Allain Provost

Retour

Allain Provost

Ingénieur horticole, paysagiste concepteur, artiste

Son parcoursses réalisationsson enseignementses idées

Allain Provost est né le 29 novembre 1938 à Nantes.

Son parcours

À l’âge de 20 ans, après une sélection par concours, il entre à l’Ecole nationale d’horticulture de Versailles en 1958. Après trois ans d’études, son diplôme d’ingénieur horticole en poche, il s’inscrit pour deux années de formation à la Section du paysage et de l’art des jardins avec cinq autres ingénieurs horticoles, dont Maurice Nadon et Pierre Carcenac de Torne.

De 1961 à 1963, il suit les mêmes enseignements que Jacques Simon, inscrit l’année précédente : avec l’architecte et paysagiste Théodore Leveau, l’architecte urbaniste René Puget, les ingénieurs en horticulture Albert Audias, Henri Thébaud et Robert Brice, l’historienne des jardins Jeanne Hugueney, entre autres.

Puis il effectue un stage obligatoire dans une agence et obtient en 1964 son diplôme et titre professionnel de paysagiste diplômé par le ministère de l’Agriculture après le traditionnel concours en loge.

De 1965 à 1970, après avoir conseillé le paysagiste brésilien Roberto Burle Marx dans la plantation des patios du siège de l’UNESCO à Paris, il devient l’assistant de Robert Joffet, conservateur en chef honoraire des jardins de la ville de Paris. Il se consacre à des projets immobiliers, à des sièges d’entreprise et à des parcs publics (le pavillon français à l’exposition international d’Osaka par exemple).

En 1970, il fonde avec le polytechnicien Jean-Marie Collin un bureau d’étude : la SESPA. Puis, avec le paysagiste Gilbert Samel, il entreprend la réalisation d’une deuxième tranche du parc de la Courneuve au nord de Paris, et intervient dans la réalisation de bases de loisirs et de jardins de préfecture en région parisienne.

Parallèlement il produit en 1974 une méthodologie nationale d’études d’impact pour la direction des voies navigables de France et s’engage dans de nombreuses études consacrées aux infrastructures autoroutières.

En même temps, il développe de nombreux projets de parcs publics ou privatifs en Afrique tropicale et au Moyen-Orient.

Dans les années 1980, il intervient sur le plan d’ensemble du site d’Eurotunnel, sur le parc de l’entreprise SPIE et pour la technopôle d’Hérouville Saint-Clair près de Caen, ainsi que pour les Aéroports de Paris.

En 1986, il remporte avec le paysagiste Gilles Clément le concours du parc Citroën à Paris et créé à la même période le parc Diderot dans le quartier de la Défense.

À partir de 1990, il crée le groupe Signes avec le paysagiste Alain Cousseran. Quatre ans après, il remporte le concours du Thames Barrier Park à Londres puis il se consacre à de nombreux projets en France, en Asie et en Amérique du Sud.

Il cesse progressivement son activité professionnelle et se consacre à la peinture à partir des années 2010.

Ses principales réalisations

1969 : Le Jardin aquatique du parc floral de Vincennes, Paris. Le parc de la préfecture à Cergy-Pontoise,

1972-1974 : Le parc de la Courneuve (Seine-Saint-Denis), aujourd’hui Georges-Valbon, avec le paysagiste Gilbert Samel. Ils prennent la suite du paysagiste et ingénieur horticole Albert Audias, enseignant dans la Section du Paysage de l’ENSH, concepteur de la première tranche de 136 ha.

1974 : Traversée du périphérique dans le Bois de Boulogne,

1981-1992 : Parc Diderot à la Défense, Nanterre (Hauts-de-Seine). Il a été rénové en 2016 par De Facto l’établissement de gestion et d’animation de La Défense.

https://www.slideshare.net/davidbartsch/provost-diderot

1982-1989 : Jardins des présidences des républiques du Gabon et du Cameroun,

1985 : Haras de Jardy (Hauts de Seine),

1986-1992 : Le parc André Citroën (Paris) avec les architectes Jean-François Jodry et Jean-Paul Viguier, et G. Clément avec l’architecte Patrick Berger.

1987 : Siège de SPIE Batignoles à Cergy-Pontoise : le parc Saint-Christophe avec le cabinet d’architecte Saubot et Julien,

cl. spie.com

1987 : Eurotunnel, Calais,

1991-2000 : Rives du Rhône (le parc Saint-Clair, 5 hectares), Lyon,

1992-2000 : Technopole d’Hérouville Saint-Clair, Caen,

Technopole Hérouville Saint-Clair, cl. signes.paysages1

1992-2000 : Technocentre Renault, Guyancourt (Yvelines) avec A. Cousseran

Technocentre Guyancourt, in « J. Provost », Créateurs de jardins et de paysages , (M. Racine édit.), 2002

1994-1999 : Rénovation des jardins du château de Villarceaux avec A. Cousseran

« Aux confins du Val d’Oise, l’ancien Domaine de Ninon de Lenclos, Villarceaux, est niché au creux d’une vallée du Vexin. Les pièces d’eau réaménagées affirment aujourd’hui les terrasses, demi-lunes, parterres et vertugadins issus de la composition patrimoniale et abritant maintenant celle d’un nouveau jardin contemporain. C’est par un parterre évocateur des broderies d’Androuet du Cerceau, sur une dentelle d’eau, que s’y prolonge l’histoire des jardins commencée au Moyen Âge ». (signes-paysages)

cl. signes.paysages

1995-2000 : Autoroutes A14 et A20, Brive-Montauban avec A. Cousseran

Autoroute A14 (en haut) et A20 cl. signes-paysages

« Achevée en 1673, la Terrasse Saint-Germain demeure un lieu de promenade renommé, d’où chacun peut admirer Paris et l’Ouest francilien. Le passage, au pied de la Terrasse Saint-Germain, de l’autoroute A14 a nécessité une requalification globale du coteau qui ne soit pas en contradiction avec la splendeur du monument historique. Signes confirme la majesté de l’ouvrage en favorisant sa mise en valeur. A travers un terrassement en lanières, intégrant les anciens tracés, Signes suggère et réalise une extension vers la Seine de la Terrasse de Le Nôtre. Un dégagement du pied de la Terrasse combiné à une nouvelle trame de haies boisées vient conforter le parcellaire historique et réaffirmer le lien entre la Terrasse et la Seine ».(signes-paysages)

1995-2000 : Thames Barrier Park (Londres) avec A. Cousseran

« Thames Barrier Park est un parc extensif sur le modèle anglais, le dessin y est donc un préalable à l’urbanisation qui viendra l’entourer. Le Parc s’organise en lanières boisées posées sur de grandes pelouses disposées en coulisses aléatoires. Sur cette structure de base vient se superposer une diagonale en creux, le « Green Dock » assurant la liaison entre les docks historiques et la Tamise. Ce jardin creux symbolise le fleuve grâce aux vagues d’ifs taillées alternant avec des bandes fleuries de type « mixed-border ». C’est donc une composition mixte, associant un caractère rustique de grand espace vert à l’échelle de l’urbanisation avec celui d’un jardin sophistiqué, protégé et ouvert sur l’espace de la rue. »

cl. signes-paysages

1995-2000 : Espaces extérieurs de l’aéroport de Roissy-Charles de Gaulle avec A. Cousseran.

Ses enseignements

De 1976 à 1986 :

Allain Provost revient à l’Ecole où il a été formé, appelé par Raymond Chaux le directeur de la nouvelle École nationale supérieure de paysage (ENSP) qui vient d’être créée, à côté de l’ENSH au Potager du roi à Versailles. Il devient enseignant vacataire et dirige le département de « maîtrise d’œuvre et techniques opérationnelles ».

Ce département qui gérait 260 heures d’enseignements regroupait des praticiens paysagistes, concepteurs DPLG, ingénieurs ou non, (A. Provost, J. Coulon, L. Saccardy), entrepreneurs paysagistes (R. Gibet, G. Mandon), et spécialistes (G. Kokoreff en éclairage, R. Thomas en sols ou P. Bordes de l’ENSH en topographie et terrassements).

Dès la première année, les paysagistes M. Corajoud et J. Coulon faisaient comprendre la nécessité de penser les projets d’atelier de première année en fonction de leur réalisation et des techniques disponibles (42 heures). Puis les paysagistes et ingénieurs horticoles A. Provost et L. Saccardy précisaient en 2ème et 3ème années le rôle des maîtrises d’œuvre et d’ouvrage, les arcanes des marchés et les contenus des différentes phases d’études (30 heures). P. Bordes (ENSH) enseignait les techniques de nivellement, J.-M. de Forges (ENSH) les techniques de l’hydraulique (irrigation, drainage, filtration…) pendant 35 heures ; et A. Provost les techniques d’ouvrages particuliers (dalles, plans d’eaux, piscines, fontainerie …), …

Autant la proximité des techniciens et des concepteurs apparaissait comme une nécessité de la formation, autant les cours des experts scientifiques (en hydraulique notamment) semblaient perdre de leur intérêt. Ils n’étaient pas indispensables, disaient certains enseignants de projets, de maîtriser les équations de probabilité de Bernoulli pour penser la circulation de l’eau sur un site. Cette notion était nécessaire aux calculs des ingénieurs, mais semblait facultative pour les apprentis concepteurs de projet de paysage.

Cette divergence de vues sur le contenu des programmes pédagogiques sera en partie à l’origine de la crise de 1983 (le départ des enseignants de l’ENSH).

Associés dans les ateliers, et pragmatiques, M. Corajoud et A. Provost voulaient transmettre au sein de leurs ateliers « la capacité à maîtriser les processus qui conduis(ai)ent à une mise en forme avant le projet définitif et à sa faisabilité ». Il s’agissait d’assembler des données analytiques (du site, du programme) autour d’une intention ; ceci selon plusieurs phases empiriques successives : analyses, esquisses, schématisation, re-esquisses, « feu-vert », projet proprement dit, distanciation et présentation.

Après la nomination de Michel Corajoud comme maitre de conférences titulaire en « Théories et pratiques du projet de paysage » en 1985, après l’échec de l’Institut français du paysage la même année, Allain Provost quitte l’Ecole l’année suivante pour se consacrer à la Fédération française du paysage et à l’École supérieure d’architecture des jardins (ESAJ), un établissement privé parisien.

De 1988 à 2004 : 

Il dirige l’École supérieure d’architecture des jardins de Paris.

Ses distinctions

1977 : Prix de la fondation « Académie d’architecture »,

1986 et 1993 : Président de la Fédération française du paysage créée en 1982,

1987-2004 : Directeur de l’Ecole supérieure d’architecture des jardins fondée en 1966 à Paris,

1994 : Troisième Grand Prix du Paysage avec le paysagiste et urbaniste Jacques Sgard,

2008 : Membre d’honneur du RIBA (Royal Institute of British Architects).

Ses publications

Michel Racine, Allain Provost, M. Baridon, Allain Provost paysagiste, paysages inventés (1964-2004), Stichting Kunstboek, 2005,

Allain Provost, Parc de la Courneuve (1925-2005), Stichting Kunstboek, 2000,

Allain Provost,  Allain Provost, Paris, ICI Interface, coll. Green Vision, 2011.

Ses idées

Allain Provost fait partie de la génération de paysagistes issus de la culture horticole versaillaise qui a dû et su s’adapter au changement de paradigmes de la conception de l’architecture des jardins. Ils ont abandonné la pensée tenace du jardin paysager, et les tracés curvilignes issus des références pittoresques du 19e siècle en même temps que changeait de nature la commande politique de la fin du XXe siècle.

En d’autres termes, pour faire fonctionner leurs agences, ils ont dû inventer des méthodes et des réponses nouvelles en observant ce qui se passait ailleurs en France et à l’étranger. Tout en conservant les acquis historiques de la profession. Après avoir hésité, A. Provost a privilégié avec ses clients les tracés réguliers et géométriques d’aménagement.

L’héritage paysager

Au début de sa carrière, avec Gilbert Samel, il a été confronté aux 400 hectares du parc de la Courneuve. L’inspiration pittoresque des formes boisées et aquatiques, comme celles des chemins s’imposa aux deux concepteurs issus du moule versaillais. L’influence des enseignants que furent, à la fin du XIXe et au début du XXe siècles, les paysagistes Edouard et René Edouard André persistait encore dans les esprits. L’inspiration plus écologique de son collègue fit évoluer le projet, en restant néanmoins sur des formes orthodoxes classiques.

En mai 1980, dans le projet de jardin pour l’Elysée, l’alternative entre le tracé régulier (le jardin à la française) et irrégulier (le jardin dit paysager) apparait clairement dans les esquisses qui ont été proposées au président Valéry Giscard d’Estaing :

« Qui ne serait flatté qu’un Président lui dise : « Dessine-moi un jardin ! ». D’abord jardin à la française ensuite « effacé », c’est en 1980 et après moult avatars : une grande pelouse centrale, quelques taillis périphériques, de grands platanes, une confusion de genres triste et sans intérêt. Deux propositions sont présentées : l’une reprenant en partie le tracé d’origine, conforme à l’esprit des lieux, fondée sur l’Art topiaire et formant des clos/jardins intimistes latéraux. L’autre est faite d’amples courbes composées de massifs arbustifs et vivaces, selon la demande de la Présidente. Comme prévisible le Président s’en tient au jardin ordonné plus conforme à « l’image de la France ». Puis, surprise, vint le « Président à la Rose » qui ne donna pas suite… ». Allain Provost2

Esquisses pour le jardin du Président, A. Provost, 1980, archives ENSP, Fonds A. Provost.

Les tracés réguliers/régulateurs : la géométrie revisitée

Le goût de l’ordre (républicain ou non) semblant l’emporter chez les commanditaires qui font appel à lui, Allain Provost à partir des années 1980 s’en tient à des projets très structurés :

« Il en vient à considérer que seule la tradition est révolutionnaire. Tournant le dos aux formalisations à l’anglaise, il s’appuie sur une structure claire fondée sur des axes pour créer des repères dans l’urbain et le périurbain, ses lieux de prédilection. Cet ordonnancement de ses travaux ne signifie nullement que le végétal y soit nécessairement contraint »3.

Cette marque de fabrique, des projets très construits, composés et dessinés, verra le jour et se reproduira dans le plan d’ensemble des 700 hectares du site d’Eurotunnel, le parc Saint-Christophe (SPIE), les 250 hectares du site Citis à Hérouville-Saint-Clair et le parc André-Citroen à Paris. Dans ce dernier cas, un peu à la manière de G. Samel à la Courneuve, son « associé » G. Clément introduira des innovations écologiques (la friche comme jardin) et une inspiration symboliste sans lendemain (les jardins sériels).

Le souci de la composition et de la clarification l’emporte également dans le parc Diderot (un carré principal divisé en neuf carrés secondaires sur une surface en pente), ainsi que dans le Thames Barrier Park au cœur d’un nouveau quartier londonien. Les grands axes permettent la maitrise visuelle du site, les formes taillées l’évocation d’une nature strictement maitrisée, le contraste en espaces vides et pleins, l’organisation des lieux pour les usagers.

La mémoire des lieux, réinventée

Dans les projets d’A. Provost, l’allusion à la mémoire des sites aménagés est rare. Sauf, et c’est le cas également chez J. Sgard ( à Chamarande), quand le projet porte sur la restauration d’un lieu historique comme les jardins du XVIIIe siècle du château de Villarceaux.

L’aménagement de la dernière ile sauvage et inondable de la Marne, dans le cadre du parc départemental de milieux humides de la Haute-Ile à Neuilly sur Marne (Seine-Saint-Denis) en est également une illustration paradoxale. Dans le parc d’un ancien hôpital psychiatrique, Alain Cousseran et Allain Provost réinventent en 2008 un milieu sauvage, riche en diversité biologique en y organisant l’accès mesuré du public. La pensée écologique n’aura pas été seulement une mode politique passagère comme A. Provost le pensait à la fin des années 1970 quand il enseignait à Versailles.

« Le parc de la Haute-Ile présente 5 ensembles paysagers et leurs écosystèmes :
– la friche centrale peuplée d’oiseaux de milieux prairial arbustif et ouvert, comme le pipit farlouse ou l’alouette des champs
– la ripisilve, le cordon forestier qui borde la Marne, propice à la présence du martin pêcheur ou du hibou des marais pour les oiseaux mais aussi la cuscute d’Europe, plante protégée,
– le boisement, partie de la friche centrale laissée au stade d’évolution naturelle sans régulation de l’écosystème. C’est le terrain de nidification de l’épervier d’Europe notamment.
– les zones humides avec les chenaux, les roselières et les îles, domaine du petit gravelot ou le héron cendré,
– et enfin les zones réservées à l’homme »
4.

Le parc départemental de la Haute-Ile, cl. CAUE de Seine-Saint-Denis

Pour conclure

Les chemins pris par A. Provost illustrent une réponse singulière aux questions de la conception des projets à cette époque (1970-2000), une réponse différente des paysagistes de sa génération, des plus âgés (J. Sgard, J. Simon, G. Samel,) aux plus jeunes (M. Corajoud, M. Viollet, P. Dauvergne). Elle ne tient pas seulement à sa formation d’ingénieur et à ses talents de peintre. Elle a trait à l’évolution de l’idée de paysage et de jardin dans la société française au tournant des années 1980.

Apparue à la Renaissance, l’imitation dans l’art pictural du paysage avait atteint ses limites avec la peinture de Cézanne et ne pouvait revenir à ses sources symboliques moyennes-âgeuses. Et le modèle du jardin, qui avait retrouvé le chemin des enclos fleuris (mixed-borders) avec les jardiniers paysagistes anglais du XIXe siècle, G. Gekyll et W. Robinson, ne pouvait rester un recours satisfaisant5.

C’est peut-être pour ces raisons, qu’ayant douté de l’aptitude des démarches planificatrices de l’architecte paysagiste américain I. Mc Harg à répondre à la commande politique de paysage, et peu enclin à inspirer la régulation juridique des paysages, il revisita aux échelles géographiques requises l’approche des jardins réguliers, d’A. Le Nôtre et de ses épigones en particulier. Sur de petits ou de grands espaces, il leur emprunta un art de la composition de l’espace qui convainquit ses clients privés et publics. Et il fit de la photographie de ses œuvres, un art de la production de scènes paysagères remarquées.

En ce sens, il reste un continuateur inventif de l’école paysagiste versaillaise en France et à l’étranger.

Pierre Donadieu

Juin 2020


Bibliographie

Anne Demerlé-Got et Pierre Donadieu, « Allain Provost », in Créateurs de jardins et de paysage (M. Racine édit.), Actes Sud/ENSP Versailles, 2002, pp. 279-282.

Pierre Donadieu, Histoire de l’ENSP de Versailles. Lien.

Allain Provost, Parc de la Courneuve (1925-2005), Stichting Kunstboek, 2000,

Allain Provost,  Allain Provost, Paris, ICI Interface, coll. Green Vision, 2011.

Michel Racine, Allain Provost, M. Baridon, Allain Provost paysagiste, paysages inventés (1964-2004), Stichting Kunstboek, 2005.

École nationale supérieure du paysage, Découvrir les parcs d’Allain Provost, Versailles, École nationale supérieure du paysage, 2020. Lien.


Notes

2 Allain Provost, Allain Provost,ICI Interface, collection Tracés – plotlines, 2011.

3 A. Demerlé-Got, « Allain Provost », in Créateurs de jardins et de paysages (M. Racine édit.), Actes Sud/ENSP, 2002, p.280.

5 S. Bann, Le destin paysager de B. Lassus, « l’art dans le paysage » (d’après K. Clark, 1949-1976), Orléans, HYX, 2014.

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *