Pierre Dauvergne et le Conseil Général du Val-de-Marne

Retour

Pierre Dauvergne et le Conseil Général du Val-de-Marne (CG 94)

1985-2005

 

Pierre Dauvergne raconte la période de sa carrière consacrée au Conseil Général du Val-de-Marne, après ses fonctions d’enseignant à l’ENSP.

 

Ce texte est un témoignage. Il peut être utilisé en citant les sources (P. Dauvergne, Topia/Histoire et mémoire, 2019)

 

À la fin de 1984, je rencontre Michel GERMA, Président du Conseil Général du Val-de-Marne. C’est pour moi, un évènement majeur ! Je suis délégué général de la Fédération Française du Paysage (FFP) pour l’organisation des premières Assises Nationales du Paysage « …Pour une politique du Paysage » (du 11 au 13 Octobre 1984 à Aix-les-Bains). Mon rôle était de trouver les personnalités des principales formations politiques du moment pour la présidence des quatre carrefours thématiques.

À ces Assises ont participé deux Ministres : Huguette BOUCHARDEAU (Environnement) et Michel ROCARD (Agriculture), deux députés de la Savoie, Michel BARNIER, pour le RPR, Président du CG de la Savoie, et Éric BESSON, pour le PS.

Le Parti communiste français (PCF) a désigné Michel GERMA (CG 94), après les désistements successifs de Georges VALBON CG 93), puis de Jacques RIMBAULT (maire de Bourges), pour présider et animer avec Michel CORAJOUD, professionnel paysagiste, l’un des quatre carrefours thématiques, “les espaces urbains et industriels”.

Il m’a reçu dans son bureau avec, sur l’un des murs en face de lui, une grande mosaïque de photos aériennes de l’IGN couvrant le département. Notre rencontre, fait tout à fait exceptionnel, dura tout un après midi, durant lequel nous avons fait une lecture ensemble du territoire, et tracé des possibilités pour sa valorisation et son aménagement.

Une grande familiarité d’approche s’installa entre nous, d’autant que son père avait travaillé dans les forceries de lilas sur le plateau de Vitry-sur-Seine.

À plusieurs reprises, Michel Germa m’a fait comprendre qu’il cherchait quelqu’un pour la direction du Service des Espaces Verts Départementaux (SEVD), poste alors laissé vacant par Jean Luc BONJOUR, ingénieur horticole, parti à la Direction des Espaces Verts des Hauts de Seine. Je me suis alors engagé à prendre des contacts avec la profession pour lui suggérer des candidats, sans penser à mon éventuelle candidature !

Quelques semaines après, lors des Assises à Aix-les-Bains, je lui ai dit que le poste pouvait m’intéresser. Il m’encouragea à présenter mon dossier à l’administration départementale dirigée alors par Michel-Camy-Perret.

Le jury m’a désigné parmi une dizaine de candidats, j’étais le seul candidat paysagiste, les autres étant des ingénieurs et techniciens horticoles.

Ma décision correspondait à mon souhait, qui, depuis quelque temps, était de m’échapper des services centraux des Ministères successifs de l’Équipement, du Logement, de l’Aménagement ou de l’Environnement. En effet, j’étais saturé par les études générales, dites méthodologiques, les guides techniques, … et surtout sans pouvoir agir véritablement sur le terrain et travailler avec les “locaux”.

Depuis 1982, la décentralisation se mettait en place. C’était le moment de faire un choix, qui me permettrait de régler ma situation précaire de contractuel m’empêchant d’accéder à de véritables responsabilités, et d’intégrer la Fonction Publique Territoriale.

J’interromps alors mes missions en cours, que je juge incompatibles avec la direction quotidienne d’un service comprenant un peu plus de cent agents, dont mes responsabilités d’enseignant à l’ENSP, et de conseiller scientifique “Paysage” au sein de la cellule environnement de la Ville Nouvelle du Vaudreuil.

En 1967, année de création du Département du Val de Marne, existaient 27 hectares d’espaces verts hérités de l’ancienne Seine. À la fin de 1999, ce sont 390 hectares de parcs, jardins et espaces verts départementaux, dont 159 hectares de parcs ouverts au public, au nombre de 14, 80 hectares en attente d’aménagement, 79 hectares d’espaces extérieurs aux collèges, 11 hectares de jardins de crèches, et 23 hectares à usage privatif : la pépinière et le centre de modélisme. Ce sont également 311 hectares de parcs de sports et de loisirs dont, 75 hectares pour le parc interdépartemental de sports et de loisirs du Tremblay à Champigny sur Marne, 64 hectares pour la base de plein air et de loisirs à Créteil, et 182 hectares pour le parc interdépartemental des sports et de loisirs à Choisy le Roi.

Soit 674 hectares supplémentaires qui ont été acquis en 30 ans !

Aux côtés de Michel GERMA

 

20 années au service du Val de Marne :

Depuis 1985, mon parcours dans l’administration départementale :

– 1985 recruté comme Chef du Service de Espaces Verts Départementaux (SEVD)

– 1988 : le SEVD est érigé en Direction. J’en deviens le Directeur (DEVD)

– 1991 : Création de la Direction de l’Aménagement (DAM). J’en deviens le Directeur.

En son sein, la Délégation au Paysage (DAP) est créée.

-1994 : Promu Directeur Général Adjoint, chargé des services techniques, de l’aménagement

et de l’Environnement, dont la DEVD. Celle-ci devient la Direction des espaces verts et du

Paysage (DEVP), après l’intégration de la Délégation au Paysage (DAP).

– Enfin, promu Directeur Général Adjoint, chargé de l’environnement et du cadre de vie

– 2005 : Départ en retraite.


DE 1985 à 1991 : DES ESPACES VERTS AU PAYSAGE ET A L’AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE DU VAL DE MARNE :

Recruté le 1er janvier 1985, en poste jusqu’en décembre 1987, Chef du Service des Espaces Verts Départementaux (SEVD). Puis, en mai 1991, le Service devient une Direction, la Direction des Espaces Verts Départementaux (DEVD). Je suis placé sous la direction du Directeur des Services Techniques d’alors, et de deux ingénieurs des Ponts et Chaussées Jean CHAPELON et Michel MERMET,

Durant les premiers mois, un constat, une stratégie d’actions, et les fondements d’une politique :

Depuis la création du Département, Michel GERMA a souhaité protéger les terrains boisés ou non, pour les aménager et ce, dans les secteurs les plus densément peuplés, et “martyrisés” par une urbanisation non maîtrisée. Après de nombreux contacts et d’échanges avec les agents, la visite de l’ensemble des sites gérés par le service, et ceux en cours d’acquisition, ou en cours de travaux d’aménagement, je fais un constat :

Le SEVD est un bel outil technique, un potentiel… Néanmoins, un certain nombre de questions apparaissent :

– Les parcs réalisés sont impeccables, mais se ressemblent tous, quel que soit leur environnement. Il s’en dégage une certaine monotonie, tristesse, du fait du choix des végétaux très en vogue, en particulier dans les pays anglo-saxons.

Ce constat induit une réflexion critique sur la palette végétale et les végétaux mis en culture à la pépinière départementale à Mandres-les-Roses.

– Les parcs sont bien verts ! sans beaucoup de couleurs et pas de fleurs, si ce n’est celles des arbres et arbustes. A cette époque, je dis que “les espaces verts sont des déserts verts”, un constat assez général à l’époque.

Conséquence immédiate, plantation massive de bulbes : tulipes, narcisses et jonquilles pour le fleurissement au printemps.

– Les parcs sont sans vie, sauf les classiques jeux industrialisés pour les petits, mais rien pour les adolescents, les adultes.

Conséquences : Revoir le « gardiennage » des parcs, en faisant évoluer progressivement le profil des agents, comme par exemple le recrutement de femmes et surtout, changement dans le costume des gardiens, assimilés par les jeunes à des CRS … !

Un concours est organisé avec les étudiants d’une école de Cachan. Le jury comportant enseignants, élus et membres du SEVD retient un projet. Celui-ci est fabriqué à grande échelle, car il est décliné pour d’autres agents techniques départementaux. Le visage des parcs commence à changer !

– La conception des parcs était confiée au Bureau de Dessin, alors composé de deux dessinatrices. Il fallait dimensionner la fonction d’étude à la hauteur de la charge du nouveau plan décennal des espaces verts.

Ainsi, dans un premier temps, les dessinatrices bénéficieront d’une initiation-formation aux techniques de représentations. Ensuite, un Bureau d’Etudes est créé. Plusieurs paysagistes sont recrutés, pour la plupart des anciens élèves de l’ENSP où j’enseignais : Une équipe de maîtrise d’œuvre et de maîtrise d’ouvrage publiques en paysage, se met rapidement en place. Elle sera la principale agence publique de paysage en France.

Ont été ainsi recrutés les paysagistes Véronique LATHIERE, Vincent BENARD, Daniel JARRY, Jacqueline VARIER-GANDOIS, Florence CARRIERE, puis, Marion GILLIOT, Martine RENAN, auxquels se sont joints par la suite des agronomes, forestier, géographe, urbaniste.

L’avantage d’une telle structure, c’est de se donner les moyens de tenir dans la longue durée la cohérence des actions et projets au fil des acquisitions foncières, et donc de nouvelles tranches de travaux. C’est aussi la meilleure façon d’associer autour des projets tous les agents qui auront aux divers stades leur part de responsabilité. C’est la meilleure garantie de tenir dans le temps les objectifs. J’ai donc pu vérifier sur le terrain le bien-fondé de mes positions tenues en tant qu’élu à la Ville Nouvelle de Saint-Quentin-en-Yvelines, puis au CNERP avec la recherche sur les espaces extérieurs du germe de la ville nouvelle du Vaudreuil :

Bibliographie : En 1977 – « la conception des espaces extérieurs et la coordination des divers intervenants ». Dans « espaces extérieurs » – Centre de Recherche en Urbanisme (CRU), en 1979 « la gestion des espaces verts », le colloque de Marly « espaces verts et habitat » – CRU, en 1980, les « espaces verts et collectivités locales » dans les conclusions du rapport du groupe de travail de la revue « Espaces verts » n° 66, en 1985, « Le projet de paysage … un processus complexe à gérer, une chaîne d’intervenants à mettre en place » dans la Revue P+A n° 3.

– Michel GERMA était très attaché à la Roseraie Départementale à l’Hay-les-Roses, remarquablement dirigé par son responsable André BRUNEL.

Mais, Michel GERMA regrettait que ce bijou, qui représentait un coût relativement élevé ne soit pas suffisamment connu et ne profite qu’à une population périphérique. Je lui ai alors proposé la création d’une association, afin de faire rayonner la roseraie avec la présence de scientifiques du monde végétal, des rosiéristes-producteurs de nouvelles variétés, amateurs, collectionneurs de roses, …C’est ainsi, qu’est née l’Association des Amis de la Roseraie Départementale à L’Haÿ-les-Roses.

– Il convenait de développer encore plus ce que l’on a appelé l’animation des parcs. Pour ce faire un nouveau service est créé, celui de la “vie des parcs”. Le service gère alors une population non plus de gardiens mais d’agents d’animation, afin d’organiser des manifestations diverses et des fêtes en lien avec les communes d’implantation. Il participe à la conception des parcs pour anticiper sur les pratiques des utilisateurs, notamment il définit la nature des équipements à implanter.

– Une politique de communication se met également en place pour toucher les Val de Marnais et ainsi développer la fréquentation des parcs.

– L’art s’introduit dans les parcs : Le Fonds Départemental d’Art Contemporain est mobilisé et investit les parcs départementaux. Des œuvres, sculptures et installations y sont implantées. La DEVD en prépare l’accueil en lien étroit avec Raoul JEAN-MOULIN, critique d’art, responsable du Fond Départemental d’Art Contemporain (FDAC), qui a préfiguré le Musée d’Art Contemporain du Val de Marne (Le MACVAL), et les artistes, dont Eugène DODEIGNE et Jean CLAREBOUDT au parc du Rancy, Peter STAMPFLI au parc du Petit Leroy, d’autres y sont créées in situ : Jean CLAREBOUDT et Irmgard SIGG au Parc du Plateau à Champigny-sur-Marne, Eva WELLESZ aux Domaine des Marmousets.

De Peter STAMPFLI « empreinte de pneu S 155 » dans la pelouse du Parc Petit Leroy à Chevilly -Larue. 30 mètres par 3, 40. Une fabrication, transport et installation épiques !

De droite à gauche Anne DALSTRÖM, chef du service culturel, Peter et Anna-Maria STÄMPFLI lors du vernissage d’une exposition du FDAC. Cliché CG 94.

– Enfin, la partie noble des missions du SEVD, celle de la gestion, sont structurées en deux divisions territoriales, afin d’être plus en prise au quotidien avec la vie des parcs. La subdivision à l’Ouest de la Seine comprend la roseraie, tandis que celle à l’Est, comprend la pépinière.

Le SEVD étant reconfiguré, enrichi, il pouvait penser et réaliser le nouveau plan décennal des espaces verts.

 

LES RÉALISATIONS ET ACTIONS MARQUANTES :

La conception et la mise en œuvre du plan décennal d’espaces verts 1987 – 1996 :

Le précédent plan décennal 1976 – 1986 concernait principalement les opérations foncières pour les futurs parcs. La relative lenteur entre le moment de réaliser un parc et les délais nécessaires pour en maîtriser le foncier s’explique dans le cas du département par le non recours aux expropriations, mais plutôt à des négociations à l’amiable.

Ces préalables étant suffisamment atteints, pouvaient alors s’ouvrir l’aménagement des premières tranches de travaux, et débuter deux décennies de projets et de réalisations, une période enthousiasmante pour les agents :

° Achèvement du Parc du Plateau à Champigny-sur-Marne avec Chantal POURRAT et Vincent BENARD,

° Poursuite du Parc des Hautes Bruyères à Villejuif avec Vincent BENARD, puis Daniel JARRY, l’Atelier de Renzo PIANO (pour les abris des jardins familiaux), Philippe ANDRIEUX (archéologue départemental),

° Préparation foncière et programmation du Parc des Cormailles à Ivry-sur-Seine avec Daniel JARRY, la conception du parc étant confiée à la SADEV 94, et l’agence paysagiste TER – Grand Prix National du Paysage en 2007.

° Réalisation du parc des sports et de loisirs du Grand Godet à Villeneuve-le-Roi et Orly, avec Daniel JARRY.

° Aménagement du centre de modélisme à La Queue-en-Brie, conçu par l’agence Michel CORAJOUD.

° Réalisation du parc du Champ-Saint-Julien à Valenton et lancement de l’opération du parc de la Saussaie-Pidoux à Villeneuve Saint-Georges avec Florence CARRIERE

° Programmation du Parc du Coteau à Arcueil – Gentilly avec Daniel JARRY et la DSEA, pour l’inscription d’un bassin d’orages en sous-sol.

° Réhabilitation des espaces extérieurs du foyer du Parangon à Saint-Maur-des-Fossés et la requalification du centre-ville de Valenton avec Marion GILLIOT.

Quelques mots sur des projets et réalisations particuliers, voir emblématiques :

° Ouverture du chantier du Parc des Lilas à Vitry-sur-Seine avec Jacqueline VARIER-GANDOIS, puis Martine RENAN, la collaboration de l’agence de Florence MERCIER (pour la réalisation du grand mail) et Véronique LATHIERE (pour la réalisation des premières tranches de jardins familiaux), et les services de la DSEA pour le traitement du sous sol miné.

° Réalisation des “jardins du Val de Bièvre » à l’Haye-les-Roses avec Véronique LATHIERE et les services de la DSEA, pour l’insertion d’un bassin d’orages.

° Une opération majeure conçue et réalisée dans des conditions exceptionnelles :

Le Parc de la Plage Bleue à Valenton, Trophée du Paysage avec l’Agence ILEX en 1993 pour la première tranche.

Remise du Trophée par Michel BARNIER, Ministre de l’Environnement. À gauche Laurent Maillet, Directeur des espaces verts, et à droite, l’équipe de l’agence paysagiste ILEX.

 

Ont été associés, les maires successifs de la ville de Valenton, Roland ROCHE, puis Daniel TOUSSAINT, la Société DIS (Déchets Industriels Spéciaux) et SDVM (Sablières du Val de Marne) d’Armand LOPEZ, exploitants du site, une gravière en eau, et bien sûr, le staff technique de la DEVD, dont les paysagistes Véronique LATHIERE (DEVD), Vincent BENARD et ceux de l’agence ILEX.

Parc de la Plage Bleue à Valenton. Cliché J. M. PETIT – CG 94

Au-delà de la conception du parc, c’est aussi, sous la responsabilité d’Elisabeth THOMAS, responsable du service gestion de la DEVD, avec son équipe technique : Alain NICAISE, Gérard SANDERS, Martial GUINET, Nicolas MATI, et Xavier ANSORENA, les paysagistes Véronique LATHIERE, et ceux de l’Agence ILEX, la conception d’un Projet de gestion pour la 1ère tranche du parc, prototype pour la gestion de l’ensemble des parcs.

En 1986 -1987 la décentralisation de la DDE,

Après de rudes négociations avec les services de l’Etat, principalement au sujet des transferts des moyens financiers, la gestion et l’aménagement des berges de Seine et de Marne sont confiés à la Direction des Services de l’Environnement et de l’assainissement (DSEA), les plantations d’alignement le long des routes départementales, et les îles de la Marne sont confiées à la DEVD et à la DAP, enfin les collèges sont confiés à la Direction des Bâtiments Départementaux.

Est créé alors au sein de la DEVP le service d’arboriculture avec le recrutement de Nicolas MATI, ingénieur forestier. Les jardiniers et paysagistes travaillent avec les ingénieurs, dits les ” routiers” de la DDE. Un programme pluriannuel est arrêté pour reprendre les charpentes des arbres souvent maltraitées par des coupes et tailles abusives, qui mettent en péril leur pérennité (On sortait à peine des campagnes au niveau national, menées entre autres par la Mission Paysage de la Direction de l’Urbanisme et des Paysages). Ces plantations, au moment de la décentralisation de la DDE, représentaient 20 000 arbres environ. Par ailleurs à l’occasion de travaux routiers, la DEVP conçoit les projets aves les ingénieurs. La qualité des réalisations s’en ressent, comme par exemple, celle de l’opération remarquable associant les routiers et la DEVD : la Place Emile-Guenet à Ivry-sur-Seine conçue par Véronique LATHIERE.

En 1992, le département accueille la première semaine internationale de l’arbre « l’arbre, la vie, la ville », dans le parc de la Roseraie départementale. Il est pilote au plan national (Mission du Paysage) pour l’inventaire des arbres d’alignement d’un département urbain, le premier en son genre. Il obtient en 2008 le Prix National de l’Arbre.

Remise du Prix National de l’arbre

Grâce à une opportunité foncière Michel GERMA a demandé à la DEVP d’envisager le doublement de la Pépinière départementale à Mandres-les-Roses. Cette intention correspondait au doublement des surfaces cultivées, afin de répondre aux nouveaux besoins en arbres d’alignement. Elle est alors dénommée la “Pépinière Parc”, car visitable par le public. Michel GERMA y allait souvent y rencontrer Martial GUINET, son responsable, encore un jardinier et une grande figure de la DEVD. Deux cultures particulières y sont développées, celle de rosiers pour renouveler les collections anciennes de la roseraie à l’Haye-les-Roses, et celle de lilas pour la constitution de la trame arbustive du parc des lilas, siège d’anciennes cultures et forceries à Vitry-sur-Seine.

En 1990, Michel GERMA a pris l’initiative de mettre en débat l’avenir du territoire départemental, tout en respectant les prérogatives de chacun, notamment celles des communes. Les discussions sur ce sujet, et sur le qui fait quoi … ? étaient souvent animées avec les communes. Elles portaient sur l’aménagement, l’urbanisme et le développement économique. Michel GERMA, se rappelant des modalités d’organisation des Premières Assises Nationales du Paysage à Aix les Bains, m’a demandé de lui faire des propositions.

Une mission temporaire, dite de l’aménagement, d’une durée de six mois s’est mise en place sous ma responsabilité. Cette mission était chargée de préparer et d’exploiter ces assises. Je propose à deux d’entre nous d’être détachés de notre structure, la DEVD : Jacqueline VARIER-GANDOIS, paysagiste et Anne ROLLIN, attachée administrative

Ces Assises de l’aménagement et de la Qualité de la vie se sont tenues les 15 et 16 Mars 1991. Elles eurent un grand succès : Quatre cents personnes représentant “les forces vives ” du département y ont participé.

Conséquences de ces Assises : le 1er juin 1991, il m’est demandé de créer la Direction de l’Aménagement (DAM), par le rassemblement de services dispersés préexistants : le Bureau d’Etude Départemental, le Service à l’action économique et à la formation professionnelle, le Service du Logement et des Transports, la Direction des espaces verts départementaux, et par la création de deux nouvelles unités : l’Atelier de l’Aménagement, confié à Anne FOURNIAU, et la Délégation aux Paysages, confiée à Jacqueline VARIER-GANDOIS.

Donc, changement d’échelle !

En septembre 1994, je suis nommé Directeur Général Adjoint (DGA 5). La DGA comprend les Directions des Services de l’Environnement et de l’Assainissement, la Direction des Services Techniques : Celles des Bâtiments Départementaux, des Infrastructures Routières Départementales, des Services Informatiques, du Parc Automobile Départemental, et la Direction de l’Aménagement.

En 1995, Christian FAVIER est élu premier Vice-Président chargé de l’Aménagement du Territoire.

À l’école de Michel GERMA, il prend et développe les initiatives déjà prises. Il est très présent auprès des directions et services, qu’il pilote. Une nouvelle dynamique est lancée. La DAM a la charge de l’élaboration de plusieurs documents relatifs à de nouvelles politiques et projets départementaux : en 1995, le programme général d’aménagement des berges de Seine et de Marne ; en 1996, elle prépare et exploite les rencontres pour l’avenir du pôle Orly-Rungis ; en 1999, elle réalise le plan des itinéraires de promenade et des randonnées ; en 2000, elle élabore les propositions départementales pour le XIIème Plan, la politique départementale des circulations douces, l’élaboration du schéma directeur des itinéraires cyclables, et participe au projet de la coulée verte d’interconnexion Est des TGV avec l’Agence des Espaces Verts de la Région Ile de France. Au-delà, d’autres politiques sont engagées, comme le projet de coulée verte Bièvre-Lilas avec la contribution de SADEV 94 et l’Agence paysagiste de Pascale HANNETEL, le projet de l’arc boisé, et le plan vert et bleu.

Un maillage vert territorial est clairement en marche.

Quelques années après, avec le fort développement des investissements départementaux, la DGA5 est divisée en deux DGA : les DGA 5 et 6 (Jean Pierre NOURISSON). La nouvelle DGA 5 rassemble la Direction des Bâtiments Départementaux, principalement les crèches et collèges, la Direction des Services de l’Environnement et de l’Assainissement, la Direction des Espaces Verts Départementaux.

La DEVD devient alors, après intégration de la Délégation au Paysage, la Direction des Espaces Verts et du Paysage (DEVP).

Mes activités de DGA sont lourdes, et de plus en plus loin du terrain et des agents …. Mais, je suis en même temps, acteur et témoin des prises de décisions départementales, lors des réunions hebdomadaires de la Direction Générale (Francis NEHER), des réunions hebdomadaires entre la DG et le Président du Conseil Général, des réunions hebdomadaires de la Commission Permanente, des séances mensuelles de l’Assemblée Départementale, et de nombreuses rencontres avec les communes, collectivités, et institutions diverses …Et tout de même … échanges et pilotages constants des Directions et Services de la DGA (un peu plus de 800 agents se répartissant pour 2/3 d’agents techniques, et 1/3 d’agents administratifs. Un travail passionnant, en particulier pour animer, favoriser les approches interdisciplinaires indispensables pour l’aboutissement de projets de qualité, ce qui ne va jamais de soi !

Fin de mes activités : mars 2005.

En 2006, le Département approuve le “Plan Vert 2006-2016 -Nature et ville : le défi du Val-de-Marne »” élaboré par la DEVP…. Ce document valorise les travaux passés et récents, tout en ouvrant de nouvelles perspectives d’actions et de projets.

Ensuite, la vie continue …

Pierre Dauvergne, avril 2019

 

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *