Michel Viollet

Retour

Michel Viollet

Paysagiste, enseignant

Sa formationSon parcoursSes réalisationsSes distinctions – Ses publications  – Ses idées 

Michel Viollet est né en 1939, en Haute Savoie.

Sa formation

Après son bac en 1958, il s’inscrit à l’ENH de Versailles comme auditeur libre pour se présenter au concours d’entrée de la formation des ingénieurs horticoles et reprendre la pépinière familiale. Ayant découvert la Section du paysage et de l’art des jardins, il préfère ce concours qu’il passe avec succès en 1960. À cette époque la section compte très peu d’élèves chaque année (5 ou 6). Les ingénieurs horticoles se détournent de cette formation prévue pour eux initialement : un seul a été admis : Michel Citerne. Un nouveau directeur vient d’être nommé Etienne Le Guélinel.

Pendant deux ans, il reçoit presque la même formation qu’Allain Provost qui est diplômé de l’ENSH en 1961 et s’inscrira ensuite à la Section.

De 1960 à 1962, il suit les enseignements de l’architecte et paysagiste Théodore Leveau, de l’architecte urbaniste René Puget, des ingénieurs en horticulture Albert Audias, Henri Thébaud et Lucien Sabourin, de l’historienne des jardins Jeanne Hugueney, entre autres. Appelés par le conseil des enseignants, deux jeunes paysagistes, J. Sgard et J.-C. Saint-Maurice, commencent à enseigner dans les ateliers de projet. Et Jacques Montégut vient d’inaugurer ses cours de botanique, de phytosociologie et de phytogéographie. La formation de paysagiste commence à s’ouvrir à de nouveaux horizons, différents de ceux de l’architecture des jardins et de l’urbanisme réglementaire et planifié.

Il obtient son diplôme et titre de paysagiste DPLG après un concours en loge en 1967.

Son parcours

1962-63 : Il est chargé d’étude à l’Institut d’aménagement et d’urbanisme de la région parisienne (IAURP).

1965-1970 : Il travaille à l’Atelier du paysage avec J. Sgard, J.-C. Saint-Maurice et G. Samel, atelier qui accueille également le jeune P. Pillet comme stagiaire de la Section (1966).

1970-1993 : Il créé avec Andréas Jaegli, architecte et urbaniste d’origine suisse, et les paysagistes Paul Brichet et Michel Delepierre, l’association de paysagistes et d’ingénieurs (API), coopérative d’études de paysage. Elle répond autant aux demandes d’études de paysage qu’aux missions de maitrise d’œuvre. Au début des années 1970, elle poursuit les projets que laisse le paysagiste J. Simon parti enseigner au Canada (notamment la ZUP Croix Rouge et la fin du parc Saint-John-Perse à Reims).

Dans ce cadre, ils mènent plusieurs études, notamment dans le cadre de l’OREAM de Nantes-Saint-Nazaire créée dans le cadre du 5ème plan (1966-1970) et de l’ ALCOA (Atelier d’Aménagement du Littoral Centre Ouest Atlantique).

Parallèlement, ils assurent de nombreuses missions de maîtrise d’œuvre :

  • Pour des aménagements littoraux dans le cadre de la MIACA (Mission Interministérielle d’Aménagement de la Côte Aquitaine,

  • Pour les bases de loisirs de la Région Parisienne et les opérations de logements dans le cadre de l’AFTRP (Agence Foncière et Technique de la Région Parisienne) et des Villes Nouvelles.

À partir de 1993 et de la dissolution de l’API, M. Viollet exerce des missions de paysagiste conseil auprès du ministère de l’Environnement, des DDE du Finistère, du Bas-Rhin, de la Réunion et de la Haute Savoie, et de sociétés autoroutières (ASF …).

Parallèlement à ses activités de praticien, il mène une carrière d’enseignant à l’ENSP de Versailles. De 2005 à 2017, il participe à la Commission Supérieure des Sites, Perspectives et Paysages au ministère de l’Écologie.

L’enseignement

Section du paysage de l’ENSH (1967-1974)

En 1967, l’enseignement de la Section commence à être ébranlée par l’insatisfaction des enseignants et des élèves en raison du manque de moyens humains et financiers. Les effectifs atteignent 19 élèves inscrits cette année-là. Ils ont quadruplé en 5 ans. Des grèves vont éclater, notamment des examens et du concours en loge.

M. Viollet est recruté comme assistant par J. Sgard et B. Lassus. Après le départ en 1968 de ces derniers, il accompagnera avec P. Dauvergne la transition pédagogique qui se traduira par l’arrivée de Jacques Simon et de Michel Corajoud deux ans après. Jusqu’à l’arrêt de la Section à l’été 1974.

L’ENSP (1997-2017)

À la suite du nouveau programme pédagogique adopté en 1986, le stage de quatrième année en agences ou en bureaux d’étude est remplacé par un « atelier régional ». Il s’agit de mettre en situation professionnelle les étudiants de manière plus encadrée et plus efficace que dans l’ancien système créé en 1976. De 1988 à 1996, Pierre Donadieu et B. Follea installent ces ateliers expérimentaux grâce à des conventions financières et pédagogiques entre l’école et les commanditaires en général publics.

En 1997, M. Viollet reprend la direction des « ateliers pédagogiques régionaux » et leur développement en France et à l’étranger. Chaque année 10 à 15 ateliers sont organisés, chacun d’entre eux concernant 2 à 4 étudiants encadrés par un enseignant paysagiste habilité.

En 2007, à l’âge de 68 ans, M. Viollet cède la place au paysagiste Pascal Aubry, ancien enseignant à l’ENSP (1975-1986), et maitre-assistant à l’École nationale supérieure d’architecture de Paris-la-Villette. Cependant, M. Viollet continue à assurer des vacations d’enseignement pour l’encadrement des Travaux Personnels de Fin d’Études et des Ateliers Régionaux jusqu’en 2018.

Les principales études de paysage :

1970-1972 : Vallées autour de Nantes pour le compte de l’OREAM Nantes-Saint-Nazaire,

1972-1973 : Reconnaissance des paysages du littoral atlantique entre les embouchures de la Vilaine et de la Gironde,

1972 : Étude sur l’aménagement des terrils du bassin houiller du Nord-Pas-de-Calais pour le compte du Ministère des Affaires Culturelles en collaboration avec le cabinet d’architectes GGK,

1974 : Étude pour la mise en place d’un schéma d’aménagement paysager de la plaine industrielle du Havre pour le compte du Ministère de l’Environnement et du Port Autonome du Havre,

1977 : Étude préliminaire du plan paysager de la coupure verte de Gravelines pour le compte de l’Agence d’urbanisme de la Région Dunkerkoise en collaboration avec OVE ARUP France,

1977 : Étude préalable à l’élaboration des SDAU et POS, sur les relations entre les tissus urbains anciens et nouveaux pour le compte du Ministère de l’Environnement (Région Centre),

1984 : Diagnostic paysager du Bassin Houiller de Lorraine pour l’amélioration de l’image régionale, effectuée pour le compte du Conseil Régional de la Moselle en liaison avec le G.E.P/DDE de Moselle,

1994-1997 :Plan Paysage de Monts de la Goëlle (Seine et Marne) en collaboration avec J.P. Carrette.

Les principales réalisations1

1970-1973 : Espaces verts de la ZUP de la Croix-Rouge à Reims,

1975-1978 : Mails de Saules et cheminements du quartier des Prés, ville nouvelle de Saint-Quentin en Yvelines,

Cl. Florence Morisot

1975-1980 : Parc du Coudray, le Blanc-Mesnil (Seine-Saint-Denis)

« Vaste de 24 hectares, ce cœur de verdure est le plus grand parc municipal de Seine-Saint-Denis. Il bat au rythme de nombreuses festivités familiales : Beach-Mesnil et sa plage estivale, Symphonie sur l’Herbe et ses plages musicales, etc. Il offre un cadre d’arbres remarquables. Au fil d’un parcours botanique et pédagogique, les promeneurs y croisent le tulipier de Virginie, le parrotier de Perse ou l’arbre de Judée.

Il accueille des manifestations soignées qui accompagnent les familles au fil des saisons. À chaque été, il prend des allures de station balnéaire avec sa plage de 600 tonnes de sable chaud, ses palmiers et sa piscine géante. » (blancmesnil.fr)

cl. Lisa Ekimova, 2007

1975-1992 : Base de loisirs de Cergy-Neuville, ville nouvelle de Cergy-Pontoise, aujourd’hui Ile de Loisirs de Cergy-Pontoise.

« L’implantation de la base de loisirs de Cergy a été prévue en 1965 par le schéma directeur d’aménagement et d’urbanisme de la région parisienne pour à la fois offrir aux habitants de la région des possibilités nouvelles de loisirs et donner un attrait plus important à la ville nouvelle de Cergy. Les premiers travaux d’aménagements ont démarré en 1972 sous le contrôle de l’agence foncière et technique de la région parisienne (AFTRP) et le plan d’aménagement de la base de loisirs a été confié à la Coopérative d’études de paysages API. » W.

19771980 : Parc Pereire à Arcachon (Landes),

« Les maisons de style côtoient les sites naturels ; ici, urbanisme rime avec environnement. Le plus bel exemple en est le Parc Pereire, propice aux promenades et à la détente. La pinède s’étend jusqu’au bord du Bassin d’Arcachon pour former la plage Pereire : une étendue de sable fin bordée d’une longue promenade piétonne et d’un jardin maritime verdoyant, idéale pour les amateurs de bains d’ombre et les fervents des bains de soleil. » Gironde-tourisme, 2020 » (W.)

1980-1990 : Zone d’activités de Paris-Nord II

Située le long de l’autoroute du Nord, à proximité de l’accès à l’aéroport de Roissy, elle s’étend sur une superficie de 300 hectares. Une ossature verte d’une soixantaine d’hectares définit un maillage qui organise et distribue les différents quartiers de la zone d’activité.

1983-1989 : Parc de Belleville à Paris (20ème)

« Le parc a été conçu par l’architecte François Debulois et la coopérative de paysage API dirigée par le paysagiste Michel Viollet. Il a été inauguré en 1988. Orné de 1 200 arbres et arbustes (chênehêtretilleulmarronniernoyertulipier de Virginiearbre de Judéeoranger du Mexiquefrêne d’Amériquesavonnierpommiercatalpasophoraarbre à encenscyprès chauvearbre aux 40 écus), de plantes vivaces, grimpantes et tapissantes et de rosiers, le parc est une réalisation de la ville de Paris. Afin de reprendre une tradition et une activité historiques du lieu, quelques pieds de vigne, de cépage pinot meunier ont été plantés ». W.

Parc et panorama vus depuis le belvédère des rues Piat et des Envierges, API, W.

1984-1990 : Parc des Lais de mer (4 hectares), Tourgeville/Deauville,

« On peut s’y délasser sur un banc, faire une promenade, s’essayer le jogging sur son parcours sportif ou faire des exercices sur ses équipements en bois. On apprécie en famille l’aire de jeux pour les plus petits ou pour les amoureux le “jardin des coeurs” pour accrocher un cadenas et peut-être échanger des serments, promesses, envies ou secrets… On se retrouve aussi entre amis au skatepark ou sur l’un des deux terrains multisports en plein air ». (indeauville.fr)

 

1988-1990 : Plage des Cavaliers (9 hectares) à Chiberta Anglet (Pyrénées Atlantiques)

« Reconnue mondialement pour ses vagues puissantes, elle accueille de nombreuses compétitions de surf professionnel. Cette longue plage de sable est bordée au nord par la longue digue de la Barre. Elle est dominée par de nombreux espaces verts et le complexe de thalassothérapie Atlanthal. Des promenades bétonnées entrecoupent les longues bandes gazonnées, fréquentées par les familles… La plage est très facile d’accès et les parkings sont très bien aménagés. » (TripAdvisor)

1988-1993 : Ambiances végétales du Magic Kingdom pour Disney Imaginering

Associé à l’agence de paysage Brian Clouston and Partners de Londres, Michel Viollet a réalisé la mise en œuvre du paysage végétal du Magic Kingdom de Marne-la-Vallée.

Les distinctions

Membre d’honneur de la Fédération française du paysage

Membre du comité de rédaction des Carnets du paysage

Ruban d’argent, 4ème palmarès des paysages routiers (1997)

Les principales publications

M. Viollet, Etude paysagère du littoral martiniquais. DDE Martinique, Paris, Ministère de l’Ecologie et du Développement Durable, 2003, 

« Cette étude a été faite dans le cadre de l’application de la loi littoral préconisant d’identifier et d’analyser les sites, les éléments de paysage et secteurs à protéger et à mettre en valeur pour les motifs esthétiques ou naturels. Son objectif est d’établir : une cartographie au 1/100000e faisant apparaître pour l’ensemble de la Martinique, les grandes unités paysagères et leurs sous-ensembles ; une cartographie au 1/25000e faisant apparaître pour chacun des grands ensembles paysagers du littoral, les unités de paysages remarquables ou espaces sensibles à préserver ou à mettre en valeur ». MEDD.

Michel Viollet, Béatrice Fanny, Base paysagistes : Paysage, régulation et gestion des eaux pluviales, Paris, MEDD, 2003

« La multiplication des aménagements de régulation comme les retenues d’eaux pluviales réalisées ponctuellement sans prise en compte du contexte paysager risquent d’entraîner des modifications importantes sur la perception de ces paysages remaniés. La DNP du MEDD a souhaité évaluer les conséquences importantes de cette nouvelle pratique : parallèlement, la sensibilisation des acteurs favorise la mise en œuvre de dispositions particulières à définir. C’est seulement dans ce contexte que sera assurée une meilleure intégration de ces aménagements dans les structures paysagères existantes.». MEDD.

M. Viollet, J.-P. Carette, Routes et paysages dans les parcs naturels régionaux. Guide à l’usage des gestionnaires, Montpellier ENSAM, 1993.

« Le présent document concerne les parcs naturels régionaux, et par extension, la partie périphérique des parcs nationaux ainsi que les territoires sur lesquels une démarche de qualité paysagère est engagée. Pour aider les aménageurs et les gestionnaires des PNR dans leur mission de qualification du territoire, ce guide a pour objet : d’identifier les interrelations entre routes et paysages en fonction des parcours. De décrire les composantes du paysage routier et de proposer des recommandations d’aménagement. »

EXTRAITS DE PRESSE :

  • Sciences et Avenir, la science du paysage (1974) : Le miroir d’une societé (M.Viollet/P.Dauvergne), le littoral en péril (M.Viollet/A.Jaeggli)

  • Landscape Architecture (1978) : Innovative design at Cergy

  • Urbanisme, Pratiques du paysage (1980) : Quatre aménagements, quatre échelles

  • Urbanisme, Présence de l’eau (1984) : Les jardins de Belleville (API/Debulois), Jeux urbains avec canaux (API/C.Guislain)

  • Paysages actualités (mars 1995) : Un parc de mer à Arcachon

  • Paysages actualités (1985) : Les étangs de Cergy-Neuville

  • Urbanisme, Jardins de ville (1985) : Renforcer le végétal (M.Viollet)

  • Paysages actualités (1986) : L’aménagement des lais de mer à Deauville et Tourgéville

  • Urbanisme (avril 1988) : Aménagement de deux places à Nogent-le-Rotrou

  • Landscape Architecture (1989) : Global landscape, Industrial evolution, le parc de Belleville à Paris Marylin Clemens)

  • Paysages actualités (1990) : API Paysages, 20 ans d’études et de réalisations.

Les idées

Dans la carrière de M. Viollet, il y a deux périodes principales d’activités, celle de la coopérative API (1970-1993), et celle où il dirige la quatrième année de l’ENSP (1997-2007) tout en exerçant son activité de paysagiste conseil de l’État.

Dans la première il est autant, et sans doute plus, paysagiste concepteur et maitre d’œuvre que conseiller de la maitrise d’ouvrage avec ses collaborateurs de l’API.

« En utilisant souvent des matériaux de décharges contrôlés, issus des chantiers importants de cette époque, ils interviennent sur les modelés de sol et la topographie, créent des massifs boisés importants, et veillent aux usages sociaux des espaces créés :

Dans la base de loisir de Draveil (avec l’agence Latitude Nord), la proposition était de créer des lieux identifiables permettant à chacun de de s’inventer un territoire en s’appropriant à certaines heures de la journée le banc de bois, celui où est inscrit Je t’aime pour la vie, la butte rappée par les pas quotidiens, l’ombre légère du saule ou celle plus épaisse du marronnier. Toute action consiste au préalable à remettre en cause les idées concernant la séparation des fonctions“2.

En revanche, dans la seconde partie de sa carrière, son activité de paysagiste conseil et d’organisateur des ateliers pédagogiques régionaux de l’ENSP lui permet surtout de développer la formation des maitres d’ouvrage et des acteurs de la gouvernance publique des paysages en même temps que celle des étudiants. Il participe à la « mise en politique » de la notion de paysage, traduite en capacité de projets et de médiations pour les futurs paysagistes, et en accompagnement des programmes et projets d’aménagements locaux et territoriaux.

Pour conclure

Dès les années 1970, M. Viollet a contribué à construire, avec d’autres paysagistes de sa génération ou plus anciens (notamment J. Sgard, Jean- Claude Saint-Maurice, P. Dauvergne, G. Samel et M. Corajoud), la figure professionnelle de l’expert en paysage, devenu depuis 2016, « paysagiste concepteur ».

Avec la création des paysagistes conseils de l’État en 1995, et comme enseignant, il a montré quelles compétences de conseil de la maitrise d’ouvrage devaient être transmises pour que cette profession désormais réglementée répondent avec clarté et efficacité à la demande sociale et politique.

Validées par le ministère de la Transition écologique et la FFP, ces compétences, au nombre de sept, définissent désormais les démarches des paysagistes concepteurs, adaptables aux différentes échelles géographiques et temporelles de l’action.

Ce qu’Henri Bava, président de la Fédération française du paysage (FFP) en 2018, résumait :

« La Maîtrise d’ouvrage doit pouvoir profiter de toutes les évolutions en matière de qualification, de formation, et de développement du métier de paysagiste concepteur, depuis la planification jusqu’à la maîtrise d’œuvre.

L’évolution des formations des écoles de paysage permet de générer une jeune génération de paysagistes concepteurs qui a compris et intégré la nécessité d’une adaptation rapide de la profession face aux enjeux planétaires, pour être en capacité de produire pour chaque lieu une approche visant l’excellence située.»

Pierre Donadieu avec le concours de Michel Viollet

Mars/mai 2020


Notes

1 D’après Michel Viollet, in Créateurs de jardins et de paysages, 2002.

2 M. Audouy, Michel Viollet, in Créateurs de jardins et de paysage, 2002

POPSU Revue AVF

Retour

Bulletin de l’Association des Amis du Vexin Français


Extraits

Périllon Yves : “Une visite à Magny”. N° 62 (2009)

Périllon Yves : “Magny-en(core?)-Vexin”. N° 69 (2013)

Cavard Jean-Claude et de Magnitot Étienne : “Agriculteurs et agricultures en Vexin. N° 70 (2014)

Cavard Jean-Claude : «La question du logement en Vexin. “Le logement, une priorité pour le Vexin français”». N° 70 (2014)

Cavard Jean-Claude : “Tourisme en Vexin”. N° 70 (2014)

de Magnitot Étienne : “Mobilisation” [à propos de la Demi-Lune]. N° 71 (2015)

Amiot Daniel (pour le bureau) : Halte à la défiguration des entrées de villes… Magny-en-Vexin par la RD 983″ [à propos de l’extension de la Demi-Lune]. N° 72 (2016)

Cavard Jean-Claude : “Les relations Vexin français Cergy-Pontoise (1970-2016)”. N° 72 (2016)

Deroudille Régis et Guéhéneuc de Lano Françoise : “L’église de Magny-en-Vexin en danger !”. N° 73 (2017)

Cavard Jean-Claude : “Le département de Seine-et-Oise, urbanisation et politique départementale d’aménagement de 1950 à 1965”. N° 73 (2017)

Cavard Jean-Claude : Dossier sur Bertrand Warnier, architecte-urbaniste, initiateur du PNRVF. N° 74 (2019)

Boulanger Marie-Claude : “Comment la CDAC contribuera à sauver les centres-villes”. N° 74 (2019)

Coll. : “Eglise de Mgny-en-Vexin, de l’espoir à l’expectative. N° 74 (2019)

Cavard Jean-Claude : “Être petite ville en Île-de-France”. N° 74 (2019)

De Lano Françoise : “Notre-Dame de la nativité de Magny-en-Vexin. Restauration : rapport d’étape”. N° 75 (2020)


Sommaires des numéros en ligne sur le site des AVF

Numéro 65 (2010)

Numéro 67 (2012)

Numéro 68 (2013)

Numéro 69 (2013)

Numéro 70 (2014)

Numéro 71 (2015)


Numéros adressés en version papier par l’AAVF
me demander les articles qui vous intéressent

Numéro 73 (2017)

Numéro 74 (2019)

Numéro 75 (2020)

Biographie de Alain Durnerin

Biographie en forme de curriculum vitae

 

Alain DURNERIN

 

Né le 10 mai 1942 à Viroflay (Yvelines),

Ingénieur en chef du génie rural et des eaux et forêts (ICGREF), en retraite,

Courriel: alain.durnerin@orange.fr

Diplômes:

 

Baccalauréat 1ère partie, série A’ (Latin, grec, mathématiques, allemand).

Baccalauréat 2ème partie: série mathématiques élémentaires et série philosophie,

Ingénieur horticole diplômé de l’École nationale supérieure d’horticulture de Versailles (ENSH),

Ingénieur d’Agronomie diplômé de l’École nationale supérieure des sciences agronomiques appliquées, (ENSSAA), à Dijon,

Brevets de fédérations sportives:

Brevets des 1er et 2ème degré de la Fédération française des sports équestres (FFSE), d’accompagnateur de tourisme équestre, (ATE), de guide de tourisme équestre (GTE)*, de l’Association nationale de tourisme équestre et d’équitation de loisirs (ANTE), 1er degré d’attelage de la Fédération française d‘attelage (FFA).

Principales étapes de la carrière administrative:

 

-octobre 1964 à juin 1967: élève de l’ École nationale supérieure d’horticulture (ENSH) à Versailles,

-octobre 1967 à juin 1969 ingénieur-élève (élève fonctionnaire) de l’ENSSAA (Ecole nationale supérieure des sciences agronomiques appliquées) à Dijon,

-juillet 1969 à novembre 1970: Service national au titre de la Coopération, Volontaire de l’assistance technique (VAT) en République centrafricaine (RCA), chef par intérim de la station expérimentale de cultures légumières de Bouar, relevant de l’Institut de recherche agronomique tropical (IRAT), puis chef du service Agronomie-Poivre de la station expérimentale IRAT à Boukoko, et chef par intérim du service Café de l’Institut français du café et du cacao (IFCC), à Boukoko en RCA,

-novembre 1970 à septembre 1972: ingénieur-professeur au Lycée agricole de Coutances (Manche) en classes de Baccalauréat option D’ et  de Technicien Agricole option Générale (BTAG),

-septembre 1972 à janvier 1976, ingénieur au bureau des Formations scolaires à la Direction générale de l’enseignement et de la recherche (DGER) au Ministère chargé de l’Agriculture, rédaction de programmes de l’enseignement technique agricole en horticulture, pisciculture, industrie agro-alimentaire…

-janvier 1976 à janvier 1981, responsable des domaines affectés à l’ENSH: le Potager du roi à Versailles et le domaine de la Jonction à Saint Germain en Laye,

-Janvier 1981 à janvier 1994, élu aux fonctions de Directeur-adjoint, Directeur des Études de l’ENSH par le Conseil général de l’ENSH-ENSP (Ecole nationale supérieure d’horticulture – École nationale supérieure du paysage),

-janvier 1994 au 3 janvier 2006, détaché dans un emploi d’inspecteur principal de l’enseignement agricole en Sciences et techniques de l’horticulture et aménagement de l’espace, domaine couvrant au départ, les champs disciplinaires de l’horticulture de production (arboriculture fruitière, productions légumières, floriculture et pépinières), de la forêt, de la protection de la nature, et de l’aménagement paysager, de la gestion et maîtrise de l’eau, sur l’ensemble de la France métropolitaine et des départements et territoires d’Outre-mer. Ce trop vaste champ de compétences s’est progressivement recentré, sur l’aménagement paysager -principalement-, la gestion et protection de la nature, et la forêt) et secondairement sur l’horticulture. Présidence de divers jurys, de groupes de travail rédigeant les sujets de concours de recrutement de Professeurs, d’examens, notamment du Brevet d’Etudes Profesionnelles (BEPA), du Brevet de Technicien Supérieur (BTSA) option Aménagement Paysager. Inspection d’établissements publics et privés, plus de 500 visites-conseil et inspections d’enseignants en Aménagement Paysager, Gestion et Protection de la Nature, Horticulture, Gestion forestière, en France Métropolitaine, à la Martinique et à l’île de la Réunion…

 

Activités complémentaires à celles exercées au titre du Ministère chargé de l’Agriculture :

 

-Membre du Conseil national des parcs et jardins au ministère chargé de la Culture en qualité d’expert, de 2010 à 2013,

-Membre du comité de rédaction de Polia, Revue de l’art des jardins,

-Représentant le directeur de l’École nationale supérieure d’horticulture (ENSH) et de l’École nationale supérieure du paysage (ENSP) au Ministère chargé de la Culture, puis membre titulaire de la Commission supérieure des Monuments Historiques, 6ème section, Parcs et jardins: deux mandats de quatre ans de 1994 à 1998 et de 1998 à 2002,

-Nommé par M. Le Préfet des Yvelines, sur suggestion de Monsieur Jacques Montégut, professeur à l’ENSH: Personne qualifiée pour les problèmes de protection de la nature (PQPN) dans plusieurs opérations de remembrement agricole et remembrement-aménagement dans le département des Yvelines, (TGV Atlantique, Auffargis, Hargeville…) de 1979 à 1995,

-membre de l’équipe du programme de recherche: Le végétal dans les grands jardins européens à l’époque moderne,élaboration de la base bibliographique Hortus, Centre de recherches du château de Versailles.

-membre de l’Association Les Mordus de la Poire, association chargée par la SOPEXA de la promotion de la poire d’automne et d’hiver.

Publications accessibles sur Internet:

 

-Jardins de France, n°648, Société Nationale d’Horticulture de France (SNHF), p.16-19. : Maurice Bernier (1922-2016), Une figure méconnue du Potager du Roihttps://www.jardinsdefrance.org/auteurs/alain-durnerin

Jardins de France, n°648, Société Nationale d’Horticulture de France (SNHF) Autour d’Alphand p.33-37. Jean Darcel ; l’ingénieur des embellissements de Paris. L’enseignement de l’horticulture au temps d’Alphand. 2017. https://www.jardinsdefrance.org/jean-darcel-lingenieur.

-Jardins de France, n°640, mars-avril 2016: Le Potager du roi à Versailles.

Le potager du Roi à Versailles

-Jardins de France, n°637-Autour des Vilmorin. 2015, Une visite d’étudiants de l’ENH au Cap d’Antibes en 1908.

-Jardins de France, n°626 Arbres d’alignement à vos rangs! (SNHF), Les palmiers en alignement sur la Côte d’Azur, un aperçu historique 2013. Sur Internet : www.jardinsdefrance.org./

-Ministère de la Culture et de la communication. 2e Cahier du Conseil national des parcs et jardins. Journée dans le cadre des Rendez-vous aux jardins 2008. 6 février 2008. Les grandes expéditions botaniques du XVIIe au XIXe siècle et le transport des plantes. www.culture.gouv.fr/…/2/…/Acte_RdvJardins_2008_voyageDesPlantes.

-Revue Champs culturels (Revue sous l’égide des Ministères chargés de la Culture et de l‘Agriculture) : De l’enseignement de l’architecture des jardins à celui de l’aménagement paysager, ENFA (Ecole nationale de formation agronomique), Toulouse, 2004,

escales.enfa.fr/wp-content/uploads/sites/7/2011/durnerin/pdf

Lecture d’œuvres par un botaniste : Alain Durnerin ingénieur horticole. Exposition : Nature et idéal-Galeries nationales du Grand Palais (Paris) : le paysage à Rome, 1600-1650, 5 avril 2011, Réunion des Musées Nationaux-Grand Palais RMN

www.grandpalais/…/lecture-doeuvres-par-un-botaniste-alain-durnerin-ingenieur

https://video-streaming.orange.fr/culture-art-creation/lecture-d-oeuvres-par-un-botaniste-alain-durnerin-ingenieur

Autres publications :

 

Secret Garden at Recherche Bay- 1792,  F.K.Jouffroy-Gauja, J.P.Beaulieu, J.C.Donatowicz.p.71 (The following paragraphs have been written in collaboration with Alain Durnerin…), Ancient art of the South Seas. First edition February 2016. ISBN 978-2-9535635-5-9,

-Jean Lefèvre, Charles Baltet, un génie de l’horticulture, rédaction : De la Champagne à l’Ecole nationale d’horticulture de Versailles, Albert Morot, élève de la première promotion, p. 160-164, édition de la Maison du Boulanger, Troyes, 2010,

– Parr-chemin, Bulletin de l’association Patrimoine et avenir de Rambouillet et de sa Région, P.A.R.R. Rambouillet, 2009, Quelques fleurs rares au temps de Julie d’Angennes (1607-1671),

-Polia, Revue de l’art des jardins, rédaction de l’éditorial du n°9, printemps 2008,

-Alain Durnerin, Françoise Stuber, Office municipal de tourisme de Rambouillet, 2003: Rambouillet et les arbres du Nouveau Monde- Les arbres d’hier et d’aujourd’hui- Promenades dans les jardins du parc du château,

-Collectif, Promenade dans l’histoire de l’art des jardins, 2ème édition, rédaction de six fiches sur l’histoire des plantes, Direction du patrimoine, Ministère de la Culture et de la Communication, 2003, ouvrage destiné à la formation du personnel de ce ministère.

-Cahiers du Conseil Général du Génie Rural, des Eaux et des Forêts, numéro 64, janvier 2003, Claude Devaux, Alain Durnerin, ingénieurs en chef du Génie rural et des eaux et forêts (ICGREF) à l’Inspection de l’Enseignement agricole au ministère chargé de l‘Agriculture: Des ingénieurs du GREF dans les formations techniques aux métiers de l’aménagement et de la gestion forestière,

-Collectif, Créateurs de jardins et de paysages en France du XIXe siècle au XXIe siècle, p.92-100. Actes Sud/Ecole Nationale Supérieure du Paysage, mai 2002, : Architectes-Paysagistes, horticulteurs et jardiniers à l’Ecole nationale d’horticulture de Versailles de 1874 à 1914

-Rapport de l’Inspection de l’enseignement agricole, Direction générale de l’enseignement et de la recherche au ministère chargé de l‘Agriculture p.77-89, chapitre rédigé par Claude Devaux et Alain Durnerin, inspecteurs principaux. Educagri éditions, mars 2002 : Le secteur de l’aménagement au sein de l’enseignement agricole, un état des lieux,

-Collectif Edouard André (1840-1911) Un paysagiste sur les chemins du monde, Paris, Editions de l’Imprimeur 2001 p. 287-298 : L’enseignement de l’horticulture et de l’architecture des jardins en France au XIXe siècle et la création de l’Ecole nationale d’horticulture de Versailles, p.302-309 Quelques figures d’anciens élèves de l’Ecole nationale d’horticulture de Versailles.

-Patrimoine et paysages culturels. Actes du colloque international de Saint-Emilion, sous l’égide de l’UNESCO, 30 mai-1er juin 2001, Coll. « Des lieux et des liens », éditions confluences, Renaissance des cités d’Europe, Bordeaux, octobre 2001, p.233-241.: De la formation à l’architecture des jardins à la sensibilisation au paysage: 140 ans d’histoire de l’enseignement agricole .

– Bulletin n.77, novembre 2000 de la Société historique et archéologique de Rambouillet et de l’Yveline (SHARY),  p. 24-33 : Voyage des plantes, horticulture et architecture de jardins au XIXe siècle,

-Collectif : Les enjeux de la formation des acteurs de l’agriculture 1760-1945, Actes du Colloque national de l‘Ecole nationale supérieure agronomique de Dijon, (ENESAD) 19-21 janvier 1999, Educagri éditions, Dijon, 2000, p. 383-393 : L’enseignement de l’horticulture et de l’architecture des jardins en France au XIXe siècle et la création de l’Ecole nationale d’horticulture de Versailles,

-Collectif, Revue trimestrielle du Conservatoire français des collections végétales spécialisées (CCVS) Hommes et Plantes, numéro 29, printemps 1999 rédaction de: Le palmier dans la culture des peuples du Moyen-Orient et de la Méditerranée,

-Société des Amis de la Région de Rambouillet et de sa Forêt, (S.A.R.R.A.F), N°13, mars 1999 :

L’École Nationale d’Horticulture de Versailles, et l’architecture des jardins au siècle dernier,

-Nicole Boshung et Michèle Giraud Le jardin parfumé, rédaction, Bordas/Guerlain, Paris 1999

p. 15-18 : De belles étrangères,

-Collectif, L’Empire de Flore. Histoire et représentation des fleurs en Europe du XVIe siècle au XIXe siècle, La Renaissance du Livre, Bruxelles, 1996, p. 80-84.: Le transport des plantes,

-Société des Amis de la Région de Rambouillet et de sa forêt (SARRAF), p.3-8, numéro 38- 1996 et p.8-15, numéro 37- 1995 : Les botanistes, la politique et le voyage des plantes au XVIIe siècle,

-Collectif, Le grand livre des fruits et légumes, Editions de la Manufacture, 1991 p.163-167 : Le Potager du roi,

-Alain Durnerin, avec l’Association les Fous de palmiers, Histoire des Palmiers, éditions Champflour, Marly-le-Roi, 1990,

-Collectif, Guide des départements, Les Yvelines: Paysages naturels, Histoire, Environnement, Arts, Culture, Loisirs, Projets-Editions, Poitiers, 1990, p. 339-346 : Le Potager du roi à Versailles,

p. 346-351,  l’horticulture à l’Ouest de Paris,

-R. de Bellaigue Le Potager du Roi 1683-1783,  Ecole Nationale Supérieure d’Horticulture 1982.

p. 77 à 97 : Le Potager de Versailles de la Révolution française à nos jours,

 

Conférences faites dans le cadre d’une formation continue:

-Intervenant chaque année de 1987 à 2017 -durant 30 ans- à la formation de personnels du Ministère chargé de la Culture, une ou deux conférences de trois heures sur le thème du Voyage des plantes, dont :  Arbres, arbustes et plantes ornementales de pleine terre et de serre dans les parcs et jardins créées entre 1860 et 1930, 23 octobre 2012, Les végétaux de l’Antiquité au XVIIIe siècle, 14 mars 2017,

-Au Lycée horticole de Saint-Germain-en-Laye Chambourcy, en classe de Techniciens supérieurs option Aménagements paysagers : Le voyage des plantes et leur introduction dans les parcs et jardins des XVIIe et XVIIIe siècles, 29 avril 2014,

-Au Domaine National des Barres à Nogent-sur-Vernisson (Loiret), intervenant chaque année de 1998 à 2007 dans la formation des ingénieurs forestiers (FIF) de Nancy, cycle l’Arbre en ville, une conférence de trois heures: Le flux de végétaux en Europe et en France: créations de parcs et jardins, les plantations,

A l’Université internationale d’été de Versailles-Paris X (UIEV-ParisX), deux à quatre conférences chaque année en juillet de 1979 à 1992, au Palais des Congrès de Versailles, sur des sujets historiques en rapport avec l’agriculture, l’horticulture, les écoles vétérinaires, les botanistes, le progrès agricole aux XVIIe et XVIIIe siècles.

