre, Bruxelles, 1996, p. 80-84.: Le transport des plantes,

-Société des Amis de la Région de Rambouillet et de sa forêt (SARRAF), p.3-8, numéro 38- 1996 et p.8-15, numéro 37- 1995 : Les botanistes, la politique et le voyage des plantes au XVIIe siècle,

-Collectif, Le grand livre des fruits et légumes, Editions de la Manufacture, 1991 p.163-167 : Le Potager du roi,

-Alain Durnerin, avec l’Association les Fous de palmiers, Histoire des Palmiers, éditions Champflour, Marly-le-Roi, 1990,

-Collectif, Guide des départements, Les Yvelines: Paysages naturels, Histoire, Environnement, Arts, Culture, Loisirs, Projets-Editions, Poitiers, 1990, p. 339-346 : Le Potager du roi à Versailles,

p. 346-351,  l’horticulture à l’Ouest de Paris,

-R. de Bellaigue Le Potager du Roi 1683-1783,  Ecole Nationale Supérieure d’Horticulture 1982.

p. 77 à 97 : Le Potager de Versailles de la Révolution française à nos jours,

 

Conférences faites dans le cadre d’une formation continue:

-Intervenant chaque année de 1987 à 2017 -durant 30 ans- à la formation de personnels du Ministère chargé de la Culture, une ou deux conférences de trois heures sur le thème du Voyage des plantes, dont :  Arbres, arbustes et plantes ornementales de pleine terre et de serre dans les parcs et jardins créées entre 1860 et 1930, 23 octobre 2012, Les végétaux de l’Antiquité au XVIIIe siècle, 14 mars 2017,

-Au Lycée horticole de Saint-Germain-en-Laye Chambourcy, en classe de Techniciens supérieurs option Aménagements paysagers : Le voyage des plantes et leur introduction dans les parcs et jardins des XVIIe et XVIIIe siècles, 29 avril 2014,

-Au Domaine National des Barres à Nogent-sur-Vernisson (Loiret), intervenant chaque année de 1998 à 2007 dans la formation des ingénieurs forestiers (FIF) de Nancy, cycle l’Arbre en ville, une conférence de trois heures: Le flux de végétaux en Europe et en France: créations de parcs et jardins, les plantations,

A l’Université internationale d’été de Versailles-Paris X (UIEV-ParisX), deux à quatre conférences chaque année en juillet de 1979 à 1992, au Palais des Congrès de Versailles, sur des sujets historiques en rapport avec l’agriculture, l’horticulture, les écoles vétérinaires, les botanistes, le progrès agricole aux XVIIe et XVIIIe siècles.

-Au CAA, au DESS Jardins et paysages historiques: Jardins historiques, patrimoine, paysage de l’Ecole d’Architecture de Versailles Intervenant ponctuel: le 19 mars 2009, au Potager du roi.

Au  Master2 de l’Ecole d’architecture de Versailles: Des jardiniers de maisons bourgeoises à l’ENH de Versailles, en 2004 De l’enseignement de l’architecture des jardins à celui de l’aménagement paysager,

-A l’Institut National du Patrimoine (Paris), intervenant en 2004, 2002, 1999 sur le thème du Voyage des plantes,

-Aux stages de formation des enseignants du Ministère chargé de l’Agriculture, intervenant en qualité d’Inspecteur de l’enseignement agricole, en 2005 à Périgueux, en 2004 à Toulouse, en 1999 à Rambouillet: Le voyage des plantes au XVIIIe siècle,

-Stage de formation des ACMH, (Architectes en chef des Monuments Historiques) organisé au château de Pau par l’ENGREF et l’Arboretum national des Barres (Nogent sur Vernisson), conférence faite 9 octobre 1997: Place, rôles, dynamique du végétal dans les parcs de son origine à nos jours,

 

 

Conférences faites à la demande d’associations ou d’instances diverses:

 

-Au château de Rambouillet : L’expérimentation à Rambouillet au temps de Louis XVI, 16 mai 2015.

-A la Société historique et archéologique de Rambouillet et de l’Yveline (SHARY), 21 mars 2015 : La rentrée 1915 aura lieu à l’Ecole nationale d’horticulture de Versailles.

-A l’Ecole Nationale Supérieure du Paysage de Versailles : Association Paysage et patrimoine sans frontière de Saint-Germain-en Laye et, projet Grundtvig, janvier et mars 2014 trois conférences de 2 heures sur le thème mythes et langage, Voyages des plantes, en Europe.

-A l’Association comtoise des amis des jardins ACANTHE en partenariat avec la DRAC de Franche Comté, au centre diocésain de Besançon, https://jardins-franche-comte-acanthe.fr/conférences :

26 novembre 2012 : Arbres, arbustes et plantes ornementales de pleine terre et de serres dans les parcs et jardins du XIXe siècle.

-A l’Association comtoise des amis des jardins ACANTHE en partenariat avec la DRAC de Franche Comté, au centre diocésain de Besançon, 26 novembre 2011, Le voyage des plantes du XVIe siècle à la fin du XVIIIe siècle.

– 4e Cahier du Conseil national des parcs et jardins. Le jardinier et ses outils. Direction générale des patrimoines. Ministère Culture et Communication, 3 février 2010 : Introduction à la journée d’études, Alain Durnerin, président de la journée d’études,

-Au Centre culturel de Soissons, 28 janvier 2010 : Le voyage des plantes au temps de Pierre-Joseph Redouté,

-Au château du Lude, dans le cadre de journées des plantes, 7 juin 2009: Le voyage des plantes au temps de Pierre-Joseph Redouté,

-A la Médiathèque de Troyes, 23 novembre 2008 : Charles Baltet (1810-1908) et l’horticulture,

-A l’Hôtel de Ville de Rambouillet, 25 octobre 2008 : Le voyage des plantes au temps de Julie d’Angennes,

-Au château de Caen, pour l’Union des Parcs et Jardins de Basse Normandie, 29 mars 2008 : Le voyage des plantes de l’Antiquité au XIXe siècle,

-Journée d’étude dans le cadre de Rendez-vous aux jardins 2008, Ministère chargé de la Culture, 6 février 2008 : Le voyage des plantes du XVII au XIXe siècle,:

-Au centre INRA de Sophia-Antipolis, Les Rencontres de Thuret: l’acclimatation, Jardin botanique de la Villa Thuret à Antibes, centre, 24-25 octobre 2007 : Le rôle de l’Ecole nationale d’horticulture de Versailles dans la création du paysage méditerranéen,

-A l’Arboretum de Chévreloup et à l’Arboretum de Chatenay-Malabry, 20 septembre 2003, Journées européennes du patrimoine, deux visites-conférences,

-Au parc de Rambouillet sur invitation de M. Larcher, Sénateur-maire de Rambouillet, visite-conférence le 27 avril 2003 à l’occasion de la publication de l’ouvrage:Alain Durnerin, Françoise Stuber, Rambouillet et les arbres du nouveau Monde,

-Au Domaine royal de Randan, sur invitation de la DRAC d’Auvergne, dans le cadre des Journées européennes du patrimoine, 21 septembre 2002 : Le voyage des plantes, les serres et orangeries, leur utilisation par les horticulteurs et paysagistes du XIXe siècle,

-A l’Hôtel de Ville d’Angers, 24 mai 2002 à l’occasion d’un stage du personnel chargé des visites de parcs historiques : Le voyage des plantes,

-A l’Université inter-âge de Versailles, 6 mai 2002 : L‘Ecole nationale d’horticulture de Versailles,

-Au Colloque international Patrimoine et paysages culturels sous l’égide de l’UNESCO à Saint-Emilion, 1er juin 2001 publication dans les actes du colloque,

– Au Lycée agricole de Valdoie (Territoire de Belfort), à la demande de la DRAC de Franche-Comté, 24 novembre 2000 : Botanistes, horticulteurs et paysagistes au XIXe siècle,

-A la bibliothèque Florian à Rambouillet, sur la demande de la Société historique archéologique de Rambouillet et de l’Yveline (SHARY), 24 juin 2000, publication dans la revue de la SHARY, Voyage des plantes, horticulture et architecture des jardins au 19ème siècle,

-A Buenos Aires, (Argentine), membre du panel international intervenant à la Conférence international: La revalorisation architecturale vers 1900 en compagnie de Mmes Sonia Berjman (Buenos Aires, Argentine), Margarita Montanez (Montevideo, Uruguay), Monique Mosser (CNRS, France) et Brent Elliot (Royal Society, UK) 3 septembre- 31 août 1999, Les rapports entre l’enseignement de l’architecture paysagiste en France et sa diffusion en Amérique latine au XIXe siècle,

-A la Sociedad de Aquitectos del Uruguay, Montevideo 30 août 1999 : Les rapports entre l’enseignement de l’architecture paysagiste en France et sa diffusion en Amérique latine au XIXe siècle, (mêmes participants que ci-dessus),

-Au Château de Grignan, à la demande de l’association Grignan- Pierres et Roses anciennes 20 février 1999 : Le voyage des plantes au temps de Madame de Sévigné,

-Au Colloque international Edouard André à Tours, conférence inaugurale, 15 avril 1998 : Les débuts difficiles de l’enseignement de l’horticulture et du paysage en France,

-A l’abbaye de Valasse, Association régionale des parcs et jardins de Haute Normandie, 28 mars 1998, Le Voyage des plantes,

-A Gazeran (Yvelines), 31 janvier 1998: Le voyage des plantes au XVIIIe siècle,

-Au Salon international du patrimoine, Carrousel du Louvre à Paris, dans le cadre de la table ronde organisée par le Comité des jardins de France et les Vieilles Maisons françaises, 28 septembre 1997 : Le voyage des plantes, (…)

-Au Potager du roi à Versailles, conférence prononcée dans le cadre d’une journée organisée, sous les patronages des ministères chargés de l’Agriculture et de la Culture et l’American Institut of wine & food, France, association ayant financé la restauration de la grille royale du Potager de Versailles. Au premier rang des auditeurs, se trouvait M. le préfet ERIGNAC, alors sous-préfet de Versailles…assassiné en Corse, 19 septembre 1993: Les botanistes, la politique et les besoins en plantes aux XVII et XVIII siècles, (…),

Au Colloque national, l’évolution des fruits et légumes, Le Creusot, 21-22-23 mars 1990 : Le potager du roi à Versailles,

(…),

Activités équestres :

* Randonnée équestre de qualification au brevet de Guide de tourisme équestre (Randonnée Jeanne d’Arc) faite avec d’autres candidats à ce brevet, de Vaucouleurs à Chinon, avec les conseils de l’historienne Régine Pernoud.

Président fondateur de l’Association départementale de tourisme équestre et d’équitation de loisirs des Yvelines (ADTEY), Vice-Président, puis président de l’Association régionale de tourisme équestre et d’équitation de loisirs d’Ile de France (ARTEIF), délégué à l’Association nationale de tourisme équestre et d’équitation de loisirs (ANTE), Secrétaire général de la Société hippique du Perray-en-Yvelines, intervenant dans le Brevet Professionnel Adulte (BPA), Palefrenier-Qualifié et membre du jury du Brevet de technicien supérieur agricole (BTSA) Hippique, Centre d’Enseignement Zootechnique de Rambouillet (CEZ), Haras du Pin, Haras des Bréviaires… Participant, au rallye équestre internationale de Bretagne  coorganisateur ou organisateur de Rallyes de Tourisme équestre (Rallye SHAPNELL) en forêt de Rambouillet en liaison avec le Haras National de Bréviaires, l’Office National des Forêts (ONF), la Direction départementale de la Jeunesse et des sports de Yvelines, le 501eRégiment de Chars de Combat (501e RCC) de Rambouillet, des Rallyes équestres d’endurance en Seine et Marne et du Rallye international de Fontainebleau… Activité équestre durant 50 ans !

———————————————-

Etienne Le Guelinel, Biographie

BIOGRAPHIE ET CARRIERE D’ETIENNE LE GUELINEL

publiée dans la nécrologie de la revue des ingénieurs des Services agricoles en 2006

Il est né le 18 février 1910 à Brest (Finistère) et entre à l’INA en 1929. Il opte pour la carrière de professeur d’agriculture et réussit l’examen d’entrée à la section d’application à l’enseignement en 1932.

Après un bref séjour à l’office des céréales, il est nommé professeur d’agriculture et est affecté à la Direction des services agricoles de Seine et Oise à Versailles.

En 1939, compte tenu des circonstances, il est nommé, très jeune, directeur par intérim, des services agricoles de Seine et Oise. Puis, il sera confirmé dans ce poste jusqu’en 1959. Pendant cette période, il a été membre de 2 cabinets du ministre de l’agriculture (Pflimlin et Oudet); il y fera, en particulier, l’étude du paiment des céréales suivant le coefficient “W”.

En 1959, il est nommé directeur de l’Ecole Nationale Supérieure d’Horticulture de Versailles. En 1967, il lui sera demandé d’assurer la direction par interim de l’Ecole Nationale d’Agriculture de Grignon à la suite du décès d’un autre ancien célèbre, Léon Der Katchadourian, jusqu’à la fusion de celle-ci avec l’INA en 1971.

Il participera à la création de l’Ecole d’Horticulture d’Angers et à la préparation de la fermeture de l’ENSH de Versailles en 1993.

A l’approche de sa retraite, il est sollicité pour occuper éventuellement le poste de directeur de l’INA de Paris afin d’assurer une bonne transition  au moment de la fusion INA-Paris et Grignon. En 1972, Philippe Olmer prendra la direction du nouvel INA Paris-Grignon et Etienne Le Guelinel prendra sa retraite en tant qu’ingénieur général d’agronomie. Mais avant de prendre sa retraite, il avait demandé audience au ministre de l’agriculture, Christian Bonnet qu’il connaissait bien, et lui avait fait part du caractère incomplet de la réforme des services extérieurs du ministère de l’agriculture réalisées en 1965. La création du corps d’agronomie avait pour lui un goût d’inachevé. Il faudra attendre 2002 pour aboutir à la réunion des 2 corps, sans doute, sous l’aspect devenu essentiel de la réforme de l’Etat.

Il était marié et père de sept enfants qui lui ont donné 30 petits-enfants et 51 arrière-petits-enfants.

A sa retraite, il a passé un an à Granville (Manche) à proximité de la Chesnonière, la maison de la famille Puis il est parti à Caen (Calvados) où il a suivi avec son épouse des cours à l’université du troisième âge: il a pu étudier ainsi l’architecture et le mobilier normands qui le passionnaient. Dix ans après, il est allé vivre à Versailles près du quartier Saint Louis où il avait toujours vécu avant son départ à la retraite. Après la mort de son épouse, en 1995, il s’est retiré dans la Chesnonière (à Mesnil Hue dans la Manche), où il a vécu entouré d’une partie de sa famille. Il est décédé le 28 octobre 2005. La céremonie de son enterrement a eu lieu le 31 octobre dans la petite église de Mesnil Hue et son inhumation au pied de celle-ci.

Il était officier de la Légion d’Honneur, commandeur de l’Ordre du Mérite, chevalier du Mérite Agricole.

Etienne Le Guelinel a été un des pionniers de la vulgarisation agricole moderne et l’un des premiers DSA qui avait mis en place un appareil efficace pour le progrès technique dans les plaines de Seine et Oise où les CETA furent les premiers mis en place. Il a ensuite fait un parcours exemplaire pour diriger l’ENSH et préparer la fusion aboutissant à l’INAPG.

Ajout postérieur

Il a effectué une mission en Espagne près de Saragosse pour le compte de l’OCDE vers 1960 et qui a duré environ 10 ans, comme directeur d’une école d’horticulture tenue par l’Aula Dei. A ce titre, il fut décoré par le gouvernement espagnol “commandator de numero” du mérite espagnol (un peu comme une édition numérotée).

Claude Cosson, (promotion ENH 1952-55)

Un jour, un jardin – Jour 37

Retour

Un jour, un jardin – Icono-bibliographie

Le bosquet du Théâtre d’eau contemporain

jardins du château de Versailles

 

Louis Benech, « Restitution ou réinterprétation. Les exemples des Tuileries et du bosquet du Théâtre d’eau à Versailles », in Martella Marco (dir.), L’Héritage d’André Le Nôtre. Les Jardins à la française entre tradition et modernité, Domaine du département de Sceaux -Hauts-de-Seine, 2014, p. 119-123.

La Restauration du bosquet du Théâtre d’eau, dossier pédagogique, Château de Versailles (lien).

Le Bosquet du Théâtre d’Eau, par Louis Benech & Jean-Michel Othoniel, Château de Versailles, 2014 (Youtube)

OpenStreetMap

Retour

OpenStreetMap (OSM)

OSM est un outil de cartographie collaboratif permettant, sur un fond topographique existant, d’apporter et d’échanger nos propres informations. Cette application a d’autant plus retenu notre attention que les données ainsi saisies peuvent être importées depuis, ou exportées vers, les logiciels de CAO-DAO et les SIG que nous utilisons par ailleurs.

Les données rendues publiques par d’autres utilisateurs peuvent également être utilisées, de même que nous pouvons rendre publiques nos propres données. La validation de ces données est faite par la communauté des cartographes contributeurs, de la même manière que  sur Wikipédia.

Les documents peuvent être travaillés à n’importe quelle échelle :

Exemple d’une carte réalisée par Hugo, de l’équipe POPSU :

Cliquez ici pour découvrir OpenStreetMap.

Et ici pour suivre, sur Youtube, le tutoriel que Hugo a réalisé pour nous.

Paysage et confinement

La recherche en paysage

au temps du confinement

 

Être confiné chez soi, pour un chercheur en paysage, c’est se priver de ses outils méthodologiques habituels : arpentage du terrain, relevés, croquis, rencontre avec les habitants, observations anthropologiques ou naturalistes, etc.

Pourtant, l’enseignement et la recherche continuent… parce que les contraintes de temps sont là, qu’il s’agisse de former des apprentis-chercheurs ou de respecter les engagements pris dans les programmes de recherche.

On explore donc les outils qu’il nous reste, et notamment ceux que nous offrent les technologies de l’information et de la communication, en se disant, pour se consoler, qu’on est moins désarmé en 2020 qu’on ne l’aurait été cinquante ans plus tôt.

“Le paysage, c’est l’endroit où le ciel et la terre se touchent”, nous disait Michel Corajoud.

On le sait bien, cet endroit n’existe pas, puisque le ciel et la terre ne se touchent nulle part.

Le paysage, c’est donc d’abord une affaire d’imagination, et l’imagination, elle, ne s’arrête pas avec un simple confinement.

 


Chronique [Plongée en carnet(s)] : Un paysagiste confiné, un extrait de carnet de terrain, les questions soulevées en arpentant et en dessinant, un lien pour approfondir…
Par Alexis Pernet
 

«J’ai associé un dessin, choisi dans différents carnets, un court texte écrit en référence à ce dessin, et un lien ou une référence bibliographique pour approfondir au besoin, tel ou tel point. Au fil des jours, des relations entre les dessins choisis, le texte associé et l’expérience contrainte du confinement se sont peu à peu affirmées, sans qu’il se soit agi au départ d’un projet explicite. Cette chronique a cessé avec le retour à une libre circulation.»

Consulter  / Télécharger le recueil

 
 

Quelques outils mis en œuvre par l’équipe du programme POPSU-Territoires(1) Magny-en-Vexin, une petite ville sous influence métropolitaine / à la recherche de son territoire perdu(2)

Les programmes POPSU ont la particularité de devoir se dérouler sur un temps court. Un an, ce n’est pas une durée habituelle pour un programme de recherche, fut-il de “recherche-action”. Et, bien sûr, interrompre durant deux ou trois mois un programme aussi court ne serait pas raisonnable.

Les stages engagés ont donc été maintenus, d’autant qu’il s’agit aussi de terminer dans les délais les cursus universitaires engagés.

Mais les processus méthodologiques ont dû être adaptés.

Les outils numériques ont été privilégiés, bien sûr, mais aussi et surtout les outils de communication. Si les enquêtes par téléphone ou par courriel sont d’ordinaire difficiles à conduire parce qu’elles sont trop souvent perçues comme intrusives, la situation n’est pas la même par temps de confinement, un temps où beaucoup de gens s’ennuient chez eux et sont plutôt contents de discuter, de répondre à des mails ou de remplir des formulaires.

• L’équipe a donc multiplié les entretiens téléphoniques, faciles à enregistrer grâce à la modernité de nos smartphones (avec l’accord de l’interlocuteur, bien sûr), et à partir desquels des formulaires d’enquête en ligne ont été élaborés puis diffusés. Vous trouverez ici la description de Framaform, l’une des applications (opensource) que nous avons utilisées pour cela.

• Du côté des images, si les croquis de terrain ont dû être abandonnés, les représentations graphiques numériques ont, en revanche, été particulièrement développées, en utilisant notamment un outil collaboratif (opensource également), OpenStreetMap, dont vous trouverez la description ici.

• Côté images, encore, les ressources existant sur le web ont été exploitées le plus possible. Vous trouverez ici une technique qui nous a permis d’exporter les documents de Géoportail (notamment) avec un peu plus d’efficacité que les multiples copies d’écran collées les unes à côté des autres que nous pratiquions auparavant. On récupère, par exemple, des cartes ou des photos aériennes au format A0. On utilise pour cela la fonction “Vue adaptative” décrite ici, que les navigateurs proposent en mode “développeur”.

Et d’autres choses encore, notamment du côté des outils collaboratifs, sur Topia ou ailleurs, qui ne sont pas destinées à être rendues publiques mais dont nous rendrons compte sur cette page.

1 : Programme initié par le Plan urbanisme, construction, architecture (PUCA). Voir ici.
2 : L’un des 10 projets lauréat de la session 2019. Voir ici.


Et sur Topia

Confinés ou pas, les acteurs habituels de Topia sont toujours actifs.

• Pierre Donadieu poursuit son “Histoire de l’ENSP“, qui comporte déjà 24 chapitres auxquels se sont récemment ajoutées plusieurs biographies. Vous y trouverez, notamment, celle de celui qui a dit que “le paysage est l’endroit ou le ciel et la terre se touchent”.

• Privés de leurs archives et de leurs bibliothèques publiques habituelles, l’historienne Chiara Santini et le paysagiste Michel Audouy proposent, à partir de leur propre documentation et de celle qu’ils trouvent sur le web, de visiter ou de revisiter virtuellement des jardins remarquables situés en France ou ailleurs. Ces visites qui nous sont proposées tous les jours ouvrables illustrent et renouvellent la page d’accueil de Topia. Elles sont compilées dans le menu “Ressource“.

Les paysagistes concepteurs et l’Afrique

Pourquoi n’y a-t-il pas ou peu d’Africains parmi les paysagistes formés à l’ENSP de Versailles ?

 

Après avoir soutenu avec succès son mémoire de fin d’étude devant le jury présidé par le directeur de l’ENSP, Raymond Chaux, Abdoulaye Dieye, étudiant sénégalais,  se tourna vers le public et lui dit : « Pendant quatre ans, j’ai appris comment les Français répondaient aux questions de paysage en concevant des projets appropriés, accordez moi quelques instants pour vous indiquer comment dans mon pays on répond à ces questions ». Il fit alors quelques gestes pour montrer qu’il s’installait sous le baobab séculaire d’un village de brousse, et il entra dans un palabre imaginaire avec les habitants et leur chef pour décider de la meilleure manière de construire un nouveau puits.

C’était en 1981. A. Dieye fut avec Abdouraman Samoura l’avant-dernier des cinq étudiants d’origine sénégalaise qui firent des études de paysagiste à l’ENSP. Chacun d’entre eux rentra dans son pays et y fit une carrière brillante, à l’UNESCO ou dans la fonction publique d’Etat (parcs nationaux, services territoriaux centraux). Après eux, aucun étudiant originaire de l’Afrique francophone – à l’exception des trois pays d’Afrique du nord –  ne suivit des études de paysagiste concepteur à Versailles.

Pourquoi une telle désaffection pendant cinquante ans ? Tenait-elle à une image floue et peu séduisante du métier, à des échecs au concours, à l’absence de candidature, ou encore à un manque d’intérêt des pouvoirs publics nationaux pour ces compétences.

Un recrutement ouvert, mais « homéopathique »

Avant 1974, à l’époque de la Section du paysage et de l’art des jardins de l’ENSH (1946-1974), le concours d’entrée, ouvert aux non français, n’excluait personne. Mais les candidatures, les admissions d’étrangers et l’attribution du diplôme de paysagiste étaient rares. Entre 1946 et 1972, les archives gardent la mémoire de l’admission de quelques étudiant(e)s européen(enne)s ou proches orientaux (israélien, grec, espagnol) au début des années 50 et 60. Mais exceptionnels furent à cette époque, ceux, dans le monde africain, comme le Tunisien Jellal Abdelkefi qui obtinrent le titre de paysagiste DPLG en y ajoutant ensuite un doctorat d’urbanisme.

Après la création de l’ENSP en 1976, le recrutement de l’Ecole s’ouvrit un peu vers l’Europe, l’Asie, l’Afrique, vers le Sénégal pendant quelques années, et surtout vers le Maroc et la Tunisie. Un seul Algérien obtint le diplôme de paysagiste DPLG.

Au Maroc, un contingent annuel de quelques élèves, hors de la sélection du concours (certains furent admis par cette voie), fut recruté après sélection par convention avec l’Institut agronomique et vétérinaire Hassan II. Au vu de l’attestation de fin d’études (après quatre années), le diplôme d’ingénieur agronome, dans la spécialité paysage, leur était attribué au Maroc et celui de paysagiste de l’ENSP par le ministère français. Il en fut de même pour les étudiants tunisiens recrutés à l’Institut d’horticulture et d’élevage de Chott Mariem à Sousse (mais sans l’attribution d’un diplôme tunisien d’ingénieur). Une trentaine d’étudiants fut ainsi recrutée. La plupart sont devenus enseignants, entrepreneurs ou gestionnaires de services publics dans leur pays ou ailleurs.

Une incompatibilité culturelle ?

Alors que l’ENSP accueillait quelques étudiants européens (allemand, norvégien, belge, italien par exemple) ou chinois, aucune candidature issue de l’Afrique intertropicale francophone n’est parvenue à l’école depuis celle de Saliou Niang en 1984. Faut-il y voir un désintérêt dû à l’assimilation fréquente du métier de paysagiste concepteur à celui de technicien ou d’entrepreneur en horticulture ornementale ? Une incompatibilité culturelle entre les modèles de perception des paysages et des jardins en Afrique et ceux des mondes occidental et occidentalisé ? Ou encore la concurrence de métiers voisins comme ceux de l’architecture et de l’ingénierie des travaux publics ?

Les activités de la Section Afrique de l’IFLA (fédération internationale des architectes paysagistes) fournissent des indications précieuses. Le groupe Afrique de l’IFLA, né tardivement en 2005, s’est réuni pour la seconde fois à Nairobi en 2011 avec trois pays leaders (Kenya, Afrique du sud et Nigéria), rejoints ensuite par le Maroc et la Tunisie (2014) qui ont organisé les symposiums de 2017 et 2019. Avec six pays membres le groupe Afrique de l’IFLA est loin de traduire sur ce continent un intérêt manifeste pour l’architecture du paysage comme dans la soixantaine de pays (Europe, Asie, Amériques, Océanie) où ces professions sont plus ou moins organisées et développées.

Les démarches paysagistes occidentales seraient-elles inadaptées aux cultures africaines ? Le paysage, en tant qu’il est produit et qualifié volontairement, serait-il un luxe pour pays développés[1], une importation de modèles paysagers et de règles d’urbanisme issus des pays occidentaux par les pouvoirs politiques nationaux, et destinés à remplacer les modèles vernaculaires (non ou peu visuels)?

Si le projet de paysage est un outil de la construction des territoires (par l’appropriation et le sentiment d’appartenance), il doit associer les parties prenantes (acteurs et habitants), ce qui suppose un minimum de conscience citoyenne, peu répandue dans beaucoup de pays du sud (pas plus que du nord d’ailleurs le plus souvent).

Quelles demandes sociales de qualité de paysage peuvent justifier un intérêt politique et démocratique en Afrique ? Celles des opérateurs touristiques, des agents de protection des patrimoines ? C’est un peu mince, car il s’agit dans ces cas du paysage comme sources de revenus et d’identité nationale et non de milieux de vie pour ses habitants !  Ce qui devient encore plus inextricable quand les cultures locales ne distinguent pas paysages culturels et naturels !

L’évolution des modèles de formation à l’ENSP de Versailles ont dû laisser perplexes de nombreux responsables en Afrique.

Changer de paradigme pour penser le paysage

Tant que l’idée de paysage sera restreinte à la seule relation visuelle au territoire, il y a peu de chances qu’elle inspire les urbanistes et architectes africains pour fonder les identités territoriales. Tant que les modèles paysagers occidentaux, désuets (et appauvris), du pittoresque et du sublime, qui réjouissent l’industrie touristique et les sociétés gentrifiées,  persisteront chez les pouvoirs publics, les paysagistes – sauf s’ils sont jardiniers et décorateurs – ne seront pas écoutés en Afrique.

En revanche, si l’idée de milieu (au sens mésologique et polysensoriel du géographe A. Berque) est retenue par les paysagistes concepteurs pour donner du sens à la pratique paysagiste, il est possible d’imaginer une construction territoriale et démocratique satisfaisante des paysages urbains et ruraux. Car cette construction sera à la fois matérielle et immatérielle (avec des symboles et des valeurs éthiques et esthétiques), individuelle et collective.

Il serait possible alors de lire l’espace public (et publicisé) urbain et rural comme un milieu de vie humaine et non humaine, façonnée par ceux qui en ont l’usage, y provoquent des conflits et y concluent des accords.

Le paysagiste deviendrait alors un accompagnateur des pratiques sociales, un médiateur vigilant, et un observateur impartial. Il percevrait l’exclusion et l’inclusion sociale, raciale, religieuse, économique… dans l’espace et s’emploierait à lui réattribuer les caractères d’une communauté tolérante de pratiques juxtaposées. Il serait moins un designer (producteur de formes) qu’un agent de reconnaissance des pratiques sociales et des solutions à leur compatibilité quand elles sont conflictuelles.

Ce que le paysagiste concevrait relèverait moins d’une hypothétique cohérence des échelles d’organisation spatiale, attendue par les pouvoirs publics planificateurs, que d’une reconnaissance de ce qui serait produit par les intérêts sociaux confrontés.

L’ordre des formes spatiales ne découlent-elles pas de l’ordre social et politique qui les produit, et non l’inverse. Dans cette perspective, les valeurs écologiques seront présentes dans le milieu coproduit à la mesure de la conscience des usagers et des pouvoirs publics, et de leurs aptitudes à se saisir des enjeux urgents du XXIe siècle. Tant que les Etats se limiteront (au mieux) à fournir des moyens (juridiques, financiers) et non à veiller aux résultats attendus de leurs politiques d’aménagement de l’espace, il sera nécessaire aux ONG de leur rappeler les responsabilités auxquelles ils ne font pas face. Dans ce cas il sera nécessaire de les changer.

Pour conclure

J’avais imaginé une explication raciale à l’absence d’étudiants africains à l’ENSP de Versailles. Le monde du paysagisme, au moins à Versailles, serait peu enclin à les accueillir. C’est une hypothèse sans fondement, car les candidats issus de pays africains ont été quasi inexistants.

Peut-être ces étudiants existent-ils dans les autres écoles de paysage en France et en Europe.  Je ne le sais pas.

Il faut plutôt admettre que les politiques publiques africaines d’urbanisme et d’aménagement du territoire n’ont pas ou peu reconnu en général l’utilité des paysagistes concepteurs, contrairement à l’Europe (surtout du nord).

Que les architectes et l’ingénierie des travaux publics restent dans ces pays des concurrents sérieux des paysagistes concepteurs en réduisant la compétence paysagiste aux entreprises d’espaces verts, à la production des pépinières et aux jardinages.

Que les modèles jardiniers et paysagers utilisés restent des importations, utiles pour quelques demandes sociales et politiques à caractère décoratif, mais peu adaptées aux cultures vernaculaires urbaines et rurales de l’Afrique.

Que, de fait, la compétence paysagiste est un luxe des pays développés,

Et que les écoles de paysage restent les lieux nécessaires de production des compétences professionnelles. En leur absence, il se passe peu de choses.

Pierre Donadieu

Avril 2020.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

[1] Évelyne Gauché, « Le paysage existe-t-il dans les pays du Sud ? Pistes de recherches sur l’institutionnalisation du paysage », VertigO – la revue électronique en sciences de l’environnement [En ligne], Volume 15 Numéro 1 | mai 2015, mis en ligne le 15 mai 2015, consulté le 19 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/vertigo/16009 ; DOI : https://doi.org/10.4000/vertigo.16009

Haut de page