Alexandre Chemetoff

Retour

Alexandre Chemetoff

Paysagiste, urbaniste, architecte

Alexandre Chemetoff est né à Paris le 2 février 1950. Il est le fils de l’architecte Paul Chemetov et le petit-fils du dessinateur d’origine russe Alexandre Chem et du poète surréaliste Philippe Soupault.

Sa formation

Ses jeunes années sont parisiennes avec de longues vacances à la campagne :

« Nous passions l’été en Ardèche où mes grands-parents avaient une maison en forme de bateau,« la Nave ». J’en ai conservé les plans dessinés par mon grand-père. Au village se retrouvaient des peintres de Montparnasse installés au milieu de paysans ardéchois… Je garde un très vif souvenir de ces longs étés, qui m’ont sans doute donné « le goût du paysage ». 

Dans le train, nous avions plaisir à regarder les paysages défiler, à en commenter les caractères, à les comparer, à en goûter les variations ….

Juste avant Mai 68, je me suis fait renvoyer du lycée pour indiscipline. J’ai alors travaillé à l’AUA l’été, pour gagner ma vie, je dessinais des projets, suivais des chantiers. Je voulais alors être agriculteur… Je pensais étudier à la Bergerie nationale de Rambouillet, avant que le paysage ne m’apparaisse comme un compromis acceptable, une façon de m’engager dans la vie active tout en restant lié à l’agriculture.

Le retour à la terre était pour moi une manière de construire une vie en cohérence avec ce que je pensais, apprendre et se cultiver soi-même. Je suis allé quelque temps dans une ferme en Ardèche me consacrer à l’élevage des chèvres. J’ai voyagé en Italie, et jusqu’en Turquie, à la frontière syrienne. Tout était lié, et constituait une forme d’expérience du monde.

Je m’étais inscrit aux Beaux-Arts dans l’atelier de Yankel, un peintre qui habitait dans le village d’Ardèche
où mes grands-parents passaient l’été. Et en même temps, j’avais été engagé chez Vilmorin-Andrieux, quai de la Mégisserie, pour me former sur le tas. Je ne connaissais rien aux plantes. J’ai appris la différence entre un rosier remontant et un rosier grimpant. En passant des Beaux-Arts au quai de la Mégisserie, je me suis préparé au concours d’entrée à l’École nationale d’horticulture, dans la section du paysage et de l’art des jardins»
1

En 1971, il est admis sur concours à la Section du paysage et de l’art des jardins de l’École nationale supérieure d’horticulture de Versailles. Dans sa promotion de 29 élèves sont admis également Alain Marguerit, Gilles Vexlard et Jean Magerand. La Section sort à peine d’une crise importante due à un manque chronique de moyens financiers et humains. Plusieurs enseignants ont cessé leurs enseignements (J. Sgard, B. Lassus notamment), d’autres sont en grève. Jusqu’à l’arrêt de la Section en 1974, il aura comme enseignants principaux d’ateliers les paysagistes Jacques Simon et Michel Corajoud appelés par M. Viollet et Pierre Dauvergne.

« Nous sommes quelques-uns à avoir été marqués par l’aventure d’un voyage de fin d’année que nous fîmes en Espagne, sous la conduite de Michel Corajoud. Nous n’avions pas d’objectif plus précis que l’observation du paysage. Ce qui nous intéressait c’étaient les étendues cultivées, de ce  « théâtre d’agriculture » pour reprendre les termes utilisés en d’autres circonstances par Olivier de Serres. Nous décelions dans ces géométries, les prémices d’un passage entre le chemin et la rue, le champ et la parcelle, et nous regardions la campagne comme lieu fondateur de la ville. C’était quatre ans avant 1976, date de la renaissance de l’école du paysage telle que nous la connaissons aujourd’hui ». Le Moniteur, 2016.

À l’issu de deux ans de formation, il obtient après une année de stage et un concours en loge son diplôme et titre professionnel de paysagiste DPLG en 1977.

Ses premières expériences l’orientent progressivement vers l’urbanisme et l’architecture.

« En sortant de l’École, je me suis associé avec (les paysagistes) Jacques Coulon, Alain Marguerit et Claire Corajoud. Notre atelier s’appelait « Carré Vert ». Un jour, j’ai été appelé pour intervenir à Reims dans un lotissement à partir de la question des clôtures. Je me suis occupé des clôtures, puis des plantations d’arbres dans les rues, des profils de rues et de fil en aiguille, des jardins, des maisons, des immeubles, du plan-masse d’un quartier et de la forme de la ville, devenant, sans le savoir, urbaniste. Peu de temps après cette première expérience, j’ai été appelé par Renzo Piano, qui cherchait un paysagiste pour le site des usines Schlumberger de Montrouge. Il y avait une grande ouverture dans l’atelier de Piano. Assez naturellement, d’expérience en expérience, je suis passé des jardins et des espaces publics à l’urbanisme, et de l’urbanisme à l’architecture. « 

Il obtient son titre d’architecte DPLG en 1998.

Son parcours

« En 1983, il fonde le Bureau des paysages, une structure constituée d’architectes, de paysagistes et d’urbanistes, installé depuis 1994 à Chantilly. »

Le jardin des bambous, Parc de la Villette, Paris, 1985-87

Depuis 2008, une société dénommée Alexandre Chemetoff & associés dirige, coordonne et anime l’ensemble de l’activité des agences qui regroupent aujourd’hui une quarantaine de personnes réparties entre le Bureau des Paysages de Gentilly et les ateliers de Nantes et Nancy. Elle regroupe Alexandre Chemetoff et son associée Malika Hanaïzi (administratrice). Catherine Pierdet (paysagiste) et Pierre Amiot (paysagiste) sont associés au sein des structures d’exercice que sont le Bureau Alexandre Chemetoff pour l’urbanisme et l’aménagement, l’Atelier Alexandre Chemetoff pour l’architecture »2.

De 1987 à 1990, il enseigne à l’ENSP qui a succédé à la Section du paysage et de l’art des jardins de l’ENSH. En 1987-88, il dirige le département des techniques de projet après A. Provost et G. De la Personne, et avant J.-M. L’Anton. Puis il dirige le département des ateliers de projet.

Il explique les principes de cet enseignement vingt ans après :

« La mise en œuvre d’un projet passe par une compréhension précise des processus techniques utilisés. Ici, il convient de s’impliquer directement dans la mise au point in situ des coffrages pour maîtriser l’appareillage et le calepinage des pierres d’un mur maçonné. Là, une image d’une pelouse verte dans son état futur d’achèvement ne saurait tenir lieu de descriptif pour sa mise en œuvre. Faut-il pratiquer un sous-solage, des labours, un hersage ? Quels amendements auront été nécessaires ? Un drainage s’avéra-t-il indispensable ? Quelles proportions de raygrass, de fétuque ovine, et d’autres graminées, devront être choisies pour composer un mélange adapté à sa situation, son usage et son entretien ? Autant qu’au résultat, je me suis toujours intéressé à la manière d’y parvenir. Ma formation à Versailles, aux côtés de fils de pépiniéristes qui n’ignoraient rien des végétaux et de leurs cultures, et mon enfance passée sur les chantiers, ont sans doute joué un rôle dans mon goût pour la compréhension de la fabrication des choses » Le Moniteur, 2016.

Il revient au Potager du roi en 2019 comme commissaire de l’une des expositions de la première Biennale Architecture et Paysage d’Ile de France à Versailles : « Le goût du paysage ». Il a terminé le réaménagement du bâtiment d’enseignement dit « Des Suisses » la même année.

Ses principaux travaux3

Son agence est à l’origine de très nombreux projets où parfois architecture, urbanisme et paysagisme sont associés.

Ses projets 4

« Alexandre Chemetoff et son équipe réalisent aujourd’hui des études et des opérations de maîtrise d’œuvre qui illustrent son approche pluridisciplinaire associant parfois dans une même réalisation architecture, construction, urbanisme, espaces publics et paysage dans un souci de compréhension globale des phénomènes de transformation du territoire : du détail à la grande échelle.

De nombreuses expériences témoignent de sa façon de poursuivre en différentes circonstances les mêmes objectifs urbains :

des projets urbains comme la création du centre-ville de Boulogne-Billancourt (1996/2001) ou plus récemment la métamorphose de l’île de Nantes(2000/2010), celle du plateau de Haye à Nancy (2004/), de la Plaine Achille à Saint-Étienne (2009/) mais aussi le réaménagement de la place Napoléon et des artères principales de La Roche-sur-Yon (2012/2014) ;

« Ile de Nantes, le site des chantiers reprend vie », Le Moniteur, 2009

des projets de bâtiments comme l’immeuble mixte des Deux Rives à Nancy (2002/2008) ou la construction d’un îlot d’habitation parisien à l’angle de la rue Bichat et de la rue du Temple (2009/), d’une cité-jardin, La Rivière, à Blanquefort (Gironde) (2006) ;

des projets d’équipements comme les bâtiments abritant une salle de danse, un conservatoire de musique et une bibliothèque à Vauhallan(2000/2002), la maison des sports à La Courneuve (2004/2006) ou le centre commercial du Champ-de-Mars à Angoulême (2003/2007) ;

des projets de parcs et d’espaces publics comme l’aménagement des rives de Meurthe à Nancy (1989/), les bords de Vilaine à Rennes (1997) ou le parc Paul-Mistral à Grenoble(2004/2008) ;

la réhabilitation de l’ancien site de la Coop dans le quartier du Port du Rhin à Strasbourg (2018/2020). »

« La Coop, une culture coopérative de la ville Strasbourg Deux-Rives »

Les bords de Vilaine à Rennes, quartier d’Auchelle et Saint-Cyr, 1997

Ses publications

« Le Jardin des bambous au parc de la Villette, avec la photographe Elizabeth Lennard, Hazan, 1997,

Sur les quais : un point de vue parisien, corédigé avec Bernard Lemoine, Pavillon de l’Arsenal / Picard, 1998,

L’Île de Nantes : le plan guide en projet, MeMo, 1999,

Je veux vous parler de Paris, directement et indirectementPavillon de l’Arsenal, Mini PA 16, 2008,

Visites, avec Patrick Henry et al., Archibooks, Birkhäuser, 2009 (version anglaise),

Le Plan-Guide (suites), Archibooks, 2009,

Patrimoine commun : leçon inaugurale de l’École de Chaillot, Cité de l’architecture et du patrimoine, Silvana Editoriale, 2010 ».

Ses expositions

« 2009 : « Situations construites », Arc-en-Rêve, centre d’architecture, Bordeaux

2010 : « Droit de visite », Faubourg Forum, Genève »

Ses distinctions

Grand prix de l’urbanisme2000

Grand prix national EcoQuartier, pour le projet du plateau de Haye, Nancy, 2011

Le plateau de la Haye à Nancy, avant et après l’opération, 2010, CR Grand Est

Prix national EcoQuartier : Renouvellement urbain, catégorie requalification urbaine pour le projet Manufacture Plaine Achille, Saint-Étienne, 2011.

Parc de la Manufacture, EPA St Etienne, 2017

Ses idées

Sa démarche

« A. Chemetoff a choisi de pratiquer son activité d’architecte d’une manière ouverte et libre, en refusant les limites et les frontières entre les disciplines : un art polytechnique qui s’occuperait de tout en adoptant une attitude relative. Alexandre Chemetoff conçoit la pratique de son métier comme un engagement dans le monde. Le programme est une question posée, le site un lieu de ressources et le projet une façon de changer les règles du jeu. ». W.

Michel Corajoud

« Il a consacré plus de trente années à l’enseignement, créant un courant de pensée et une dynamique autour de l’idée de paysage envisagé comme une ouverture au Monde. Il a su ouvrir des voies que chacun a suivies à sa manière. Il n’a pas eu de disciples. C’est sa façon d’être libre qu’il a transmise. Portant l’idée de paysage au-delà des limites des parcs et jardins dans lesquelles elle se trouvait enfermée pour la proposer comme une manière de concevoir la transformation de notre environnement. Renouant ainsi avec une histoire de l’aménagement du territoire, de l’urbanisme, de l’architecture et de l’art des jardins, où le paysage joue un rôle prééminent. Michel Corajoud par son enseignement a réinventé le paysage comme un art du temps présent, renouant sans jamais le revendiquer avec une histoire peuplée de grandes figures comme celles de Jean-Claude Nicolas Forestier en France, de Frederick Law Olmsted en Amérique ou de Fritz Schumacher en Allemagne, qui furent à la fois architectes ou ingénieurs, concepteurs de parcs et jardins, d’ouvrages d’art, de bâtiments et de villes. »5

Construire avec ce que l’on sait du monde vivant

« La ville contemporaine aurait besoin de l’ombre des arbres, de la lumière filtrée par des feuillages, de la fraîcheur, du bruit de la pluie, et du ruissellement de l’eau, toutes choses qui sont souvent absentes des compositions actuelles, trop strictement normatives et quantitatives ».

«  Ma façon de pratiquer l’architecture est fondamentalement liée à cette connaissance du milieu vivant commune au paysage et à l’horticulture à laquelle j’ai été initié à Versailles. Quand nous concevions le projet de Bègles – la transformation de l’ancien site de tri postal en Cité numé-rique – avec le bureau d’études spécialisé dans les fluides,le chauffage et la ventilation, nous étions ici, dans le jardin du bureau des paysages, à Gentilly, il faisait très chaud,presque 40°. Me saisissant d’un jet d’eau, j’ai arrosé la terre et les plantes, tout en expliquant à mes interlocuteursqu’il allait faire plus frais. Pourquoi ne pas procéder de la même manière pour rafraîchir le site et les bâtiments à Bègles ? C’est ainsi qu’est née l’idée de lier au projet un jardin, qui rafraîchirait le bâtiment, en mettant en place un système de brumisation d’eau potable et d’arrosage
avec l’eau de pluie collectée dans des citernes. », Urbanisme, 2016.

Réunir architecture, paysage et urbanisme

« Tout est séparé à l’excès (dans la fabrique urbaine). Je revendique, au contraire, de réunir dans une même pratique le programme et le projet, l’architecture, le paysage et l’urbanisme…

Quand nous avons eu l’idée avec Éric Bazard, qui dirige la SPL des Deux-Rives à Strasbourg, de proposer que le Pôle d’étude et de conservation des musées de Strasbourg prenne place dans l’Union sociale, un ancien magasin de la Coop, nous sommes partis de l’analyse des qualités du bâtiment issue de l’état des lieux. Nous utilisons un bâtiment existant transformé à un prix abordable, dans la mesure même où il est adapté à sa nouvelle fonction. Nous nous servons de l’existant pour imaginer à la fois un programme et une manière de conduire les transfor- mations. Cette démarche constitue un récit que chacun peut s’approprier. »

« Je suis mal à l’aise avec l’idée que le paysage soit une discipline autonome. Concevoir la ville par le paysage ? On peut concevoir la ville comme un paysage, mais ce n’est pas tout à fait la même chose. »

« La division du travail (entre architecte et paysagiste) est absurde et d’ailleurs récente. Quand Le Nôtre trace l’avenue des Champs-Elysées, il est en même temps urbaniste, paysagiste et architecte. Le paysage n’est pas une spécialité mais une philosophie, une culture de l’aménagement, celle du monde de demain. Désormais chaque architecte, chaque ingénieur, chaque aménageur devra, pour être de son temps, devenir paysagiste ». BAP, 2019, entretien avec V. Piveteau.

Une esthétique située

« Ce qui m’intéresse, c’est de construire, en tissant des liens entre l’histoire, les qualités d’un bâtiment, celles d’un site et la possibilité d’accueillir un nouvel usage, un nouveau programme. De cette rencontre naît une esthétique située…

Le premier mouvement simplificateur et rassurant est de vouloir faire net et propre. Laisser venir les choses à partir de l’état des lieux est à la fois plus compliqué et plus vivant, c’est un travail relatif, fait d’allers et retours entre l’état des lieux et la nécessité de changements, et ce sont précisément ces hésitations et ces précautions qui donnent au projet sa véritable dimension et sa juste expression. 

Je n’imagine pas projeter ou construire de la même façon ici et là. Une architecture située, un travail situé, qui ne se priverait de rien de ce que les situations peuvent apporter est très enrichissant, à la fois pour les projets, pour ceux qui les réalisent et ceux qui en sont les utilisateurs.

Pour conclure

Alexandre Chemetoff a fait du paysage, sa formation première, une philosophie de l’urbanisme et de l’architecture. A ce titre il est l’un des héritiers les plus proches des idées de Michel Corajoud.

« Le paysage est porteur d’une idée nouvelle. Lorsqu’il sort de son domaine réservé, il change la manière de pratiquer l’architecture, le design, l’urbanisme, l’ingénierie et même le paysage. Il ne se définit pas comme une spécialité ou une profession mais comme une philosophie de l’action, susceptible de transformer notre environnement et de faire en sorte que l’architecture devienne enfin un art populaire, accessible à tous ….

Je crois davantage aux vertus de l’expérimentation qu’aux certitudes de la planification et c’est aussi ce que j’ai appris de la Section du paysage et de l’art des jardins dans le Potager du roi et de l’enseignement de Michel Corajoud. ». Le Moniteur, 2016.

Pierre Donadieu

15 mai 2020

Ce texte peut être modifié pour rectifier des erreurs et le compléter.


Bibliographie

B. Blanchon, « Alexandre Chemetoff », in Créateurs de jardins et de paysage, (M. Racine édit.), Actes Sud/ENSP, 2002.


Notes

1 Entretien avec A. Chemetoff, Propos recueillis par Antoine Loubière et Jean-Michel Mestres , Urbanisme n° 413, 2019. Télécharger le pdf.

2 D’après Wikipédia

3 Wikipedia.

4 Pour plus de détails voir les projets (environ 60) détaillés de l’agence ici.

5 Entretien avec Laurent Miguet, Le Moniteur, 2016.

Etienne Le Guelinel, Biographie

BIOGRAPHIE ET CARRIERE D’ETIENNE LE GUELINEL

publiée dans la nécrologie de la revue des ingénieurs des Services agricoles en 2006

Il est né le 18 février 1910 à Brest (Finistère) et entre à l’INA en 1929. Il opte pour la carrière de professeur d’agriculture et réussit l’examen d’entrée à la section d’application à l’enseignement en 1932.

Après un bref séjour à l’office des céréales, il est nommé professeur d’agriculture et est affecté à la Direction des services agricoles de Seine et Oise à Versailles.

En 1939, compte tenu des circonstances, il est nommé, très jeune, directeur par intérim, des services agricoles de Seine et Oise. Puis, il sera confirmé dans ce poste jusqu’en 1959. Pendant cette période, il a été membre de 2 cabinets du ministre de l’agriculture (Pflimlin et Oudet); il y fera, en particulier, l’étude du paiment des céréales suivant le coefficient “W”.

En 1959, il est nommé directeur de l’Ecole Nationale Supérieure d’Horticulture de Versailles. En 1967, il lui sera demandé d’assurer la direction par interim de l’Ecole Nationale d’Agriculture de Grignon à la suite du décès d’un autre ancien célèbre, Léon Der Katchadourian, jusqu’à la fusion de celle-ci avec l’INA en 1971.

Il participera à la création de l’Ecole d’Horticulture d’Angers et à la préparation de la fermeture de l’ENSH de Versailles en 1993.

A l’approche de sa retraite, il est sollicité pour occuper éventuellement le poste de directeur de l’INA de Paris afin d’assurer une bonne transition  au moment de la fusion INA-Paris et Grignon. En 1972, Philippe Olmer prendra la direction du nouvel INA Paris-Grignon et Etienne Le Guelinel prendra sa retraite en tant qu’ingénieur général d’agronomie. Mais avant de prendre sa retraite, il avait demandé audience au ministre de l’agriculture, Christian Bonnet qu’il connaissait bien, et lui avait fait part du caractère incomplet de la réforme des services extérieurs du ministère de l’agriculture réalisées en 1965. La création du corps d’agronomie avait pour lui un goût d’inachevé. Il faudra attendre 2002 pour aboutir à la réunion des 2 corps, sans doute, sous l’aspect devenu essentiel de la réforme de l’Etat.

Il était marié et père de sept enfants qui lui ont donné 30 petits-enfants et 51 arrière-petits-enfants.

A sa retraite, il a passé un an à Granville (Manche) à proximité de la Chesnonière, la maison de la famille Puis il est parti à Caen (Calvados) où il a suivi avec son épouse des cours à l’université du troisième âge: il a pu étudier ainsi l’architecture et le mobilier normands qui le passionnaient. Dix ans après, il est allé vivre à Versailles près du quartier Saint Louis où il avait toujours vécu avant son départ à la retraite. Après la mort de son épouse, en 1995, il s’est retiré dans la Chesnonière (à Mesnil Hue dans la Manche), où il a vécu entouré d’une partie de sa famille. Il est décédé le 28 octobre 2005. La céremonie de son enterrement a eu lieu le 31 octobre dans la petite église de Mesnil Hue et son inhumation au pied de celle-ci.

Il était officier de la Légion d’Honneur, commandeur de l’Ordre du Mérite, chevalier du Mérite Agricole.

Etienne Le Guelinel a été un des pionniers de la vulgarisation agricole moderne et l’un des premiers DSA qui avait mis en place un appareil efficace pour le progrès technique dans les plaines de Seine et Oise où les CETA furent les premiers mis en place. Il a ensuite fait un parcours exemplaire pour diriger l’ENSH et préparer la fusion aboutissant à l’INAPG.

Ajout postérieur

Il a effectué une mission en Espagne près de Saragosse pour le compte de l’OCDE vers 1960 et qui a duré environ 10 ans, comme directeur d’une école d’horticulture tenue par l’Aula Dei. A ce titre, il fut décoré par le gouvernement espagnol “commandator de numero” du mérite espagnol (un peu comme une édition numérotée).

Claude Cosson, (promotion ENH 1952-55)

Un jour, un jardin – Jour 37

Retour

Un jour, un jardin – Icono-bibliographie

Le bosquet du Théâtre d’eau contemporain

jardins du château de Versailles

 

Louis Benech, « Restitution ou réinterprétation. Les exemples des Tuileries et du bosquet du Théâtre d’eau à Versailles », in Martella Marco (dir.), L’Héritage d’André Le Nôtre. Les Jardins à la française entre tradition et modernité, Domaine du département de Sceaux -Hauts-de-Seine, 2014, p. 119-123.

La Restauration du bosquet du Théâtre d’eau, dossier pédagogique, Château de Versailles (lien).

Le Bosquet du Théâtre d’Eau, par Louis Benech & Jean-Michel Othoniel, Château de Versailles, 2014 (Youtube)

Un jour, un jardin – Jour 36

Retour

Un jour, un jardin – Icono-bibliographie

Bosquet du Théâtre d’eau, jardins du château de Versailles

 

Jérôme de La Gorce, « Carlo Vigarani et Le Nôtre : la création du Théâtre d’eau », in Patricia Bouchenot-Déchin, Georges Farhat (dir.), André Le Nôtre en perspectives, Paris, Hazan-Château de Versailles, 2013, p. 282-291.

Michel Baridon, Histoire des jardins de Versailles, Arles-Versailles, Actes Sud-Château de Versailles, 2003.

Plan de travail du Théâtre d’eau, deux dessins à la plume et encre de Chine, 1677, BNF (lien  Gallica) :

Le Théâtre, dessin-plan à la plume et encre de Chine, 1677, BNF (lien Gallica) :

Le Théâtre, dessin, 1677, BNF (lien Gallica) :

Jean Cotelle (le jeune), Vue de la partie supérieure du Théâtre d’eau dans les jardins de Versailles, gouache, vélin, vers 1688, Château de Versailles et de Trianon. (lien RMN) :

Jean Cotelle (le jeune), Vue de l’entrée du bosquet Théâtre d’eau dans les jardins de Versailles, gouache,, XVIIe siècle, Château de Versailles et de Trianon (lien RMN) : 

Anonyme, Le Bosquet du Théâtre d’eau dans les jardins de Versailles au début du XVIIIe siècle, huile sur toile, début XVIIIe siècle, Château de Versailles et de Trianon. (lien RMN) : 

Franz-Anton Danreiter, Nouveaux plans des villes, château et jardins de Versailles. Le Théâtre d’eau, dessin encre et lavis, Château de Versailles et de Trianon. (lien RMN) : 

Un jour, un jardin – Jour 34

Retour

Un jour, un jardin – Icono-bibliographie

Palais Farnèse, Caprarola, Italie

 

Denis Ribouillault, Rome et ses jardins. Paysage et pouvoir au XVIe siècle, Paris, CTHS-INHA, 2013.

Margherita Azzi-Visentini, Histoire de la villa en Italie, XVe-XVIe siècles, Paris-Milan, Gallimard-Electa, 1996. 

Braun et Hogenberg, «Caprarola arx et Horti Farnesiani», in Civitate Orbis Terrarum, vol. V, 1596-1640.

Jacques Lemercier, Scenografia generale del palazzo di Caprarola dell’illustrissimo signor cardinal Farnesio, plan, s.e., Rome, 1608, BNF (lien Gallica)

Israël Silvestre, Vue de Caprarola, estampe, XVIIe siècle, Musée du Louvre, (lien) : 

Jean-Jacques Lequeu, Maison de plaisance du Cardinal Alexandre Farnese, près Viterbe, dessin, 1777, BNF (lien Gallica)

Huber Robert, Villa Farnèse et ses jardins à Caprarola, huile sur toile, XVIIIe siècle, collection particulière.

Charles Percier, Fontaine dans le soubassement du pavillon du Plaisir dans le jardin du palais Farnèse de Caprarola, dessin, XVIIIe siècle, Institut de France, (lien)

Adrien Paris, Cascade dans les jardins du palais Farnèse à Caprarola, dessin, XVIIIe siècle, Musée des Arts décoratifs, de la Faïence et de la Mode, Marseille (lien)

Charles Percier, Pierre Fontaine, Choix des plus célèbres maisons de plaisance de Rome et de ses environs, 1809 (lien Gallica)

Un jour un jardin, jour 32, biblio

Retour

Un jour, un jardin – Icono-bibliographie

Ermenonville

Département de l’Oise, France

 

René-Louis de Girardin, De la composition des paysages, postface par Michel H. Conan, Seyssel, Champ-Vallon, 1992.

Le Rouge, Les Jardins d’Ermenonville, s.l., s.d., 1775, (lien Gallica).

 

 

 

 

 

 

 

René-Louis de Girardin, De la composition des paysages, ou Des moyens d’embellir la nature autour des habitations, Genève, 1777, (lien Gallica).

 

 

 

 

 

 

Stanislas Girardin, Promenade ou Itinéraire des jardins d’Ermenonville, Paris, Mérigot père, 1788, (lien Gallica).

 

 

 

 

 

 

Laurent Guyot, Vue du Tombeau de J. J. Rousseau, s.l., s.d. (XVIIIe siècle), (lien Gallica).

Jacques Sgard

Retour

Jacques Sgard

Paysagiste, urbaniste, enseignant

Sa formationSes principales réalisationsSon enseignementSes distinctionsSes idéesBibliographie

Jacques Sgard est né en 1929 à Calais. Il passe son enfance dans la campagne du Boulonnais. Il est le plus ancien et le plus expérimenté des paysagistes urbanistes français.

 

Sa formation

À l’âge de 18 ans, il entre dans la jeune Section du paysage et de l’art des jardins de l’Ecole nationale d’horticulture de Versailles (ENH). Elle a recruté ses premiers élèves en octobre 1946 : six ingénieurs horticoles diplômés de l’ENH qui ont fait leurs études en un an.

À la rentrée de l’année scolaire 1947-48, six autres élèves sont admis pour un an dont trois ingénieurs horticoles. Parmi les non ingénieurs, « un bachelier avec de réelles aptitudes au dessin, mais sans connaissances botaniques et horticoles » est sélectionné avec un traitement de faveur. Il s’agit de Jacques Sgard. Le directeur Jean Lenfant lui propose une année comme auditeur libre pour acquérir les connaissances horticoles nécessaires après sa sortie de la Section. Faveur (non reproductible décide le conseil des enseignants du 12 juillet 1948) qu’il mettra à profit comme « cuscute1 » après sa formation en un an.

Il bénéficia, au cours de ces deux années, des enseignements d’ateliers de l’architecte de jardins et urbaniste André Riousse, de l’architecte et urbaniste Roger Puget, de l’expérience de l’ingénieur horticole (élève de Ferdinand Duprat) Albert Audias, de l’érudition botanique de Henri Thébaud en connaissance et utilisation des végétaux, des cours de l’historienne des jardins Marguerite Charageat, de la formation technique de Robert Brice et Jean-Paul Bernard, ainsi que des cours de dessin de René Enard.

Autant de disciplines (12), qui complétaient la formation de l’ingénieur horticole auquel avaient été déjà enseignées les matières scientifiques (botanique, physique, chimie, mathématiques), biotechniques (arboriculture, floriculture, pépinières, maraichage), et économiques.

En développant l’histoire des jardins qui avait été dispensée par le professeur d’architecture des jardins, et le dessin artistique ; en conservant quelques matières techniques (nivellement, levée de plans, utilisation des végétaux dans les projets). Et surtout en créant des ateliers de projets et des cours d’urbanisme, la nouvelle formation de paysagiste était fondée sur un approfondissement de la compétence de concepteur.

À la fin de l’année scolaire, les élèves sortant (dont J. Sgard et J.-B. Perrin) obtiennent brillamment le certificat d’études de la Section. Les travaux remis donnent entière satisfaction à M. Charageat : « Ils ont valeur d’une thèse ».

Néanmoins, « on n’apprenait pas grand-chose, c’était un peu léger » juge J. Sgard, soixante-dix ans après2. Cette formation nouvelle n’avait que deux années d’expériences …

À la fin de l’année 1949, il n’avait pas trouvé le stage qui était nécessaire, suivi du concours en loge, pour obtenir le titre de paysagiste diplômé par le ministère de l’Agriculture. En novembre 1950, il est néanmoins autorisé à s’inscrire à ces épreuves. Celles-ci comprenaient une partie éliminatoire (un projet de composition à présenter sous forme d’esquisses), un projet technique et un projet de plantation entre autres pièces techniques. Il obtient le titre en 1953 (ou 1952).

Puis, après des cours par correspondance auprès de l’Institut d’urbanisme de Paris, et ayant obtenu une bourse universitaire d’étude, il part en vélo aux Pays-Bas en 1954.

Sous la conduite du paysagiste Jan This Peter Bijouhwer (1898-1974), il découvre les projets néerlandais, notamment ceux de la reconstruction, des plans de paysage et de développement rural, et des polders comme celui de l’Isselmeer. En 1958, il soutient sous la direction de l’urbaniste Jean Royer, une « thèse » de fin d’étude, intitulée Récréation et espaces verts aux Pays-Bas3

« la thèse a été un détonateur pour moi. Je sortais de la petite école de Versailles et on n’avait aucune idée de ce qui se passait ailleurs. On pensait jardins, espaces verts. On pensait à des espaces bien délimités qui n’avait rien à voir avec l’urbanisme et puis ça ne durait qu’un an. J’avais fait l’institut d’urbanisme pendant deux, trois ans et là ce n’était pas non plus une révolution ; c’était les ZUP, les grands ensembles. On faisait des projets de zones d’habitation en maquette mais il n’y avait pas de vision de territoire » .4

Il débute sa carrière avec les jeunes paysagistes Pierre Roulet et Jean-Claude Saint-Maurice, anciens élèves de la Section (entrés à la Section en 1948 et 1954) au sein de l’Atelier du paysage. Carrière qu’il avait déjà commencée seul avec le plan de paysage de la station thermale de Lamalou-les-Bains (Hérault) livré en 1955. P. Dauvergne, certifié de la Section, y sera accueilli pour son premier stage en agence en 1965. Il est probable que son intérêt pour les échelles géographiques de l’urbanisme de projet date de cette époque.

Parallèlement, à partir de la fin des années 1960, il répond aux demandes d’études paysagères pour les OREAM, avec Joël Ricorday et Pierre Pillet à Marseille (les rives de l’étang de Berre et Fos), avec Michel Citerne en Lorraine et en Alsace. Puis il intervient dans les régions de friches industrielles de l’est français à partir de 1972 pour proposer des plans de paysage.

« Les réponses émanent de recherches individuelles. Jacques Sgard s’appuie sur une série de concepts opératoires pour limiter l’extension urbaine. Dans les Vosges, il dénonce la fermeture des paysages liée à l’extension des forêts de résineux en montrant comment ce processus assombrit les perceptions de l’espace quotidien »5 .

Ses principales réalisations

1955 : Le plan du projet d’aménagement de Lamalou-les-Bains (Hérault), avec le professeur Kuhnholtz-Lordat, phytosociologue à l’université de Montpellier.

Plan du projet d’aménagement du vallon de Lamalou-les-Bains, 1955. Source: Annette Vigny, Jacques Sgard paysagiste et urbaniste, Liège, Mardaga, 1995,

1960-1990 : Espaces extérieurs de la ville nouvelle de Quétigny-les-Dijon, avec B. Lassus pour le traitement des façades.

1965 ? Parc de la Blumental (vallée des fleurs) à Sarrebrück avec G. Samel et J.-P. Bernard dans le cadre du concours du Gartenschau (exposition de jardins) de la ville.

1966-1967 : Espaces extérieurs des logements du quartier de la Maurelette au nord de Marseille avec B. Lassus comme coloriste.

« Le principe d’organisation de l’espace réside alors dans la création de places pour respecter le caractère méditerranéen de ce lieu avec un mail de platanes qui conserve la mémoire de ce territoire. Il travaille aussi sur l’implantation des bâtiments et des voies de circulation pour préserver des espaces publics qui profitent d’une situation dominante sur la ville de Marseille. » S.Kéravel.

La Maurelette, J. Sgard, B. Lassus, cl. B. Blanchon, 2007

1967-1970 : Jardins du château de Karlsruhe (Allemagne) avec G. Samel (entre autres)

« Jacques Sgard et Gilbert Samel reconduisirent en partie les parterres de broderies de style baroque tout en proposant une organisation contemporaine en lien avec le plan de 1715 et en organisant un grand demi-cercle et un miroir d’eau. Des bosquets de tilleul gommèrent les problèmes de nivellement que rencontrait le site ». C. Jacquand et al. 2010.

1970 : Jardin de sculptures du parc floral de Vincennes (Paris)

Jardin des sculptures, J. Sgard, 1970.

1967-1983 : Parc départemental André Malraux à Nanterre (Hauts-de-Seine)

En s’inspirant de ses visites scandinaves et hollandaises, il recherche le contraste entre la densité urbaine du quartier de la Défense et l’étendue des espaces ouverts, verts et aquatiques à créer.

« Le parc Malraux se protège de l’extérieur grâce à des mouvements de terrain ; sa composition s’inspire du style paysager alternant des espaces ouverts et des espaces fermés ; elle privilégie des espaces amples qui permettent d’accueillir des activités variées dont un plan d’eau avec un canal au centre, des reliefs qui permettent de varier les points de vue, des espaces de jeu, une grande colline, une plaine de jeu, une mer de sable et une pataugeoire, plusieurs terrains de sport et, pour les amateurs d’essences rares, un jardin de collection. L’autre point essentiel, c’est que, suivant le modèle scandinave, le parc n’est pas cloisonné, il est ouvert de jour comme de nuit. ». S. Kéravel. 

Le parc André Malraux (cl. Hauts de Seine tourisme)

1973 : Esplanade Charles-de-Gaulle dans le quartier Mériadeck à Bordeaux

Bassin devant la préfecture, années 19806

1978 : Parc Léo-Lagrange à Reims

« Le plus grand des parcs urbains rémois (11,8 ha) a été conçu par le paysagiste Jacques Sgard, en 1978. Il s’articule autour d’un plan d’eau qui se termine dans sa partie Est par une zone humide, traitée de façon semi naturelle, réalisée en 1997.

Cet espace très prisé des Rémois accueille diverses manifestations de plein air. Un parcours de reconnaissance des oiseaux a été installé en 2003 avec la Ligue de Protection des Oiseaux »7.

Parc Léo-Lagrange, Skate park créé en 2013, cl. Mairie de Reims

1989-1990 : Réhabilitation de la friche industrielle de Micheville, Villerupt (Lorraine) avec le paysagiste J.-C. Hardy,

1991-2000 : Parc départemental de Chamarande (Essonne)

Cl. D. Benyeta, 20058

« Propriété du Conseil général de l’Essonne depuis 1978, le Domaine départemental de Chamarande est classé au titre des monuments historiques. Dans les années 1990, plusieurs chantiers de réhabilitation sont menés. Le parc de 98 hectares est réaménagé par l’architecte paysagiste Jacques Sgard et, en 1999, les Archives départementales prennent place dans la cour et les ailes des communs du château. Le Conseil général de l’Essonne décide alors de consacrer l’ensemble du site à la culture et à la création ».

? Golf de Vacquerolles (Nimes)

1992-1993 : Jardin des sculptures du musée Rodin (Paris)

« En 1993, le jardin est restauré par l’architecte-paysagiste Jacques Sgard qui fit le choix de conserver la trame classique de celui-ci mais en y ajoutant de belles étendues de pelouse et en créant des sentiers sinueux ».9

1994- 97 : Le parc du Bois des pins à Beyrouth (Liban), financé par le Conseil régional d’Ile-de-France, avec l’architecte Pierre Neema.

Parc du Bois des pins, Beyrouth, J. Sgard paysagiste et urbaniste, cl. J.-P. et T. Le Dantec, 2019

Au cours des vingt-cinq dernières années il poursuit son activité de paysagiste libéral en se consacrant surtout à des études de « Grand Paysage », notamment pour les dossiers de candidature de la région des Causses et des Cévennes et du géopark du Beaujolais au patrimoine mondial de l’Unesco.

Ses enseignements

En 1963, il revient dans la Section comme enseignant d’atelier, appelé avec J.-C. Saint-Maurice par le directeur de l’ENSH Etienne Le Guélinel (voir ci-dessous le plan du cycle de cours qu’il a proposé), puis les années suivantes avec P. Roulet, G. Samel, B. Lassus et P. Dauvergne. Il démissionne de ses fonctions d’enseignant en 1968 au moment des grèves étudiantes et enseignantes qui affectent la Section. Surtout en raison du manque flagrant de moyens financiers et d’autonomie de la formation qui, de plus, ne dispose pas d’enseignants titulaires comme l’ENSH.

Plan du cycle de conférences : Protection et aménagement du paysage rural, J. Sgard, 29 juin 1966, archives ENSP

La proposition prévoit 1/ Paysage naturel et paysage rural 2/Les types de paysage 3/ La formation du paysage rural 4/ Le paysage rural français 5/La protection de la nature et du paysage 6/ L’aménagement du paysage 7/ La lecture des photos aériennes et des cartes 8/La phytosociologie et l’écologie comme base de l’aménagement 9/Urbanisme et aménagement régional 9/Sociologie des loisirs de plein air 10/Techniques forestières et aménagement.

De 1969 à 1974, le « schisme » naissant du « paysagisme d’aménagement » au sein de la Section du paysage de l’ENSH se traduit par la création du GERP (groupe d’étude et de recherche sur le paysage), de l’association « Paysages » en 1972, puis de la formation post diplôme du CNERP (Centre national d’étude et de recherche du paysage) en 1974 où il se réinvestit comme enseignant jusqu’à sa fermeture en 1979. Il contribue ainsi à former l’agronome Y. Luginbühl, les paysagistes A. Levavasseur, J.P. Saurin, H. Lambert et J.-P. Clarac, et l’ingénieur du Génie rural, des eaux et des forêts B. Fischesser, entre autres10.

En 1976, l’ENSP est créée après la disparition en 1974 de la Section de l’ENSH qui est réformée. J. Sgard revient alors enseigner dans la quatrième et dernière année de formation à partir de 1983. Presque chaque année pendant trente ans, il encadrera un atelier pédagogique régional (une étude paysagère en situation de commande publique réelle) et un ou deux mémoires de fin d’études.

Ses principales publications

 Jacques Sgard, Bertrand Folléa, Claire Gautier, France Trébucq, Les grands paysages d’Ile-de-France, document d’appui aux démarches d’aménagement,  Institut d’aménagement et d’urbanisme de la Région d’Île-de-France, Division Aménagement de l’espace, Ile-de-France, Préfecture de Région, Iaurif, Paris, 1995.

Il a effectué et publié de nombreuses autres études consacrées au réaménagement de carrières, aux chartes de paysage des parcs naturels régionaux, aux aménagements routiers, aux friches industrielles et aux études d’impact pour EDF.

« Ses études d’aménagement ont couvert toutes les échelles concernées : du niveau communal (plan de paysage de Lamalou-les-Bains, 1955), au niveau régional (étude d’aménagement de la côte aquitaine, 1968 ; côte de Bourgogne, 1969 ; OREAM-Lorraine, 1969-1970), en passant par l’échelon supra-communal (étude de paysage pour l’OREAM- Marseille, 1970-1977 ; Carrières de Marquise, 1991 ; Vallée d’Aspe et tunnel du Somport, 1992-1993). Différentes problématiques motivent ses réponses à des commandes publiques : la prospective (Vallon du lyonnais, 1987), la création et l’insertion des projets (autoroute A 6 à Beaune, 1969-1970 ;le périphérique ouest de Lille, 1978 ; les études d’impact EDF, Lorraine 1980-1989), la reconversion des territoires (friches industrielles de Lorraine, 1986-1990), la préservation des milieux (Les Faux de Verzy, 1989-1994) ou la conservation des paysages (vignoble alsacien, 1978-1979) ». (C. Jaquand et al. 2010)

SGARD, J., 1981, « Quel paysage et pour qui ? » In CCI. Paysages. Paris : Centre Georges Pompidou. p. 64-71.

SGARD, J., 1973, « Le Centre National d’Étude et de Recherche du Paysage », Urbanisme. n° 137. p. 67.

Ses distinctions

Grand prix du Paysage en 1994 avec Allain Provost

Ses idées11

Le plan de paysage : une cohérence des échelles spatiales d’actions publiques

Ses idées prennent leur source dans sa thèse d’urbanisme, soutenue en 1958 et analysée par la paysagiste Sonia Keravel. J. Sgard souligne l’importance politique accordée aux « besoins de délassement et d’évasion » de la population hollandaise. Les services publics veillent à établir une cohérence entre les actions publiques aux différentes échelles géographiques du territoire :

«  Dans un article paru dans la revue Urbanisme en 1960, Le délassement et l’espace vert aux Pays-Bas, un problème national, il reprend de manière synthétique le propos de sa thèse en partant du constat que les Pays Bas sont surpeuplés et que cette densité urbaine considérable pour l’époque entraîne « un puissant besoin de récréation et d’évasion de la population et l’importance de créer des lieux de délassement public pour y répondre ». (…). « Le hollandais, écrit-il, considère le besoin de délassement et d’évasion comme une fonction élémentaire et lui donne place dans les œuvres d’aménagement ». S. Kéravel.

Aux Pays-Bas, cette politique de l’espace vert et du délassement en plein air s’effectue à tous les niveaux d’autorités : communale, provinciale, nationale. Jacques Sgard fait la démonstration d’une continuité existant entre les différentes échelles de territoire depuis l’aménagement des îlots urbains d’Amsterdam ou d’Utrecht jusqu’aux polders qui sont créés sur les bords du Zuidersee ou dans l’embouchure de l’Escaut12.

Cette idée sera ensuite reprise très largement dans la formation des écoles de paysage à partir de 1976. Elle sera nommée « l’emboitement des échelles » ou, par M. Corajoud, « la descente des échelles ».

Jacques Sgard, écrit S. Keravel, explique que les parcs urbains doivent être pensés en fonction des autres espaces et en particulier des espaces naturels alentour. Il donne l’exemple d’Amsterdam qui, en 1935, a inscrit sur son plan d’aménagement 900 hectares de bois ou encore l’exemple de Rotterdam qui dispose de très peu d’espaces naturels et qui propose en revanche une ceinture verte de parcs populaires récréatifs.

« Il faut concevoir le problème de l’espace vert urbain en fonction des espaces naturels existants, écrit Jacques Sgard, les parcs urbains ou les bois doivent être pensés suivant les espaces naturels à proximité ». S. Kéravel.

Au milieu des années 1950, les plans de paysage aux Pays-Bas couvrent une surface de 270 000 hectares. Les plus importants sont le delta de la Meuse et les polders du Zuidersee au nord-est. À propos des polders le paysagiste raconte :

« Il faut imaginer le polder à sa naissance : on établit une digue dans la mer, on vide l’eau, on assèche le terrain puis on le met en culture de façon à faire un grand territoire agricole. On crée un milieu de vie: la ville, les fermes, les petits villages, les équipements sportifs etc. Ce qui était très intéressant c’est leur façon d’organiser la ville sur les espaces vierges, c’est une chose qu’on ne se représente jamais ailleurs ».J. Sgard, in S. Keravel.

En développant la démarche des plans de paysage en France, Jacques Sgard adaptera cette méthode d’accompagnement de l’urbanisation à partir des années 1990. Il retient la façon hollandaise de protéger les vides et les grands espaces, ainsi que la continuité et la capacité de synthèse des échelles cartographiques dans les régions urbaines et rurales.

« Je n’ai pas trouvé en Hollande de grands programmes ni de grandes problématiques de paysage sinon celle-ci de protéger l’espace ouvert, le vide, les peupliers tout simplement puis le bétail, tout ce qui donne vie au paysage».

Ces idées ont été reprises et développées par la suite, dans le cadre de la Convention européenne du paysage de Florence (2000), par l’Etat français.

« Le plan de paysage est une démarche volontaire, qui vise à définir un projet de territoire reposant sur la qualité, l’originalité et la richesse de celui-ci, permettant de rechercher une cohérence d’ensemble. Le paysage constitue à ce titre un élément fédérateur.

Le processus d’étude repose sur un travail en trois temps, mais avec le souci d’une concertation permanente et d’une appropriation du plus grand nombre, afin de rendre la démarche vivante et d’en assurer la pérennité.

Ces trois temps sont : 
 Le diagnostic (intégrant le constat, les dynamiques et les enjeux) 
 La définition des objectif de qualité paysagère (les bases du projet de territoire) 
 Le plan d’actions (les différentes actions à mener dans le temps pour mettre en œuvre ce plan de paysage) ». DRAE Occitanie, 2020.

Construire avec la nature

Pendant les années 1950, J. Sgard, marié à une Suédoise, fait de nombreux voyages dans les pays scandinaves. Il retient de ses visites un art de la fabrique urbaine qui n’existe pas en France, où les villes nouvelles ne sont pas encore à l’ordre du jour :

« Il visite avec grand intérêt la cité-jardin de Tapiola à Espoo au sud d’Helsinski. Ce premier projet européen de ville nouvelle réalisé après-guerre deviendra pour lui, comme pour d’autres, une référence. Le plan de Tapiola, ancré dans le grand paysage et dans la topographie existante, s’organise autour de grandes prairies qui relient tous les quartiers nouveaux ».S. Kéravel.

À Stockholm, il est frappé par la présence de la nature sauvage et la sobriété des ambiances urbaines :

« (par) les rochers arrondis et usés par les glaciers quaternaires, tous ces reliefs en dos de baleine entre lesquels poussent les pins sylvestres et la callune (qui) m’ont beaucoup impressionné. Ils affirment une présence de la nature sauvage au cœur des ensembles d’habitation qui, à une époque où en France les grands ensembles se construisaient sur des terres à blé, m’apparaissaient comme un idéal inaccessible » JS in SK.

Dans la même décennie, il met en œuvre ses références nordiques en proposant son premier plan de paysage pour un vallon à Lamalou-les-Bains,une ville thermale de l’Hérault, en s’aidant des analyses du botaniste Kuhnholtz-Lordat.

Dans le parc André Malraux à Nanterre, 25 ans plus tard, il adopte pour le boisement des buttes une palette végétale rustique qui se démarque des palettes horticoles habituelles. Ce que pratiquaient également Jacques Simon et Michel Corajoud à Grenoble.

« Pour les boisements, il utilise des espèces robustes qui sont adaptées aux remblais calcaires et une palette végétale sobre entretenue selon des techniques forestières de plantation ». SK

Enfin, dans le cadre des OREAM comme à Marseille, il privilégie la protection des espaces naturels, préconisation pionnière qui aboutira plusieurs décennies après à la création du parc national des Calanques.

« S’inspirant du modèle des plans de paysages hollandais, Jacques Sgard travaille d’abord pour l’OREAM Marseille sur le schéma de l’aire métropolitaine où il insiste beaucoup pour que soit conservé l’aspect sauvage au sortir de Marseille vers le massif des calanques » SK

Dessiner l’espace minéral

La mise en forme de l’espace ne peut pas tout attendre des préconisations des plans de paysage. À l’échelle des usagers, J. Sgard, qui a peut-être retenu les leçons d’environnement cinétique de B. Lassus, s’emploie à jouer avec les contrastes (« retardées » ?) entre les masses végétales boisées (symbole de la nature sauvage), les formes minérales propres au jardin, et l’environnement urbain, plus ou moins dense.

Avant de devenir urbaniste, J. Sgard a appris la conception et la réalisation de l’architecture des jardins à Versailles. Il fait une place importante aux formes minérales. Formes qu’il dessinent soigneusement comme dans le jardin des sculptures du parc de Vincennes, dans le parc André Malraux à Nanterre (la pataugeoire, la mer de sable), le parc du Bois des pins à Beyrouth (les buttes), ou bien des formes que le jardin accueille (les sculptures du musée Rodin).

Peut-être les reliefs en forme de dos de baleine (le parc du Bois des pins) sont-ils inspirés par la topographie naturelle de certains espaces ouverts de Stockholm ?

Pour conclure

Jacques Sgard est devenu le modèle des paysagistes d’aujourd’hui, capables d’élaborer des documents d’urbanisme pour les maîtres d’ouvrage publics et d’être également maîtres d’œuvre d’aménagements paysagers. C’était tout l’enjeu politique de la création de l’ENSP après la disparition de la Section du paysage et de l’art des jardins de l’ENSH, et celle du CNERP.

Dans la génération de ceux qui ont plus de 80 ans en 2020, il est le seul à avoir suivi une double formation d’architecte de jardins et d’urbaniste. Quelques-uns de ses élèves (Michel Desvigne, Bertrand Follea, l’Agence TER, Jacqueline Osty…) suivront ce chemin et disposeront d’une compétence professionnelle élargi en obtenant des Grands prix nationaux d’urbanisme ou de paysage.

À ce titre il est le pionnier en France du mariage de l’urbanisme et du paysagisme connu depuis les années 2000 sous le nom de landscape urbanism «Faire la ville non avec l’architecture mais avec le paysage »13.


Bibliographie

Bernadette Blanchon, « Les paysagistes français de 1945 à 1975 », Les Annales de la Recherche Urbaine,1999, n° 85,  pp. 20-29. 

Bernadette Blanchon-Caillot, « Pratiques et compétences paysagistes dans les grands ensembles d’habitation, 1945-1975 », Strates [En ligne], 13 | 2007, mis en ligne le 05 novembre 2008, consulté le 17 mars 2020.

Emmanuelle Bonneau, l’urbanisme paysager, une pédagogie de projet territorial. Télécharger.

Delbaere Denis, « Grand paysage : le projet est dans l’écart entre la carte et le terrain. Entretien avec Jacques Sgard », Les Carnets du paysage, n°20, 2010, p. 134-139.

Donadieu Pierre (édit), Histoire de l’ENSP.

Corinne Jaquand, Caroline Maniaque, Karin Helms, Armelle Varcin, Philippe Nys : Renouveler les territoires par le paysage ; aus der landschaft (um)-planen, expériences France-Allemagne, Programme interdisciplinaire de recherche DAPA/PUCA « Architecture de la grande échelle » 4e session, 2011, 208 p.

Sonia Keravel, « L’approche planificatrice de Jacques Sgard : références et réalisations » 2018. En ligne.

Fanny Romain, Sonia Keravel. Parc André Malraux, rénovation d’une aire de jeux, Nanterre : disparition de la mer de sable. Banc Public, 2019. halshs-02477440

Jean-Pierre et Tangi le Dantec, Le sauvage et le régulier, histoire contemporaine des paysages, parcs et jardins, Paris, Le Moniteur, 2019

Y. Luginbühl et P. Donadieu, Histoire et mémoire de l’ENSP et du CNERP, sur Topia.

Jacques Sgard, « Le Centre National d’Étude et de Recherche du Paysage », in Urbanisme, n°137, 1973, p. 67.

Annette Vigny, Jacques Sgard paysagiste et urbaniste, Liège, Mardaga, 1995.


Notes

1 Cuscute : petite plante parasite de la luzerne… surnom utilisé à l’ENH pour désigner les élèves en cours préparatoire au concours d’entrée à la Section.

2 Entretien avec Y. Luginbühl et P. Donadieu le 9 mai 2019.

3 A. Vigny, Jacques Sgard, paysagiste et urbaniste, Liège, Mardaga, 1995, p. 11. Voir également S. Keravel.

4S. Keravel, L’approche planificatrice de Jacques Sgard : références et réalisations par Sonia Keravel, 2018. En ligne.

5 C. Jacqand et al., 2010

6 Voir ici.

7 Voir ici.

8 Voir ici.

9 Voir ici.

10 Voir Y. Luginbühl et P. Dauvergne, « Vers une histoire du CNERP », in Histoire et Mémoire, Topia, 2019

11 D’après S. Keravel (voir ici).

12 S. Keravel, op. cit.

13 C. Waldheim édit., The landscape urbanism reader, 2006.

Magny-en-Vexin sur Géoportail

Retour

Le territoire de Magny-en-Vexin

sur Geoportail

Les cartes sont centrées sur Magny-en-Vexin (coordonnées : 49.151749 , 1.787188)
Les échelles sont celles proposées par défaut par Géoportail

Cadrage 1Cadrage 2Cadrage 3


Cadrage 1

À cette échelle, le cadastre n’est pas affichable

 

Les images mesurent 9999 x 7000 pixels (c’est-à-dire l’équivalent d’un A0 en 200 dpi environ)
L’échelle affichée est 1:17055. Cela correspond à 320 pixels pour 1 km.
La carte pédologique est différente (voir ci-dessous)

Carte topographique (19,4 Mo)

Carte géologique (24,4 Mo)

 

Registre parcellaire graphique 2018 (8,1 Mo)

Photographies aériennes 1950 (27,4 Mo)

Photographies aériennes actuelles (24,3 Mo)

Photographies infra-rouge (27,7 Mo)

Carte pédologique (3,5 Mo)

La carte pédologique (intitulée “carte des sols”) n’est pas affichable à l’échelle 1:17055. Celle présentée ici est à 1:34110, c’est-à-dire une échelle 2 fois moins grande. Pour respecter le même cadrage, elle a été téléchargée à un format de 5000 x 3500 pixels. Pour la superposer aux autres, il suffit de doubler sa résolution sur un logiciel comme Photoshop.


 

Cadrage 2 ^

À cette échelle, les limites des parcelles cadastrales sont affichables (voir plus bas).
Les numéros de parcelles n’apparaissent pas, mais il est possible de les trouver ponctuellement en utilisant la fonction “Adresse/coordonnées du lieu” (voir ici)

Les images mesurent toujours 9999 x 7000 pixels.
L’échelle affichée est 1:8528. Cela correspond à 640 pixels pour 1 km.

Carte topographique (9,6 Mo)

Carte géologique (15,5 Mo)

Registre parcellaire graphique 2018 (4 Mo)

Photographie aérienne de 1950 (22 Mo)

Photographie aérienne actuelle (20,7 Mo)

Carte des pentes (2,7 Mo)

Plan IGN (4,9 Mo)

Cadastre (13,4 Mo)


Cadrage 3 ^

À cette échelle, les numéros de parcelles cadastrales sont visibles

Carte topographique (5,1 Mo)

Parcelles cadastrales (12,3 Mo)

Cartes des pentes (6,8 Mo)

Registre parcellaire graphique 2016 (5,9 Mo)

Registre parcellaire graphique 2017 (6,1 Mo)

Registre parcellaire graphique 2018 (5,9 Mo)

 

Cadrage sur Géoportail

Retour

Définir un cadrage et une échelle sur Géoportail

Pour être certain que les différentes cartes importées soient cadrées de la même manière, il suffit de les centrer toutes sur le même point est de s’assurer qu’elles sont à la même échelle. Ces deux données sont paramétrables sur Géoportail.

Localisation

• La première série de cartes mises en ligne ici est centrée sur Magny-en-Vexin. Il a donc suffi de demander “Magny-en-Vexin” dans le champ de recherche pour s’assurer d’un centrage correct.

• La série sur la vallée de l’Aubette, en revanche, est centrée sur un point qui ne correspond au centre d’aucune commune. Les coordonnées de ce point étant “49.145, 1.755” (latitude, longitude), il a suffi d’entrer ces valeurs dans le champ de recherche.

Pour trouver les coordonnées d’un point sur la carte :
Pointez l’endroit désiré, enfoncez le bouton droit de la souris et demandez «Adresse/coordonnées du lieu»

Une fenêtre apparaît en haut à gauche. Elle indique (de haut en bas) les coordonnées, la commune, la référence cadastrale, l’altitude et le code w3w

 

Notez que vous pouvez aussi entrer la référence cadastrale dans le champ “Recherche” : cliquez sur le bouton + pour accéder à la recherche avancée et demandez “Parcelles cadastrales”.


Échelle

Tant qu’il s’agit de fichiers numériques affichés à l’écran, les échelles s’expriment en pixels / mètres (ou km). Une échelle purement métrique n’aurait pas de sens puisqu’elle dépendrait de la résolution de votre écran. Pour la traduction en échelle sur papier, voir plus loin.

Géoportail affiche par défaut une échelle de 1:17 055 (je ne sais pas à quoi elle correspond). En cliquant sur les boutons + ou – (en haut à gauche de la fenêtre), on divise ou multiplie par deux cette valeur. La molette de la souris permet d’obtenir des échelles intermédiaires, mais avec assez peu de précision. Pour obtenir une valeur précise, entrez la dans la zone de saisie (en bleu sur l’image).

 

Notez que lorsque le pointeur de la souris survole la zone de saisie, une info-bulle apparaît (ci-contre). Elle vous indique la résolution de l’image (ici : 4,78 m / pixel). Cette  échelle, bien qu’approximative, est correcte lorsque vous utilisez la commande “Imprimer” de Géoportail mais elle ne l’est pas lorsque vous utilisez la commande “Capture screenshot” de la vue adaptative.

 

Pour connaître l’échelle exacte de votre image, zoomez sur le coin en bas à gauche, cadrez la barre d’échelle (ici 200 m) et comptez les pixels à l’aide de la commande appropriée (ici commande “Afficher l’inspecteur” sur Aperçu, résultat : 64 px / 200 m, soit 320 px / km).

 

Définir une échelle sur un document imprimé

Une équivalence à retenir : 1 pouce = 2,54 cm

Si vous imprimez votre document à 200 dpi (dots per inche), cela signifie que chaque pixel occupera 1/200e de pouce (0,127 mm). Il est donc possible de calculer l’échelle métrique de ce document.

Exemples
Cadrage 1 imprimé en 200 dpi :
Échelle affichée : 1/17055
Échelle : 320 pixels / km
Largeur du document : 9999 pixels
Largeur en cm (à 200 dpi) : 9999/200 = 50″ = 127 cm
Largeur en km : 9999/320 = 31,25 km
Échelle : 1,27 m / 31250 m = 1/24606
Le même calcul donne 1/12300 pour le cadrage 2 et 1/6150 pour le cadrage 3.
Notez qu’un document de 9999 pixels imprimé en 200 dpi ne tient pas sur un format A0 (84,1 x 118,9 cm).

Cadrage 1 imprimé en 300 dpi :
Échelle affichée : 1/17055
Échelle : 320 pixels / km
Largeur du document : 9999 pixels
Largeur en cm (à 300 dpi) : 9999/300 = 33,33″ = 84,66 cm
Largeur en km : 9999/320 = 31,25 km
Échelle : 0,8466 m / 31250 m = 1/36912
Le même calcul donne 1/18450 pour le cadrage 2 et 1/9225 pour le cadrage 3.

Pour ajuster l’échelle à une valeur plus conventionnelle, vous pouvez jouer sur deux paramètres : la résolution de l’impression (facile à paramétrer sur Photoshop) ou l’échelle affichée sur géoportail.

• Résolution : une simple règle de 3 vous permet de calculer qu’en remplaçant “200 dpi” par “203 dpi”, vous remplacerez 1/24600 par 1/25000, échelle beaucoup plus conventionnelle.

• Échelle : même résultat en remplaçant 1/17055 par 1/17328

Note : n’ayant pas d’imprimante grand format, je n’ai pas pu vérifier ces résultats. Si vous pouvez le faire, dites-moi ce que ça donne…