Répertoire Notes

Retour

Les sigles principaux utilisés :

CJP Créateurs de jardins et de paysage, en France du XIXe au XXIe siècle, M. Racine, édit., Actes Sud/ ENSP Versailles, 2002,

CNERP, Centre national d’étude et de recherche du paysage de Trappes (78) (1972-1979). Centre interministériel de formation au paysage d’aménagement créé à l’initiative de Robert Poujade premier ministre de l’Environnement.

DEP Diplôme d’État de paysagiste (2015) ; voir ENSP

DPLG diplômé par le gouvernement, titre professionnel (paysagiste DPLG) attribué aux élèves de la Section du Paysage et de l’Art des jardins de 1961 à 2018 après deux puis quatre années de formation selon les époques. Le diplôme d’État de paysagiste (DPE) qui lui a succédé en 2015 donne accès au titre professionnel de paysagiste concepteur (landscape architect).
La date indiquée est celle de la parution de l’arrêté au Journal officiel pour ceux qui sont passés par le concours en loge après leurs études à la Section.

ENA École nationale d’administration

ENS École normale supérieure (rue d’Ulm à Paris).

EN(S)H, École nationale (supérieure) d’horticulture de Versailles (1873-1995). Elle a délivré le diplôme d’ingénieur horticole obtenu en 3 ans de 1927 à 1974, puis celui d’ingénieur de l’ENSH, en tant qu’école d’application en deux ans des écoles d’agronomie (1976-1995).

ENSP, École nationale supérieure de (du) paysage de Versailles (>1995). Elle a délivré au bout de quatre ans d’étude le diplôme de paysagiste DPLG de 1979 à 2018, puis délivre au bout de trois ans d’étude le diplôme d’État de paysagiste (DEP) à partir de 2018. Ce dernier diplôme donne accès au titre de paysagiste concepteur (=architecte paysagiste) depuis 2016.
L’année indiquée est celle de l’admission sur concours. Presque toutes les personnes admises sur concours ont obtenu le diplôme et titre professionnel de paysagiste DPLG.

IH, ingénieur horticole, diplôme de l’ENSH délivré de 1927 à 1974. L’année indiquée est celle de l’inscription dans l’établissement qui est celle du concours d’entrée.

INRA, Institut national de la recherche agronomique.

JPT Diplôme d’étude approfondie « Jardins, paysages, territoires », formation de recherche doctorale dispensée à l’école d’architecture de Paris-La Villette de 1989 à 2008 avec l’EHESS puis l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Elle fut dirigée par B. Lassus et A. Berque, puis par Y. Luginbühl.

GERP : groupe d’études et de recherches du paysage (1969-72), voir CNERP, B. Barraqué et P. Dauvergne. A préfiguré l’association Paysages (1968-75) qui a été le support du CNERP (1975-79)

GPP : Grand prix du paysage attribué tous les deux ans par le ministère chargé de l’Environnement

GPU : Grand prix de l’urbanisme attribué tous les ans par le ministère chargé de l’urbanisme

LAREP, laboratoire de recherches sur le projet de paysage et d’accueil de doctorants créé en 1993 à l’ENSP par P. Donadieu et A. Fleury.

SP : section du paysage et de l’art des jardins (1945-1974). L’année indiquée est celle de l’inscription dans l’établissement qui est celle du concours d’entrée. Le titre de paysagiste DPLG (1961-2015) est obtenu soit après une ou deux années d’études sanctionnées par un certificat d’études, plusieurs années de stage en agences et un concours en loge (SP de 1947 à 1985), soit au bout de quatre années d’étude (ENSP de 1979 à 2018).
L’année indiquée est celle de l’admission sur concours. Une grande partie des personnes admises sur concours à la section du paysage et de l’art des jardins ont obtenu le titre professionnel de paysagiste DPLG.

SPF : Société des paysagistes français

STCAU ; Service technique central d’aménagement et d‘urbanisme (direction de l’aménagement et de l’urbanisme qui dépendait du ministère de l’Équipement et du Logement (1967-1970)

TDPP, master 2 “Théories et démarches du projet de paysage” : parcours de formation à la recherche doctorale créé en 2006 à l’ENSP avec l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et AgroParistech (école doctorale ABIES) par P. Donadieu.

Enseignant(e): toute personne ayant enseigné dans la Section du paysage et de l’art des jardins de l’ENSH, à l’EN(S)H et à l’ENSP, au CNERP et dans quelques masters extraversaillais : titulaire (professeur, maître de conférences, maître-assistant, assistant, ingénieur de recherche, ingénieur d’étude), vacataire, en CDI ou CDD. Cet enseignement peut prendre des formes diverses (cours, conférences, travaux dirigés, travaux pratiques, encadrement d’ateliers, voyages, encadrement de mémoires …)

Chercheur(e) : toute personne, en général titulaire d’un doctorat universitaire, ayant exercé ou exerçant des activités de recherche théorique ou appliquée, et de publication dans un cadre universitaire public ou privé.

Personnel : toute personne ayant participé, sous une forme ou une autre, à la formation des étudiants (directeur, secrétaire général, direction des études, agent comptable, documentaliste, secrétaire, assistant (e), chargé(é) de mission, informaticien, directeur du potager, jardinier…)

La liste des noms cités, qui apparaissent dans les procès-verbaux des conseils des enseignants depuis 1946 et sur le site web de l’ENSP en 2018, n’est pas exhaustive. Elle n’est pas non plus limitée à l’ENSH/ENSP mais concerne toutes les personnes qui de près ou de loin ont joué un rôle, même modeste, dans les formations versaillaises (ou non) des paysagistes.

Notice sur les bâtiments du Potager du Roi à Versailles

Le potager du roi a été construit par Jean-Baptiste de la Quintinie de 1678 à 1683

La Figuerie a été rehaussée d’un étage en 1901, Jules Nanot étant directeur.

La Coopérative (le foyer des élèves), actuel bâtiment Saint-Louis, a été terminée en 1928, Fernand Pinelle étant directeur de 1924 à 1940

Les bâtiments le long de la rue Hardy ont été construits à la fin des années 1950 à la place des serres adossées au mur, Etienne Le Guélinel étant directeur (1959-1974). Les laboratoires de Chimie ont été inaugurés en 1961.

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *