Chroniques d’archivistes

Chroniques d’archivistes

 

Dans cette chronique sont indiqués les travaux réalisés dans les archives de l’ENSP de Versailles-Marseille par les membres du groupe Histoire et Mémoire de l’école.

Créé en mars 2018, ce groupe réunit (par ordre alphabétique) B. Blanchon, P. Donadieu, V. Fernandes, A. Jacobsohn, V. Piveteau et C. Santini.

Publiée sur Topia, la chronique est actualisée tous les deux à quatre mois (P. Donadieu).

Les travaux concernent :

– la localisation des archives dans et hors de l’ENSP,

-le récolement (inventaire) des documents entreposés dans les différents lieux de conservation de l’école,

– l’élimination régulière (tous les cinq à 90 ans) des archives « périmées »,

– l’équipement des salles d’archives (étagères),

– la relocalisation des archives à l’intérieur de l’école,

– la valorisation des archives par les documentalistes et les chercheurs,

  • Consultation par le public et les chercheurs (salle dédiée ?)
  • Expositions (salle dédiée ?)
  • Publications d’articles historiques sur le site Topia ou ailleurs
  • Restauration d’ouvrages ou de tableaux.

 

Travaux récents

2009 : Récolement (inventaire) des archives administratives et financières (Figuerie) et pilonnage (destruction) par l’archiviste Hélène Bonamy selon le plan de gestion des archives de l’école établi avec A. Rigault (archives des Yvelines)

2011 : Récolement des archives pédagogiques (Bâtiment Le Normand), sans pilonnage ni versement aux archives départementales, par l’archiviste Justine Luong

2000-2017: Stockage à l’ENSP (sous-sol du Le Normand et autres salles), sans récolement :

 – des archives des enseignants (D. Bouillon, M. Rumelhart, P. Donadieu, M. Corajoud, A. Fleury, P. Dauvergne …) : Le Normand, Le Nôtre, Figuerie, Saint-Louis, Suisses 

– des services de l’ENSP (direction des études, départements d’enseignement, LAREP, formation continue, documentation, concours …)

2018 : mars : Création du groupe Histoire et Mémoire (de l’ENSP) et de la rubrique homonyme sur Topia.


 

Début de la chronique

2018

Mars-avril

– Essai d’échantillonnage des archives du concours (40 ans), très encombrantes et poussiéreuses (P. Donadieu et V. Piveteau). On a peut-être trouvé une règle d’élimination des dossiers de candidature (une année sur 10 ?).

-Mise en place d’une rubrique « Histoire et Mémoire » dans « Travaux des chercheurs » du site Topia (R. Vidal). 

– Tri et mise au pilon des archives périmées (2009-2017) dans les deux salles des combles de la Figuerie (V. Fernandes), un travail de bénédictin(e)… dans la poussière et la solitude …

– Publication des localisations des archives à l’ENSP et aux Archives départementales (P. Donadieu, V. PIveteau et A. Rigault). On sait enfin où est une partie des archives de la Section du paysage, hélas mélangées avec celles de l’ENSH. Il faudra chercher encore … On a retrouvé les comptes rendus des conseils d’enseignants de 1947 à 1967 (liasse 1433 du récolement de 2011 à l’ENSP).

– Publication sur Topia de deux articles sur le premier projet d’Institut du paysage (1970-72) de la commission Harvois et sur les diplômes de paysagiste depuis 1945 (P. Donadieu et R. Vidal). Un troisième est en préparation sur les débuts du fonctionnement de la Section (1946-1956).

