Journées d’études Archives de Paysagistes et Projet de Paysage

Journées d’Etudes Archives de Paysagistes
et Projet de Paysage

19 octobre 2017 – Archives Nationales de Pierrefitte-sur-Seine
& 20 octobre 2017  – ENSP Versailles
Pré-programme
Pré-programme (format pour impression)
Inscription

OBJECTIFS DE CES JOURNEES D’ETUDES

A l’heure où l’activité humaine soit-disant dématérialisée produit paradoxalement toujours plus de documents à archiver, dans une époque où tout devient patrimoine, il est un domaine professionnel qui est peu représenté dans les fonds archivistiques, qu’ils soient privés ou publics. Les paysagistes, dont la profession s’est lentement organisée, ont longtemps entretenu une relation difficile à leur mémoire et ils ont rencontré des difficultés à effectuer ces dépôts. Archives encore orphelines, appelées à se multiplier rapidement, elles représentent pourtant le témoignage d’un rapport nouveau au projet sur le paysage de la part d’une génération qui quitte aujourd’hui progressivement la vie professionnelle après avoir forgé un enseignement, étoffé une discipline et fait rayonner l’approche française du projet de paysage dans le monde entier. Sources précieuses pour reconstituer l’histoire des paysages péri-urbains et urbains depuis la fin du XIXe siècle, pour établir la constitution d’une profession et tracer des filiations à travers les pratiques et les générations, elles sont surtout un élément crucial pour la possibilité de prolonger ce mode d’intervention sur le paysage vivant, et de fonder l’enseignement sur le paysage.
Regardant nécessairement les logiques et méthodes qui ont présidé à la constitution d’archives de l’architecture et de l’art des jardins, et conscientes des différences de statut, de moment historique, des voix s’élèvent néanmoins pour demander une véritable stratégie pour les archives de paysagistes et pour inviter à explorer l’ancrage que ces archives pourraient offrir à un renouvellement de l’enseignement du projet.

Une première journée introductive a été organisée le 21 mars aux Archives Nationales par le master Gestion de l’Archivage, UVSQ et AD 78, « La collecte des archives de paysagistes : Quel avenir pour les archives orphelines ? » et a permis le cadrage et l’introduction du sujet. Deux journées approfondiront la question des archives de paysagistes en octobre à Pierrefitte-sur-Seine et à Versailles. Il s’agit de décliner la question peu abordée des archives de paysagistes, en interrogeant les perspectives offertes par leur collecte, afin de sensibiliser les différents acteurs concernés : archivistes, chercheurs, enseignants et praticiens actuels ou futurs…

CALENDRIER

Le 19 octobre 2017 aux Archives Nationales de Pierrefitte-sur-Seine et le 20 octobre 2017 à l’ENS Paysage, Versailles : « Archives paysagistes et projet de Paysage : des archives vivantes pour penser la ville durable aujourd’hui ».
Ces journées rassembleront des intervenants issus des différents services des Archives Nationales, concernés par la question du paysage, ainsi qu’un panel de spécialistes internationaux impliqués dans la prise en charge des archives de paysagistes et à même de témoigner de leur articulation avec l’enseignement, la recherche et/ou la pratique. Au-delà des programmes liés aux parcs et jardins, la question des pratiques paysagistes et archivistiques dans le cadre des ensembles de logement social offrira un point de focale particulier.

ORGANISATION

Bernadette Blanchon, enseignante à l’ENSP Versailles
Séphanie de Courtois, enseignante à l’ENSA Versailles
Rosine Lheureux, conservateur en chef chargée des partenariats scientifiques et des relations internationales, Archives Nationales.
Cécile Mattoug, assistante de recherche, ENSP Versailles

Pré-programme

Pré-programme (format pour impression)

Inscription

Contact :  c.mattoug@ecole-paysage.fr

Site internet : topia.fr

Appel à communication pour les Journées Doctorales en Paysage 2018

Retour

Appel à communication

7e Journées Doctorales en Paysage
ENSP Versailles – 3 & 4 avril 2018

Téléchargez l’appel en pdf

Inscription

 

ORGANISATION

Durant ces deux jours, les doctorants et jeunes chercheurs dont la communication aura été sélectionnée présenteront des résultats de leurs travaux de recherche. Articulées autour de thématiques, chaque session sera introduite par la présentation d’un chercheur ou enseignant-chercheur invité. Les thématiques seront définies après sélection des communications.

 

SOUMISSION ET SÉLECTION DES COMMUNICATIONS

Pour postuler, les doctorants et jeunes chercheurs doivent envoyer un résumé (2000 caractères maximum) accompagné des informations suivantes : nom, prénom, adresse de l’organisme de rattachement, situation des auteurs (thèse en cours ou post-doc), choix du format privilégié (communication ou poster, les deux pouvant être cumulés). Les résumés devront être soumis en ligne avant le 30/09/2017 ici.

Les propositions seront examinées par le Comité Scientifique de façon anonyme. Dans le cas de travaux réalisés en équipe, les résumés peuvent comporter plusieurs auteurs, mais ces journées s’adressent principalement aux doctorants qui doivent réaliser la présentation orale.

Le Comité Scientifique pourra inviter certaines présentations à être converties en posters. Par ailleurs, chaque communication retenue pourra donner lieu en complément à la réalisation d’un poster, si le candidat sélectionné le souhaite. Ces posters seront affichés et présentés lors des Journées Doctorales.

A l’issue de ces journées et après évaluation, la revue Projet de Paysage pourra publier certains des articles issus des communications.

 

CALENDRIER

26 Juillet : Diffusion de l’appel.

30 septembre 2017 : Limite de soumission des résumés et pré-inscriptions.

10 novembre 2017: Notification des décisions, pré-programme et inscription

20 janvier 2018 : Diffusion du programme définitif

03 et 04 Avril 2018 :  Tenue des 7e Journées Doctorales en Paysage

 

COMITÉ SCIENTIFIQUE

Paul ARNOULD, géographe, professeur à l’ Ecole Normale Supérieure de Lyon.

Jean-Marc BESSE, philosophe, directeur de recherche au CNRS – UMR Géographie-cités. 

Sabine BOUCHE-PILLON, écologue, maître de conférences à l’École nationale supérieure de la nature et du paysage de Blois – UMR 7324 Citeres (CNRS – Université de Tours). 

Nathalie CARCAUD, géographe, département Paysage de l’Institut National d’Horticulture et de Paysage – Agrocampus Ouest – UMR 6590 CNRS Espaces et Sociétés (ESO). 

​​Bernard DAVASSE, géographe, École Nationale Supérieure d’Architecture et de Paysage de Bordeaux, CEPAGE, ADES-UMR 5185 CNRS/Université de Bordeaux. 

​Hervé DAVODEAU, géographe, département Paysage de l’Institut National d’Horticulture et de Paysage (Agrocampus Ouest, centre d’Angers). 

Denis DELBAERE, paysagiste, professeur de Ville et Territoire à l’École nationale supérieure d’architecture et de paysage de Lille, LACTH. 

Pierre DONADIEU, ingénieur d’agronomie et géographe, professeur émérite à l’École Nationale Supérieure de Paysage de Versailles-Marseille, LAREP. 

​Sabine EHRMANN, artiste, enseignante à l’École Nationale Supérieure d’Architecture et de Paysage de Lille, LACTH. 

Catherine GROUT, philosophe, professeur à l’École Nationale Supérieure d’Architecture et de Paysage de Lille, LACTH. 

Dominique HENRY,​ paysagiste, maître assistant associé à l’École Nationale Supérieure d’Architecture et de Paysage de Bordeaux, Passages-UMR 5319 CNRS. 

Sonia KERAVEL, paysagiste, enseignant-chercheur à l’École Nationale Supérieure de Paysage de Versailles-Marseille, LAREP. 

Patrick MOQUAY, politologue, professeur SHS à l’Ecole Nationale Supérieure du Paysage de Versailles-Marseille – LAREP.

Marie-Vic OZOUF-MARIGNIER, historienne et géographe, directrice d’études à l’EHESS. 

Yves PETIT-BERGHEM, professeur d’écologie à l’Ecole Nationale Supérieure du Paysage de Versailles-Marseille – LAREP. 

Sylvie SERVAIN, géographe, École Nationale Supérieure de la Nature et de Paysage de Blois, UMR 6173 CITERES.

Monique TOUBLANC, sociologue, ingénieur paysagiste, maître de conférences​ à l’Ecole Nationale Supérieure du Paysage de Versailles-Marseille – LAREP. 

 

COMITE D’ORGANISATION

Brice DACHEUX, doctorant ENSP-LAREP

Claire FONTICELLI, doctorante ENSP-LAREP

Cécile MATTOUG, assistante de recherche ENSP-LAREP  

Patrick MOQUAY, professeur ENSP-LAREP

Roberta PISTONI, doctorante ENSP-LAREP

Louis-Philippe ROUSSELLE-BROSSEAU, doctorant Université de Montréal / ENSP-LAREP

Roland VIDAL , ingénieur de recherches ENSP-LAREP.

 

DROITS D’INSCRIPTIONS

Les droits d’inscription sont de 30 euros pour les doctorants et de 60 euros pour les chercheurs et autres participants. Les doctorants n’ayant pas de financement pourront faire une demande d’exonération de droits d’inscription.

Inscription
jdp7@ecole-paysage.fr
Télécharger l’appel en pdf

Journées Doctorales en Paysage 2018

7e Journées Doctorales en Paysage

ENSP Versailles – 3 & 4 avril 2018

Appel à communication

Inscription


OBJECTIFS DE CES JOURNÉES

Organisées sous l’égide du Ministère de la Transition écologique et solidaire, ces septièmes journées doctorales en Paysage visent à rassembler des doctorants et de jeunes chercheurs dont les travaux portent sur le paysage, aux approches disciplinaires variées (histoire, géographie, écologie, agronomie, sociologie, anthropologie, etc.). Il s’agit de répondre aux attentes et aux besoins de la communauté des doctorants pour un échange interdisciplinaire et une confrontation des points de vues et des méthodes ; il s’agit aussi, au fil des présentations de résultats, de constituer un état de l’art des travaux récents relatifs au paysage.

 

CALENDRIER

26 Juillet : Diffusion de l’appel.

30 septembre 2017 : Limite de soumission des résumés et pré-inscriptions

10 novembre 2017 : Notification des décisions, pré-programme et inscription

20 janvier 2018 : Diffusion du programme définitif

03 et 04 Avril 2018 :  Tenue des 7e Journées Doctorales en Paysage

 

COMITÉ SCIENTIFIQUE

Paul ARNOULD, géographe, professeur à l’Ecole Normale Supérieure de Lyon.

Jean-Marc BESSE, philosophe, directeur de recherche au CNRS – UMR Géographie-cités. 

Sabine BOUCHE-PILLON, écologue, maître de conférences à l’École nationale supérieure de la nature et du paysage de Blois – UMR 7324 Citeres (CNRS – Université de Tours). 

Nathalie CARCAUD, géographe, département Paysage de l’Institut National d’Horticulture et de Paysage – Agrocampus Ouest – UMR 6590 CNRS Espaces et Sociétés (ESO). 

​​Bernard DAVASSE, géographe, École Nationale Supérieure d’Architecture et de Paysage de Bordeaux, CEPAGE, ADES-UMR 5185 CNRS/Université de Bordeaux. 

​Hervé DAVODEAU, géographe, département Paysage de l’Institut National d’Horticulture et de Paysage (Agrocampus Ouest, centre d’Angers). 

Denis DELBAERE, paysagiste, professeur de Ville et Territoire à l’École nationale supérieure d’architecture et de paysage de Lille, LACTH. 

Pierre DONADIEU, ingénieur d’agronomie et géographe, professeur émérite à l’École Nationale Supérieure de Paysage de Versailles-Marseille, LAREP. 

​Sabine EHRMANN, artiste, enseignante à l’École Nationale Supérieure d’Architecture et de Paysage de Lille, LACTH. 

Catherine GROUT, philosophe, professeur à l’École Nationale Supérieure d’Architecture et de Paysage de Lille, LACTH. 

Dominique HENRY,​ paysagiste, maître assistant associé à l’École Nationale Supérieure d’Architecture et de Paysage de Bordeaux, Passages-UMR 5319 CNRS. 

Sonia KERAVEL, paysagiste, enseignant-chercheur à l’École Nationale Supérieure de Paysage de Versailles-Marseille, LAREP. 

Patrick MOQUAY, politologue, professeur SHS à l’Ecole Nationale Supérieure du Paysage de Versailles-Marseille – LAREP.

Marie-Vic OZOUF-MARIGNIER, historienne et géographe, directrice d’études à l’EHESS. 

Yves PETIT-BERGHEM, professeur d’écologie à l’Ecole Nationale Supérieure du Paysage de Versailles-Marseille – LAREP. 

Sylvie SERVAIN, géographe, École Nationale Supérieure de la Nature et de Paysage de Blois, UMR 6173 CITERES.

Monique TOUBLANC, sociologue, ingénieur paysagiste, maître de conférences​ à l’Ecole Nationale Supérieure du Paysage de Versailles-Marseille – LAREP. 

 

COMITE D’ORGANISATION

Brice DACHEUX, doctorant ENSP-LAREP

Claire FONTICELLI, doctorante ENSP-LAREP

Cécile MATTOUG, assistante de recherche ENSP-LAREP  

Patrick MOQUAY, professeur ENSP-LAREP

Roberta PISTONI, doctorante ENSP-LAREP

Louis-Philippe ROUSSELLE-BROSSEAU, doctorant Université de Montréal / ENSP-LAREP

Roland VIDAL, ingénieur de recherches ENSP-LAREP.

 

Appel à communication

Inscription

Contact :  jdp7@ecole-paysage.fr

Site internet : topia.fr

Séminaire itinérant à Reims

 

 
Le LAREP se rend à Reims le 5 juillet dans le cadre du séminaire Communs et Paysage.dans le cadre du séminaire « Communs et paysage, lieux, pratiques, projet ». Ce séminaire est coorganisé par l’équipe EhGO (UMR Géographie-Cités), le GGH-Terres (Groupe de géographie et d’histoire des territoires, EHESS) et le LAREP (ENSP Versailles).

Programme du séminaire itinérant à Reims.

Des communs paysagistes ?

Comprise sur le temps long, la culture professionnelle des paysagiste s’inscrit dans l’art des jardins et des productions qui ont majoritairement relevé de commandes élitaires. Pour ces dernières existent des modes de reconnaissance, de protection et de valorisation qui sont éprouvés (classements, labels, activité scientifique, réseaux, etc.). Au tournant de la Seconde Guerre mondiale, les choses sont beaucoup moins claires. Les pratiques s’étendent à de nouveaux objets, espaces publics urbains, grands ensembles, puis infrastructures, grands paysages, sites naturels. Suivre à la trace les «inscriptions» laissées par les paysagistes relève d’un jeu de piste : car en multipliant les situations de projet, les échelles et les stratégies d’intervention, c’est désormais sur plusieurs plans qu’il faut pister les traces laissées par les paysagistes, et souvent en dehors de tout guide de visite préétabli. Les paysagistes laissent des traces matérielles, certes, mais qui sont vivantes, évolutives, souvent inscrites dans des espaces en fortes mutations, soumis à de multiples pressions (comme les périphéries de ville par exemple). Ils laissent des traces documentaires (des revues, des traités, des atlas, des manifestes, de la littérature grise) ; des traces plus dispersées, à l’intérieur de quartiers ou de groupes sociaux, lorsque leur intervention a concerné des modes de gestion, de jardinage, des formes d’implication collectives, parfois éphémères. Beaucoup de ces inscriptions sont fugaces, voire revendiquent ce caractère passager, transitoire : on peut penser aux systèmes de préverdissement, puis aux «natures intermédiaires» proposées par Michel Desvigne.
Ces objets posent des questions nouvelles sur le plan de la transmission, de la mémoire d’une profession, de la diffusion de ses pratiques, de sa critique. Les paysagistes, à l’instar de Gilles Clément, ont souvent prôné le mouvement, la nécessaire mutabilité des situations construites, l’autonomie d’évolution des écosystèmes. Peut-être auraient-ils du mal à admettre qu’il faille s’attacher, aujourd’hui, à conserver certains des sites de leurs interventions, en ce qu’ils ont été des lieux d’invention, d’expérimentation, des lieux-école, où s’opère la transmission d’un métier… tout autant que des usages quotidiens. Le Parc du Sausset de Claire et Michel Corajoud fut peut-être l’un de ces lieux-école pour le projet de paysage, tout comme les Jardins en mouvement de Gilles Clément, ou plus récemment le projet ouvert du Parc des Lilas, étudié par Françoise Crémel. Le Parc Saint-John-Perse et les interventions de Jacques Simon dans les ensembles urbains de Reims devraient figurer, également, dans cette constellation de lieux pivots entre invention paysagiste et usages quotidiens. Si les lieux, les usages, les structures végétales évoluent, pourrait-on transmettre quelque chose de l’esprit d’invention qui a présidé à leur élaboration ?
Cette journée de séminaire itinérante à Reims, pourra être l’occasion de débattre d’hypothèses sur les communs paysagistes, en faisant d’abord l’expérience directe de situations de projets et en réfléchissant à ce qui peut en être transmis, conservé, raconté, que ce soit au travers de cadres connus (protections, labels, archivage… avec leur part de réification ou de contrainte règlementaire) ou pourquoi pas de protocoles à inventer : projets continus, ouverts, contigus… des processus où le dessin de l’espace, les choix en matière de génie végétal s’articulent avec des modalités de transmission.

Des communs paysagistes, ou bien des paysages apprenants ?

Ouvrons la discussion, sur le terrain.

Alexis Pernet

 Parc St John Perse, Reims. Paysagiste : Jacques Simon
© Collage photos Jacques Simon

Martin Prominski

Retour

Martin Prominski est l’invité du Séminaire LAREP le 7 juin 2017, salle Édouard André, 14 h.

