Enjeux paysagers, acteurs et politiques – Attendus et guide de présentation

1) Relecture globale et correction du livret des paysages (UE Atlas)

À partir des remarques et corrections apportées par les relecteurs, et de votre propre prise de recul, vous complèterez le livret réalisé au 1e semestre en veillant aux points suivants :

  • L’introduction : présenter le territoire d’étude, les auteurs du livret, la méthode de travail
  • Les unités de paysages : actualiser les descriptions si de nouvelles données vous ont été transmises lors de vos retours sur le terrain ; apporter toute correction de forme pour renforcer la lisibilité et l’appropriation du document. (ex : chaque unité est introduite par une carte de situation simplifiée ou un extrait de la carte des paysages ; l’orthographe est corrigée ; les toponymes sont ajoutés sur la carte(s), les photographies sont légendées, les sources citées, etc.)
  • La conclusion qui sera complétement reprise à la lumière de l’ensemble du travail des deux semestres : elle récapitule les résultats de l’enquête sur les enjeux, et énonce quelques messages clairs sur ce qui importe pour l’avenir de ces paysages, jusqu’à d’éventuelles pistes de projets, ou des principes d’aménagement sur lesquels les acteurs locaux doivent veiller.

Notation : sur 20, coefficient 2

2) Rédaction des enjeux paysagers :

Ils seront intégrés au livret des paysages avec deux possibilités de présentation :

  • une partie dédiée spécifiquement à la question des enjeux (4 à 6 pages illustrées)
  • une à deux pages intégrées dans la présentation de chaque unité de paysages.

Le choix entre ces deux options vous appartient mais il pourra aussi dépendre de la dimension géographique des enjeux. Si ceux-ci traversent l’ensemble des unités paysagères (donc le carreau) la première option sera plus appropriée. Si en revanche, il est possible d’identifier par unité paysagère des enjeux spécifiques, la deuxième option sera peut-être à privilégier.

Les enjeux reflètent des questions que vous vous êtes posées lors de votre enquête sur le territoire, des problématiques saillantes, parfois récurrentes, qui engagent l’avenir de certains éléments de paysages. Ils sont indissociables des dynamiques à l ‘œuvre sur le territoire, et il faut donc que vous exprimiez bien les liens logiques qui unissent votre description des paysages et ces enjeux.

Vous les avez identifiées :

  • à partir de vos observations,
  • ou bien à partir de vos échanges avec les acteurs, de sources publiées (ex. articles de journaux), de débats sur le territoire.

Certains enjeux peuvent être partagés par le plus grand nombre, d’autres faire l’objet de de controverses : des arguments s’échangent de part et d’autre d’une ligne qu’il s’agit d’identifier, en mettant en avant les différentes logiques ou raisonnements qui s’expriment.

Retenez essentiellement les enjeux qui vous semblent relever du paysage : formes visibles, manières de percevoir ou d’habiter le paysage, transformations espérées ou craintes. Si des enjeux d’ordre économique, démographique, sanitaires, environnementales ou autres vous semblent devoir être mentionnés par rapport à l’actualité du territoire (ex fermeture d’une usine, pollution d’une nappe, déséquilibres sociaux, érosion, appauvrissement des sols et des milieux …), il importe d’essayer d’en décrire et d’en étudier la traduction paysagère dans ses deux dimensions : l’apparence du territoire et l’univers sensible des habitants. Dans tous les cas, et à minima, il conviendra de distinguer explicitement ce qui relève ou pas de l’enjeu paysager.

Une fois les différents enjeux identifiés et localisés, spatialisés même, vous repérerez pour chacun d’eux des acteurs et des actions (ex. mesures de protection ou de gestion du paysage), que vous présenterez dans un encart spécifique (ex : qui agit ? avec quels moyens ? où ? pour quels résultats attendus ?). Un schéma ou un organigramme permettra de proposer une représentation synthétique du lien acteur-enjeux.

Vous pouvez vous appuyer sur la carte des paysages pour spatialiser ces enjeux : créer une légende spécifique pour enrichir la carte des paysages (ou des extraits de carte ajoutés aux unités du livret).

Notation : sur 20, coefficient 4

3) Compte-rendu de l’atelier de médiation

Ajout, à la suite du livret, d’un compte-rendu illustré de votre atelier de médiation, qui peut rassembler les éléments suivants :

  • Affiche, flyer d’invitation
  • Récit sensible, journal personnel de votre préparation et de l’événement proprement dit
  • Parcours et étapes (ce que vous avez fait sur chaque séquence) repérés sur fond IGN (pas de fond Googlemap) ou carte des paysages.
  • Photographies prises lors de l’événement
  • Liste des participants (n’oubliez pas de donner des informations sur la « qualité » des participants : ex dire s’ils sont élus, techniciens de collectivités, membres d’associations, agriculteurs, etc…)
  • Les principaux enseignements de cet atelier, ce que cela vous a appris.
  • Un bilan critique : ce qui n’a pas marché et pourquoi, ce qu’il aurait fallu faire.
  • Articles de presse ou extraits de réseaux sociaux si ces traces existent

Notation : sur 20, coefficient 2

4) Présentation orale

La présentation orale du jeudi 26 avril sera centrée sur les points 2 (enjeux paysagers) et 3 (compte-rendu et  bilan critique de l’atelier de médiation).

Le propos doit rester très synthétique : 15 minutes de présentation (suivies d’une discussion de même durée). Les supports visuels utilisés seront intégrés au format pdf (ou autre) dans le dossier écrit qui sera remis lors de l’oral.

Notation : sur 20, coefficient 2

Publié dans

Alexis Pernet

Retour

Maître de conférences en sciences humaines

Thématiques professionnelles et/ou de recherche
Alexis Pernet a construit sa pratique professionnelle et sa pratique de recherche de façon croisée – voire volontairement confondues. En abordant des missions d’évaluation et de prospective sur les politiques publiques de paysage, il a été confronté à la nécessité de porter un éclairage d’ordre épistémologique sur les outils manipulés par les paysagistes – approche qu’il a approfondie au travers de sa thèse sur la notion de grand paysage. Attentif à la dimension de l’expérience du paysage, il a développé, à l’intérieur d’équipes pluridisciplinaires, des outils de médiation et de projet ouverts à la participation du public. Ses recherches portent notamment sur la représentation de ces processus de projet, à la fois dans une optique d’ouverture (accessibilité, implication) et sous un angle réflexif. Pratique assidue du dessin et exploration des formes de relation écrite du projet de paysage font le lien entre pratique professionnelle, de recherche et d’enseignement.

Mini CV
Paysagiste DPLG (ENSP Versailles, 2000), DEA Jardins-Paysage-Territoires (2005), Docteur en géographie (2011. Titre de la thèse : Le grand paysage en projet, entre trajectoires institutionnelles et territoires vécus ; l’expérience de l’atelier des paysages en vallée de l’Ance, PNR Livradois-Forez, Auvergne. Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, UMR Géographie-Cités, équipe EhGO, sous la direction de Frédéric Pousin). Maître assistant associé à l’École nationale supérieure d’architecture de Clermont-Ferrand (de 2009 à 2013) et responsable de formation à AgroParisTech (de 2004 à 2010). Membre du comité de rédaction de la revue Les Carnets du paysage, du réseau d’enseignement et de recherche Espace rural & Projet spatial.

CV intégral (pdf)

Site internet

Biblio TDPP-UE1

Retour UE1

Bibliographie, lectures recommandées

BESSE J_M., 2009. Le Goût du monde, exercices de paysage, Arles, Actes Sud/ENSP,

DELBAERE D. – 2010. La fabrique de l’espace public, Paris, Ellipses.

KERAVEL S., 2008. Passeurs de paysages, une réflexion sur la trans- mission de l’expérience paysagère, thèse de doctorat en géographie soutenue à l’EHESS, 272 p.

LE DANTEC J-P., 2003. Jardins et paysages : une anthologie, Paris, éditions de la Villette.

PERNET A., 2014. Le grand paysage en projet. Histoire, critique et ex- périence, Genève, MétisPresses, coll «vuesDensemble».

UE 1 : Histoire et critiques du projet de paysage

-> UE2

BibliographieCours (accès réservé)


 

Objectifs

Le projet de paysage est abordé à partir de la pluralité des pratiques des architectes paysagistes. L’objectif est de le traiter dans ses multiples dimensions, tant à travers ses évolutions historiques qu’à travers la diversité de ses mises en œuvre actuelles. Appliqué d’abord à l’échelle du jardin et du parc privé et public, le projet de paysage a été amené à se transformer en fonction de contextes historiques et culturels multiples pour aborder de nouveaux objets, à des échelles variées, et éla borer des outils originaux ou partagés avec les autres professionnels de l’aménagement de l’espace que sont les architectes, les urbanistes et les géographes engagés dans l’action.

Contenu

L’UE se développe sur trois thèmes :

– L’histoire du paysagisme, qui traite des relations qui ont lié l’architecture du paysage à l’urbanisme et à l’aménagement du territoire, dans une perspective internationale.

– L’ analyse critique de projet de paysage, qui traite de la description d’un projet de paysage, dans ses diverses composantes, construites, mais aussi dessinées et écrites.

– Les pratiques paysagistes contemporaines, mutualisé avec l’Université Paris-1 (master DDMEG), qui présente plusieurs démarches d’architectes paysagistes contemporains.

Compétences à acquérir

Savoir lire un projet de paysagiste, sur le site et sur le dessin.

Connaître dans ses principes théoriques les processus du projet de paysage, de la conception à la réalisation et gestion des espaces créés, construits ou négociés. Connaître et analyser les différentes représentations visuelles d’un projet.

Savoir rechercher des sources, interpréter des documents, prendre des notes graphique et écrites.

Savoir s’exprimer en articulant de manière raisonnée plusieurs registres d’expression.

Confronter enquête sur sources documentaires et expérience de terrain dans une perspective critique

Coordinateur

Alexis Pernet , paysagiste, maître de conférences à l’ENSP

 

Équipe pédagogique
Sonia Keravel, paysagiste, maître de conférences à l’ENSP
Denis Delbaere, paysagiste, professeur à l’ENSAP Lille
Bernadette Blanchon, architecte, maître de conférences à l’ENSP
Thomas Boucher, paysagiste
Jean-François Coulais, géographe, professeur à l’ENSA Versailles
Pierre Enjelvin, photographe
 
Volume horaire

CM : 54 h, TD : 27 h, travail personnel : 21 h

 

Mode de contrôle des connaissances

L’enseignement est évalué à travers un exercice de lecture critique de projet portant sur un exemple concret (présentation orale par équipe et document écrit).

 

Mise à jour : septembre 2015 – Télécharger au format texte