-Au CAA, au DESS Jardins et paysages historiques: Jardins historiques, patrimoine, paysage de l’Ecole d’Architecture de Versailles Intervenant ponctuel: le 19 mars 2009, au Potager du roi.

Au  Master2 de l’Ecole d’architecture de Versailles: Des jardiniers de maisons bourgeoises à l’ENH de Versailles, en 2004 De l’enseignement de l’architecture des jardins à celui de l’aménagement paysager,

-A l’Institut National du Patrimoine (Paris), intervenant en 2004, 2002, 1999 sur le thème du Voyage des plantes,

-Aux stages de formation des enseignants du Ministère chargé de l’Agriculture, intervenant en qualité d’Inspecteur de l’enseignement agricole, en 2005 à Périgueux, en 2004 à Toulouse, en 1999 à Rambouillet: Le voyage des plantes au XVIIIe siècle,

-Stage de formation des ACMH, (Architectes en chef des Monuments Historiques) organisé au château de Pau par l’ENGREF et l’Arboretum national des Barres (Nogent sur Vernisson), conférence faite 9 octobre 1997: Place, rôles, dynamique du végétal dans les parcs de son origine à nos jours,

 

 

Conférences faites à la demande d’associations ou d’instances diverses:

 

-Au château de Rambouillet : L’expérimentation à Rambouillet au temps de Louis XVI, 16 mai 2015.

-A la Société historique et archéologique de Rambouillet et de l’Yveline (SHARY), 21 mars 2015 : La rentrée 1915 aura lieu à l’Ecole nationale d’horticulture de Versailles.

-A l’Ecole Nationale Supérieure du Paysage de Versailles : Association Paysage et patrimoine sans frontière de Saint-Germain-en Laye et, projet Grundtvig, janvier et mars 2014 trois conférences de 2 heures sur le thème mythes et langage, Voyages des plantes, en Europe.

-A l’Association comtoise des amis des jardins ACANTHE en partenariat avec la DRAC de Franche Comté, au centre diocésain de Besançon, https://jardins-franche-comte-acanthe.fr/conférences :

26 novembre 2012 : Arbres, arbustes et plantes ornementales de pleine terre et de serres dans les parcs et jardins du XIXe siècle.

-A l’Association comtoise des amis des jardins ACANTHE en partenariat avec la DRAC de Franche Comté, au centre diocésain de Besançon, 26 novembre 2011, Le voyage des plantes du XVIe siècle à la fin du XVIIIe siècle.

– 4e Cahier du Conseil national des parcs et jardins. Le jardinier et ses outils. Direction générale des patrimoines. Ministère Culture et Communication, 3 février 2010 : Introduction à la journée d’études, Alain Durnerin, président de la journée d’études,

-Au Centre culturel de Soissons, 28 janvier 2010 : Le voyage des plantes au temps de Pierre-Joseph Redouté,

-Au château du Lude, dans le cadre de journées des plantes, 7 juin 2009: Le voyage des plantes au temps de Pierre-Joseph Redouté,

-A la Médiathèque de Troyes, 23 novembre 2008 : Charles Baltet (1810-1908) et l’horticulture,

-A l’Hôtel de Ville de Rambouillet, 25 octobre 2008 : Le voyage des plantes au temps de Julie d’Angennes,

-Au château de Caen, pour l’Union des Parcs et Jardins de Basse Normandie, 29 mars 2008 : Le voyage des plantes de l’Antiquité au XIXe siècle,

-Journée d’étude dans le cadre de Rendez-vous aux jardins 2008, Ministère chargé de la Culture, 6 février 2008 : Le voyage des plantes du XVII au XIXe siècle,:

-Au centre INRA de Sophia-Antipolis, Les Rencontres de Thuret: l’acclimatation, Jardin botanique de la Villa Thuret à Antibes, centre, 24-25 octobre 2007 : Le rôle de l’Ecole nationale d’horticulture de Versailles dans la création du paysage méditerranéen,

-A l’Arboretum de Chévreloup et à l’Arboretum de Chatenay-Malabry, 20 septembre 2003, Journées européennes du patrimoine, deux visites-conférences,

-Au parc de Rambouillet sur invitation de M. Larcher, Sénateur-maire de Rambouillet, visite-conférence le 27 avril 2003 à l’occasion de la publication de l’ouvrage:Alain Durnerin, Françoise Stuber, Rambouillet et les arbres du nouveau Monde,

-Au Domaine royal de Randan, sur invitation de la DRAC d’Auvergne, dans le cadre des Journées européennes du patrimoine, 21 septembre 2002 : Le voyage des plantes, les serres et orangeries, leur utilisation par les horticulteurs et paysagistes du XIXe siècle,

-A l’Hôtel de Ville d’Angers, 24 mai 2002 à l’occasion d’un stage du personnel chargé des visites de parcs historiques : Le voyage des plantes,

-A l’Université inter-âge de Versailles, 6 mai 2002 : L‘Ecole nationale d’horticulture de Versailles,

-Au Colloque international Patrimoine et paysages culturels sous l’égide de l’UNESCO à Saint-Emilion, 1er juin 2001 publication dans les actes du colloque,

– Au Lycée agricole de Valdoie (Territoire de Belfort), à la demande de la DRAC de Franche-Comté, 24 novembre 2000 : Botanistes, horticulteurs et paysagistes au XIXe siècle,

-A la bibliothèque Florian à Rambouillet, sur la demande de la Société historique archéologique de Rambouillet et de l’Yveline (SHARY), 24 juin 2000, publication dans la revue de la SHARY, Voyage des plantes, horticulture et architecture des jardins au 19ème siècle,

-A Buenos Aires, (Argentine), membre du panel international intervenant à la Conférence international: La revalorisation architecturale vers 1900 en compagnie de Mmes Sonia Berjman (Buenos Aires, Argentine), Margarita Montanez (Montevideo, Uruguay), Monique Mosser (CNRS, France) et Brent Elliot (Royal Society, UK) 3 septembre- 31 août 1999, Les rapports entre l’enseignement de l’architecture paysagiste en France et sa diffusion en Amérique latine au XIXe siècle,

-A la Sociedad de Aquitectos del Uruguay, Montevideo 30 août 1999 : Les rapports entre l’enseignement de l’architecture paysagiste en France et sa diffusion en Amérique latine au XIXe siècle, (mêmes participants que ci-dessus),

-Au Château de Grignan, à la demande de l’association Grignan- Pierres et Roses anciennes 20 février 1999 : Le voyage des plantes au temps de Madame de Sévigné,

-Au Colloque international Edouard André à Tours, conférence inaugurale, 15 avril 1998 : Les débuts difficiles de l’enseignement de l’horticulture et du paysage en France,

-A l’abbaye de Valasse, Association régionale des parcs et jardins de Haute Normandie, 28 mars 1998, Le Voyage des plantes,

-A Gazeran (Yvelines), 31 janvier 1998: Le voyage des plantes au XVIIIe siècle,

-Au Salon international du patrimoine, Carrousel du Louvre à Paris, dans le cadre de la table ronde organisée par le Comité des jardins de France et les Vieilles Maisons françaises, 28 septembre 1997 : Le voyage des plantes, (…)

-Au Potager du roi à Versailles, conférence prononcée dans le cadre d’une journée organisée, sous les patronages des ministères chargés de l’Agriculture et de la Culture et l’American Institut of wine & food, France, association ayant financé la restauration de la grille royale du Potager de Versailles. Au premier rang des auditeurs, se trouvait M. le préfet ERIGNAC, alors sous-préfet de Versailles…assassiné en Corse, 19 septembre 1993: Les botanistes, la politique et les besoins en plantes aux XVII et XVIII siècles, (…),

Au Colloque national, l’évolution des fruits et légumes, Le Creusot, 21-22-23 mars 1990 : Le potager du roi à Versailles,

(…),

Activités équestres :

* Randonnée équestre de qualification au brevet de Guide de tourisme équestre (Randonnée Jeanne d’Arc) faite avec d’autres candidats à ce brevet, de Vaucouleurs à Chinon, avec les conseils de l’historienne Régine Pernoud.

Président fondateur de l’Association départementale de tourisme équestre et d’équitation de loisirs des Yvelines (ADTEY), Vice-Président, puis président de l’Association régionale de tourisme équestre et d’équitation de loisirs d’Ile de France (ARTEIF), délégué à l’Association nationale de tourisme équestre et d’équitation de loisirs (ANTE), Secrétaire général de la Société hippique du Perray-en-Yvelines, intervenant dans le Brevet Professionnel Adulte (BPA), Palefrenier-Qualifié et membre du jury du Brevet de technicien supérieur agricole (BTSA) Hippique, Centre d’Enseignement Zootechnique de Rambouillet (CEZ), Haras du Pin, Haras des Bréviaires… Participant, au rallye équestre internationale de Bretagne  coorganisateur ou organisateur de Rallyes de Tourisme équestre (Rallye SHAPNELL) en forêt de Rambouillet en liaison avec le Haras National de Bréviaires, l’Office National des Forêts (ONF), la Direction départementale de la Jeunesse et des sports de Yvelines, le 501eRégiment de Chars de Combat (501e RCC) de Rambouillet, des Rallyes équestres d’endurance en Seine et Marne et du Rallye international de Fontainebleau… Activité équestre durant 50 ans !

———————————————-

POPSU Repères biblio

Retour

POPSU et crise sanitaire

repères bibliographiques

par ordre chronologique

 

27-05-20 : Gerbeau Delphine et Picot David : “Et si on misait enfin sur le périurbain ?”, la Gazette des communes.

27-05-20 : Faburel Guillaume, interviewé par Delphine Gerbeau : “Un autre modèle se dessine dans les périphéries”, la Gazette des communes.

27-05-20 : Jacques Lévy, interviewé par Jean-Baptiste Forray : « L’abandon des territoires périurbains est une légende », la Gazette des communes.

10-03-20 : Connolly Creighton, Keil Roger et Ali Harris : “Extended urbanisation and the spatialities of infectious disease: Demographic change, infrastructure and governance”, Urban Studies (University of Lincoln)

17-03-20 – Mignerot Vincent : “Covid-19 : ville ou campagne ?”. Linkedin

29-03-20 – Faburel Guillaume : “ La métropolisation du monde est une cause de la pandémie”. Reporterre

03-04-20 – Verdeil Eric : “Urbanisation et mobilité : réflexions sur les logiques spatiales du COVID-19”. Rumor (hypothèse.org)

06-04-20 – Verdeil Eric : “La métropolisation, coupable idéale de la pandémie ?”. The Conversation

08-04-20 – Durand A-A et Breteau P. : “Coronavirus : quels départements ont gagné ou perdu le plus d’habitants depuis le confinement ?”. Le Monde

27-04-20 – Ferrier Jacques : “La ville dense a trahi ses habitants”. Métropolitiques

12-05-20 – Charmes Éric & Rousseau Max : “La mondialisation du confinement, une faille dans la planétarisation de l’urbain ?”. La Vie des Idées

14-05-20 – Semi Giovanni [traduit par Clément Rivière] : “Sur les nouvelles formes d’inégalités urbaines post-Covid”. Métropolitiques

16-04-20 – Gilbert Pierre : “Le Covid-19, la guerre et les quartiers populaires”. Métropolitiques

19-05-20 – Leray Christophe : “Viens chez moi, j’habite le jardin du voisin”. Chroniques d’architecture

Alexandre Chemetoff

Retour

Alexandre Chemetoff

Paysagiste, urbaniste, architecte

Alexandre Chemetoff est né à Paris le 2 février 1950. Il est le fils de l’architecte Paul Chemetov et le petit-fils du dessinateur d’origine russe Alexandre Chem et du poète surréaliste Philippe Soupault.

Sa formation

Ses jeunes années sont parisiennes avec de longues vacances à la campagne :

« Nous passions l’été en Ardèche où mes grands-parents avaient une maison en forme de bateau,« la Nave ». J’en ai conservé les plans dessinés par mon grand-père. Au village se retrouvaient des peintres de Montparnasse installés au milieu de paysans ardéchois… Je garde un très vif souvenir de ces longs étés, qui m’ont sans doute donné « le goût du paysage ». 

Dans le train, nous avions plaisir à regarder les paysages défiler, à en commenter les caractères, à les comparer, à en goûter les variations ….

Juste avant Mai 68, je me suis fait renvoyer du lycée pour indiscipline. J’ai alors travaillé à l’AUA l’été, pour gagner ma vie, je dessinais des projets, suivais des chantiers. Je voulais alors être agriculteur… Je pensais étudier à la Bergerie nationale de Rambouillet, avant que le paysage ne m’apparaisse comme un compromis acceptable, une façon de m’engager dans la vie active tout en restant lié à l’agriculture.

Le retour à la terre était pour moi une manière de construire une vie en cohérence avec ce que je pensais, apprendre et se cultiver soi-même. Je suis allé quelque temps dans une ferme en Ardèche me consacrer à l’élevage des chèvres. J’ai voyagé en Italie, et jusqu’en Turquie, à la frontière syrienne. Tout était lié, et constituait une forme d’expérience du monde.

Je m’étais inscrit aux Beaux-Arts dans l’atelier de Yankel, un peintre qui habitait dans le village d’Ardèche
où mes grands-parents passaient l’été. Et en même temps, j’avais été engagé chez Vilmorin-Andrieux, quai de la Mégisserie, pour me former sur le tas. Je ne connaissais rien aux plantes. J’ai appris la différence entre un rosier remontant et un rosier grimpant. En passant des Beaux-Arts au quai de la Mégisserie, je me suis préparé au concours d’entrée à l’École nationale d’horticulture, dans la section du paysage et de l’art des jardins»
1

En 1971, il est admis sur concours à la Section du paysage et de l’art des jardins de l’École nationale supérieure d’horticulture de Versailles. Dans sa promotion de 29 élèves sont admis également Alain Marguerit, Gilles Vexlard et Jean Magerand. La Section sort à peine d’une crise importante due à un manque chronique de moyens financiers et humains. Plusieurs enseignants ont cessé leurs enseignements (J. Sgard, B. Lassus notamment), d’autres sont en grève. Jusqu’à l’arrêt de la Section en 1974, il aura comme enseignants principaux d’ateliers les paysagistes Jacques Simon et Michel Corajoud appelés par M. Viollet et Pierre Dauvergne.

« Nous sommes quelques-uns à avoir été marqués par l’aventure d’un voyage de fin d’année que nous fîmes en Espagne, sous la conduite de Michel Corajoud. Nous n’avions pas d’objectif plus précis que l’observation du paysage. Ce qui nous intéressait c’étaient les étendues cultivées, de ce  « théâtre d’agriculture » pour reprendre les termes utilisés en d’autres circonstances par Olivier de Serres. Nous décelions dans ces géométries, les prémices d’un passage entre le chemin et la rue, le champ et la parcelle, et nous regardions la campagne comme lieu fondateur de la ville. C’était quatre ans avant 1976, date de la renaissance de l’école du paysage telle que nous la connaissons aujourd’hui ». Le Moniteur, 2016.

À l’issu de deux ans de formation, il obtient après une année de stage et un concours en loge son diplôme et titre professionnel de paysagiste DPLG en 1977.

Ses premières expériences l’orientent progressivement vers l’urbanisme et l’architecture.

« En sortant de l’École, je me suis associé avec (les paysagistes) Jacques Coulon, Alain Marguerit et Claire Corajoud. Notre atelier s’appelait « Carré Vert ». Un jour, j’ai été appelé pour intervenir à Reims dans un lotissement à partir de la question des clôtures. Je me suis occupé des clôtures, puis des plantations d’arbres dans les rues, des profils de rues et de fil en aiguille, des jardins, des maisons, des immeubles, du plan-masse d’un quartier et de la forme de la ville, devenant, sans le savoir, urbaniste. Peu de temps après cette première expérience, j’ai été appelé par Renzo Piano, qui cherchait un paysagiste pour le site des usines Schlumberger de Montrouge. Il y avait une grande ouverture dans l’atelier de Piano. Assez naturellement, d’expérience en expérience, je suis passé des jardins et des espaces publics à l’urbanisme, et de l’urbanisme à l’architecture. « 

Il obtient son titre d’architecte DPLG en 1998.

Son parcours

« En 1983, il fonde le Bureau des paysages, une structure constituée d’architectes, de paysagistes et d’urbanistes, installé depuis 1994 à Chantilly. »

Le jardin des bambous, Parc de la Villette, Paris, 1985-87

Depuis 2008, une société dénommée Alexandre Chemetoff & associés dirige, coordonne et anime l’ensemble de l’activité des agences qui regroupent aujourd’hui une quarantaine de personnes réparties entre le Bureau des Paysages de Gentilly et les ateliers de Nantes et Nancy. Elle regroupe Alexandre Chemetoff et son associée Malika Hanaïzi (administratrice). Catherine Pierdet (paysagiste) et Pierre Amiot (paysagiste) sont associés au sein des structures d’exercice que sont le Bureau Alexandre Chemetoff pour l’urbanisme et l’aménagement, l’Atelier Alexandre Chemetoff pour l’architecture »2.

De 1987 à 1990, il enseigne à l’ENSP qui a succédé à la Section du paysage et de l’art des jardins de l’ENSH. En 1987-88, il dirige le département des techniques de projet après A. Provost et G. De la Personne, et avant J.-M. L’Anton. Puis il dirige le département des ateliers de projet.

Il explique les principes de cet enseignement vingt ans après :

« La mise en œuvre d’un projet passe par une compréhension précise des processus techniques utilisés. Ici, il convient de s’impliquer directement dans la mise au point in situ des coffrages pour maîtriser l’appareillage et le calepinage des pierres d’un mur maçonné. Là, une image d’une pelouse verte dans son état futur d’achèvement ne saurait tenir lieu de descriptif pour sa mise en œuvre. Faut-il pratiquer un sous-solage, des labours, un hersage ? Quels amendements auront été nécessaires ? Un drainage s’avéra-t-il indispensable ? Quelles proportions de raygrass, de fétuque ovine, et d’autres graminées, devront être choisies pour composer un mélange adapté à sa situation, son usage et son entretien ? Autant qu’au résultat, je me suis toujours intéressé à la manière d’y parvenir. Ma formation à Versailles, aux côtés de fils de pépiniéristes qui n’ignoraient rien des végétaux et de leurs cultures, et mon enfance passée sur les chantiers, ont sans doute joué un rôle dans mon goût pour la compréhension de la fabrication des choses » Le Moniteur, 2016.

Il revient au Potager du roi en 2019 comme commissaire de l’une des expositions de la première Biennale Architecture et Paysage d’Ile de France à Versailles : « Le goût du paysage ». Il a terminé le réaménagement du bâtiment d’enseignement dit « Des Suisses » la même année.

Ses principaux travaux3

Son agence est à l’origine de très nombreux projets où parfois architecture, urbanisme et paysagisme sont associés.

Ses projets 4

« Alexandre Chemetoff et son équipe réalisent aujourd’hui des études et des opérations de maîtrise d’œuvre qui illustrent son approche pluridisciplinaire associant parfois dans une même réalisation architecture, construction, urbanisme, espaces publics et paysage dans un souci de compréhension globale des phénomènes de transformation du territoire : du détail à la grande échelle.

De nombreuses expériences témoignent de sa façon de poursuivre en différentes circonstances les mêmes objectifs urbains :

des projets urbains comme la création du centre-ville de Boulogne-Billancourt (1996/2001) ou plus récemment la métamorphose de l’île de Nantes(2000/2010), celle du plateau de Haye à Nancy (2004/), de la Plaine Achille à Saint-Étienne (2009/) mais aussi le réaménagement de la place Napoléon et des artères principales de La Roche-sur-Yon (2012/2014) ;

« Ile de Nantes, le site des chantiers reprend vie », Le Moniteur, 2009

des projets de bâtiments comme l’immeuble mixte des Deux Rives à Nancy (2002/2008) ou la construction d’un îlot d’habitation parisien à l’angle de la rue Bichat et de la rue du Temple (2009/), d’une cité-jardin, La Rivière, à Blanquefort (Gironde) (2006) ;

des projets d’équipements comme les bâtiments abritant une salle de danse, un conservatoire de musique et une bibliothèque à Vauhallan(2000/2002), la maison des sports à La Courneuve (2004/2006) ou le centre commercial du Champ-de-Mars à Angoulême (2003/2007) ;

des projets de parcs et d’espaces publics comme l’aménagement des rives de Meurthe à Nancy (1989/), les bords de Vilaine à Rennes (1997) ou le parc Paul-Mistral à Grenoble(2004/2008) ;

la réhabilitation de l’ancien site de la Coop dans le quartier du Port du Rhin à Strasbourg (2018/2020). »

« La Coop, une culture coopérative de la ville Strasbourg Deux-Rives »

Les bords de Vilaine à Rennes, quartier d’Auchelle et Saint-Cyr, 1997

Ses publications

« Le Jardin des bambous au parc de la Villette, avec la photographe Elizabeth Lennard, Hazan, 1997,

Sur les quais : un point de vue parisien, corédigé avec Bernard Lemoine, Pavillon de l’Arsenal / Picard, 1998,

L’Île de Nantes : le plan guide en projet, MeMo, 1999,

Je veux vous parler de Paris, directement et indirectementPavillon de l’Arsenal, Mini PA 16, 2008,

Visites, avec Patrick Henry et al., Archibooks, Birkhäuser, 2009 (version anglaise),

Le Plan-Guide (suites), Archibooks, 2009,

Patrimoine commun : leçon inaugurale de l’École de Chaillot, Cité de l’architecture et du patrimoine, Silvana Editoriale, 2010 ».

Ses expositions

« 2009 : « Situations construites », Arc-en-Rêve, centre d’architecture, Bordeaux

2010 : « Droit de visite », Faubourg Forum, Genève »

Ses distinctions

Grand prix de l’urbanisme2000

Grand prix national EcoQuartier, pour le projet du plateau de Haye, Nancy, 2011

Le plateau de la Haye à Nancy, avant et après l’opération, 2010, CR Grand Est

Prix national EcoQuartier : Renouvellement urbain, catégorie requalification urbaine pour le projet Manufacture Plaine Achille, Saint-Étienne, 2011.

Parc de la Manufacture, EPA St Etienne, 2017

Ses idées

Sa démarche

« A. Chemetoff a choisi de pratiquer son activité d’architecte d’une manière ouverte et libre, en refusant les limites et les frontières entre les disciplines : un art polytechnique qui s’occuperait de tout en adoptant une attitude relative. Alexandre Chemetoff conçoit la pratique de son métier comme un engagement dans le monde. Le programme est une question posée, le site un lieu de ressources et le projet une façon de changer les règles du jeu. ». W.

Michel Corajoud

« Il a consacré plus de trente années à l’enseignement, créant un courant de pensée et une dynamique autour de l’idée de paysage envisagé comme une ouverture au Monde. Il a su ouvrir des voies que chacun a suivies à sa manière. Il n’a pas eu de disciples. C’est sa façon d’être libre qu’il a transmise. Portant l’idée de paysage au-delà des limites des parcs et jardins dans lesquelles elle se trouvait enfermée pour la proposer comme une manière de concevoir la transformation de notre environnement. Renouant ainsi avec une histoire de l’aménagement du territoire, de l’urbanisme, de l’architecture et de l’art des jardins, où le paysage joue un rôle prééminent. Michel Corajoud par son enseignement a réinventé le paysage comme un art du temps présent, renouant sans jamais le revendiquer avec une histoire peuplée de grandes figures comme celles de Jean-Claude Nicolas Forestier en France, de Frederick Law Olmsted en Amérique ou de Fritz Schumacher en Allemagne, qui furent à la fois architectes ou ingénieurs, concepteurs de parcs et jardins, d’ouvrages d’art, de bâtiments et de villes. »5

Construire avec ce que l’on sait du monde vivant

« La ville contemporaine aurait besoin de l’ombre des arbres, de la lumière filtrée par des feuillages, de la fraîcheur, du bruit de la pluie, et du ruissellement de l’eau, toutes choses qui sont souvent absentes des compositions actuelles, trop strictement normatives et quantitatives ».

«  Ma façon de pratiquer l’architecture est fondamentalement liée à cette connaissance du milieu vivant commune au paysage et à l’horticulture à laquelle j’ai été initié à Versailles. Quand nous concevions le projet de Bègles – la transformation de l’ancien site de tri postal en Cité numé-rique – avec le bureau d’études spécialisé dans les fluides,le chauffage et la ventilation, nous étions ici, dans le jardin du bureau des paysages, à Gentilly, il faisait très chaud,presque 40°. Me saisissant d’un jet d’eau, j’ai arrosé la terre et les plantes, tout en expliquant à mes interlocuteursqu’il allait faire plus frais. Pourquoi ne pas procéder de la même manière pour rafraîchir le site et les bâtiments à Bègles ? C’est ainsi qu’est née l’idée de lier au projet un jardin, qui rafraîchirait le bâtiment, en mettant en place un système de brumisation d’eau potable et d’arrosage
avec l’eau de pluie collectée dans des citernes. », Urbanisme, 2016.

Réunir architecture, paysage et urbanisme

« Tout est séparé à l’excès (dans la fabrique urbaine). Je revendique, au contraire, de réunir dans une même pratique le programme et le projet, l’architecture, le paysage et l’urbanisme…

Quand nous avons eu l’idée avec Éric Bazard, qui dirige la SPL des Deux-Rives à Strasbourg, de proposer que le Pôle d’étude et de conservation des musées de Strasbourg prenne place dans l’Union sociale, un ancien magasin de la Coop, nous sommes partis de l’analyse des qualités du bâtiment issue de l’état des lieux. Nous utilisons un bâtiment existant transformé à un prix abordable, dans la mesure même où il est adapté à sa nouvelle fonction. Nous nous servons de l’existant pour imaginer à la fois un programme et une manière de conduire les transfor- mations. Cette démarche constitue un récit que chacun peut s’approprier. »

« Je suis mal à l’aise avec l’idée que le paysage soit une discipline autonome. Concevoir la ville par le paysage ? On peut concevoir la ville comme un paysage, mais ce n’est pas tout à fait la même chose. »

« La division du travail (entre architecte et paysagiste) est absurde et d’ailleurs récente. Quand Le Nôtre trace l’avenue des Champs-Elysées, il est en même temps urbaniste, paysagiste et architecte. Le paysage n’est pas une spécialité mais une philosophie, une culture de l’aménagement, celle du monde de demain. Désormais chaque architecte, chaque ingénieur, chaque aménageur devra, pour être de son temps, devenir paysagiste ». BAP, 2019, entretien avec V. Piveteau.

Une esthétique située

« Ce qui m’intéresse, c’est de construire, en tissant des liens entre l’histoire, les qualités d’un bâtiment, celles d’un site et la possibilité d’accueillir un nouvel usage, un nouveau programme. De cette rencontre naît une esthétique située…

Le premier mouvement simplificateur et rassurant est de vouloir faire net et propre. Laisser venir les choses à partir de l’état des lieux est à la fois plus compliqué et plus vivant, c’est un travail relatif, fait d’allers et retours entre l’état des lieux et la nécessité de changements, et ce sont précisément ces hésitations et ces précautions qui donnent au projet sa véritable dimension et sa juste expression. 

Je n’imagine pas projeter ou construire de la même façon ici et là. Une architecture située, un travail situé, qui ne se priverait de rien de ce que les situations peuvent apporter est très enrichissant, à la fois pour les projets, pour ceux qui les réalisent et ceux qui en sont les utilisateurs.

Pour conclure

Alexandre Chemetoff a fait du paysage, sa formation première, une philosophie de l’urbanisme et de l’architecture. A ce titre il est l’un des héritiers les plus proches des idées de Michel Corajoud.

« Le paysage est porteur d’une idée nouvelle. Lorsqu’il sort de son domaine réservé, il change la manière de pratiquer l’architecture, le design, l’urbanisme, l’ingénierie et même le paysage. Il ne se définit pas comme une spécialité ou une profession mais comme une philosophie de l’action, susceptible de transformer notre environnement et de faire en sorte que l’architecture devienne enfin un art populaire, accessible à tous ….

Je crois davantage aux vertus de l’expérimentation qu’aux certitudes de la planification et c’est aussi ce que j’ai appris de la Section du paysage et de l’art des jardins dans le Potager du roi et de l’enseignement de Michel Corajoud. ». Le Moniteur, 2016.

Pierre Donadieu

15 mai 2020

Ce texte peut être modifié pour rectifier des erreurs et le compléter.


Bibliographie

B. Blanchon, « Alexandre Chemetoff », in Créateurs de jardins et de paysage, (M. Racine édit.), Actes Sud/ENSP, 2002.


Notes

1 Entretien avec A. Chemetoff, Propos recueillis par Antoine Loubière et Jean-Michel Mestres , Urbanisme n° 413, 2019. Télécharger le pdf.

2 D’après Wikipédia

3 Wikipedia.

4 Pour plus de détails voir les projets (environ 60) détaillés de l’agence ici.

5 Entretien avec Laurent Miguet, Le Moniteur, 2016.

Etienne Le Guelinel, Biographie

BIOGRAPHIE ET CARRIERE D’ETIENNE LE GUELINEL

publiée dans la nécrologie de la revue des ingénieurs des Services agricoles en 2006

Il est né le 18 février 1910 à Brest (Finistère) et entre à l’INA en 1929. Il opte pour la carrière de professeur d’agriculture et réussit l’examen d’entrée à la section d’application à l’enseignement en 1932.

Après un bref séjour à l’office des céréales, il est nommé professeur d’agriculture et est affecté à la Direction des services agricoles de Seine et Oise à Versailles.

En 1939, compte tenu des circonstances, il est nommé, très jeune, directeur par intérim, des services agricoles de Seine et Oise. Puis, il sera confirmé dans ce poste jusqu’en 1959. Pendant cette période, il a été membre de 2 cabinets du ministre de l’agriculture (Pflimlin et Oudet); il y fera, en particulier, l’étude du paiment des céréales suivant le coefficient “W”.

En 1959, il est nommé directeur de l’Ecole Nationale Supérieure d’Horticulture de Versailles. En 1967, il lui sera demandé d’assurer la direction par interim de l’Ecole Nationale d’Agriculture de Grignon à la suite du décès d’un autre ancien célèbre, Léon Der Katchadourian, jusqu’à la fusion de celle-ci avec l’INA en 1971.

Il participera à la création de l’Ecole d’Horticulture d’Angers et à la préparation de la fermeture de l’ENSH de Versailles en 1993.

A l’approche de sa retraite, il est sollicité pour occuper éventuellement le poste de directeur de l’INA de Paris afin d’assurer une bonne transition  au moment de la fusion INA-Paris et Grignon. En 1972, Philippe Olmer prendra la direction du nouvel INA Paris-Grignon et Etienne Le Guelinel prendra sa retraite en tant qu’ingénieur général d’agronomie. Mais avant de prendre sa retraite, il avait demandé audience au ministre de l’agriculture, Christian Bonnet qu’il connaissait bien, et lui avait fait part du caractère incomplet de la réforme des services extérieurs du ministère de l’agriculture réalisées en 1965. La création du corps d’agronomie avait pour lui un goût d’inachevé. Il faudra attendre 2002 pour aboutir à la réunion des 2 corps, sans doute, sous l’aspect devenu essentiel de la réforme de l’Etat.

Il était marié et père de sept enfants qui lui ont donné 30 petits-enfants et 51 arrière-petits-enfants.

A sa retraite, il a passé un an à Granville (Manche) à proximité de la Chesnonière, la maison de la famille Puis il est parti à Caen (Calvados) où il a suivi avec son épouse des cours à l’université du troisième âge: il a pu étudier ainsi l’architecture et le mobilier normands qui le passionnaient. Dix ans après, il est allé vivre à Versailles près du quartier Saint Louis où il avait toujours vécu avant son départ à la retraite. Après la mort de son épouse, en 1995, il s’est retiré dans la Chesnonière (à Mesnil Hue dans la Manche), où il a vécu entouré d’une partie de sa famille. Il est décédé le 28 octobre 2005. La céremonie de son enterrement a eu lieu le 31 octobre dans la petite église de Mesnil Hue et son inhumation au pied de celle-ci.

Il était officier de la Légion d’Honneur, commandeur de l’Ordre du Mérite, chevalier du Mérite Agricole.

Etienne Le Guelinel a été un des pionniers de la vulgarisation agricole moderne et l’un des premiers DSA qui avait mis en place un appareil efficace pour le progrès technique dans les plaines de Seine et Oise où les CETA furent les premiers mis en place. Il a ensuite fait un parcours exemplaire pour diriger l’ENSH et préparer la fusion aboutissant à l’INAPG.

Ajout postérieur

Il a effectué une mission en Espagne près de Saragosse pour le compte de l’OCDE vers 1960 et qui a duré environ 10 ans, comme directeur d’une école d’horticulture tenue par l’Aula Dei. A ce titre, il fut décoré par le gouvernement espagnol “commandator de numero” du mérite espagnol (un peu comme une édition numérotée).

Claude Cosson, (promotion ENH 1952-55)

Un jour, un jardin – Jour 37

Retour

Un jour, un jardin – Icono-bibliographie

Le bosquet du Théâtre d’eau contemporain

jardins du château de Versailles

 

Louis Benech, « Restitution ou réinterprétation. Les exemples des Tuileries et du bosquet du Théâtre d’eau à Versailles », in Martella Marco (dir.), L’Héritage d’André Le Nôtre. Les Jardins à la française entre tradition et modernité, Domaine du département de Sceaux -Hauts-de-Seine, 2014, p. 119-123.

La Restauration du bosquet du Théâtre d’eau, dossier pédagogique, Château de Versailles (lien).

Le Bosquet du Théâtre d’Eau, par Louis Benech & Jean-Michel Othoniel, Château de Versailles, 2014 (Youtube)

Un jour, un jardin – Jour 36

Retour

Un jour, un jardin – Icono-bibliographie

Bosquet du Théâtre d’eau, jardins du château de Versailles

 

Jérôme de La Gorce, « Carlo Vigarani et Le Nôtre : la création du Théâtre d’eau », in Patricia Bouchenot-Déchin, Georges Farhat (dir.), André Le Nôtre en perspectives, Paris, Hazan-Château de Versailles, 2013, p. 282-291.

Michel Baridon, Histoire des jardins de Versailles, Arles-Versailles, Actes Sud-Château de Versailles, 2003.

Plan de travail du Théâtre d’eau, deux dessins à la plume et encre de Chine, 1677, BNF (lien  Gallica) :

Le Théâtre, dessin-plan à la plume et encre de Chine, 1677, BNF (lien Gallica) :

Le Théâtre, dessin, 1677, BNF (lien Gallica) :

Jean Cotelle (le jeune), Vue de la partie supérieure du Théâtre d’eau dans les jardins de Versailles, gouache, vélin, vers 1688, Château de Versailles et de Trianon. (lien RMN) :

Jean Cotelle (le jeune), Vue de l’entrée du bosquet Théâtre d’eau dans les jardins de Versailles, gouache,, XVIIe siècle, Château de Versailles et de Trianon (lien RMN) : 

Anonyme, Le Bosquet du Théâtre d’eau dans les jardins de Versailles au début du XVIIIe siècle, huile sur toile, début XVIIIe siècle, Château de Versailles et de Trianon. (lien RMN) : 

Franz-Anton Danreiter, Nouveaux plans des villes, château et jardins de Versailles. Le Théâtre d’eau, dessin encre et lavis, Château de Versailles et de Trianon. (lien RMN) :