Marc Rumelhart

Retour

Marc Rumelhart

Botaniste, écologue paysagiste et pédagogue

Son parcours Ses idées de pédagoguesUne épistémologie du vivant1

Marc Rumelhart est né à Lyon en 1951 et a passé son enfance dans le Bugey jusqu’à l’âge de 20 ans.

Son parcours

Après les classes préparatoires dans un lycée lyonnais, il se présente au concours d’entrée à l’Ecole nationale supérieure dhorticulture de Versailles où il est reçu en 1971. La même année sont inscrits en première année de la Section du paysage et de lart des jardins : Alexandre Chemetoff, Alain Marguerit et Gilles Vexlard. Cette même année, M. Corajoud et Jacques Simon commencent à enseigner dans les ateliers à la rentrée de l’année scolaire 1971-72.

Puis, il choisit une spécialité de malherbologie avec le professeur de botanique et d’écologie végétale, Jacques Montégut, qui deviendra son mentor et un modèle admiré.

« La perspective d’une année avec Montégut suffisait à mes ambitions. Je n’ai jamais regretté ce choix car je lui dois ma vocation de botaniste écologue, et bien des partis pris pédagogiques. Hormis une laborieuse initiation à la recherche, et quelques cours suivis à l’Agro, je passais beaucoup de temps à accompagner les pérégrinations du maître ».

« Comme nous n’étions, hélas, pas toujours dehors, j’ai beaucoup appris en mettant de l’ordre dans l’herbier, en manipulant les échantillons rapportés des sorties, et en indexant la littérature botanique et malherbologique. Mais aussi en préparant avec les techniciens du matériel didactique vivant, car Montégut faisait beaucoup manipuler. Semis, rempotage, repiquage, arrosage, étiquetage : de ces précieux gestes jardiniers, j’ai plus appris là qu’en deux ans d’horticulture. Des équipées délocalisées en région, je rapportai grand butin : l’exploration partagée de territoires et de leurs usages donnait une clé pour entrer dans la conversation généreuse et cultivée du patron, ce grand savant. »

Son diplôme dingénieur horticole en poche en 1974, il part en coopération militaire à Djelfa sur les hauts plateaux algériens, où il fait venir J. Montégut. Celui-ci le recrute pour lui succéder dans les enseignements de la nouvelle ENSP qui vient douvrir ses portes.

En 1976, il est affecté, comme maitre auxiliaire, à l’ENSH et mis à disposition de lENSP. Pour parfaire sa formation, J. Montégut loriente vers un DEA d’écologie végétale à l’Université d’Orsay quil suit en 1977 :

« Je trouvais à Orsay (université de Paris-Sud) un bel enseignement d’écologie végétale, adapté à mes besoins. Autour de Marcel Guinochet se concentrait un renouveau de la phytosociologie. En appui à un cours de phytoécologie générale de haut niveau, Georges Lemée nous faisait bénéficier de ses résultats sur les écosystèmes des réserves biologiques de Fontainebleau. L’encadrement serré de leurs collaborateurs (Solange Blaise, Jean-Paul Briane, Jean Guittet, Jean Lacourt, Aimé Schmitt) avait installé parmi les étudiants un esprit d’équipe stimulant. M. Guinochet par sa hauteur de vues et sa posture de systématicien, Lemée par la tonicité et la transversalité de ses apports, y compris in situ, ont élargi mon approche de l’écologie scientifique. J’ai acquis rapidement une gamme étendue de références méthodologiques et de terrain. En outre, je pris pied cette année-là dans l’Amicale de phytosociologie, que j’allais accompagner une quinzaine d’années ».

À l’ENSP, il rencontre à la rentrée suivante Pierre Donadieu, lui aussi ingénieur horticole (entré à l’ENSH en 1965) et titulaire dun DEA d’écologie en 1970 (à l’Université de Montpellier). J. Montégut lavait recruté au Maroc à l’occasion là aussi d’inépuisables excursions botaniques dans le Moyen Atlas et le Haouz de Marrakech. Il dirigeait le département d’écologie végétale, de bioclimatologie et de pastoralisme à l’Institut agronomique et vétérinaire Hassan II de Rabat.