Martin Prominski est professeur à la Leibniz University Hannover (Allemagne) depuis 2009. Il a étudié le projet de paysage à l’Université Technique de Berlin et à l’Université de Harvard. Sa thèse de doctorat, soutenue à l’Université Technique de Berlin et publiée en 2004, s’intitule « Concevoir le paysage ». Il est le co-fondateur du Journal of Landcape Architecture (JoLA) en 2006 et participe à son comité éditorial jusqu’en 2010. Depuis 2008, Martin Prominski est aussi membre du Studio Urbane Landschaften [Atelier des Paysages Urbains], plateforme interdisciplinaire sur la recherche, la pratique et l’enseignement sur les paysages urbains.

 

Son intervention dans le cadre du séminaire LAREP intitulée « Research and Design » aura lieu à 14h en salle Edouard André et portera sur la recherche et le projet de paysage.

Image ci-dessus : Landscape Laboratory, Martin Prominski

Sarah Vanuxem était l’invitée du Séminaire Communs et Paysage le 10 mai 2017

Retour

Les sections de communes pour la protection du paysage ?

Sarah VANUXEM est juriste et maître de conférences en droit de l’environnement à l’Université de Nice Sofia Antipolis. Elle a soutenu sa thèse en droit intitulée Les choses saisies par la propriété en 2010, publiée en 2012. Questionnant à l’époque les principes de la propriété des choses et des personnes, ses recherches actuelles portent sur les biens de sections.

Son intervention au Séminaire Communs et Paysage s’intitule Les sections de communes pour la protection du paysage ? Après avoir introduit les problématiques que soulèvent le paysage aux fondements de la propriété, Sarah VANUXEM détaille en quoi l’existence des biens de section dans le Massif Central permettent de penser la propriété comme collective et inclusive, plutôt qu’individuelle et exclusive, c’est-à-dire sous d’autres rapports de force et de domination. Malgré leur ancienneté et la volonté des chambres législatives d’en opérer la disparition lente depuis 2013, les biens de section et leurs usages génèrent encore aujourd’hui des situations de jurisprudence et de droit singulières. Elle présente ainsi en détail son étude de terrain menée à Sagnes-et-Goudoulet sur le plateau ardéchois auprès de la municipalité, la section et des habitants. La coupe de bois, le pâturage, la culture des myrtilles et des jonquilles y font partie des pratiques quotidiennes des habitants, qui exercent ainsi leur droit d’usage sur les biens sectionaux. Attachés et mobilisés à la spécificité locale de leurs biens, les habitants revendiquent en effet, une propriété détachée des sujets de droit, puisque ce sont en définitive les murs des maisons qui sont propriétaires des biens de section. Les rapports de force et de domination se jouent ainsi sur d’autres plans que pour une propriété communale. Questionnant l’identité et les valeurs spécifiques de cette communauté habitante, ainsi que leur engagement pour cette propriété collective, Sarah VANUXEM souligne ainsi que le bien de section n’est pas une fermeture du paysage, mais bien une reconquête des mobilisations collectives par des usages agricoles et paysagers qui perdurent encore aujourd’hui.

Séminaires du LAREP

Séminaire itinérant à Reims « Des communs paysagistes? A partir du Parc St John Perse et de l’oeuvre de Jacques Simon » a lieu le 5 juillet 2017
Lire les détails

Martin Prominski est l’invité du Séminaire LAREP le 7 juin 2017, salle Édouard André, 14 h. Son intervention portera sur : « Research and Design »
Lire les détails

Sarah Vanuxem est l’invitée du Séminaire Communs et Paysage le 10 mai 2017. Son intervention s’est intitulée : Les sections de communes pour la protection du paysage ?
Lire le compte-rendu de sa présentation

• Séminaire Communs et paysage, Lieux, pratiques, projets, janvier-juillet 2017
Télécharger le programme
Ce séminaire est co-organisé par l’équipe EhGO (Épistémologie et histoire de la géographie, UMR Géographie-Cités), le GGH-Terres (Groupe de géographie et d’histoire des territoires, EHESS) et le Larep (Laboratoire de recherche en projet de paysage, ENSP Versailles). Sur le premier semestre 2017, il comprendra quatre séances en salle (à l’ENSP et à l’EHESS), ainsi qu’une visite de terrain à Reims, sur les pas du paysagiste Jacques Simon (1929-2015).

• La recherche en projet de paysage : les séminaires et événements scientifiques du LAREP en 2016-2017.
Télécharger le programme