Travaux envisagés en mai, juin, juillet (avec un archiviste stagiaire en juin) :

– Mise au pilon (dans le couloir) des archives périmées de la salle des archives pédagogiques (SAP), selon le fichier de gestion de 2011 (manque fichier des boites 2500 à 3100)

– Récolement des archives « Documentation » (SAP) : V. Fernandes + stagiaire

– Terminer le récolement des archives du concours (échantillonnage)

– Préciser (réunion du groupe Histoire et Mémoire) les règles de tri des archives des enseignants (récolement partiel ou total)

– Étiqueter de manière visible les dix portes du sous-sol du bâtiment Le Normand

– Mise à la benne des archives à pilonner de la Figuerie et du Le Normand

– Rédaction d’un article sur les enseignants de la Section du paysage et de l’art des jardins (1946-1974)

– Contact avec Y. Périllon (legs possible d’une exposition ancienne sur l’art des jardins…)

A suivre …

Histoire du paysagisme

Retour
Cours et documents (accès réservé)

 

L’enseignement “Histoire, théorisations et critique du projet de paysage” est commun au parcours DEP et TDPP.
 
Dès le départ, il semble que donner une définition satisfaisante du métier de paysagiste (landscape architect) conduisit à un échec. Dans une lettre adressée à Calvert Vaux depuis la Californie en 1865, Frederick Law Olmsted ne put qu’énoncer son tracas sur cette “classification misérable”. Cent cinquante ans plus tard, peut-on se risquer à donner une définition plus stable du paysagiste ? Celle-ci doit s’éclairer, il nous semble, de la diversité des trajectoires et des expériences professionnelles. Qu’est ce que l’histoire du paysagisme ? Une autre “classification misérable” ! Ni de l’histoire des jardins, ni de l’histoire de l’urbanisme, mais quelque chose qui s’approche d’un chemin sinueux, d’un vagabondage, ou plutôt d’un jeu de piste patient. On se risquera notamment à suivre les ramifications des réseaux humains, les jeux d’influence et d’échange,  les rôles des institutions (écoles, organisations professionnelles, revues…), les alliances entre disciplines. Sans rechercher une vue synoptique définitive, on abordera plusieurs terrains (États-Unis, Nord et Sud de l’Europe) ou des prismes permettant d’explorer des facettes méconnues du métier (marge et centre, genre, photographie, écriture…). Racontée à plusieurs voix, cette histoire demeure un exercice ouvert, un chantier de recherche pour les années à venir, qui attend d’autres enquêteurs, d’autres passeurs. (Alexis Pernet)
 
Équipe pédagogique : Bernadette Blanchon, Denis Delbaere, Sonia Keravel, Alexis Pernet. 
Publié dans

Mémoires

 
Le métier de paysagiste est sous-tendu par un niveau d’expertise qui implique une aptitude permanente à construire des savoirs, à les mettre à jour, à les articuler entre eux et à les transmettre. L’acquisition de ces compétences est centrale au cours de la dernière année d’étude (Master 2), qui vise à développer l’autonomie dans la conception, et à affirmer l’originalité d’un positionnement professionnel.

Les enseignants-chercheurs de l’ENSP accompagnent cette année au travers d’unités d’enseignement centrées sur des dimensions théoriques, mais aussi prospectives, et mobilisent pour ce faire plus particulièrement leurs postures et leurs travaux de recherche. Au cours de cette année, la production d’un mémoire constitue l’exercice par lequel les étudiants se positionnent à l’intérieur des multiples dimensions de la pratique du projet de paysage et apportent un savoir original sur une problématique du métier de paysagiste.

Publié dans

Parcours grand paysage

 
Le parcours pédagogique Grand paysage s’effectue sur les années de Licence 3 et de Master 1 du cycle d’étude du diplôme d’État de paysagiste. Il a pour objectif de transmettre des outils de lecture, d’analyse et de projection du paysage à l’échelle microrégionale. Les unités d’enseignement concernées sont :
– En DEP1, la lecture de paysage (responsable pédagogique : Alexis Pernet)
– En DEP2, les modules Atlas (responsable pédagogique : Monique Toublanc) et Enjeux, acteurs et politiques paysagères (responsable pédagogique : Patrick Moquay).
Le terrain commun à ces trois enseignements est déterminé par les étudiants, en groupe, à partir d’un carreau choisi parmi les cartes topographiques au 1/25000 de l’IGN. Leur formation est complétée en fin de licence 3 (en début de de Master 1 à compter de la rentrée 2019) par un voyage d’étude pluridisciplinaire à travers le Massif central.
Publié dans