De 1977 à 1986, ils créent et gèrent ensemble le département d’écologie et le laboratoire d’écologie. Dans le cadre du département ils prennent en charge avec Roland Vidal les enseignements de botanique et d’écologie végétale des trois premières années de lENSP. Ils reconduisent, au moins au début, une grande partie de lenseignement de J. Montégut dont ils avaient été les élèves, et tout particulièrement les excursions, les travaux pratiques, les polycopiés et les herbiers. Dans le cadre du laboratoire, ils répondentà des demandes d’études écologiques issues le plus souvent de paysagistes et de bureaux d’études.

Ils participent au concours du parc départemental du Sausset (93) et M. Rumelhart assiste M. et C. Corajoud pendant les vingt ans de réalisation du parc.

Le parc du Sausset, stratégies bocagères, 1980

Après une période de crise, labandon du projet d’Institut français du paysage en 1985, les départs, momentanés ou définitifs, de nombreux enseignants dont Pierre Donadieu, Gilles Clément, B. Lassus et A. Provost, et après la nomination de Michel Corajoud comme maitre de conférences titulaire en « théories et pratiques du projet de paysage », en 1987, M. Rumelhart est nommé maitre de conférences titulaire en« écologie appliquée au projet de paysage ».

Dans son département, il met en place une nouvelle équipe denseignants. Dabord en sassociant avec le paysagiste Gabriel Chauvel (qui s’était inscrit à la Section en 1970) afin de reprendre lenseignement dutilisation des végétaux que ne dispensait plus Gilles Clément.

G. Chauvel

M. Rumelhart revient sur cette période de mutation de lENSP :

« Michel Corajoud (avait reçu) une lettre d’un ancien étudiant de la section du paysage, qui exprimait le désir de renouer avec l’univers d’échanges d’expériences et de débat que représentait pour lui l’école, après une douzaine d’années de pratique professionnelle trop isolée. Connaissant mon inquiétude (relative à l’enseignement d’utilisation des végétaux), Michel Corajoud organisa une rencontre avec Gabriel Chauvel dans son village introuvable des bords de Vilaine, près de Redon. Mais il laissa ce soir-là si peu de place à la parole de son élève que je n’eus d’autre choix que de faire confiance à l’intuition du maître bavard, longuement argumentée pendant le voyage de retour. Bien m’en prit. Gabriel Chauvel est un expérimentateur de première catégorie, un inventif détonnant et un bricoleur génial. En outre, quoiqu’il s’en défende, il aime et sait écrire, et possède l’art de résumer une pensée ou une découverte par une formule concise d’une efficacité didactique redoutable. Nous avons presque immédiatement accordé nos violons. »

Ils mettent en place de nouveaux exercices pédagogiques pour inventer un enseignement du jardinage au Potager du roi :

« Je ne sais même plus qui a proposé le premier d’offrir aux élèves une pratique jardinière, mais le fait est que, dès le printemps 1986, celle-ci se mettait en place dans un coin déshérité du Potager du roi, sur un épandage de vases de curage ».

Puis il recrute un ancien élève, Alain Freytet, diplômé en 1984.

A. Freytet

«Il mettait au service de notre enseignement ses talents variés : dessinateur, cartographe, naturaliste et… pédagogue. Ils ont superbement dynamisé et diversifié nos activités de lecture de l’espace et de diagnostic paysager. J’ai déjà évoqué ailleurs quelques-unes de ses qualités professionnelles. Promoteur convaincant de la spécificité des paysagistes, mais familier du travail interdisciplinaire, il en tire un enthousiasme, une aptitude à l’encouragement qui font accepter par les élèves l’exigence forte de ses attentes de production. Avec lui, je n’ai pas peur de prétendre que nous avons érigé au rang d’un art savant la conception des excursions et des voyages pédagogiques, et l’apprivoisement de la géologie et du relief par les futurs paysagistes ».

Avec la création par P. Donadieu et A. Fleury du laboratoire de recherches de l’ENSP en 1993, il s’oriente un temps vers la recherche scientifique et dirige un programme pluridisciplinaire de recherches du Ministère de l’Environnement Recréer la nature (1999-2000)2. Puis il se consacre totalement à l’enseignement et infléchit l’activité pédagogique et de recherche de son département vers les ethnosciences. En 2007, il recrute la jeune ethnoécologue Pauline Frileux3 comme maitresse de conférences appelée à lui succéder. Il prend sa retraite d’enseignant en 2013, sans cesser son activité jardinière au Potager du roi avec ses collègues et anciens élèves, mais en froid avec la direction de l’école du fait d’un litige sur sa succession.

S’étant totalement dévoué à l’enseignement, sans faire une place suffisante à la recherche académique comme le souhaitait la tutelle ministérielle, il a entretenu avec la Direction générale de l’enseignement et de la recherche du ministère de l’Agriculture, et surtout avec la CNECA (commission nationale des enseignants chercheurs) qui avait bloqué son avancement de carrière, un dialogue de sourds4.

« Mais la vexation, je dirais même l’injustice, la plus forte c’était, à mes yeux, la déconsidération des enseignants non ou peu chercheurs dont je comprenais bien que je « jouirais » à vie.

S’est alors ancrée dans mon crâne une conviction qu’on a le droit de juger libertaire et soixante-huitarde, mais que j’ai emmenée jusqu’à ma retraite. « Vous ne voulez pas reconnaître mes qualités d’enseignant ou plus exactement les traduire dans ma progression de carrière ? Surtout, vous ne voulez pas considérer le cas particulier de cet enseignement-là, qu’il a fallu monter de toutes pièces, à partir de presque rien (sinon un glorieux passé riche d’enseignements, mais pas directement resservable ? Alors, vous n’aurez plus d’autre rapport d’activité venant de moi. Même pas l’obligatoire quadri-annuel. Surtout demandé à la période de l’année où un vrai enseignant de « matières du dehors » est le moins disponible. »5.

Ses distinctions6

Membre de la commission supérieure des monuments historiques,

Membre de la commission nationale des enseignants chercheurs du Ministère de lAgriculture, section 2, Milieux, organismes, populations.

Ses idées de pédagogue 

Il y a eu deux périodes principales dans la carrière de Marc Rumelhart : avant et après 1986.

Avant 1986

Jusqu’à la crise étudiante et enseignante qui fut marquée par l’abandon du projet d’institut français du paysage en 1985, son enseignement reste fidèle à l’héritage scientifique de Jacques Montégut. Les sciences écologiques, phytogéographique et phytosociologiques sont pour lui comme pour Pierre Donadieu des fondamentaux incontournables. Même s’ils savent qu’il leur faut adapter cette connaissance académique et abstraite à l’exigence d’action du métier de paysagiste concepteur.

« Notre préoccupation commune était d’adapter notre offre à ce que nous comprenions des compétences attendues des paysagistes DPLG. Problème : nous étions en même temps, à notre place, en train de les profiler ! ».

Colloque de phytosociologie, 1988

Avec R. Vidal, ils vont beaucoup s’intéresser à la botanique ornementale. À la phénologie des végétaux, notamment, convaincus à l’époque que le choix d’une palette végétale pour un projet dépendait, entre autres critères (taille, port, feuillage persistant ou caduque …) d’une bonne connaissance des dates et des périodes de floraison ou de fructification. Domaine qu’enseignait également Gilles Clément, mais du point de vue du praticien. En fait ils parlaient de la même chose mais à la manière des botanistes. La coordination pédagogique n’était pas encore au point.

Les arbres feuillus, M. Rumelhart et R. Vidal, 1991.

« Une demi-douzaine de séances saisissait les optimas phénologiques successifs de l’année scolaire pour introduire des points de systématique ou de biologie en rebond dune excursion appropriée :
– morphologie foliaire, feuillus au stade feuillé ;

– végétaux inférieurs et Éricacées ;
– reconnaissance hivernale des feuillus, larbre et larborescence ;
– Gymnospermes ;
– flore vernale, formes biologiques et indicateurs écologiques ;
– TD de floristique, Graminées.
Avec Roland Vidal, nous arpentions le terrain pour préparer les expositions d’échantillons suivies de tests de reconnaissance qui prolongeaient les sorties. Nous avons constitué rapidement un herbier de rérence, enrichi les polycopiés existants (notices géologiques, listes floristiques) et amendé certaines des clés didentification trop concises quavait rédigé Montégut »

Marc Rumelhart avait compris comme J. Montégut quil fallait introduire lespace géographique concret dans les cours, alors que le modèle de l’écosystème fonctionnel des frères Odum7 sur lequel était fondé l’écologie générale restait très abstrait :

« Estimant devoir offrir aux élèves de deuxième année un savoir écologique plus construit, je puisai dans mes acquis en gestation pour bâtir un cours d’écologie générale et écosystémique. Aux classiques facteurs et agents climatiques, édaphiques, biotiques et anthropiques, j’ajoutai, à l’instar de Montégut, le tiroir commode du topographique qui permet d’évoquer les groupements pionniers : dunes, éboulis, tourbières, adventices des cultures ».

Il faut apprendre, disaient les paysagistes, à lire un paysage. Mais, en dehors de l’analyse phytoécologique (ce qu’apprenaient les plantes indicatrices) qu’ils connaissent bien, ils s’aperçoivent qu’il existe d’autres savoirs à transmettre, tout aussi pertinents. Ils vont chercher ailleurs, à l’Agro, des compétences qu’ils n’ont pas en géomorphologie et en sciences des sols :

« L’enseignement actuel de “lecture de l’espace”, par exemple, doit une fière chandelle au coup de main que nous ont donné Yves Peyre et Bernard Fournier, de l’INA-PG, pendant deux ou trois ans, pour monter un enseignement actif de lecture des caractères physiques d’un territoire. C’est avec eux que j’ai compris quels bénéfices on peut espérer du commentaire de travaux menés par des élèves aux niveaux d’information disparates ».

Peut être influencé par la théorie de la forme (la Gestalt Theorie) : le tout est différent de la somme des parties, P. Donadieu se demande comment renouveler l’analyse des paysages, non par les listes de plantes de l’Ecole phytosociologique zuricho-montpellieraine qui restait leur méthode de recherche préférée, mais par la description des structures végétales d’un site :

« C’est sur une sienne idée que nous avons initié l’exercice de “Levés de structures végétales”, aujourd’hui valeur sûre de notre enseignement d’utilisation des plantes. Initialement, chaque élève devait étudier, sur vingt motifs d’assemblages végétaux, en situation urbaine ou para-urbaine, les relations entre leur organisation spatiale et leurs ambiances, usages et fonctions ».

Quand un nouveau programme pédagogique est voté en 1986, est affirmé en même temps le principe d’une relation plus complémentaire qu’avant entre les ateliers et les autres départements : arts plastiques et techniques de représentation, techniques de projet, sciences humaines et sociales. Changement qui fut concrétisé par l’évolution du nom du département : « Écologie appliquée au projet de paysage ». En pratique l’enseignement s’éloigna du paradigme des fonctionnalités écosystémiques et des équilibres écologiques, pour retrouver, en tâtonnant, un référent un peu oublié : la réalité matérielle des paysages et des lieux telle qu’elle se présentait à la sensibilité des étudiants paysagistes. L’équipe enseignante fut modifiée avec l’arrivée de deux paysagistes G. Chauvel et A. Freytet.

Au même moment la direction des départements commençait également à changer au profit de jeunes paysagistes : O. Marty en arts plastiques succédait à Daniel Mohen et quelques années plus tard M. Audouy prenait en main le département des techniques.

Après 1986

Jusqu’à la fin des années 1990. M. Rumelhart ajouta aux exercices pédagogiques issus de l’héritage de J. Montégut, ceux qu’avec G. Chauvel ils menaient dans le Potager du roi dans des placettes de jardinage confiées pendant trois ans aux étudiants. En 1999, ils en tirèrent une philosophie originale qui faisait un large écho à la pensée « pratique » des projets des paysagistes8.

Ils adoptent un point de vue qui privilégie la subjectivité de l’observateur, aux dépens des concepts de connaissance, et le savoir propre du paysagiste projeteur qui écoute ses propres intuitions et expériences.

« Une écologie du projet devrait tendre à privilégier l’intérêt pour le el aux dépens du virtuel, le raisonnement inductif plutôt que la démonstration déductive, la phénoménologie plutôt que la modélisation, le fait local avant la règle gérale. Mieux que le long cours et le vol direct, le cabotage et la pégrination sont complices des tendances didactiques qui irriguent majoritairement les pensées et les pratiques paysagères. Mais, comme la démarche de projet, cette attitude impose une contrainte spécifique : elle doit être expérimentée.

En incitant à une pratique, nous divergeons dautres institutions qui, plus disposées à diffuser des méthodes et des règles, donnent bien vite au quidam le sentiment d’être promu spécialiste… au risque dengendrer la réponse toute faite, la recette ou la géralisation – mères de bien des vices paysagers.

Constatant que le concours d’entrée à l’école sattachait à l’hétérogénéité des profils d’étudiants recrutés, et non à leur nivellement par des savoirs abstraits, ils donnent la priorité à l’appropriation personnalisée de savoirs utilisables dans les projets :

« Certains arrivent avec des réponses (à leurs questions) : d’abord surpris qu’il en existe d’autres, ils peuvent découvrir le plaisir et l’efficacité de la reformulation des questions. Nous les invitons à observer et à décrire fidèlement le réel, sur une palette restreinte de cas concrets bien choisis. Moins confortable qu’un catalogue d’énoncés magistraux, ce pari vise à fonder plus durablement savoirs et savoir-faire. Sitôt quitté le mode univoque qui, à une question, souffle une réponse, s’ouvre la soif inextinguible de reconstruire son propre bagage, garante d’une adaptabilité salutaire (si l’on place le niveau d’ambition professionnelle au-delà du copier-coller) (…)

Alors ils découvrent avec quelles petites satisfactions peut samorcer progressivement leur bagage, et donner place périodiquement aux engrangements nouveaux. Nous voici envers eux le devoir de lethnologue : respecter chaque taxonomie vernaculaire ».

Ils sengagent fermement dans la construction collective des savoirs individuels (le compagnonnage) :

« Cette somme de regards différents sur un même objet devient un bien commun, à partir duquel nous pouvons alors, en salle, du côté de la pratique, offrir une approche plus confortable, à d’autres échelles de perception, et de plus amples possibilités de recherches documentaires ; ou encore susciter, après un bref travail de mise en forme, le partage entre les étudiants par la restitution collective des observations de terrain ; du côté de la théorie, exposer un point de vue élargi, un éclairage différent, ou présenter des résolutions différentes de questions analogues. ».

Réfutant l’idée commune que des bases scientifiques de connaissance biologique sont indispensables à ce niveau d’études paysagistes, M. Rumelhart plaide pour un savoir et un savoir-faire finalisés par lexpérience de la conception du projet de paysage.

« Sortir dans la rue ou dans la campagne livre mille exemples d’installations végétales, parfois riches en espèces, conçues par des créateurs “connaissant” bien les plantes, et qui se révèlent médiocres quant à l’espace ou aux effets produits, ou peu adaptés au contexte écologique ou gestionnaire. Symétriquement, nous avons parfois été très heureusement surpris, visitant les réalisations de nos anciens élèves, d’y trouver la manifestation de réflexions très fines sur l’usage des plantes ou sur la création d’écosystèmes artificiels aimables et durables. Ce n’est sans doute pas à l’école qu’ils en avaient acquis tous les mécanismes, mais nous voulons croire que nous avons contribué à leur en donner le désir ; ce n’est pas si simple qu’il paraît et, en tout cas, ce n’est pas mineur.

Depuis que nous avons abandonné l’enseignement spécifique de la biologie végétale, au profit d’un développement de la formation à l’utilisation des plantes, on nous reproche chroniquement son “absence” – formulation excessive de sa réduction-dispersion. Au point que les permanents corvéables exorcisent parfois cette culpabilisation en dispensant des cours facultatifs, acrobatiques et matutinaux, de biologie et de botanique au succès variable, mais émouvant. Quand les collègues insistent, je leur demande de donner du “temps-élève” pour étancher plus officiellement cette soif de culture biologique. Cela relativise immédiatement les reproches. »

 

« Le Transformateur ne perd rien et créé en transformant tout »

Le site du Transformateur à Saint-Nicolas de Redon (44), un projet de recherche action initié par M. Rumelhart avec G. Chauvel et leurs étudiants9, en 2004.

Les innovations pédagogiques et de recherches de M. Rumelhart et de ses collaborateurs nont pas été reconnues par ses pairs de la section 2 (Milieux, organismes, populations) de la CNECA. Pourtant, elles étaient et restent fondées sur une critique empirique de la production des savoirs du vivant parfaitement recevable.

Une épistémologie du vivant

Contrairement à ses pairs scientifiques en écologie du paysage et autres sciences de l’environnement, M. Rumelhart et ses associés paysagistes sont les héritiers de l’art des jardins et du paysage. Leur mission est de former des professionnels du paysage, des paysagistes concepteurs, et non des écologues. Il leur faut donc trouver un équilibre entre sciences cognitives, biotechniques et arts du projet de paysage et de jardins. Et être attentifs à « nouer des relations entre les regards cognitif et sensible, objectif et poétique ».

L’enjeu est de taille, puisque leurs expérimentations pédagogiques audacieuses visent à réunir ce que la culture des sociétés « naturalistes » (selon l’anthropologue P. Descola, 2005 ) dissocie depuis deux siècles : la nature et la culture, autant que le sujet et l’objet, la sensibilité et la raison10. Au profit de l’efficacité de l’action et du progrès économique et social, mais aux dépens des relations affectives et symboliques à l’espace et à la nature qui deviennent un souci marginal de l’aménagement de l’espace.

« Si l’on veut un instant explorer l’épistémologie de cette “discipline”, projeter avec des plantes mobilise évidemment des sciences comme la botanique, la biologie, l’écologie végétale, mais aussi des ingénieries et techniques variées comme l’horticulture, l’arboristerie, la foresterie, l’agronomie, le pastoralisme, etc. Quand on a cité tous ces emprunts, on n’a toujours pas parlé de ce qui fait paysage dans le vivant et qui doit pouvoir se ranger du côté de l’esthétique. En réalité, il est bien question de revendiquer une part de l’héritage de l’art des jardins, ce champ vaste et inclassable qui résume à lui seul tout le reste. Plus sagement, on peut admettre que l’art de créer, avec des végétaux et des animaux, des espaces, des usages, des fonctions, des ambiances, etc., s’étudie et s’enseigne efficacement, aujourd’hui, en adoptant le point de vue interdisciplinaire de l’ethnoécologie, science des relations entre les hommes et leur environnement. A condition d’y inclure implicitement la dimension créative de ces relations. ».

Ce point de vue signifie que la compétence spécifique du paysagiste concepteur est de savoir « faire paysage ou jardin ». Une habilité hybride qui ne peut se transmettre que par une pédagogie originale s’attachant à la personne apprenante autant qu’à son inventivité. Elle s’appuie sur l’héritage des peintres impressionnistes (peindre sur le motif) autant que sur l’aptitude à « changer les regards », à voir et faire voir le non vu, et à accompagner la transformation matérielle des sites. L’intention ambitieuse du projeteur y est essentielle, qui a appris comment inscrire son action à des échelles territoriales et des temporalités différentes (du juridique à la création jardinière, de l’éphémère au siècle).

« Nous avons commencé à explorer, pour chacun des trois grands dispositifs spatiaux que sont le couvert, le découvert et la lisière, comment les motifs d’assemblages spatiaux préconisés (et les conduites associées) servent des intentions : jalonner, border, garnir, guider, montrer, protéger, clore, abriter, ombrager, produire (du bois, des fruits, du foin…), etc. Le corpus est énorme, et l’on trouve à chaque plongée de nouveaux éléments d’éclairage ».

M. Rumelhart a formé des paysagistes aptes à « créer des espaces vivants » qui « font paysage », c’est-à-dire qui provoquent les affects et portent les messages correspondant en principe aux intentions du paysagiste, mais pas seulement. Celui-ci s’appuie sur une subjectivité partageable11 qu’il suppose commune aux partis-prenantes du projet.

Selon qu’il est créateur ou gestionnaire d’espace, les intentions peuvent différer. L’ENSP a choisi de former surtout des créateurs, et non en priorité des gestionnaires comme aujourd’hui à Agrocampus ouest centre d’Angers. C’est pourquoi la connaissance utile doit être créée par l’observation des créations des projets réalisés. Autant en principe que par les études scientifiques menées par l’institut professionnel Plantes & Cités d’Angers.

« Décrivant la structure horizontale et verticale d’un assemblage végétal, sans se priver d’enquêter et de se documenter, on peut comprendre les processus expliquant sa forme et son fonctionnement actuels, mais aussi l’histoire des interactions entre les végétaux constitutifs, et celle de leur conduite par l’homme. On devient alors capable de mieux faire le chemin inverse : anticiper au prix de quelles actions telle plantation pourrait produire tel motif de paysage dans dix, vingt ou cinquante ans. Nous avons abandonné, et pas encore su reconstruire, l’approche systématique par “milieux” du jardin, enseignée dans les années 1980 et 1990. Quoique nettement plus écologique, par le recours à la notion de groupement végétal adapté, elle finissait par trop ressembler aux catalogues botaniques si peu stimulants de nos parcours horticoles. ».

Pour trouver le moment pédagogique approprié à l’étude précise du milieu vivant envisagé, végétal en général, les enseignants du département d’écologie ont fini par faire admettre aux ateliers de projet (très autonomes) les dispositifs pédagogiques dinterfaces puis de postfaces. Plus récemment un atelier de première année a été consacré à ce sujet.

« Jusqu’en 2007-2008, une sorte de pratique simulée s’obtenait en isolant artificiellement, dans la pratique de projet, la part qui concerne les végétaux et, plus largement, la constitution de milieux accueillants pour le vivant. Nous appelons postfaces et interfaces ces exercices de “projet végétal” de trois jours, greffés en cours d’avancement sur des ateliers de projet propices. Depuis lors, nous animons en première année le nouveau troisième atelier, intitulé selon les contextes “conduire le vivant” ou “inviter le vivant” avec pour sous-titre “le droit à l’erreur”. Etat des lieux, visites de références, esquisses rapides, ».

La pensée de M. Rumelhart et de son équipe sest positionné entre sciences écologiques et art des jardins et du paysage, non loin de celle du paysagiste G. Clément (argumentant le « génie de la nature »). Tenir compte du « déjà là » appartient à la doxa de lart des jardins, sinscrire dans les transitions écologiques et climatiques du XXIe siècle relève de la conscience citoyenne de chacun, élève ou enseignant. De tous points de vue, la démarche mise au point est le résultat d’une recherche persévérante d’intérêt général. Elle aurait mérité une reconnaissance plus appuyée de la part de la puissance publique.

« Apprendre à agir, pour nous, veut dire d’abord tirer un parti optimal des ressources existantes. C’est dans ce sens que le partage entre analyse et projet est lui aussi artificiel.

Quand nous aidons les élèves à savoir lire l’espace, ce n’est presque jamais sans les inviter à qualifier les dynamiques en route, les enjeux, les évolutions possibles et à s’interroger sur les formes qu’elles peuvent prendre, c’est-à-dire sur les projets en gestation. Quand, à l’inverse, nous aiguisons leurs outils de création et de construction, ce n’est presque jamais sans exiger qu’ils disent en même temps précisément de quoi l’on part et comment on le fait bouger.

Malgré l’écologisme ambiant, ou peut-être à cause de ses idéaux trop exclusivement conservateurs, nos sociétés n’ont pas fini de se débarrasser du formalisme en matière d’aménagement et de gestion de l’espace. A travers les choix techniques que nous enseignons, notre mission première consiste, sans brider la créativité, à éveiller l’amour de la transformation complice, de la récupération maligne, de l’installation durable (car rajeunissable), de l’économie d’énergie. L’écologie n’est pas loin… mais le jardinage non plus ! ».

En 2019, M. Rumelhart a aidé les enseignants à installer des haies plessées, des frênes voués à un destin de « trognes » et un troupeau de moutons au Potager du roi. La lutte continue

Une dernière dégustation littéraire :

« Lors nous pourrons expérimenter, puis décrire, formuler, et finalement (pour commencer !) ranger sur l’étagère nos bocaux de perceptions pédestres en les classant bien comme il faut. 
– Auriez-vous un échantillon de crissant ? 
– Vous pensez au crissant graveleux, ou sableux ? 
– Non, je songeais plutôt au crissant agréable, voyez quand il y a des brindilles … 
– Vous voulez dire du crissant organique, peut-être ? Le dernier congrès de pédopédie a rangé cela aux côté de l’émietté, considérant les liens phylogéniques avec le craquant.
– Ah ! … [Elle réfléchi, dubitative.] Dites, j’aurais bien pris aussi un peu de pitrougne …
– [Il rit.] On ne dit plus “pitrougne” depuis belle lurette. mais je vois ce que c’est : vous aimez cette boue claire qui s’inflitre entre les orteils, hein ? 
– [Elle rougit.] Oui, on ne sait jamais bien quand ça va s’arrêter, mais ça ne craint pas grand chose – sauf à rencontrer une de ces grosses moules d’eau douce. Non, le seul truc qui me gêne, ce sont les herbes. 
– Quoi, les herbes ? 
– Oui, les herbes du bord : quand elles dépassent, ça va, on voit ce qu’on touche, mais les espèces de nénuphars sans feuilles, là, tout gluant, et les algues, beuh … 
– On fait des muddy footcakes déglués, vous savez ! 
– ?? 
– Oui, sans le toucher végétal. Garantis ‘boue minérale’. C’est un label bio.
– Ah ? Je veux bien essayer, tiens. Alors … donnez-moi une pitrougnette sans gluant, bien affiné ; et deux crissants », Les Carnets du paysage, n° 13 & 14, p. 148.

