Jacques Simon

Retour

Jacques Simon

Paysagiste, enseignant et land-artiste

Son parcoursSes réalisationsSes publicationsSes distinctionsSes idées

Jacques Simon est né le 23 décembre 1929 à Dijon et décédé le 29 septembre 2015 à l’âge de 85 ans. Il passe son enfance dans la campagne bourguignonne. Son père est pépiniériste forestier.

Son parcours

Jusqu’à l’âge de 28 ans, il voyage à travers l’Europe, en Suède en particulier, où il travaille dans des exploitations agricoles et horticoles. Il séjourne également au Canada où il suit une formation à l’Ecole des Beaux-arts de Montréal.

De 1957 à 1959, après un premier échec, il est admis à la Section du paysage et de l’art des jardins de l’Ecole nationale supérieure d’Horticulture de Versailles. J. Simon s’y distingue « par des travaux qui sont presque ceux d’un professionnel » précisera le conseil des enseignants. Il est vrai qu’il est le plus âgé de sa promotion et déjà expérimenté. Il travaille en même temps dans des entreprises et des bureaux d’étude, notamment pour les établissements Vilmorin.

À l’issu d’un concours en loge, il reçoit en 1960 le diplôme et le titre de paysagiste DPLG. Il eut comme enseignants l’architecte et paysagiste Théodore Leveau, l’architecte urbaniste René Puget, les ingénieurs en horticulture Albert Audias, Henri Thébaud et Robert Brice, l’historienne des jardins Jeanne Hugueney, entre autres.

Il commence à écrire dès la fin de ses études dans des revues spécialisées : Maison et Jardin, et Urbanisme (rubrique espaces verts). De 1962 à 1982, il devient éditeur de la revue Espaces verts et vulgarise de nombreux travaux de paysagistes français et étrangers pendant une vingtaine d’années (voir ses publications).

De 1961 à 1967, invité par Paul Chemetov qui avait lu ses premiers articles, Jacques Simon collabore avec l’Atelier d’Urbanisme et d’Architecture (AUA). Il travaille avec le jeune Michel Corajoud (il a 27 ans) et l’initie à la pratique de la conception et de la réalisation des « espaces verts ».

En 2003, au moment du Grand prix de l’urbanisme qui lui est remis, Michel Corajoud reconnait le rôle essentiel de son mentor :

«  Peu de temps après mon arrivée dans cette équipe où je travaillais sur des projets de villages de vacances, ma rencontre avec Simon fut fulgurante au point que notre association fut immédiate. Dans l’urgence, j’entre alors dans une nouvelle dimension que je ne quitterai plus : celle du Paysage. Simon est un personnage multiple : Il est un très grand paysagiste dont le travail de cette époque s’apparente à ceux des paysagistes “naturalistes ” allemands dont on voyait les projets dans la revue “Garten und Landschaft”.
Son père étant forestier, il avait acquis très jeune une grande connaissance du milieu vivant, des plantes, des arbres dont il fait des dessins superbes.

Mais il est, aussi et presque également, un photographe-reporter qui voyage beaucoup et rapporte des témoignages précis sur de très grandes villes et leurs banlieues : en Allemagne, en Angleterre et aux États-Unis. Il était, alors, l’éditeur et le rédacteur d’une revue de paysage très éclectique (Espaces Verts), qu’il bricolait lui-même, avec une énergie et une santé considérables. On y voyait, à toutes les pages, des morceaux de ville avec, en situation, des gens qu’il faisait parler en leur dessinant des “bulles”. Il est, encore, un magnifique dessinateur dont les croquis simples mais très précis donnent bien l’idée de la maîtrise qu’il a de l’espace et de sa mesure.

Avec lui, je conforte les expériences acquises sur la question des échelles et des allers et retours qu’il était nécessaire de faire. J’élargis considérablement mon champ : de la minutie des objets, des meubles, des cloisons, de mes premières expériences, aux très grands espaces ouverts qu’il me fait découvrir. Quand nous regardions ensemble un paysage, ses deux mains très expressives et mobiles mettaient, sur l’horizon, chaque chose à sa place.

J’ai appris vite et donc confusément d’abord, l’agencement des divers plans qui organisent les proches et les lointains et qui, de porosités en porosités, en fabriquent les horizons. Simon savait, plus que tous, la mesure qui le sépare de chaque chose, même la plus lointaine. Il tenait ce don de son père qui, du sol, savait évaluer avec précision la taille des plus grands arbres.

Il m’initia au passage qui va de l’espace au temps,… au temps que prennent les choses du milieu pour se constituer, pour se transformer. Je me souviens encore de son excitation au premier débourrement des saules marsault … il y voyait le signe d’un printemps que l’on n’arrêterait plus »1.

Puis, avant la fermeture de la section du Paysage, de 1971 à 1974, il est appelé par le directeur de l’ENSH, E. Le Guelinel, et le paysagiste P. Dauvergne, à enseigner dans les ateliers avec son élève Michel Corajoud. Gilles Vexlard qui était étudiant à cette époque se souvient2 :

« En prépa ENSH, après un premier trimestre entièrement consacré à suivre des cours avec assiduité et détermination : pédologie, cultures florales, forçage des chrysanthèmes et des lilas, etc. J’étais dans une attente insatisfaite. Les professeurs de l’ENSH étaient tous des sommités dans leur spécialité, on ne pouvait se permettre d’arriver en retard en cours. Or, après Mai 68, nous avions d’autres aspirations. Deux heures d’atelier par semaine étaient trop minces pour me retenir à cette École que j’étais prêt à quitter ».G.V.

Jacques Simon arrive :

« Un après-midi de janvier, un homme est entré dans les ateliers. Il avait une sacoche en cuir à soufflet comme tous les professeurs de ce temps, et portait une veste américaine d’un vert très lumineux. L’atelier piaillait dans tous les sens comme à chaque retour de vacances : il restait le moment ludique de la semaine. L’homme n’a pas dit un mot. Il a attendu que tout le monde se taise. D’un coup, le silence s’est fait. Alors, il a commencé à parler, plus exactement à chuchoter. Il a juste dit : « Bonjour, je m’appelle Jacques Simon ».

Tout le monde était pendu à ses lèvres. J’ai tout de suite compris – j’avais été éducateur – qu’il savait comment s’y prendre. Il avait des astuces pédagogiques extraordinaires. On l’a pillé d’ailleurs, mais il ne s’en est jamais plaint. Au contraire, il était très partageur. C’était un pédagogue hors pair, dans le sens où il manifestait toujours le désir de tirer le meilleur, sans jugement, sans a priori, de tous ses étudiants. »

J. Simon ne se présentait pas aux étudiants comme un « sachant », mais comme, dirait-on aujourd’hui, un « coach » éclairé :

« En 1972, il avait 43 ans, on lui en donnait 30. Il était d’une fraîcheur redoutable. Il parlait toujours avec ses mains, ça m’a beaucoup marqué. Il ne donnait jamais de leçon : « Le paysage, c’est… » Non ! Il était dans le direct. Il nous engageait à penser et être dans le paysage directement. À nous ensuite de faire notre apprentissage.

Il était dans l’instantané. « Allez, cinq minutes de crobars ! Le plus vite possible ! » Simon est arrivé dans ma vie comme un courant d’air. Il ne donnait jamais de travail précis, jamais d’impératifs. Il nous sollicitait. Il n’était pas dans l’imposition mais dans la suggestion, dans la complicité, dans le non-dit – c’est bien plus efficace ».

Il enseigne également à l’étranger, en particulier à l’université de Pennsylvanie (USA) où il est invité par Ian Mc Harg, professeur de landscape planning, ainsi qu’à la faculté de Montréal.

Il se consacre à la commande des espaces verts des Grands Ensembles immobiliers (ZUP) depuis 1960 jusqu’à la fin des années 1970.Puis il cède ses projets en cours à une jeune coopérative de paysagistes l’API.

Il interviendra de manière irrégulière dans les ateliers de l’ENSP de Versailles créés en 1976 jusqu’au début des années 2000.

 

Ses principales réalisations

1960-1965 : Vigneux-sur-Seine, (avec l’architecte Paul Chemetov)

1965-1966 : ZUP de la Bourgogne (Tourcoing) ; ZUP de Beaulieu (Wattrelos) ; ZUP de la Mare-aux-Curés (Nangis),

1967 : ZUP de la Reyssouze (Bourg-en-Bresse), Bois-Mata, Villeneuve Saint-Georges, ZUP de Provins et des Chatillons,

1967-73 : Le parc Saint-John Perse associé à la ZUP de la Croix-Rouge (DVW architectes) à Reim ; un parc pionnier pour le renouvellement de la pensée paysagiste en France.

Parc Saint John-Perse, collage de J. Simon

1974 : Jeux aux Chatillons et à Croix Rouge (Reims),

1975 : ZUP de Fontenay-sous-Bois et lotissement Saint-Germain-Laval (avec les architectes DVW)

1995-2009 : Le parc de la Deûle à Lille

Maître d’ouvrage : LMCU (Lille Métropole Communauté urbaine),
Conception : architectes-paysagistes : Jacques Simon et JNC International en tant que chef de projet (Jean-Noël Capart et Yves Hubert)
Réalisation, gestion et animation : ENM Espace Naturel Lille Métropole

Le parc de la Deûle3

2002-2004, Le parc Mosaïc à Lille

Maître d’ouvrage : LMCU
Conception : Parcours dessiné par Jacques Simon et JNC International
10 paysagistes et 11 artistes

Réalisation, gestion et animation : Espace Naturel Lille Métropole

Le parc Mosaïc

 

Ses principales publications4

Elles sont concentrées surtout dans les 50 numéros de la revue Espaces verts créés et animés par J. Simon de 1968 à 1982.

Ouvrages et revues

Simon, Jacques.  Allées, escaliers, murets : créations de paysagistes européens.  Paris, La Maison Rustique, 1962.

Simon, Jacques.  L’eau dans le jardin; créations de paysagistes européens.  Paris, Maison Rustique, 1963.
Simon, Jacques. 
 L’art de connaitre les arbres. Paris, Hachette, 1964.
Simon, Jacques. 
 Aménagement des espaces libres.  Saint-Michel-sur-Orge, Espaces verts, 1974-1982.

Simon, Jacques.  300 plans. Saint-Michel-sur-Orge, Espaces verts, 1974.
Simon, Jacques.  
 400 terrains de jeux.  Saint-Michel-sur-Orge, Espaces verts, 1975.
Simon, Jacques. 
 500 croquis.  Saint-Michel-sur-Orge, Espaces verts, 1974.
Simon, Jacques. 
 200 détails.  Saint-Michel-sur-Orge, Espaces verts, 1975.

Simon, Jacques.  Routes plantées.   Saint-Michel-sur-Orge, Espaces verts, 1976.
Simon, Jacques. 
 Arbres pionniers.  Saint-Michel-sur-Orge, Espaces verts, 1976.

Rouard, Marguerite et Jacques Simon.  Espaces de jeux : de la boite à sable au terrain d’aventure. Paris, Editions D. Vincent, 1976.

Simon, Jacques.   Les gens vivent la ville.  Saint-Michel-sur-Orge, Espaces verts, 1976.
Simon, Jacques. 
 Jardins prives et lotissements. Saint-Michel-sur-Orge, Espaces verts, 1977.

Simon, Jacques.  Paysages et loisirs.  Saint-Michel-sur-Orge, Espaces verts, 1978.
Simon, Jacques. 
 Guide technique illustré des chantiers d’espaces verts. Saint-Michel-sur-Orge, Espaces verts, 1979.
Simon, Jacques
 Basic design.  Saint-Michel-sur-Orge, Espaces verts, 1980.

Simon, Jacques.  Croquis perspectifs des architectes paysagistes.  Saint-Michel-sur-Orge, Espaces verts, 1980.

Simon, Jacques.   Murs et sols.  Saint-Michel-sur-Orge, Espaces verts, 1981.
Simon, Jacques. 
 Les parcs actuels. Saint-Michel-sur-Orge, Espaces verts, 1981.

Simon, Jacques.  Pergolas et palissades.  Saint-Michel-sur-Orge, Espaces verts,1982.
Simon, Jacques. 
 Guide des détails d’aménagements extérieurs, 1987.
Simon, Jacques. 
 Jacques Simon, tous azimuts: sur les chemins, de la terre, du ciel, du
paysage.  Paris, Pandora éditions, 1991.


Articles

Canogar, Susana.  “Figuras del paisaje: siete visiones contemporaneas del espacio abierto.” Arquitectura viva1997 Mar.-Apr., n.53, pp.21-31, avec des photos de  Jacques Simon

Attias, Laurie.  “Green thought.”  Metropolis, 1996, v.16, n.1, pp.78-81, 83.  The Festival des Jardins, a landscape exhibition near Paris.
Features gardens by Jacques Simon, Gail Wittwer, and Pierre  Culot Simon, Jacques. ” Die Strasse als Linie, die Landschaft als Schrift/ The road as a line, the landscape as script.”
 Topos: European landscape magazine, 1996, juin, n°15, pp.100-106.

Pousse, Jean-Francois.  “Le paysage, sans cesse:  entretien avec Jacques Simon” [interview].  Techniques et architecture, 1992, n° 403, pp.92-93.   . 

Simon, Jacques.  “Fragmente und Impressionen.” Garten und Landschaft1988, v.98, n°4, pp.43-46.   Drawings by Jacques Simon, of the River Doubs area, between the Rhine and the Rhone

“Jacques Simon, paysagiste.”  Architecture d’aujourd’hui. 1981, déc., n° 218, p.6-7. 

“The surprising, sculptured, quickset terrain of Jacques Simon.” Landscape architecture1977 January, v.67, n.1, p.[47]-55.  

Simon, Jacques.  “Fountains in the landscape.”   Landscape architecture. July 1962, vol. 52:4, pp. 241-243.
 

Ses distinctions

1990 : Premier Grand Prix du Paysage du ministère de l’Environnement

« Le jury a entendu distinguer un paysagiste particulièrement inventif qui a joué un rôle important pour le renouvellement de l’approche des problèmes de paysage et su attirer l’attention de toute une génération de professionnels par ses nombreuses publications. Par ses réalisations, en particulier le parc St-John-Perse à Reims, il a apporté de nouvelles réponses à la conception des espaces urbains et créé un nouveau langage paysager fait de sobriété ». Ministère de l’Environnement.

2006 : Grand prix national du paysage : Le parc de la Deûle à Lille avec JNC INTERNATIONAL SA (Jean-Noël Capart, Yves Hubert).

« Entres autres qualités, le parc est un espace public multifonctionnel : Protection de l’eau grâce aux zones humides reconstituées ; Opportunité d’agriculture périurbaine de qualité (il existait déjà un pôle d’agriculture biologique à Wavrin) ; Réseau de corridors biologiques, trame verte contribuant à diminuer la fragmentation écopaysagère ; Éducation à l’environnement et au développement durable (visites guidées, sentiers de découverte, observatoires..) ; Vitrine architecturale : D’anciennes écuries ont été restaurées selon les standards de la HQE (Haute qualité environnementale) et une ancienne ferme transformée en Centre d’initiation à l’environnement (également HQE). » Wikipedia.

2009 : Prix du Paysage du Conseil de l’Europe pour le parc de la Deûle à Lille.

Ses idées

Expérimenter une nouvelle pédagogie d’ateliers

Pour concevoir les projets, J. Simon mettait en avant l’expérimentation et l’inventivité de chacun. Lors de son premier cours, les étudiants, et G. Vexlard en particulier, n’en revenaient pas :

« Jacques Simon a commencé ce cours en nous disant : « C’est le petit matin, vous êtes dans un sac de couchage, en septembre, dehors. L’herbe croustille, vous hésitez à sortir. Devant vous, il y a des rails de chemin de fer qui luisent dans la brume… Continuez l’histoire… » J’étais stupéfait : c’était exactement ce que j’avais vécu pendant ces vacances dans mon moulin aux premières gelées. Ce prof me racontait ce que j’avais ressenti quelques semaines auparavant en me levant tous les jours à cinq heures du matin pour aller faire mes premières gâchées de béton ou le faucardage de l’étang. Voilà la personne que j’attendais, la personne qui savait me parler du paysage. Je lui dois de ne pas avoir quitté cette école, son premier cours m’a permis de comprendre ce que j’étais venu chercher à Versailles ».GV.

Dans l’atelier, il savait se mettre en scène et s’imposer aux étudiants plus par la parole (ou le silence) que par le dessin :

« Plus que le dessin, l’outil pédagogique de Simon était la parole. Il ne mettait jamais son dessin en avant. Il nous parlait des paysages qu’il avait rencontrés et, par le biais d’un récit, il mettait l’étudiant en situation. C’était toujours comme ça qu’il lançait un projet, avec entrain et enthousiasme. Il aimait mettre en scène la pédagogie. Il arrivait par exemple devant la table d’un étudiant et il arrêtait de parler. Il ne disait plus un mot. L’étudiant perdait ses nerfs. Ainsi il laissait « se planter » le jobard ou mettait en avant le timide ; sans humiliation, avec le talent d’un grand réalisateur. » GV.

Inventer l’autonomie de la pensée paysagiste

J. Simon était un homme modeste et engagé, non dans l’action politique, mais dans l’invention d’un langage propre des paysagistes, inspiré par l’expérience du corps et de l’esprit dans les sites à aménager :

« Si on sent bien ses orientations humaines, je ne sais pas quelles étaient ses orientations politiques, il n’en faisait jamais état. Ce n’était pas un vantard. C’était même un grand timide qui a passé sa vie à essayer de se dépasser. Ce qui est sûr, c’est qu’il était profondément humaniste. Un humaniste contemporain. Il ne s’est jamais comporté comme une star alors qu’il avait une immense culture. Toujours sur la réserve, très pudique, mais en même temps un excellent metteur en scène, un acteur flamboyant.

Son engagement pour l’indépendance du paysage dans le projet avec un vocabulaire et une esthétique propres lui permettait un débat tonique avec les autres disciplines de l’aménagement : architectes, urbanistes ou artistes. Son expertise efficace donnait un sens précurseur dans l’élaboration des projets contemporains (…) Il s’intéressait au cinéma (il avait rencontré Jean Rouch), à la musique, à la littérature où les grands voyageurs avaient bonne place – Joseph Kessel, Jack London. Il disait souvent : « Le paysage se fait avec les pieds ». GV.

Quelques idées de formes, Espace Verts

En ce sens J. Simon était un visionnaire qui a inspiré l’évolution de la profession au-delà des métiers de l’architecture des jardins, vers l’urbanisme autant que le land art.

« Le travail de Simon nous entraîne par la séduction du paysage vers une nouvelle vision du monde. Simon est un homme du futur, un visionnaire. Son futur est aujourd’hui devenu réalité. Simon nous rappelle également que du projet de paysage doit surgir de l’émotion, la sensibilité, la liberté de conception. Simon lui-même est un grand émotif, émotion qu’il masque derrière sa vivacité et sa fulgurance. L’écriture du paysage doit prendre le pas sur la lecture… et Simon, c’est des pages et des pages de romans. » G.V.

Inventer un paysagisme avant-gardiste

J. Simon était un provocateur éclairé, critique ironique de la fabrique urbaine des années 60 et 70, que les jeunes générations de paysagistes ont pris au sérieux. Il a imposé une vision globale des territoires et de leurs paysages, qui n’existait pas, et dont les paysagistes ont su tirer parti pour l’imposer à l’architecture et à l’urbanisme réglementaire.

« A l’époque se souvient J. Simon, le discours de l’architecte, c’était demander au paysagiste du gazon et des arbustes afin de laisser voir l’architecture » (…) « (La mutation des pratiques) va se faire avec l’objectif affiché de « faire campagne, de trouver des liens entre le bâti et le milieu champêtre ».5

Aménagement des espaces libres, fascicule 7 : « Les gens vivent la ville », 1976

« Provocateur, dans les photomontages du Détournement des grands paysages il casse les échelles et les distances qui séparent les choses et nous révèle le rythme interne du paysage. Il est le premier à montrer l’esthétique de la catastrophe, à promouvoir l’inattendu et à travailler le contraste comme stimulant à la conception. ». GV.

L’art de la topo-graphie

J. Simon va à l’essentiel pour ouvrir l’espace à proximité des grands ensembles. Il se concentre sur le relief, bannit les fleurs et réduit le choix des arbres à quelques espèces rustiques plantées très denses et très jeunes. Le règne séculaire du pittoresque végétal exotique est aboli.

« Une maîtrise parfaite de l’échelle et des moyens d’action, conjuguée à un sens inné de la topographie lui font travailler le terrain comme une ressource fondamentale dans la construction économique du projet. Récupérer les terres des fouilles des bâtiments, associer les conducteurs de bulldozer à une sensibilité plastique, développée par le sens de la pente, de l’exposition, du jaillissement végétal. Aller à l’essentiel, au minimum pour désencombrer les fioritures de l’aménagement au bénéfice du paysage. « Tu ne plantes que trois espèces d’arbres, et encore il y en a deux de trop ! ». GV

Le land artiste

« Dès 1955, il peint en bleu vif 320 troncs de peupliers trembles à 300 km au nord de Chicoutimi au Québec. Et il récidive en 1964 – en faisant apparaître sur la pelouse du Champ de Mars à Paris un cercle de 35 mètres de diamètre, formé d’herbe haute et drue, obtenu grâce au versement d’azote liquide sur ce cercle.

Ces deux performances in situ servant de préambules à quantité d’interventions paysagistes éphémères. Par exemple le fameux et gigantesque (12000 mètres carrés) Drapeau de l’Europe réalisé à Turny (village bourguignon où habite fréquemment J. Simon) en 1990 en plantant des graines de bleuets et de soucis, puis en luttant pied à pied contre un étouffement possible des seconds par les premiers, avant d’enrayer une “insolente colonisation d’un tapis d’amarantes”.6

Avec les agriculteurs, le paysagiste réalise des installations paysagères éphémères et visibles du ciel principalement dans des champs de céréales ou de prairies. Il invente des paysages agricoles nouveaux, non du point de vue des paysans mais avec son regard et ses outils d’artiste.

Labyrinthe, J. Simon,

 

Pour conclure

Jacques Simon a inventé et fondé la possibilité d’une rénovation durable de la pensée et de la pratique paysagiste en France. Comme concepteur et réalisateur de projets, comme journaliste, enseignant et land artiste, il a contribué avec M. Corajoud à former la première génération des nouveaux paysagistes, celle de la Section du paysage de l’ENSH, puis la seconde, celle de l’ENSP où il est intervenu sporadiquement.

Pour lui, comme pour tous les paysagistes qui se sont inspirés de son œuvre, l’action, le projet de paysage sont des outils de connaissance qui ont été capitalisés par cette profession renouvelée. À ce titre, ils ont rejoint les scientifiques qui cherchent à connaitre pour agir, mais la connaissance pratique des paysagistes n’a pas recours aux méthodes de la science.

Pierre Donadieu

Mars 2020


Bibliographie

B. Blanchon, « Jacques Simon », in Créateurs de jardins et de paysage (M. Racine édit.), Arles Actes Sud/ENSP Versailles, 2002, Vol. 2, 269-271.

B. Blanchon, « Jacques Simon et Michel Corajoud à l’AUA, ou la fondation du paysagisme urbain », in Jean-Louis Cohen, avec V. Grossman, dir., Une architecture de l’engagement : l’ AUA 1960-1985, Paris, Editions Carré, Cité de l’Architecture et du Patrimoine, 2015, p. 214-225.

JP. Le Dantec, « Jacques Simon et le retournement de la fin des années 1960 », in Le Sauvage et le Régulier, Paris, le Moniteur, 2002, 199-207.


4 http://turny.chez.com/A0archives/jacques_simon_architecte.htm, compiled by Desiree Goodwin, Reference Assistant, February 25, 1998.

5 J.-P. Le Dantec, op. cit., p. 201

6 JP. Le Dantec, « Jacques Simon et le retournement de la fin des années 1960 », in Le Sauvage et le Régulier Paris le Moniteur, 2002, 199-207.