Pierre Donadieu avec le concours de M. Rumelhart

Mars 2020

Publications :

Gabriel Chauvel et Barbara Monbureau, « Eloge du flou végétal : quen pensent les vaches du Transformateur ? »Les Carnets du paysage, n°19, 2010, 135-159.

Alain Freytet, « Carte et paysage, linvention dun monde sensible de représentation des pays, des sites et des lieux », Paysage et aménagement, n° 32, 1995, 27-37

Alain Freytet et Marc Rumelhart, « Une tranche de persuasion massive : le bloc diagramme », Les Carnets du paysage n° 20, 2010-11, 31-42.

Marc Rumelhart, Préface de L’année du jardinier de Karel Čhapek (1890-1938), Berlin, Cramer, 1991,

Marc Rumelhart, « Mouvoir le jardin (gestes pour jardiner), plate-bande annonce d’une hortochorégraphie en gestation », Les Carnets du paysage n° 9-10, 2003, 69-101,

Marc Rumelhart et Alain Freytet,  «Cairns en marche» : « Mise en jambes pour sortir des sentiers battus », Les Carnets du paysage, 2004, 109-111,

Marc Rumelhart, « Oh ! les plantes avec les pieds ! » Les Carnets du paysage, n° 13-14, 2007, 131-149,

Marc Rumelhart, J. Baudry, P. Blandin, F. Burel, M. Toublanc, « Comment rapprocher l’écologie du paysage et le projet de paysage ? », Les Carnets du paysage n° 19, 2010, 29-56,

Marc Rumelhart, Une vie denseignants au service des paysagistes, Expériences de paysage, conférence FFP, Paris, http://www.paysage.tv/609_p_40448/marc-rumelhart-conference-du-28-janvier-2012.html,

Marc Rumelhart, Sueurs froides au Salève en 1775. Morceaux choisis du Journal de Voyages de T. Blaikie”, Les Carnets du paysage, n° 22, 2012,

Marc Rumelhart, Eugénie Denarnaud et Sarah Sellam, « La vie sous presse, recrudescence de lherbier paysagiste », Les Carnets du paysage n° 26, 2014, 63-68.


Notes

1 L’essentiel de ce texte est tiré de l’article biographique publié par M. Rumelhart dans les Carnets du paysage n° 20 en 2010 : http://www.ecole-paysage.fr/media/ensp_fr/UPL8273023605893900080_Article_Carnets_du_paysage.pdf

2RUMELHART (Marc) ; GIRARD (Colette) ; MOISAN (Hervé) ; GILIBERT (Jacques) ; RAICHON (Camille) ; THIEBAUT (Luc) ; GUITTET (Jean) : Quelle nature aujourd’hui pour les anciens paysages pastoraux ? Patrimoine écologique et paysage, moteurs de création de nouvelles natures rurales périurbaines. Rapport final. Versailles : ENSP, 2000.- 184 p.http://isidoredd.documentation.developpement-durable.gouv.fr/document.xsp?id=Temis-0086334&q=%28%2Bdate_creat%3A%5B2016-04-02+TO+2017-04-02%5D%29&n=147&sort=&order=

3 P. Frileux avait préparé son doctorat avec l’ethnologue Bernadette Lizet, professeure au Muséum national d’histoire naturelle. La collaboration avec M. Rumelhart à l’ENSP était ancienne.

4 Le livre d’or et la fête « Chaulhart » organisée au Potager du roi au moment de la retraite de G. Chauvel et M. Rumelhart ont été une marque de reconnaissance très appréciée. Des centaines d’anciens étudiants sont venus lui témoigner leur dette.

5 Lettre à P. Donadieu du 14 mars 2020.

6 Hors médailles.

7 H.T. Odum, 1953, Fundamentals of Ecology, with Eugene P. Odum, (first edition).

8 Texte repris dans l’article des Carnets déjà cité.

10 Analyse qu’a faite également le géographe et philosophe Augustin Berque depuis 1987.

11 Ce concept a été développé par P. Aubry, in Mouvance, 70 mots pour le paysage, (Berque A., édit.) éditions de la Villette, 2003.

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *